Injection : conseils du Docteur Rueff pour mieux la tolérer

Suite à une forte demande, je reprends ci dessous le texte d’une lettre d’information que j’ai recu via la liste de diffusion du Docteur Rueff.

N’oubliez jamais que cette lettre est à titre d’information et non une consultation médicale, les injections sont toujours faites en périodes d’expérimentation (stade habituel de l’expérimentation animale ou sur des personnes rémunérées) et personne ne connaît à ce jour les effets secondaires à moyen et long terme.

La lettre reprend bien les produits contre les principaux poisons contenus dans l’injection, mais en ce qui concerne les modifications génétiques c’est plus obscur !

Les injections prendront fin en octobre, de nouveaux médicaments arrivent en Europe à ce moment là ! mon choix est donc d’attendre d’autant plus que j’ai une maladie auto immune à la suite d’un vaccin classique… et un terrain allergique comme le jeune Maxime qui est mort à 22 ans d’un choc anaphylactique.

J’espère que cette lettre pourra vous aider si vous n’avez que la solution de vous faire injecter, tenez moi au courant et courage, la situation actuelle est très dure pour tout le monde, ce chantage est odieux !

Lettre

Vaccination Covid : mes conseils pour mieux la tolérer

Chère amie, cher ami,

Je tiens à remercier ici toutes celles et ceux qui ont fait des commentaires positifs à ma précédente lettre « La fracture vaccinale, un danger pour la démocratie »[1].

Je reste cependant conscient qu’il faudra aider un certain nombre d’entre vous, qui, pour diverses raisons, ne pourront pas ou ne voudront pas attendre pour se faire vacciner.

Il existe des solutions dans divers domaines afin de mieux préparer la vaccination, d’en diminuer les risques d’effets secondaires ou de traiter ces effets au cas où vous en seriez atteint. C’est ce que je vais aborder.

Mais d’abord un petit rappel

J’ai déjà parlé de toutes les mesures que l’on peut individuellement envisager afin de stimuler notre système immunitaire pour faire en sorte de ne pas tomber malade, ou, si l’on tombe malade, de l’être le moins possible.

Je vous renvoie donc à cette lettre publiée en mai 2020[2] où je vous conviais, avec ou sans vaccin, à une prévention nutritionnelle active que nous pouvons tous suivre facilement.

Une alimentation saine, variée et riche en polyphénols (fruits rouges, thé vert…) est vivement recommandée, ainsi qu’une pratique régulière d’un exercice physique de votre choix, afin de booster votre système immunitaire.

Bien entendu, aucune de ces mesures ne donne une « assurance tous risques » et il faut les assortir de toutes les mesures classiques de distanciation et d’hygiène, mais je peux vous assurer que, dans mon entourage informé de ces données, je n’ai pas rencontré de personnes gravement malades.

Mais le vaccin, contrairement à ce que répètent les « pseudo-experts » des chaînes de télévision, n’est pas non plus une « assurance » de ne pas contracter ni transmettre la maladie[3].

D’ailleurs, le ministre de la Santé britannique ne vient-il pas de contracter le varient Delta après une double vaccination ?

Je précise que n’aborderai pas, dans cette lettre, les propositions de prévention ou de traitement par des médicaments seulement disponibles sur ordonnance, qu’il est formellement déconseillé de prendre en automédication.

Si vous envisagez de vous faire vacciner

Il est important de préparer son corps à la vaccination. Essayez de vous détoxiquer en allégeant votre alimentation et en diminuant vos apports de viande et de produits transformés. Commandez les produits que je vais vous conseiller suffisamment tôt avant la date prévue de votre vaccination, car certains peuvent mettre quelques jours à vous parvenir.

Sachant que le vaccin, parce qu’il va vous faire sécréter dans l’organisme cette fameuse protéine Spike, va en quelque sorte « mimer » la maladie, il serait bon de préparer votre système immunitaire à cette situation.

L’homéopathie en prévention

Je vous propose de commencer par les produits homéopathiques qui sont essentiels et que vous trouverez dans les pharmacies que je vous indique en fin de lettre, où il vous faudra les commander à l’avance.

