Santé : les dangers de la cravate

Messieurs porter une cravate serait mauvais pour votre santé !!!!

Vive la casual attitude, c’est le message que certains chercheurs pourraient vous transmettre vu le résultat d’une expérience scientifique récente.

En effet, d’après les conclusions d’une expérience menée à L’hôpital universitaire Schleswig-Holstein, en Allemagne, nouer autour du cou ce très symbolique morceau de tissu induirait des conséquences jusque-là insoupçonnées sur notre santé et nos capacités cérébrales.

Une circulation sanguine altérée

Lorsqu’on tape dans un moteur de recherches « porter la cravate », 1.910.000 résultats sont proposés. Contre 516.000 pour « remplacer la cravate ». Il y a fort à parier que cette tendance pourrait bientôt s’inverser. Des scientifiques viennent de se pencher sur la question en demandant à 30 volontaires de participer à une expérience dont les résultats ont été publiés dans la revue Neuroradiology, le 30 juin dernier afin d’observer leur circulation sanguine cérébrale.

La moitié d’entre eux portaient une cravate et l’autre non. Il a été constaté que chez la première moitié la circulation sanguine avait été réduite de 7,5%. En cause ? La cravate qui contacte les veines jugulaires chargées de drainer le sang veineux du crâne. Un pourcentage qui peut sembler faible mais qui pourtant est très important. Notamment pour les personnes souffrant déjà de troubles artériels.  En diminuant le flux sanguin, le nœud qu’il soit simple, Windsor ou double peut potentiellement ralentir l’activité cérébrale et limiter les capacités cognitives.

Attention les yeux !!!!

Comme le rappelait un article du New Scientist, en 2003, il avait déjà été établi que le port de cravate pouvait également jouer sur la tension artérielle des yeux et provoquer un glaucome. Keith Barton, un ophtalmologue d’un hôpital londonien spécialisé dans les yeux avertissait déjà à l’époque : « Lorsque l’on voit en consultation un patient qui présente une hypertension oculaire, la première chose à vérifier c’est qu’il ne porte pas une cravate trop serrée ».

Et c’est justement ce que l’on peut reprocher à l’étude menée en Allemagne. Elle n’indique pas la façon dont les participants avaient noué leur cravate. Et le média britannique Metro de regretter également l’échantillon trop faible de personnes sur lesquelles a été menée l’expérience ainsi que l’absence d’analyse plus approfondie de leurs réactions cérébrales et prise de décision en temps réel. En tout cas et au vu des effets néfastes et prouvés sur la santé, Oscar Wilde aurait eu bon goût de nuancer ses célèbres propos : « Une cravate bien nouée est le premier pas sérieux dans la vie« . A condition de ne pas être « trop bien nouée » !

 

Conclusion : cette enquête mérite d’être approfondie, pour le moment si on est accro à la cravate il faut juste la porter un peu lâche.

 

 

 

Lamentable : OPHTALMOS: OBTENIR UN RENDEZ-VOUS PREND EN MOYENNE 3 MOIS ET JUSQU’À PLUS DE 9

La vue c’est essentiel et pourtant…….

De moins en moins nombreux, les ophtalmologistes sont parmi les spécialistes les plus demandés et il en résulte donc des délais d’attente qui s’allongent. Selon une étude, il faut en moyenne trois mois avant d’avoir un rendez-vous et parfois même beaucoup plus.

Cela saute aux yeux de tous les patients, ou presque: avoir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste est une vraie gageure. Les patients ayant la vue qui baissent doivent ainsi attendre près de trois mois en moyenne avant de passer entre les mains de ce spécialiste très demandé à l’heure où les trois quarts des Français présentent une anomalie de la vue. Un délai en hausse de huit jours entre 2014  et 2015 et derrière lequel se cachent également de fortes disparités puisqu’il peut dépasser les neuf mois dans certains départements, selon une étude réalisée par Yssup Research (Publicis) pour le groupe Point Vision.

Pour les besoins de cette enquête nationale, la deuxième du genre, les cabinets de 3.239 ophtalmologistes (environ deux tiers des praticiens français) ont été appelés entre le 30 novembre et le 23 décembre 2015 et les délais d’attente avant le rendez-vous proposé, ou les refus, compulsés. En moyenne, il fallait 85 jours en 2015 avant de voir un ophtalmo, soit une hausse de huit jours par rapport à l’année précédente due au faible renouvellement de la profession et à une explosion de la demande.

Ces délais déjà importants ne sont toutefois rien en comparaison de la situation que connaissent les habitants de la dizaine de départements où les délais sont les plus longs. Ainsi, dans la Marne, l’Ain ou encore la Creuse, les délais sont compris entre six et neuf mois d’attente et ils culminent à plus de neuf mois dans trois autres: le Cantal, la Corrèze et la Haute-Loire. Les territoires les plus favorisés sont à chercher du côté des Alpes-Maritimes, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, où il faut à l’inverse attendre moins d’un mois avant un rendez-vous. Les habitants des grandes villes apparaissent également comme privilégiés avec des délais dépassant rarement la barre des deux mois comme à Nice (21 jours) ou Paris (48), sauf à Lyon (78), Nantes (89) et surtout Rennes (123).

L’enquête souligne toutefois que la part de refus purs et simples de prise de rendez-vous est pour sa part en baisse. Ainsi, si 15% des nouveaux patients étaient refusés en 2014, ils n’étaient plus que 11% l’an dernier.

Source France Soir.