Bien être/santé : mots à maux, la résilience

Bonjour,

Je partage aujourd’hui un texte que m’a offert une amie, j’y ai trouvé beaucoup de richesse.

Le voici :

La résilience c’est fleurir dans une terre aride ou après un hiver long et rigoureux.

Autour de nous il y a de nombreux résilients silencieux, comme celui qui a survécu à une grave maladie ou qui a repris sa vie en main après un traumatisme incroyable.

Un être résilient, c’est quelqu’un qui ne s’est pas laissé abattre par les épreuves, mais qui est devenu plus fort grâce à elles.

Poursuivre la lecture de « Bien être/santé : mots à maux, la résilience »

Citation à méditer : Henri David Thoreau

« la vie est trop courte pour que l’on soit pressé »

Henri David Thoreau

Ces mots sont d’un essayiste américain mort prématurément à l’âge de 42 ans ! Il n’a écrit que deux livres dans sa trop courte vie.

Voici sa biographie https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_David_Thoreau

Bonne méditation 🙂

Une pensée pour mon cousin parti récemment bien trop tôt, RIP.

Société : Une maison ordonnée est une maison triste.

Comme moi vous soupirez devant les photos des maisons idéales, ou peut être présentées dans certaines revues bien connues.

J’aime chez moi laisser des choses à droite et à gauche, le tricot près du fauteuil, une revue sur la table de la cuisine… j’ai été élevée ainsi et je me sens mal à l’aise dans une maison strictement rangée.

Peut être poussez vous déjà des cris d’horreur, mais voici l’article qui amène à la réflexion :

Tout le monde ou presque soupire devant de superbes photos de maisons ultras bien décorées et rangées, dans les magazines ou sur le Web. Comment font ces gens pour arriver à garder de tels palais en ordre? Cela semble mission impossible et pourtant, presque tout le monde tente d’arriver à cet idéal…

Le professeur Mario Sergio Cortella est très connu dans le milieu des sciences de l’éducation, notamment au Brésil. Sa sagesse et ses recherches font de lui un invité très apprécié dans les émissions de télé et autres médiums traitant du thème délicat de l’éducation et de la psychologie appliquée.

Une des déclarations de cette sommité a  fait se questionner plusieurs personnes:

« Une maison ordonnée est une maison triste ». 

Mais que voulait dire exactement cet éducateur philosophe?

On se doute que sa déclaration ne fait pas l’éloge du désordre. Le manque de propreté dans une demeure ne peut que nuire à ces résidents.

Le professeur Cortella parle ici plutôt d’une tendance sociale; celle de tenter de manière obsessionnelle de toujours tout mettre en ordre et de tout améliorer tout le temps.

Les réseaux sociaux ne sont sûrement pas étrangers à ce phénomène… Les gens essaient tous de ressembler à un idéal et non à la réalité. Mais on a l’impression que tout le monde a une maison ou un appartement « instagrammable » en tout temps! Coussins judicieusement placés, objets décoratifs parfaitement choisis, cuisine étincelante. On dirait que tout doit toujours respirer l’esthétisme et la zénitude! 

Mais la vie, nous rappelle Cortella, ce n’est pas comme ça!

Adobe Stock

L’existence n’est pas parfaite; elle est constituée d’un tourbillon de hauts et de bas, de problèmes qui demandent des solutions, de moments plus difficiles… C’est alors que la  maison (et la famille qu’elle représente) devient l’un des piliers auxquels s’accrocher. 

L’impression laissée par un proche sur l’oreiller, la couverture laissée en désordre sur le divan, la vaisselle laissée dans la cuisine par quelqu’un qui a préparé une collation rapide, des jouets d’enfant ça et là… Voici quelques  preuves de la vie dans une maison.

La vie, nous dit le professeur Cortella, est composée de vibrations, de changements et de beaucoup de désordre!

Désirer nettoyer et réorganiser notre maison de manière obsessionnelle est le symptôme d’une société qui veut couvrir tous les défauts, qui n’admet plus la beauté de l’exception et de l’imperfection, selon lui.