Mon confrère Laurent Hervieux a mis au point un mélange de souches diluées à la 200e dilution korsakovienne[4], qui a évolué en fonction des différents symptômes rencontrés depuis le début de la pandémie.  Il s’agit de phosphorus, bryonia, eupatorium, arsenicum album, justicia, gelsemium, antimonium tartaricum, beryllium, ammonium sulfuricum, et crotalus . Ce mélange est présenté sous forme de tube de granules, et je vous conseille d’en prendre 3 granules le soir, un soir sur deux. Il s’agit de remèdes qui préviennent à la fois les risques de problèmes respiratoires, inflammatoires et d’hypercoagulation, puisque nous savons maintenant que le Covid est aussi une maladie qui provoque des thromboses.

À ce propos, si vous avez le moindre doute sur votre état vasculaire, je vous conseille, un mois avant et trois mois après la vaccination, d’ajouter :

  • matin et soir, 10 gouttes de Cornus Sanguinea (cornouiller) en macérat glycériné, que vous trouverez sur Internet ou dans les herboristeries ;
  • matin et soir, 10 gouttes sur la langue du mélange des « 4 venins », fabriqué par le laboratoire Weleda, que vous pouvez commander dans toute pharmacie. Il s’agit de : Crotalus Horridus D20, Lachesis D12, Naja Tripudians D10 et Vipera Torva D30.

Vous pouvez également faire pratiquer un examen sanguin, les D-dimères[5], afin de pouvoir, par la suite, surveiller l’évolution de votre coagulation. Si vos D-dimères sont augmentés, soyez prudent !

Mais le plus important à ce stade est de commander, en dilution 200K, des « isothérapiques » du vaccin que l’on va vous injecter. Il s’agit de dilution homéopathique du vaccin. Vous en prendrez une dose la veille du vaccin, et une seconde dose 28 jours plus tard ou la veille de la seconde dose.

On peut aussi, comme le font une majorité de médecins homéopathes, proposer en plus :

  • 3 jours avant la vaccination, une dose de SILICEA 9CH ;
  • 2 jours avant la vaccination, une dose de THUYA 9CH ;
  • la veille de la vaccination, une dose de NUX VOMICA 9CH.

Les compléments alimentaires en prévention

Sur le plan nutritionnel, prévoyez au moins 12 semaines avant la vaccination de faire mesurer votre taux plasmatique de vitamine D, et de vous supplémenter s’il est inférieur à 100 nanogrammes/ml de sang, avec, au choix :

Par la suite, n’hésitez pas à surveiller votre taux et à vous supplémenter si besoin, car un bon taux de vitamine D est une protection fondamentale contre toutes les infections virales.

Ensuite, un mois avant la date prévue pour l’injection, et jusqu’à un mois après (au moins), pensez à stimuler vos défenses immunitaires en prenant 1000 milligrammes de vitamine C matin et soir, avec, au choix :

Ajoutez à cela :

  • 1 gélule, matin et soir de QUERCETINE qui a, elle aussi, des propriétés antivirales particulières[6];
  • du magnésium sous forme de bisglycinate, au moins une gélule de 120 milligrammes aux trois repas, que vous trouverez dans tous les laboratoires de compléments alimentaires et en pharmacie.
  • Du zinc également sous forme de bisglycinate, à raison d’une gélule dosée à 15 milligrammes, 2 à 3 fois par jour. Sachez que le zinc exerce des fonctions antivirales importantes.

Je propose souvent deux autres complexes, avec le même « timing » :

  • le premier pour stimuler et préparer votre flore intestinale : 1 gélule le matin d’IMMU-BIOTIQUES ;
  • le deuxième pour stimuler le système immunitaire, il s’agit d’un mélange de champignons spécifiques anti-infectieux, le MYCO-DEFENSES.

