Lamentable : Toulon agression de Maude : «Marche en short» après l’agression de cette jeune fille à cause de sa tenue

Elle s’était fait «insulter, menacer et cracher dessus» dans un bus parce qu’elle portait un short en jean…

Petit rappel des faits :

 

Poursuivre la lecture de « Lamentable : Toulon agression de Maude : «Marche en short» après l’agression de cette jeune fille à cause de sa tenue »

Algérie la triste histoire de Chouchou, femme chauffeur de taxi

Dans le thème violences faites aux femmes, je vais citer le cas de Chouchou.

 

Ici, tout le monde l’appelle Chouchou, elle a 28 ans et exerce le métier dangereux, celui de chauffeur taxi à Alger.

Mardi 1er décembre, alors qu’elle conduisait tranquillement sa voiture à Birkhadem, un homme l’agresse. Elle raconte la scène : « Alors que j’étais dans ma voiture, à travers la fenêtre, un homme se déchaîne contre moi et me roue de coups de poing pour apaiser sa douleur après le décès d’une personne proche », écrit la victime, émue et surtout encore en état de choc. Preuve de son agression, la jeune femme a publié une photo de son nez en sang. Cela a fait le tour de la Toile.

 

La jeune femme agressée, le coupable en fuite

La suite de son témoignage est de l’ordre de l’irréel. La conductrice de taxi raconte comment les policiers l’ont harcelée de questions dans un premier temps pour finalement lui demander d’attendre la gendarmerie, seule habilitée à traiter ce genre d’affaires selon eux. Alors que la jeune femme se sent tout à fait capable de confondre son agresseur, l’attente trop longue laisse le temps à celui-ci de s’enfuir. Incitée à porter plainte, après coup, elle fustige la lenteur des forces de police et souligne la difficulté de mener une action de justice contre un inconnu. « Je suis revenue sur les lieux de l’agression. J’appelle les gendarmes qui tardent à arriver. Entre-temps, l’agresseur a fui. Les gendarmes me disent qu’il faut un certificat médical si je veux porter plainte. Ensuite, les voilà qui posent des questions à la famille de l’agresseur. Bien sûr, celle-ci nie les faits. Après avoir relevé le nom de famille de mon agresseur, tout s’arrête. L’enquête est finie. Et je me retrouve dans l’incapacité de porter plainte« , confie-t-elle à ses nombreux abonnés.

Sur les réseaux sociaux, c’est l’agression de trop ; à l’unanimité, on réclame que justice soit faite.

L’incroyable histoire de Chouchou, article du Point

vidéo sur Chouchou au travail