Handicapées, plus jeunes et éduquées que leurs conjoints : portrait-robot des femmes victimes de violences

Je viens de lire cet article, le titre déjà m’a interpellée, je me reconnait dans ce portrait de femme, récit :

Les femmes diplômées sont victimes de conjoints qui le sont peu et le plus souvent plus âgés qu’elles : une étude inédite dévoile les profils des auteurs de violences au sein du couple.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) a publié mercredi une enquête inéditedressant le portrait des victimes de violences au sein de leur couple. Il propose une analyse des « profils des personnes de 18 à 75 ans » se déclarant victimes de violences physiques ou sexuelles et dont l’auteur(e) est le conjoint.

Ces informations ont été obtenues à partir des résultats des enquêtes dites de victimation conduites entre 2008 et 2014 avec l’Insee. Chaque année, quelque 17.000 ménages représentatifs sont ainsi interrogés sur des faits de délinquance qu’ils déclarent avoir subis et pour lesquels ils ne portent pas systématiquement plainte.

L’étude porte sur les hommes ou femmes se déclarant victimes de violences dans le couple sur deux ans: 8,2 pour mille des personnes interrogées pour les hommes, 18,7 pour mille pour les femmes. Pour l’ONDRP, une minorité des faits déclarés sont des cas de violences sexuelles.

L’étude note que les femmes victimes de violences le sont le plus souvent de la part d’hommes plus âgés qu’elles, alors que c’est l’inverse chez les hommes. Avoir un conjoint ayant un écart d’âge de plus de 5 ans conduit la part des femmes se déclarant victimes à 32 cas pour mille.

40 femmes diplômées sur 1000 violentées par le conjoint s’il n’a pas de diplôme 

Elle s’intéresse aussi aux diplômes des auteurs. Les « cas de figure » se révèlent, ici, « nombreux et variés », selon l’ONDRP. Globalement, les taux les plus élevés de violences visent des femmes diplômées dont le conjoint l’est peu. C’est l’inverse pour les hommes. Pour les femmes dont le conjoint est sans diplôme ou de niveau brevet des collèges, le taux de violences est proche de 26‰. Il est encore plus élevé si elles sont, ellesmêmes, d’un niveau supérieur: il s’établit à plus de 40‰ dès lors que la femme a au moins le baccalauréat, son conjoint étant sans diplôme ou de niveau brevet des collèges. En revanche, si la femme est peu ou pas diplômée et que son conjoint est diplômé de l’enseignement supérieur, la part des victimes déclarées est inférieure à 10‰.

Elle pointe également la répétition, ou non, de ces actes de violences sur deux ans: plus de la moitié des hommes répondent par l’affirmative, près de 3/4 des femmes. Et celles-ci ajoutent, pour près de la moitié d’entre elles, que les violences avaient commencé bien avant les deux années retenues.

Les résultats de ces enquêtes de victimation tranchent sur les chiffres officiels de la délinquance, basés notamment sur les plaintes effectives des Français. En matière de violences conjugales ou intra-familiales, les taux de plaintes sont souvent très bas en France, selon l’ONDRP.

la nouvelle application : app elles pour protéger les femmes

 

8 Mars 2016 : journée de la femme, revue de presse

Voyons un peu ce qui ressort du lot dans la presse pour cette journée de la femme 2016. J’adore personnellement le thème du rouge à lèvre masculin et le bingo de Slate …..

Pour le Parisien :

Journée de la femme à Paris : Messieurs, mettez du rouge à lèvres !

député
l’année dernière le député PS Jérôme Guedj s’était prèté à cette campagne de sensibilisation sur les violences faites aux femmes

La solidarité masculine au service de la cause féminine ! A l’occasion de la Journée de la femme, le site mettezdurouge.com propose une initiative originale aux hommes pour sensibiliser à la lutte contre les violences faites aux femmes : mettre du rouge à lèvres et poster la photo sur le Net.

Nouveauté cette année, un studio photo sera ouvert au public ce mardirue Meyerbeer*. C’est là qu’un groupe de députés engagés prendra la pose dans la matinée. Mettezdurouge.com ouvre par ailleurs une page sur les réflexes à avoir si l’on est témoin ou victime d’un viol.