Si vous pensez devoir détoxiquer votre organisme, je vous conseille de prendre dans les jours qui précèdent et les quatre semaines qui suivent la vaccination :

  • 1 gélule matin et soir de VITAL DETOX;
  • 1 gélule 2 à 3 fois par jour de N-ACETYL-CYSTEINE;
  • 2 gélules le matin de GLUTATHION-R ou, pour celles et ceux qui ont du mal à avaler les gélules, 2 comprimés perlinguaux, une heure après les 3 repas, de L-GLUTATHION REDUIT SUBLINGUAL. Pour toutes les propriétés du glutathion, je vous renvoie à la  lettre que j’ai publiée en juillet 2021[7].

Si, malgré la mise en place de toutes ou une partie de ces mesures (principalement les isothérapiques, les vitamines C, D, et le zinc) vous avez des effets secondaires suite au vaccin, voici ce que vous pourriez envisager de faire.

Que faire en cas d’effets secondaires ?

Ils sont nombreux et bien décrits[8], souvent bénins, mais parfois graves pouvant conduire au décès, le plus souvent par thrombose ou atteinte cardiaque.

De plus, on peut légitimement penser qu’ils sont probablement sous déclarés, certains d’entre nous ne les ayant pas signalés à leur médecin (ou le médecin n’ayant pas jugé bon de les signaler sur les sites référents[9]).

  • Douleur persistante au point d’injection avec picotements et douleurs dans le bras, parfois prémices de crampe ou de paralysie ;
  • Fièvre, courbatures, frissons, nausées, céphalées et fatigue extrême pendant une durée d’un à cinq jours ;
  • Fatigue prolongée, baisse des capacités cognitives et intellectuelles, perte du goût et/ou de l’odorat parfois pendant plusieurs mois ;
  • Risque de syndrome de Guillain Barré, en particulier avec le vaccin Janssen[10].

La pharmacovigilance sur les vaccins a enregistré en France, au 3 juin 2021 (ANSM) 37 850 effets indésirables, dont : 

  • 11 270 effets indésirables graves, comprenant au moins 820 décès
  • 694 AVC graves
  • 379 pronostics vitaux engagés
  • 209 paralysies de Bell graves[11]
  • 46 syndromes de Guillain Barré

N’oublions pas qu’à ce jour, nous n’avons aucune donnée qui permettrait de prévoir des risques à moyen et à long terme.

Après la vaccination, pour éviter douleur et inflammation au point d’injection, vous pouvez faire un cataplasme d’argile sur la zone, de 2 cm d’épaisseur et de 5 à 10 cm de diamètre, à changer toutes les 2 heures.

Pour parer aux éventuels effets secondaires, continuez à prendre les produits recommandés ci-dessus :

  • la préparation de dilutions homéopathiques en 200K à raison de 3 granules 3 fois par jour pendant 3 jours, puis 3 granules une fois par semaine pendant toute la durée des symptômes ;
  • l’isothérapique du vaccin : 1 dose en 200K rapidement après la vaccination, puis 1 dose en MK 7 jours plus tard, et ensuite 1 dose en XMK 14 jours plus tard ;
  • du glutathion, en doublant voire quadruplant les doses que j’ai mentionnées ci-dessus ;
  • au moindre risque de trouble de la coagulation (sauf si vous prenez un traitement anticoagulant), n’hésitez pas à prendre immédiatement 10 à 15 gouttes de bourgeons de cornouiller et de la préparation des 4 venins que j’ai décrite ci-dessus, avec :
  • SURAMINE D6, 5 granules 3 fois par jour (en cas de problèmes pulmonaires) ;
  • STANNUM METALLICUM 4CH, 5 granules une fois par jour, (également en cas de problèmes pulmonaires) ;
  • KALI PHOSPHORICUM D6, 3 granules 3fois par jour (en cas d’épuisement physique ou psychique).

En cas de grande fatigue, d’intolérance à l’effort et de problèmes pulmonaires, commencez par le GLUTATHION-R jusqu’à 2 grammes par jour et N-ACETYL CYSTEINE  jusqu’à 6 gélules par jour en cas d’essoufflement et de difficultés respiratoires, avec 15 gouttes matin et soir de bourgeons de Cornus Sanguinea  et du complexe 4 venins de Weleda pour limiter les risques d’hypercoagulation et de thrombose.

