Méditation : les bienfaits, mon vécu.

Ces bienfaits vont vous étonner.

Il ne faut pas commencer à méditer avec une idée précise du but à atteindre, c’est ainsi que l’on ira loin et vers un mieux, grâce à cette pratique.

Cependant, en débutant on se fixe un objectif, celui permettra l’assiduité.

Chaque jour, j’avance dans mon chemin, je vois, mes amis voient sur moi ce que la méditation m’apporte ; chacun est différent, toute personne trouvera « ses bénéfices » en méditant, alors ouvrons nos esprits et allons y !

La méditation pour porter ses fruits doit être une pratique régulière…. même courte, 10 minutes par jour, mais régulière…..

La méditation peut être aussi très puissante, peu à peu on se prend au jeu, surtout quand les résultats se dessinent !

Ça vaut vraiment le coup d’essayer… sans attendre !!!!

1. Une créativité augmentée

Les chercheurs de l’Université de Leiden ont étudié comment la méditation de pleine conscience avec une attention particulière peut contribuer à améliorer ensuite la créativité d’une personne après sa séance de méditation. Ce qu’ils ont découvert est intéressant.

Ils ont mis en évidence que ceux qui pratiquent la méditation de pleine conscience performent beaucoup mieux sur une tâche spécifique où ils sont invités à donner des idées nouvelles.

La méditation est connue pour augmenter et encourager le type de pensée appelée pensée divergente, ce qui vous permet de venir avec un plus grand nombre de solutions à un problème donné, constituant ainsi une autre composante de la créativité.

2. Des niveaux d’anxiété plus faibles

Il a été également montré que la méditation réduit les niveaux d’anxiété chez les personnes qui la pratiquent régulièrement. Quand nous méditons, nous commençons à desserrer les connexions de certaines voies nerveuses.

Une partie de notre cerveau appelée le cortex préfrontal médian traite les informations que nous relions à notre expérience et à nous-mêmes.

En règle générale, les voies neuronales de la peur et des sensations corporelles vers cette partie du cerveau sont fortes. Par conséquent, lorsque vous êtes dans une situation effrayante, cela va déclencher une réaction très forte dans cette partie de votre cerveau, ce qui vous fait vous sentir anxieux et instable.

Lorsque vous méditez, vous affaiblissez cette connexion, ce qui vous permet de réagir différemment aux mêmes situations.

Un autre avantage de la méditation est qu’en affaiblissant cette connexion, vous allez maintenant donner de la force au Centre d’Évaluation de votre cerveau, qui est connu pour son raisonnement. Par conséquent, vous serez plus en mesure de répondre calmement à des situations potentiellement éprouvantes.

la méditation

3. Une mémoire améliorée

Ceux qui pratiquent la méditation sont plus en mesure de filtrer les distractions et d’augmenter leur productivité.

Cette capacité à ignorer les distractions de fond permet de mémoriser rapidement et d’utiliser des faits nouveaux.

4. De meilleures relations

Un autre avantage de la méditation est de doper également votre humeur et vous donner un meilleur sens de la connexion aux autres personnes. Cela aide à vous rendre plus compatissant et empathique avec les autres.

Que vous cherchiez à améliorer votre relation avec ceux qui comptent pour vous ou à vous connecter plus efficacement avec vos employés et vos clients, la méditation peut être une bonne réponse.

5. Une aide pour la santé

De nombreuses études ont montré que, tout en méditant vous pouvez être en mesure de diminuer votre tension artérielle si vous souffrez d’hypertension.

De plus, ceux qui ont des maladies respiratoires comme la grippe ont été en mesure de récupérer plus rapidement que ceux qui ne méditent pas. Les femmes qui souffrent de la ménopause peuvent également trouver du soulagement dans la méditation.

la méditation

6. Un meilleur sommeil

Un des avantages de la méditation est sa capacité à aider à avoir une meilleure quantité et qualité de sommeil.

Tout en établissant une bonne routine de l’heure du coucher et avec l’aide d’un air plus pur, si vous ajoutez une méditation de pleine conscience cela peut vous aider à avoir une meilleure qualité du sommeil et lutter contre les symptômes associés à l’insomnie tels que la fatigue et la dépression.

7. Une Libido Dopée

En plus de mieux dormir, vous pourriez être en mesure d’augmenter la qualité et l’intensité de votre vie intime.

L’une des plus grandes raisons d’absence de relation sexuelle dans un couple est la fatigue. La réponse de notre corps au stress se fait habituellement par la lutte ou la fuite.

Lorsque cela se produit, nous libérons du cortisol, l’hormone du stress, ainsi que de l’adrénaline pour nous aider à combattre le stress. Ceci augmente notre tension artérielle et déprime notre système immunitaire et notre libido se retrouve prise au piège face à un tir croisé.