Et il n’a probablement pas tort…

Citation du jour

L’addiction c’est tout ce qui vide la vie de son sens, tout en la faisant apparaître meilleure.

Clarissa Pinkola Estes

Vie : les 4 accords toltèques

Vous en avez peut être entendu parler. L’autre jour mon amie m’a rappelé le bonheur de lire ce livre surtout dans les moments difficiles.

Ce livre est un best seller de Don Miguel Ruiz, chaman, il a été publié en 1997.

un bref aperçu

Son but : le bonheur en brisant la souffrance que nous entretenons en nous.

Comment : en brisant nos croyances limitatives.

Les « accords » sont simplement des règles de vie, pleines de sagesse, d’une telle évidence et très simple.

En bref voici les 4 croyances :

Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui. 

« Miguel Ruiz rappelle le pouvoir du verbe sur le psychisme, explique Olivier Perrot. Qui n’a pas gardé en mémoire une phrase blessante d’un parent ? Et ne la fait pas encore résonner une fois adulte ? » La parole est un outil qui peut détruire. Ou construire. Contrairement à ce que nous croyons souvent, les mots ont du poids : ils agissent sur la réalité. « Dites à un enfant qu’il est enrobé et il se sentira gros toute sa vie », assure Olivier Perrot.

Comment s’y prendre ? En cultivant la modération dans ses propos : ne pas en dire trop, ni trop vite. Et, d’après le chaman Miguel Ruiz, cela commence dans le discours que l’on se tient à soi-même : « La clé, c’est l’attention à notre discours intérieur », renchérit Thierry Cros, coach. Les critiques et les jugements que nous cultivons sur autrui, mais aussi les sempiternels « Je suis nul », « Je suis incapable » ou « Je ne suis pas beau » que nous entretenons à notre sujet sont des paroles négatives qui polluent notre mental. Or, elles ne sont que projections, images faussées en réponse à ce que nous croyons que l’autre ou le monde attend de nous. Conclusion : parlons peu, mais parlons vrai, en valorisant aussi nos atouts et ceux d’autrui.

N’en faites jamais une affaire personnelle

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. 

Les paroles et les actes de l’autre ne nous concernent pas en propre. « Ils lui appartiennent, estime Olivier Perrot, parce qu’ils sont l’expression de ses propres croyances. » Vous êtes critiqué ? Ou encensé ? « C’est l’image que l’autre se fait de vous, analyse Thierry Cros. Ce n’est pas vous. »

De même, les événements qui surviennent ne sont pas toujours des réponses à notre comportement. Selon Miguel Ruiz, nous devons sortir de cet égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive autour de nous est une conséquence de notre attitude. Le « moi je » nous maintient dans l’illusion. Donc dans la souffrance.

Comment s’y prendre ? « Il s’agit moins de rester stoïque que de prendre du recul », conseille Thierry Cros. Ramener à soi ce qui appartient à l’autre déclenche inévitablement de la peur, de la colère ou de la tristesse, et une réaction de défense. L’objectif : laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes et ne pas s’en mêler. Cela suffit souvent à calmer le jeu.

Ne faites aucune supposition

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

« C’est un travers banal, admet Olivier Perrot. Nous supposons, nous élaborons des hypothèses et nous finissons par y croire. » Un ami ne nous a pas dit bonjour ce matin, et nous imaginons qu’il nous en veut ! Selon Miguel Ruiz, c’est un « poison émotionnel ». Pour s’en libérer, il propose d’apprendre à mettre les choses à plat, par exemple en exprimant ses doutes. « Ce qui implique d’apprendre à écouter et d’être capable d’entendre », remarque Thierry Cros.

Comment s’y prendre ? Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée. Dès lors qu’une hypothèse devient une croyance (« Cet ami est fâché contre moi »), nous élaborons un comportement de pression (« Je ne l’aime plus non plus » ou « Je dois le convaincre de m’aimer à nouveau »), source d’angoisse et de stress.

Faites toujours de votre mieux

Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.

« Cet accord découle des trois premiers, constate Olivier Perrot. Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous finissez par agir contre vous. Mais si vous en faites moins, vous vous exposez à la frustration, à la culpabilité et au regret. » Le but est de trouver le juste équilibre.