En cas de fatigue prolongée et/ou de somnolence, de perte du goût et/ou de l’odorat :

  • doublez les doses de zinc et de vitamine C ;
  • SUPER OMEGA 3, 1 à 2 capsules par jour, pour diminuer l’inflammation ;
  • ACIDE ALPHA R-LIPOÏQUE, 1 gélule matin et soir[12] dans le même but ;
  • NADH 2 à 4 gélules par jour[13], pour la fatigue ;
  • ACETYL L-CARNITINE, jusqu’à 6 gélules par jour[14] également pour la fatigue.

En cas de fatigue, d’essoufflement et de risque cardiovasculaire ou de troubles du rythme cardiaque, suivez les mêmes mesures avec, en plus, une capsule de coenzyme Q10 UBIQUINOL 100 au cours d’un repas, ou pour ceux qui ont du mal à avaler les gélules, 1 sachet UBIQUINOL 100 sur la langue à distance d’un repas.

En cas d’écoulement nasal, problèmes ORL, rhume et rhinite (variant Delta), prenez ANDROGRAPHIS en extrait standardisé, 2 à 3 gélules par jour, avec le traitement homéopathique habituel.

En cas de troubles cognitifs, suivez les mêmes mesures qu’en cas de fatigue, avec, en plus, ATTENTIV’ VITALL, 1 à 2 gélules par jour. Ce remède contient de la scutellaire, aussi appelée Huang qin dans la tradition chinoise, qui possède des propriétés apaisantes et toniques, et du bacopa, qui contribue aux bonnes performances cognitives. 

En cas de troubles digestifs avec diarrhée :

  • Charbon végétal (dans toutes les pharmacies) 1 à 3 cuillères à café par jour, avec éventuellement la même dose d’argile verte et fine ;
  • GEMMO COMPLEXE INTESTINS, 2 à 6 gélules par jour ;
  • LACTOBACILLUS RHAMNOSUS, 1 gélule par jour à distance de l’argile et du charbon.

En conclusion, si vous vous faites vacciner, et selon si vous souffrez de certaines comorbidités vasculaires, immunitaires ou neurologiques, n’hésitez pas à mettre en œuvre tout ou en partie ces mesures. Elles sont sans aucun risque et ne nécessitent aucune prescription. En cas de symptômes persistants en post-vaccinal ou post-Covid, je vous conseille de maintenir ces supplémentations pendant au moins un mois ou plus si les symptômes n’ont pas disparu.

Cependant, prévenez votre médecin afin que ces supplémentations n’interfèrent pas avec d’autres médicaments qui pourraient vous être conseillés, ou certains traitements comme les anticoagulants et/ou les corticoïdes.

Permettez-moi un souhait : celui de ne n’avoir pas besoin de ces conseils.

Prenez bien soin de vous,

Docteur Dominique Rueff


P.S. : Vous pouvez commander certaines des souches homéopathiques citées, notamment les isothérapiques du vaccin, dans l’une des pharmacies ci-dessous, qui vous les enverront par la Poste :

  • Pharmacie des Archers : 03 26 55 30 00
  • Pharmacie GAL : 04 67 67 02 14
  • Pharmacie Hildegard : 00 32 22 15 37 12 

Actuel : pénurie de soignants, en souffrez vous ?

Bonjour,

Je souffre de névralgie pudendale, ce blog y est d’ailleurs en partie dédié.

L’été dernier j’ai eu un accident, une chute qui aurait pu m’être fatale.

Depuis, complications, douleurs au genoux… cruralgies qui compliquent mon état.

Une gastrite chronique et un organisme fragilisé m’empêchent la prise de médicaments puissants (et toxiques, ne nous voilons pas la face !)

Aïe aïe ….. et le pire malgré mes coups de téléphone et mon ordonnance pour de la kiné ! impossible de trouver des soins pour apaiser cette p**** de douleur qui m’empêche de dormir et me crève…. enfin hélas beaucoup des lecteurs de ce blog connaissent.

Je vis en Commune semi rurale, une région peu prisée des soignants !!!!!!

J’ai vécu en métropole : Bordeaux, là bas je n’avais pas ce problème.

