Humeur : les footballeurs français sont des magiciens

Bravo à l’équipe de France, elle a gagné la coupe du monde, 4 à 2 face à la Croatie ! Bien joué !

Bon, ils ont fait leur travail, comme le plombier qui répare une  fuite, le boulanger qui cuit son pain, l’informaticien qui met le point final à un programme…

Bref, vous, lui, le voisin, moi ou n’importe qui effectue parfaitement une tâche..

 

Oui je suis fière de ces sportifs et de mon pays, mais pourquoi les arroser de tant d’argent alors que bien d’autres personnes ne peuvent vivre de leur savoir faire.

Les chercheurs n’ont pas de bourses d’études pour les doctorats, les laboratoires  manquent de fonds pour les recherches, les APL ont baissé pour les plus nécessiteux.

L’euphorie de la victoire escamote de façon transitoire et hystérique les problèmes de notre beau pays.

 

Il nous faudra hélas retomber sur terre….

 

Sachons retenir de cette superbe union nationale qu’il nous faut rester solidaire et se rappeler de la devise de la France :

Egalité, Liberté et Fraternité.

 

Que la France soit comme les footballeurs, une équipe qui ne laisse personne sur la touche.

 

Résister au blue monday : vidéo pour y résister et même aller mieux tout court …

Le 16 janvier, troisième lundi de l’année, est le jour le plus déprimant de l’année selon une formule inventée par un psychologue britannique.

Le « Blue monday », c’est en théorie le jour le plus déprimant de l’année. Il tombe le troisième lundi du mois de janvier, selon une formule créée en 2005 par un psychologue anglais, le Dr Cliff Arnall. Ce jour concentrerait, selon lui, les pires situations qu’un être humain puisse connaître : un lundi (et la fin du week-end), le gris et le froid, des fêtes déjà loin, et le portefeuille vide, car les dépenses ont été nombreuses et le salaire n’est toujours pas tombé. C’est aussi le moment où l’on abandonne les bonnes résolutions.

Alors regardez cette petite vidéo qui donne des principes simples et faciles :

Blue monday j’aurai ta peau

 

Alors bougeons nous tout en douceur, écoutons un superbe morceau de musique, et on se met un grand sourire sur le visage, la journée sera superbe.

3 astuces pour résister au blue monday

 

 

 

 

Santé : riez c’est tout bon….

Il est « le meilleur des remèdes ». Bon pour le corps, pour l’esprit, le rire protège notre organisme, explique un médecin spécialiste de l’exploration du système nerveux.

Le rire est un réflexe. Et comme tous les réflexes – la main que l’on éloigne lorsqu’elle s’approche d’une source de chaleur, les yeux que l’on ferme devant la pointe d’un couteau – il protège notre organisme. Inscrit dans notre corps, le rire nous permet ainsi de lutter contre le stress. Comment ? En augmentant la production des neuromédiateurs, notamment l’endorphine, qui atténue la douleur ou la sérotonine, qui réduit l’anxiété.

« Quand nous rions nous pouvons fabriquer ce dont nous avons besoin chimiquement, explique Henri Rubinstein, spécialiste de l’exploration du système nerveux. Dans notre cerveau des émotions, se trouve un système accélérateur, le système orthosympathique et un système frénateur, le système parasympathique. Lorsque l’on va bien, il y a un équilibre entre les deux. Mais dans les situations de stress, il y a une prédominance de l’orthosympathique. Or tout ce qui concerne le rire passe par le système frénateur, ce qui permet de rétablir cet équilibre. »

Il est bon de se souvenir de l’histoire de Norman Cousins1 qui en a expérimenté les effets bénéfiques en 1964 alors qu’il souffrait d’une spondylarthrite ankylosante (arthrite de la colonne vertébrale), pathologie grave et dite irréversible. Sa technique ? Regarder des films comiques et hilarants (Laurel et Hardy pour ce qui le concerne) et prendre de la vitamine C en quantité importante. Chaque fois qu’il regardait ce genre de films, ses douleurs s’apaisaient pendant 2 heures. Après 6 mois de « ce traitement », la guérison fut l’épilogue.