Découvrez cette  infographie sur les bienfaits associés à la meditation

 les bienfaits de la méditation sur le corps humain
Les bienfaits de la méditation sur le corps humain

Une pensée finale

Vous pouvez être un peu débordés et pensez qu’il n’y a aucun moyen possible pour vous d’inclure la méditation dans votre vie déjà largement occupée. Cependant, il y a de bonnes nouvelles : vous le pouvez !

Commencez avec seulement cinq minutes chaque jour. Vous pouvez vous mettre en état de pleine conscience avant le petit déjeuner ou avant de vous préparer pour le travail par exemple.

Lorsque vous serez plus à l’aise avec la méditation, vous pouvez alors commencer à augmenter la durée de vos séances au fil du temps.

Source : le Huffington Post.

Méditation : idées reçues

Insolite : Sommeil : le cerveau gauche reste en alerte quand on dort hors de chez soi

Trouver le sommeil dans un lit étranger n’est pas toujours facile. La faute probablement à l’hémisphère gauche de notre cerveau qui resterait en alerte lors de la première nuit.

Les Japonais disent « changez votre oreiller, et vous ne dormirez plus ». Nous en avons tous fait l’expérience, un jour ou l’autre : dans un environnement inconnu (à l’hôtel, chez des amis, dans une maison de vacances), la première nuit est souvent au moins partiellement blanche. C’est en raison de l’hémisphère gauche de notre cerveau, d’après des chercheurs de l’université Brown (États-Unis). Leur étude, publiée dans Current Biology, révèle que l’hémisphère gauche reste en alerte aux stimuli extérieurs, prêt à nous réveiller à tout moment pour faire face à un éventuel danger.

Cette difficulté à dormir le premier soir hors du lit habituel est bien connue des spécialistes du sommeil, qui l’appellent « effet première nuit ». Lorsqu’ils mènent une expérience, les résultats ne sont pris en compte qu’après cette nuit d’adaptation. Pour cette étude, les chercheurs de Brown ont au contraire observé l’activité cérébrale de 35 personnes grâce à la combinaison d’un électroencéphalographe, d’une IRM et d’un magnétoencéphalographe.

Une fois à gauche, une fois à droite ?

Dès la deuxième nuit, l’activité cérébrale nocturne était normale. Mais pour la première, les chercheurs ont observé une activité particulière de l’hémisphère gauche. Alors que les sujets de l’expérience dormaient profondément, des petits sons étaient émis vers une oreille ou vers l’autre. Lorsque le son venait de l’oreille droite – reliée à l’hémisphère gauche dont des zones s’activaient – les dormeurs avaient tendance à se réveiller et à être actifs beaucoup plus rapidement.

L’équipe de l’université de Brown a montré que l’hémisphère gauche restait en éveil lors de la première phase de sommeil profond, mais n’ont pas étudié le reste de la nuit. « Il est possible que pour la surveillance, les hémisphères alternent », suppose Yuka Sasaki, chercheur en linguistique cognitive et en psychologie à l’université Brown.

Les scientifiques laissent en effet la porte ouverte à l’idée d’un fonctionnement similaire à celui que l’on connaît chez des mammifères marins comme les dauphins. Ils ne mettent qu’un hémisphère de leur cerveau en sommeil à la fois, à tour de rôle, pour pouvoir continuer à remonter à la surface et respirer.

 

Santé : Manger gras favorise les troubles du sommeil

Une alimentation grasse est associée à davantage de troubles du sommeil chez l’homme. Les adeptes des lipides sommeillent en journée, et dorment mal la nuit.

Des lipides, oui, mais avec modération. Une alimentation trop riche en graisses semble peu compatible avec une bonne qualité de sommeil. C’est ce que suggère une étude menée en Australie, et publiée dans la revue spécialisée Nutrients. Troubles du sommeil la nuit et somnolence le jour sont le lot des personnes qui manifestent une appétence pour le gras.

Cette étude a rassemblé 1 800 hommes âgés de 35 à 80 ans, suivis dans le cadre d’une cohorte sur l’inflammation et le mode de vie. Parmi eux, 41 % piquaient du nez pendant la journée. La moitié des participants dormaient également mal la nuit et bon nombre souffraient d’apnées du sommeil.

Ces troubles sont plus fréquents lorsque ces hommes rajoutent des lipides dans leur alimentation quotidienne. Les chercheurs les ont séparés en quatre groupes, selon ce paramètre, et ont comparé les résultats.