Alors je recherche des témoignages, j’aimerais aller vers le lancement d’une pétition.

Dites moi si vous avez aussi souffert de cette pénurie de soins !!! c’est usant de se démener au téléphone…..pour rien…

Bon courage à tous.

Confidences d’une migraineuse…..ou la migraine telle que je la ressens… pour les non migraineux

AIehhh ce jour, depuis hier j’ai une crise de migraine…. encore (soupirs….)

Le pourquoi, je tente de le deviner, mais il peut être multiple, de nombreux articles sur internet dissèquent les causes de la migraine, voici le lien vers l’un d’entre eux. Mon but ici n’est pas un article médical, mais plutôt un article pour aider les accompagnants de migraineux.

Un très bon site, il y en a beaucoup sur le Web :

le site : migraine.fr pour en savoir plus sur la migraine.

Je suis migraineuse depuis mon enfance, c’est pour moi héréditaire, j’ai donc des médicaments toujours sur la main, une crise de migraine ne prévient pas, il faut donc toujours être prête et avoir de quoi faire face.

1 – Identifier la migraine : pour mon cas, douleurs débutantes d’un coté du crâne, mais aussi nausées, insomnies, intempérance, aggravation des acouphènes…difficultés à se concentrer, à trouver les mots, on dit un mot à la place d’un autre… Parfois j’ai aussi des vertiges, des baisses de tension…j’ai froid, je suis fatiguée…

2 – Dès que possible se mettre au repos, si douleur débutante prendre un anti algique, chacun connaît le produit qui lui convient, ceci est à voir avec son médecin avec soin ….  Chaque migraineux est différent, chaque malade migraineux a plusieurs types de migraines….

3 – Avertir son entourage de la crise.

L’entourage peut juste être présent, prévenant, compréhensif, une migraine passe avec le temps au bout de 2 à 4 jours. Le migraineux a logiquement son traitement, alors il faut juste être là pour le seconder dans ce qu’il ne peut faire durant la crise. En l’aidant ainsi, la crise passera plus vite….

4 – Trouver ce qui nous fait du bien :

Pas ou peu de bruit, une musique apaisante si on en ressent le besoin, une douche tiède…. Une marche à pieds, voire nager un peu…. aucune activité à risque. J’ai lors de crises des vertiges alors exit le vélo et la voiture, je ne conduis pas.

Avoir une compresse au froid, la poser sur l’endroit douloureux.

J’utilise aussi depuis peu la gemmothérapie avec succès, dès l’apparition des douleurs je prends du midogem sous la langue, dans mon cas ça fonctionne.

Mettre aussi de l’huile essentielle de menthe poivrée sur la zone douloureuse.

Contre les nausées j’ai trouvé un remède naturel : le gingembre, je le croque confit acheté comme ça à l’épicerie ou alors à la pharmacie en comprimés, notamment la marque Nauzia Phyto

Pour l’entourage :

  • Pas de panique, juste de la compréhension, de la douceur. Il faut juste prendre la migraine comme toute autre maladie. Ce n’est pas une grippe ni un bras cassé mais la personne est très handicapée. Il faut l’aider comme on aiderait tout autre malade.

Un migraineux est dans votre entourage, voici comment l’aider en quelques points :

  • Etre présent mais le laisser en paix, silence, ou peu de bruit, pas trop de lumière voire le noir complet.
  • L’aider dans ce qu’il ne peut faire : conduire, courses alimentaires…
  • Bref, l’accompagner surtout ne pas stresser, la migraine vient parfois du stress sous risque d’aggraver la maladie……
  • Faire baisser le niveau de douleur et de stress du malade en le massant,  lui apportant chaleur humaine et sourire.

 

Voilà, je continuerai à alimenter cet article un jour sans migraine, écrire ça avec une migraine est comme gravir l’Everest : j’ai eu un mal d’enfer à le faire.

Je prends avec plaisir les conseils d’autres migraineux…. C’est la malade qui parle.