Comment s’y prendre ? Ce qui est juste pour soi ne dépend en aucun cas d’une norme. Pour Miguel Ruiz, certains jours, faire ce qu’il y a de mieux pour soi, c’est rester au lit. Dans tous les cas, souligne Thierry Cros, « le pire piège est la course à la perfection ». L’un des moyens d’éviter ce travers est de remplacer nos « Je dois faire ceci » par des « Je peux faire ceci ». Comme l’affirme Olivier Perrot, « cela permet de s’approprier pleinement l’objectif à atteindre, sans se soucier du jugement et des attentes des autres ».

Bien être : le feng shui et le salon

Je suis depuis longtemps sensibilisée au Feng shui, intuitivement je l’ai appliqué dans ma maison. Depuis j’ai suivi une formation et je compte continuer à apprendre car le Feng Shui est essentiel, il concerne notre santé, les énergies qui circulent dans les maisons influencent notre dynamisme et nos états d’humeur.

Voici un texte guide, simple, que je trouve adapté à notre style de vie, son auteur est Christine Fageot.

Pour bien aménager votre salon feng shui, votre maison doit posséder un coté yin et un coté yang. Les pièces yang sont les pièces les plus exposées au soleil (le secteur Est, Sud Est, Sud, Sud Ouest, Ouest). Dans l’art feng shui, on va privilégier les pièces à vivre qui ont besoin de luminosité et où on vit dans la journée comme le salon, le séjour feng shui, le bureau ou la cuisine.

Les pièces yin sont les pièces que l’on choisit en feng shui pour les endroits où l’on a le moins besoin de la forte lumière du soleil comme par exemple les chambres feng shui, les salles de bains, les pièces de rangement, les garages ou buanderies, dressing…

Le salon et le séjour feng shui seront alors placés dans un secteur yang de la maison. Le salon et la salle à manger ne doivent pas être plus petits que la chambre, sinon essayez de permuter les pièces. L’Expert feng shui regardera sur les plans de votre maison où est le meilleur secteur de la maison pour y installer le salon feng shui.

                               La circulation d’énergie dans le salon feng shui :

                                           – ni désordre , ni encombrement

                Pour un bon aménagement de votre salon feng shui, il faut à tout prix éviter le désordre ou l’encombrement qui produit du «char qi» ou énergies nocives en feng shui. Pour cela, on cache les angles saillants des murs ou les poutres de notre salon qui sont des ondes de formes nocives en géobiologie et en feng shui. On peut mettre par exemple une grande plante ou une guirlande de lumière.
De même, les poutres sont considérées comme énergie nocive ou «char qi». Pour contrecarrer cette énergie, on peut peindre de la même couleur que le plafond ou bien on y place un carillon éolien feng shui. De plus, la propreté et l’ordre sont des priorités en feng shui pour votre salon. C’est pourquoi il est nécessaire d’aérer les pièces tous les matins pour faire rentrer la bonne énergie et nettoyer pour évacuer les énergies nocives.
Pour éviter les blocages d’énergie, on recherche en feng shui, à ce que l’énergie ou le « QI » circule, c’est a dire qu’il faut éviter de le bloquer par des meubles ou objets sur lesquels on bute. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de bien agencer son salon feng shui.

                                      La lumière dans votre salon feng shui

Pour avoir un beau salon feng shui, laissez entrer la lumière du soleil ou du jour par de belles ouvertures sur le jardin ou l’extérieur. Il faut éviter de mettre des arbres trop proches de la maison feng shui pour laisser entrer la lumière. Les lumières naturelles sont appréciées et on place plutôt des lumières indirectes, par touches dans le salon (petites lampes, bougies, lampes de sel) pour le côté intime. On préfèrera un grand lustre en cristal feng shui pour éclairer la table de la salle de séjour car il reflète toutes les couleurs de l’arc en ciel.