 

Le rire, une gym douce

Mais les vertus du rire ne s’arrêtent pas à limiter les effets du stress. Se fendre la poire, c’est aussi du sport. « Rire correspond à une gym douce, un jogging stationnaire », assure Henri Rubinstein. C’est une onde musculaire qui va partir des petits muscles de la face et s’étendre dans tout le corps, suivie d’une relaxation musculaire.« C’est pour cela que l’on est parfois obligé de s’asseoir lorsqu’on rit trop. Car les quadriceps ne tiennent plus… »

Rire-pour-evacuer-le-stress_imagePanoramique647_286

Se marrer quelques minutes permet aussi de réoxygéner son organisme. « Dans la vie courante on échange un demi-litre dair. Lorsqu’on rit, cest 2,5 litres dair », pointe Henri Rubinstein. Cela permet de vider l’air de réserve qui est stocké au milieu des poumons. « Nous éliminons alors davantage d’acide lactique, davantage de cholestérol et augmentons nos défenses immunitaires. »

En fait, le rire correspond à une forme particulière de respiration : une inspiration brève, une pause respiratoire suivie d’une expiration longue et saccadée, le fameux « ah, ah, ah ! ». « On se rapproche de la respiration du yoga, précise le spécialiste. C’est aussi bon pour le sommeil. Cela va permettre de purger de l’organisme des hormones d’éveil comme l’adrénaline. Et à ce moment-là, la relaxation peut se faire. »

Cela s’apprend

Le rire n’a donc rien de fou. C’est aussi un moyen de communication.« On peut rire ensemble sans parler la même langue, c’est un moyen de forger le groupe donc de lutter contre la solitude », ajoute Henri Rubinstein. S’esclaffer crée une sorte de barrière psychologique à l’hostilité du monde. C’est pour cela que l’on rit parfois dans des situations tristes ou choquantes.

Quant à savoir ce qui le déclenche, eh bien, là, les causes sont variées. Le rire peut résulter d’une stimulation physique ou chimique, d’une situation psychologique mais aussi se réveiller grâce au talent des comiques… On rit parfois jusqu’à s’en décrocher la mâchoire.

Ouest France

Humour : Advertisments/publicités pour rire un coup !!!! Na car c’est lundi

Vive le roller derby…

Je voulais aller voir ce sport depuis un moment, après les galères je me suis offert une pause.

Alors vive la fraîcheur, la jeunesse, la spontanéité et la bonne humeur, j’ai adoré voir les joueuses évoluer et se combattre sur la piste à Mérignac.

roller 5.jpg

résultat les « full métal punkettes » ont battu les « valient bitchiz », mais surtout un grand gagnant l’esprit sportif et la fête autour de la piste !

Vous ne connaissez pas, alors voici des photos :

roller 2.jpg

Jpeg
Jpeg

Les marathoniens de la tour Eiffel

Jeudi 17 mars, de drôles d’athlètes se rassemblent au Champ-de-Mars à Paris, au pied de la tour Eiffel. Cent athlètes se sont donné rendez-vous pour la deuxième édition de la Verticale de la tour Eiffel. Le but ? Parcourir en moins de 7 minutes 50 secondes (record en cours) les 1 665 marches du monument symbole de la ville de Paris.

Parmi ces fous des marches, deux champions sont favoris. Piotr Lobodzinski, qui détient le fameux record, et Suzanne Walsham, son alter ego chez les femmes, qui a remporté l’édition de 2015. Cette dernière s’est fait une spécialité de la montée de l’Empire State Building, à New York, 86 étages, 1 576 marches. Elle a même remporté la course six fois, dont les trois éditions précédentes. Elle fait cavalière seule dans la discipline depuis 2012, survolant chaque année le Circuit vertical mondial, championnat basé sur les résultats de huit courses à travers le monde.

Pas une course de marathoniens

Ces courses verticales sont particulières à bien des égards. Le départ est fondamental, il faut, par exemple, passer la porte de la cage d’escalier la première, sous peine d’être coincée par l’encadrement ou la carrure de ses concurrentes. Et surtout ménager ses efforts. Pour l’Empire State, Walsham grimpe les marches deux par deux, une technique de base pour les habitués du tower running, qui consiste en une course jusqu’au sommet d’un gratte-ciel. Les meilleures athlètes féminines montent l’emblématique immeuble new-yorkais en à peine moins de 12 minutes. Cent trente et une marches à la minute. Soit deux à la seconde.
Le Monde sport

et le vainqueur 2016 est Piotr LOBODZINSKI, Pologne il a grimpé en 7 minutes 48 secondes 77 centièmes… bravo à lui !