Un cercle vicieux

« Après ajustement des autres facteurs démographiques et du mode de vie, nous avons découvert que les personnes qui avaient les apports les plus riches en graisse étaient plus à risque de somnolence diurne », explique Yingting Cao, co-signataire de l’étude. De fait, le risque relatif est accru de 78 % entre les plus grands adeptes de gras et les moins gros consommateurs. Ce mécanisme pourrait s’expliquer par l’altération des rythmes circadiens au niveau de plusieurs systèmes clé, régulant les hormones, le système nerveux central et le métabolisme.

Les conséquences sur la vigilance et la concentration, y compris sur le lieu de travail, peuvent être lourdes. Mais Yingtin Tao alerte surtout sur le risque qu’un cercle vicieux ne se forme. Une mauvaise qualité de sommeil favorise l’appétence pour les lipides, ce qui favorise l’installation de ces troubles. « Notre message est simple et de bon sens, conclut la chercheuse. Nous devons attirer l’attention des gens sur l’importance de manger mieux et de bien dormir la nuit. » Plus facile à dire qu’à faire…

Source : Allo Docteur

Autres articles sur alimentation :

LE SEL, UN VÉRITABLE DANGER POUR NOTRE SANTÉ !

Santé des Enfants : attention au sucre dans les jus de fruits et les smoothies

Santé : Sommeil : les femmes ont besoin de 20 minutes de plus

Une étude anglaise révèle pourquoi les femmes ont besoin de dormir plus que les hommes. Les tâches complexes qu’elles effectuent au travail sont la cause d’une plus grande fatigue

Sommes-nous tous égaux face à la fatigue ? Visiblement non. C’est en tout cas ce que montre une étude menée par une équipe de scientifiques du Centre de recherche sur le sommeil de l’Université de Loughborough (Royaume-Uni), qui a travaillé sur un échantillon de 210 hommes et femmes.

En moyenne, les femmes ont besoin de 20 minutes de sommeil en plus chaque nuit par rapport aux hommes. La raison de ce déséquilibre:   leur cerveau, estiment les chercheurs. Les femmes auraient besoin de plus de temps de récupération car elles ont davantage tendance à faire plusieurs choses à la fois, à être « multitâches ». Notamment sur leur lieu de travail.
Une injustice biologique ? Pas entièrement, car Jim Horne, principal auteur de l’étude, explique aussi que certains hommes ont besoin de dormir plus que d’autres. C’est le cas de ceux qui ont un travail complexe et qui nécessite des prises de décisions répétées au cours de la journée. Dans ce cas, les différences entre les deux sexes s’estompent…

Des siestes pour compenser

Une étude conduite par des chercheurs américains de l’Université Duke (Durham) avait tiré les mêmes conclusions en 2013. A la différence que ces scientifiques avaient également trouvé que les femmes qui manquent de sommeil souffrent plus souvent de dépression et de sautes d’humeur. Des maux qui n’affecteraient pas les hommes avec du sommeil en retard, soulignait le Dr Michael Breus interrogé par le journal The Australian.
Heureusement, ce dernier indiquait que les femmes peuvent éviter les problèmes dus au manque de sommeil en faisant des siestes. Mais attention, ces siestes doivent durer 25 ou 90 minutes, précisait l’auteur des travaux. Avec le risque que le réveil paraisse encore plus difficile…

A chacun son lit….il y a mille façons de le partager….

Le lite n’est pas seulement le lieu du sommeil et de l’amour. Il est le révélateur de notre intimité : chacun y développe ses habitudes, ses activités.

Chacun y occupe aussi différemment son espace. C’est l’un des constats de Jean Claude Kaufmann, qui, pour décortiquer les habitudes au lit de femmes et d’hommes, en couple ou non, a lancé un appel à témoins. Poursuivre la lecture de « A chacun son lit….il y a mille façons de le partager…. »

Dormir moins de sept heures augmenterait le risque d’obésité

Une étude américaine récemment publiée montre que des nuits courtes, de moins de sept heures, augmentent la consommation de boissons et d’aliments sucrés et induisent un risque accru d’obésité.

Des chercheurs de l’Université de l’Alabama ont passé en revue des données concernant 28.150 Américains âgés de 21 à 65 ans, entre 2006 et 2008. Ils ont analysé le temps passé par chacun à manger et à boire, ainsi que leurs durées de sommeil.

Ils ont pris en compte deux types de consommation d’aliments : la première dans le cadre des repas et la seconde en dehors, alors qu’ils s’adonnaient à une autre activité comme le fait de regarder la télé par exemple. Ils ont fait de même pour la consommation de boissons autres que l’eau, en mesurant surtout la consommation de boissons sucrées.

L’équipe a noté que les participants qui enregistraient de courtes nuits de sommeil — de moins de sept heures — mangeaient quotidiennement en dehors des repas ou en regardant la télévision pendant 8,7 minutes de plus que les personnes qui dormaient entre sept et huit heures par nuit.