                   Les couleurs du salon feng shui : douces mais pas fades

On choisit des couleurs agréables en fonction des goûts de chacun. On privilégiera en feng shui des couleurs unies et douces à la place des tapisseries chamarées et chargées pour notre salon. Il faut éviter de peindre en feng shui tous les murs en rouge (trop yang) car cela engendre l’’agressivité et la tension. Il est aussi déconseiller de peindre tous les murs de couleur trop neutre ou trop pâle (trop yin) (trop de gris, de blanc ou de beige) cela donne un coté chic parfois mais aussi un peu triste.
L’idéal pour votre salon feng shui est de jouer avec l’équilibre du yin et du yang (l’harmonie des couleurs vives et douces). On favorise les couleurs yin (beige, ivoire, blanc, jaune clair, orange clair, gris, bleu ou vert pâlele lilas ou le rose) avec des taches de couleur yang (rouge, violet, prune, orange ou jaune vif (dans la décoration feng shui, tableaux, objets ou coussins) pour enjoliver son salon feng shui.

salons-feng

                                              Les Meubles du séjour Feng shui

Pour meubler votre séjour feng shui, les tables rondes ou ovales sont préférables pour la circulation de l’énergie et le coté convivial. Les membres de la famille choisissent une place qui leur est favorable en fonction de la formule feng shui (ming gua). Les chaises confortables avec des accoudoirs sont préférables aux autres sièges. Les miroirs sont feng shui dans le séjour car ils multiplient symboliquement la famille et les repas.

 

                                                            Les meubles du salon

Pour meubler votre salon feng shui, les canapés en matière naturelle (lin, cuir, alcantara, tissus de qualité) doivent être plutôt adossés à un mur, et non pas dos à une porte ou sous une fenêtre. Pour faire un coin intime, il faut les rapprocher et mettre une petite table ou une plante, voire une belle lampe à coté.
Normalement situés au centre du salon, les canapés se conjuguent avec des coussins de couleur dispersés et les poufs sur un tapis qui délimite l’espace dans le feng shui. Cela donne à cet ensemble un coté cocooning. On s’assoit selon les bons emplacements de chacun pour respecter les règles feng shui du ming gua.
Le téléviseur est situé à l’’extrémité du salon feng shui avec la chaine hi-fi ou l’ordinateur, à cause des effets nocifs des ondes électro- magnétiques. Pour dépolluer, on peut mettre une grosse pierre feng shui naturelle en tourmaline noire soit une belle plante grasse.
La cheminée est très prisée en feng shui pour l’ambiance magique que procurent la lumière, la chaleur, l’’odeur du feu de bois tandis qu’un miroir feng shui au-dessus de la cheminée rééquilibre le coté yin (élément eau du miroir) et yang (élément feu de la cheminée).
Les rideaux en matière naturelle donnent un coté feutré et adoucit la lumière du salon et du séjour feng shui. Les plantes vigoureuses sont le symbole de la santé et de la longévité et ont leur place dans les pièces à vivre.
La musique en fond sonore ajoute un coté bien-être au feng shui et de la même manière, les parfums d’intérieur et bougies parfumées finissent de parfaire l’’harmonie feng shui des pièces à vivre où il est bon de se retrouver en famille et avec des amis.

salon-feng-shui

 Les objets de décoration feng shui pour votre salon : positifs, non agressifs, beaux, de bonne énergie.

Tout ce qui nous entoure va psychologiquement influencer nos humeurs, notre moral et notre santé car la plupart des objets représente symboliquement quelque chose en nous qui va générer des émotions ou des états d’âme.C’est pourquoi on ne garde que les objets que l’on a choisit, qui nous rappelle une belle histoire et que l’on trouve beaux ou utiles.
On va se séparer de tout ce qui est négatif (arme, couteaux, décors de guerre..) mais on choisit plutôt ce qui représente la beauté, la sérénité, le positif. De la même manière, on se sépare des objets qui ne nous plaisent pas (même si on nous les a offert ou qu’on en a hérité).
On réfléchit avant d’acheter des objets d’occasion car ils ont gardé les énergies des précédents propriétaires.

Voici aussi un lien vers un site que je trouve simple d’accès et qui traite de toute la maison, en effet l’énergie doit circuler partout..

blog sur le feng shui