Bonne journée à tous

Marie

 

 

 

Soins dentaires : la Cour des comptes appelle à une réforme en profondeur

La cour des comptes met le doigt là où ça fait mal, oui c’est trop cher les soins chez le dentiste, oui il faut revoir ça. Les prothèses sont trop onéreuses, or mâcher est le début de la digestion, l’estomac, les intestins, le foie, la rate…… enfin tout le corps donc toute notre santé trinque quand on mâche mal faute de dents soignées…..Il est temps que ceci évolue, les soins dentaires corrects sont réservés à une élite, pas à la portée de tout le monde alors que c’est la base de la santé. Marie. Poursuivre la lecture de « Soins dentaires : la Cour des comptes appelle à une réforme en profondeur »

Grippe : le retour

L’épidémie de grippe qui semblait pourtant avoir ralenti, est repartie de plus belle depuis deux semaines en France métropolitaine. Cette reprise serait due à la vague de froid combinée à la fin des vacances scolaires, selon l’Institut de veille sanitaire.

SOS Médecins relève dans un communiqué de presse que « depuis quinze jours-trois semaines », il y a « une recrudescence marquée du nombre de cas de grippe dans toutes les régions françaises, comme si une seconde épidémie s’installait« . Lors de la première phase de l’épidémie, le profil des patients atteints était « plutôt classique, avec peu de complications respiratoires« , le nombre d’enfants de moins de 10 ans touchés « est nettement plus important que d’habitude » depuis le début de la seconde phase.

« Les symptômes cliniques sont marqués par des fièvres très élevées, de nombreux malaises vagaux et une durée des symptômes qui s’étale souvent pendant huit jours » ajoute SOS Médecins, précisant que « les signes respiratoires et les complications bactériennes sont aussi souvent présents« .

Dans son bulletin hebdomadaire, l’Institut de veille sanitaire (InVS) note pour sa part « une reprise » de l’activité dans la majorité des régions « possiblement liée à la vague de froid, combinée à la fin des vacances scolaires » (de février). L’InVS rappelle toutefois que l’épidémie reste « majoritairement liée aux virus de type B et sans signe apparent de gravité« .

Selon le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm qui ne prend en compte que les grippes avec fièvre supérieure à 39 degrés, 1,4 million de personnes ont consulté un médecin pour des syndromes grippaux en sept semaines d’épidémie, dont 277.000 nouveaux cas la semaine dernière, contre 241.000 la semaine précédente.

Les régions les plus touchées étaient la Champagne-Ardenne (853 cas pour 100.000 habitants), le Nord-Pas-de-Calais (814 cas) et la Haute-Normandie (728).

L’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan), qui se base sur des données fournies en temps réel par SOS Médecins, évalue pour sa part, à partir de critères plus larges, le nombre d’individus touchés par la grippe à 2,1 millions à la date du 14 mars.

Voici le lien vers l’article sos coups de froid  :

Huiles essentielles : allergie, coup de froid, syndrome grippal…et leurs complications : nez qui coule, éternuements, nez bouché, mal de gorge…

Les matinées d’une curiste à Capvern les bains, jolie station thermale… si proche des Pyrénées.

Bonjour,

Certains d’entre vous ont déjà fait des cures thermales donc ils connaissent déjà ; pour les autres je vais les introduire dans ce monde de soins, d’attente et de sourires.. Là où les curistes viennent pour aller mieux. Des curistes souvent qui ont tout tenté dans les médecines classiques et constaté l’échec de celles ci.

L’eau thermale soigne, en profondeur et en douceur, j’en ai eu la preuve sur une dermite séborrhéique, j’ai vu aussi des brûlés récupérer de cicatrices horribles à la Roche Posay. Ici à Capvern les Bains les témoignages de guérisons jugées improbables par les médecins sont légion. En aucun cas l’eau fait des miracles, elle soigne tout simplement car elle contient des oligoéléments qui combattent les pathologies rebelles.

Une cure vue par Marie la Curiste

Le premier jour de votre cure c’est le rendez vous obligé avec le médecin thermal, il établit en fonction de vos pathologies les soins adaptés à votre état de santé, il prescrit aussi une cure de boisson, l’eau EST un médicament, elle doit être consommée comme tel, nulle personne sans ordonnance n’est censée la boire.