Les petits dormeurs avaient eux aussi plus tendance à boire en dehors des repas, 28,6 minutes par jour la semaine, et 31,28 minutes le week-end.

Gabriel S. Tajeu, l’un des auteurs de l’étude a noté que ces résultats « suggèrent potentiellement un lien entre de courtes nuits et un apport calorique accru sous forme de boissons et de grignotage ». Il a aussi établi un lien avec un risque accru d’obésité, tout en précisant que de plus amples recherches étaient cependant nécessaires.

Ses résultats ont été relayés par l’American Journal of Health Promotion.

Une étude française parue en début d’année avait déjà montré que les mauvais dormeurs étaient plus sujets au surpoids, voire à l’obésité. Les recherches menées par l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) et l’assureur MGEN avaient pris en compte des données concernant 49.086 personnes. Il ressortait qu’un temps de sommeil court augmentait les risques de grave surpoids de 34% pour les femmes à 50% pour les hommes.

Leurs résultats avaient aussi montré un lien entre le manque de sommeil et le grignotage, notamment l’envie d’ingérer des aliments sucrés. Car avec la fatigue, le cerveau est plus attiré par les glucides, considérés comme plus énergétiques.

S’endormir vite, le rêve… je dors mal ces jours ci alors j’ai bien envie de tester la méthode 4 – 7 – 8 que je viens de repérer ….

Ayant passé une nuit d’enfer, j’ai écumé internet à la recherche d’une solution pour éviter ça… je partage avec vous une méthode qui me parait simple et prometteuse à condition de s’entraîner.

Vidéo de démonstration de la méthode

La méthode 4 – 7 – 8

Un exercice de respiration très simple développé par un chercheur de l’Université de l’Arizona, permet avec un peu d’entrainement de s’endormir en une minute seulement et ce, même dans une période de stress intense, selon lui. L’insomnie, ou la difficulté à trouver le sommeil, est un problème particulièrement courant.

Environ un tiers des adultes se plaignent de ces troubles de manière occasionnelle. Une des causes les plus répandues est le stress. Pour remédier à cet état anxieux et s’endormir très rapidement, Andrew Weil, chercheur à l’Université de l’Arizona, a développé un exercice de respiration profonde. Le spécialiste affirme même qu’avec un peu d’entrainement et la juste concentration, une personne peut s’endormir en une minute seulement et ce, même dans une période de stress intense.

La méthode, intitulée « 4-7-8 », permet de se vider l’esprit, retrouver son calme et détendre les muscles et ce, en quelques étapes relativement simples. La méthode 4-7-8 Pour ce faire, il convient tout d’abord de placer le bout de la langue contre le palais, juste derrière les incisives supérieures. La langue devra rester dans cette position durant l’intégralité de l’exercice. Celui-ci fonctionne de la manière suivante :

1. Expirez tout l’air contenu dans vos poumons par la bouche

2. Fermez la bouche et inspirez doucement par le nez en comptant mentalement jusqu’à 4

3. Retenez votre respiration en comptant mentalement jusqu’à 7

4. Expirez de nouveau l’air par la bouche bruyamment en comptant mentalement jusqu’à 8 Le cycle constitué de la deuxième, troisième et quatrième étape doit être effectué quatre fois. En d’autre termes, il faudra à quatre reprises inspirez 4 secondes, retenir sa respiration 7 secondes, et expirez durant 8 secondes.

Bien sur, il ne s’agit pas d’une solution immédiate. La méthode demande un peu d’entrainement mais s’avère particulièrement efficace. « Ce n’est pas une méthode que l’on fait une fois et que l’on réussit du premier coup. Elle requiert un minimum d’exercice mais est d’une simplicité enfantine » et peut être réalisée dans toutes les positions, explique Andrew Weil. Constance et continuité Selon l’expert, celle-ci fonctionne car elle favorise une meilleur oxygénation. « Respirer profondément a un impact physiologique mais aussi psychologique, sur le processus de la pensée, en ce compris votre humeur. En se concentrant de manière très simple sur votre respiration, vous pouvez réussir à vous détendre ». Andrew Weil recommande constance et continuité pour pouvoir prétendre à de bons résultats. Il précise : « Vous devez faire cet exercice deux fois par jour religieusement. Il deviendra une merveilleuse façon de vous aider à vous endormir. Vous pouvez le faire plus souvent dans la journée ». « Après environ quatre à six semaines, vous verrez de magnifiques changements dans votre corps », conclut le spécialiste.  Publié par Emmanuel Perrin, le 07 mai 2015

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/sommeil/s-039-endormir-en-moins-de-60-secondes-avec-cette-methode-simple-c-039-est-possible_art34784.html