Pour « la dépêche » :

«ELLES» POUR LA LIBERTÉ

elles

Unies, solidaires, libres de pensée et d’expression, artistes, «Elles» vont livrer leurs représentations sur «la Femme et la Liberté» pour célébrer la Journée de la femme. C’est dans le vécu de moments de partage que les résidentes de l’Ehpad La Chartreuse et du FAS E.Boué ont créé du lien entre les mots et les images.

Dans la continuité du partenariat avec la municipalité, ce projet culturel a réuni trois générations de femmes, accueillant cette année les jeunes adultes du Capva pour des ateliers de créations artistiques. C’est ainsi que les croquis de Jean-Paul, dessinateur autodidacte, transportent dans l’univers de la femme par la poésie de l’imaginaire.

Révélées par la photographe Lilie Perline

Le temps de l’exposition qui se déroulera du 8 au 26 mars, la médiathèque L’atelier deviendra l’espace d’expression des émotions, des ressentis suscités par ce thème. Révélées dans leurs talents par Lilie Perline, photographe d’art, des résidentes exposeront aux côtés de l’artiste des photos évocatrices de liberté, choisies dans leur environnement. C’est dans un élan fraternel que Lilie leur a transmis une autre façon de voir et d’éprouver les choses. Originaire de Toulouse, elle expose aujourd’hui dans le monde entier. Attentive à tout ce qui l’environne, elle propose son regard sur «la Femme et la Liberté» par des photos qui mettent en valeur son travail sur les cadrages, les ambiances, les couleurs.

Vernissage de l’exposition, ce mardi 8 mars, à 18 heures, à L’atelier.
En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2016/03/07/2298655-journee-de-la-femme-elles-pour-la-liberte.html#goLfXvHigfeUsHUD.99

Slate titre plus incisivement :

Le bingo du 8 mars, journée internationale des droits des femmes

Attendez-vous aux sempiternels ateliers relooking, émissions 100% femmes et multiples blagues lourdingues.

En 2015, Slate.fr faisait la liste de ce que l’on refusait de voir et d’entendre le 8 mars, journée internationale des droits des femmes. Sans surprise, nous avons pourtant eu droit aux sempiternels ateliers relooking, émissions 100% femmes et autres blagues lourdingues.

Nous sommes pourtant nombreux à prêcher dans le désert. Sans relâche, Sophie Gourion recense les pires opérations commerciales sur son blog. Sur Twitter, la présence de Jean-Marie Bigard à la soirée Festi’femmes a été épinglée dès son annonce. Mais cette vigilance et ces appels à cesser de faire n’importe quoi n’ont jamais été suivis d’effets.

Voilà pourquoi, tout en continuant à prêcher dans le désert, nous vous proposons également ces grilles de bingo «8-Mars» à dégainer dès à présent.

A priori, le simple fait d’être un être humain devrait vous exposer à un certain nombre de situations vous permettant de cocher quelques cases. Si vous avez une connexion internet, une télévision, un emploi et un vagin, je garantis un Bingo en vingt-quatre heures.

Rappelons les règles: sur chaque grille, vous trouverez des phrases que vous serez susceptibles d’entendre lors de la Journée internationale des droits des femmes. Il vous suffit de cocher au fur et à mesure celles dont vous serez l’auditeur(-trice); une fois qu’une des grilles est remplie, vous pouvez crier «BINGO!» et aller déprimer parce que le 8 mars aura été une nouvelle fois une journée du grand n’importe quoi.

Crédit photo: JD Hancock via Flickr CC License by

Crédit photo: JD Hancock via Flickr CC License by

Journée internationale des femmes : une date aussi décriée que célébrée

« Les avancées sont inabouties et paradoxales ». Ce sont les termes employés par les auteurs de l’Atlas mondial des femmes, un ouvrage sans précédent publié par l’Institut national d’études démographiques (INED) en janvier 2015, soit à quelques mois de la précédente Journée de la femme. La démographe Emmanuelle Cambois y pointait notamment les« difficultés rencontrées parfois pour concilier la vie professionnelle et la vie familiale, les activités domestiques mobilisant davantage les femmes que les hommes, y compris celles qui travaillent ».

la suite  de l’article, fort complet, sur l’internaute : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1272879-journee-de-la-femme-les-hommes-aussi-ont-leur-journee/

 

Voici donc quelques lignes sur cette fameuse journée, qui fait débat, au moins elle ouvre les dialogues sur les violences faites aux femmes, à quand la fin de cette journée !

 

Suite de cet article sur ce blog :

journée de la femme ……… suite