Muni de votre ordonnance vous vous présentez à l’accueil, là est établi votre planning de soins pour la cure. Souvent, une mauvaise tolérance aux soins et à l’eau fera qu’il sera à revoir.

Voilà, vous commencez votre première journée.

Un peu perdue là,  à Capvern les Bains, j’ai couru après les services qui sont signalés par des couleurs, je suis aux Thermes du Bourridé pour ma première journée, cet établissement est ancien mais je l’adore. Toutes ses fenêtres donnent sur la nature. Ces thermes sont indiqués entre autre pour les pathologies digestives… foie, estomac intestin……

Thermes du bourridé
Thermes du Bourridés, anciens et enchâssés dans la nature.

Primo, après le sourire et l’accueil chaleureux de la réceptionniste, je prends un peignoir et deux serviettes, je me déshabille et commence à déambuler en blanc dans les services.

bourridé accueil 2
salle d’accueil lumineuse et fonctionnelle du Bourridé, on y prend son peignoir, ses serviettes, on laisse au vestiaire ses vêtements et affaires.

bourridé accueil

Premier soin, les applications de boues, j’adore, c’est chaud et très cocoon, la boue est trempée à l’eau thermale, vous la gardez 10 minutes, le corps est bien enveloppé dans du papier cellophane, une couverture garde la chaleur. Je l’aurais bien gardée plus longtemps tant c’est doux et ça fait du bien, ça assouplit le corps, détend les zones douloureuses.

De la boue je passe à la baignoire à bulles, même vocation thérapeutique : détendre et faire pénétrer dans votre corps les actifs de l’eau thermale. Ce premier jour de la baignoire j’ai le plaisir de voir les arbres arborer les couleurs automnales, un plaisir.

Je quitte la première journée après des soins écourtés, en effet le temps de voir le médecin et de faire mon planning m’a empêchée d’avoir le temps de faire tous mes soins, mais ce n’est pas grave, ultérieurement je vais les rattraper.

Je sors sous un beau soleil, un peu fatiguée, mon corps réagit déjà, j’ai bu un peu d’eau, mon estomac râle, mais bon c’est comme ça, je sais que mon corps doit s’adapter.

source bourridé
Fontaine de l’eau du Bourridé, c’est le seul endroit ou les curistes peuvent puiser cette eau à Capvern.

Je rejoins mon logement, ce début d’après midi sera pour du repos, ce repos est important il fait aussi partie de la cure.

Le lendemain, je change d’établissement thermal, direction les plus grands thermes Hount Caouté, ceux ci soignent plus spécifiquement les problèmes rénaux. Cette eau est sulfatée calcique et magnésienne. Elle contient aussi du cuivre et de la silice. Diurétique, elle lutte efficacement contre les calculs et les affections urinaires. En rhumatologie elle atténue les lombalgies rebelles. Mais je ne vais pas rentrer dans les détails médicaux, je mettrais en fin de post le lien vers l’établissement thermal de Capvern.

hount caoute 1
Thermes de Hount Caouté, les plus grands thermes de Capvern les bains, l’entrée.

hount caoute 2
Thermes de Hount Caouté, une autre vue.

Ces thermes sont plus vastes que les précédents, je prends un peignoir, deux serviettes, un panier…ce petit rituel du matin se répétera chaque jour de la cure..

Je cherche le service où la soigneuse m’attend, un dédale ces thermes, les services sont repérés par une couleur : parme, bleu, blanc, vert, rouge…

Je file vers le service parme, direction ce matin la douche pénétrante…. j’ai une heure de passage définie et précise.. je prends place sur une chaise en attendant mon tour, je m’annonce à la soigneuse afin de lui faire part de mon arrivée.

Les curistes se croisent en un ballet d’allées et venues dans le couloir en marbre noir et blanc. Ce ballet en peignoir sera celui de toutes mes matinées pendant trois semaines.

La soigneuse m’appelle et m’introduit dans la cabine, ce soin comme tous les autres est individuel, je m’allonge sur une table, près du plafond des jets oscillants projettent de l’eau thermale des pieds à la tête. Tout le corps est comme massé et pénétré de ces jets qui piquent quelque peu la peau, ça relaxe aussi énormément. Le soin dure cinq minutes coté pile puis 5 minutes coté face…. Hmmm je préfère le coté pile, l’eau qui masse le dos c’est top.