 

 

 

Le « sport sur ordonnance », bientôt une réalité !

Et si en plus d’une prescription de médicaments, votre médecin inscrivait « séance de sport »… Cette situation sera bientôt une réalité !  La mesure, prévue dans la loi de santé, a été adoptée par les députés cette semaine. A l’Hôpital Foch de Suresnes, les patients atteints d’un cancer se voient prescrire des séances de sport avant une opération chirurgicale. Les explications du Dr Nicolas Barizien, médecin du sport et rééducateur. En tant que chef du service de médecine physique et réadaptation, il pilote l’expérimentation à l’hôpital Foch de Suresnes.

  • Quels sont les bénéfices attendus pour les patients ?

Dr Nicolas Barizien : « Ils sont très importants puisque l’activité physique permet de limiter le nombre et l’importance des complications post-opératoires, en particulier chez les patients relativement fragiles. Chez les patients atteints de cancer, c’est souvent le cas avec de la dénutrition, du déconditionnement… C’est une prise en charge multidisciplinaire. On va préparer le patient pour son opération comme on va préparer un sportif pour une compétition. »

  • Le programme sportif est-il adapté à chaque cas ?

Dr Nicolas Barizien :  « Oui, il est adapté à chaque cas. Tout commence avec une recommandation du chirurgien qui va dire « voilà, je vais vous opérer dans 4, 5 semaines et vous allez faire ce qu’on appelle de la préhabilitation ». On reçoit alors le patient à plusieurs. Un kiné fait une évaluation de ses capacités articulaires. Une diététicienne fait un bilan de son état nutritionnel, pour voir s’il a besoin de perdre du poids ou au contraire de prendre de la masse musculaire… A-t-il besoin de contrôler son diabète, son hypertension, son cholestérol… Une psychologue cherche à savoir comment il vit tout ça et va lui donner des solutions pour se relaxer. Un médecin fait une synthèse et tout ça débouche sur une prescription d’activité physique. »

  • Le « sport sur ordonnance » devient très tendance. On en parle de plus en plus. Est-ce que cela va vraiment se généraliser ?

Dr Nicolas Barizien : « C’est très tendance parce qu’on a des études très importantes qui sont menées depuis plus d’une dizaine d’années et qui montrent l’impact bénéfique de l’activité physique chez les patients. C’est vrai en particulier pour toutes les maladies chroniques que sont les maladies de la sédentarité : obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, accidents vasculaires cérébraux et aussi cancers. On prescrit déjà en France de l’activité physique après une pathologie sévère. Mais là, l’idée est de ne pas faire simplement du traitement mais aussi du préventif. »

  • Qui paye ces séances d’activité physique?

Dr Nicolas Barizien : « Aujourd’hui, les patients qui sont pris en charge, ce sont tous les patients en affection de longue durée. Ils sont pris en charge à 100%. Ce qu’on souhaiterait, c’est généraliser les choses. Pour cela, dans l’article de loi sur le sport sur ordonnance, il y trois items. Premièrement, on reconnaît la prescription d’activité physique au médecin. Deuxièmement, on labellise les structures sport et santé qui vont accueillir les patients. Et puis, on inscrit dans le cursus des médecins et des paramédicaux une formation à la prescription d’activité physique. »

Huiles essentielles,homéopathie = Bobos sportifs.KO..

Après le sport c’est parfois aie aie, courbatures, contusions, notre corps nous rappelle qu’il existe, alors quelques gouttes magiques d’huiles essentielles et le tour est joué.

voici aussi en introduction quelques principes généraux, tout simples à ne pas oublier :

Déjà avant une séance qui se promet plus difficile, penser à prendre de l’arnica montana en 9 ch, avant la séance, même la veille au soir, puis après la séance, c’est souverain contre les courbatures, notamment lorsqu’on commence une nouvelle discipline, ou que l’on reprend le sport après une interruption ou si on pense avoir une séance plus costaude que de coutume.

Autre généralité, ne pas oublier de boire, avoir sa bouteille d’eau avec soi, une eau avec du magnésium, encore meilleure contre les crampes, il faut boire régulièrement par petites gorgées.

Ne pas oublier l’importance de l’échauffement, il est essentiel.

Enfin, prendre une douche chaude pour irriguer les muscles après l’effort.

Coté huiles essentielles :

En préparation de l’effort, car il vaut mieux prévenir :

gene

Avant la séance masser les muscles avec 6 gouttes d’huile essentielle de genévrier (oui la plante qui pique quand on ramasse ses baies) diluée dans une cuillerée à soupe d’amande douce. Cette HE a des propriétés antalgique, décongestionnante et décontractante. Son application en légers massages sur les bras, les jambes permettra aux muscles de se contracter avec un maximum d’efficacité, diminuant ainsi le risque de blessures.

Contre les contusions, l’Hélichryse Italienne.

helycrise

Souveraine après une chute ou si vous pratiquez un sport de combat.

Bienfaits : fluidifie le sang, Elle favorise la résorption des hématomes. Egalement antalgique elle soulage la douleur due au choc. Enfin, appliquée sur une écorchure et son contour elle accélère la cicatrisation.

Comment l’utiliser : verser une goutte pure du remède sur la zone concentrée dans les 2 à 3 heures qui suivent le choc, la faire pénétrer doucement par de légers mouvements circulaires. Inutile de répéter l’opération, une fois suffit.

Ndlr : en cas de traumatismes non sportifs elle est tout aussi utile.

Contre les crampes et courbatures le lavandin super ou lavandula hybrida

lavandin

Quelle que soit leur origine :

  • manque d’échauffement
  • déficit d’hydratation
  • surcharge de toxines dans le corps

les crampes et courbatures peuvent survenir quelques heures après l’effort, souvent dans le mollet et la cuisse mais pas seulement.

L’huile de lavandin super possède des vertus myolrelaxantes et antalgiques qui soulagent bien vite ces contractions musculaires douloureuses mais bégnines.

Comment l’appliquer :

Diluez 20 gouttes dans 50  ml d’huile végétale (macadamia, amande, olive…..) appliquer sur la zone douloureuse. Frictionner pour chauffer le muscle endolori et le détendre.

Vous pouvez en cas de courbatures multiples vous préparer un bain à 36 ou 37 ° dans lequel vous ajoutez de 15 à 20 gouttes d’huiles essentielles diluées dans une cuillerée à soupe de lait. La chaleur plus l’efficacité du produit va décontracter rapidement vos muscles fatigués, en plus vous serez Zen.

Contre les tendinites : La gaulthérie couchée

gaultherie

Aie, un effort excessif, ou un faux mouvement….. une douleur intense se manifeste au niveau d’une articulation : coude, cheville, poignet, épaule…. C’est probablement une tendinite.

Bienfaits de la gaulthérie couchée. Elle possède des vertus anti-inflammatoires et antidouleur très puissantes. Cependant comme elle est irritante elle ne peut être utilisée plus de 5 ou 6 jours consécutifs. Les personnes intolérantes à l’aspirine devront l’éviter.

Comment l’appliquer :

Diluer 20 gouttes dans 25 ml d’huile végétale, Masser la zone douloureuse matin et soir, jusqu’à absorption complète du produit par la peau.

Si au bout de 3 à 4 jours il n’y a pas de mieux être consultez votre médecin.

Contre les élongations : l’eucalyptus citronné. (corymbia citrodiara)

citronné

 

Votre muscle a été sollicité au delà de ses possibilités, c’est l’élongation ! Pour apaiser la douleur rien de tel que l’eucalyptus citronné.

Ses bienfaits :

Cette HE est anti-inflammatoire, antalgique et rafraîchissante. Elle soulage efficacement les lésions musculaires et articulaires.

Comment l’appliquer :

Dans 50 ml d’huile de tournesol mélanger 40 gouttes d’eucalyptus citronné, massez légèrement la zone endolorie 2 à 3 fois par jour jusqu’à pénétration complète, cela pendant 48 à 72  heures.

Mes autres articles sur les huiles essentielles :

Huiles essentielles indispensables dans la pharmacie

Huiles essentielles et maux hivernaux

 

 

%d blogueurs aiment cette page :