Une soigneuse vient arrêter le soin, pfff c’est court, mais bon, je me sèche et me rhabille, d’autres soins m’attendent.

douche pénétrante
Une cabine de douche pénétrante, les jets près du plafond projettent une eau chaude en jets fins qui balayent le corps de la tête aux pieds.

Direction la douche générale et locale. C’est top, une doucheuse me projette de l’eau à haute pression (elle peu moduler la pression) sur le corps, elle insiste sur les endroits à drainer, le ventre notamment, les endroits douloureux… on a l’impression d’un bien être immédiat, ma soignante est top, je la remercie en écrivant ce texte. Elle va dans la continuité me faire la douche locale, un jet plus large qui stimule le ventre, pour faire travailler le système digestif, puis le dos, contre les lombalgies. Ce soin est très complet, l’eau à haute pression stimule merveilleusement le corps.

Mon soin se termine, ma doucheuse me congédie de son grand sourire et d’un joli : bonne journée !

Je continue à suivre mon emploi du temps, changement de service…. il est rare de rester dans un même service pour tous ses soins, je descends vers le sous sol pour poursuivre.

Au passage j’admire la salle de repos, elle invite à une pause, c’est même recommandé si on a un moment dans son planning, s’allonger un moment car les soins fatiguent. Mais là je n’ai pas le temps.

Je cherche le service qui doit me faire mon Illutation du jour : c’est le nom qu’ils donnent à l’application de boue. Hmm même délice que la veille, c’est vraiment une parenthèse où le corps se ressource en se soignant, il est moins fatiguant que les douches ou le bain, il permet de se reposer un peu.

Bien sûr, le soin me paraît fort court…

Les soins avancent, l’étuve s’annonce, l’étuve ????? ….. je me demande ce que ça peut bien être.

Eh bien c’est comme un fauteuil, on s’assied dedans, de l’eau thermale sous forme de vapeur vient chauffer les lombaires et les cervicales, le but est de dénouer les tensions de soulager les douleurs.

étuve cervicale et dorsale
Le fauteuil de l’étuve, des buses prodiguent de la vapeur d’eau thermale, ça dénoue vraiment les tensions, c’est chaud et délassant.

Je continue mon parcours… direction le kiné… là il me sera prodigué un massage pour tenter de dénouer des blocages anciens aux épaules… pas facile de soigner ce véritable nœud de muscles et de tendons que j’ai négligé et qui commence à me faire souffrir énormément. Le massage dure 10 minutes.

Voilà, je me sèche et me remets en tenue de curiste une dernière fois pour ce matin, il est presque midi et demie, je suis bien lasse, les soins à l’eau chaude laissent des marques sur le corps, ça fatigue.

Je passe aux vestiaires, je me remets en tenue de ville.

Il me reste une étape, remplir ma bouteille d’eau de Capvern celle du Houn Caoute ce jour ; hier je n’avais pas pu puiser celle du Bourridé, je n’avais pas ma précieuse bouteille plastique.

hount caoute la buvette
La salle de la buvette, je la trouve très joliment décorée, claire et agréable.

hount caoute la buvette eau thermale
L’arrivée de l’eau thermale Hount Caouté.

Ces eaux, je dois les boire, à intervalles réguliers dans la journée, c’est une partie importante du traitement thermal.

Je remonte à ma location, j’ai les jambes lourdes, je mange et je vais m’allonger. REPOS.

Ainsi se déroule une cure, des soins planifiés, du repos, l’accueil souriant dans les services par un personnel très agréable.

L’après midi, après les coups de fatigue des premiers jours, je vais aller prendre l’air,  ça fait aussi partie du traitement. Dans d’autres articles je raconte ces sorties si belles et riches en découvertes, ici la nature est si généreuse, elle donne envie d’y plonger tête baissée.

Sourires, rencontres et échanges avec les autres curistes, découvertes, émotions.. dépaysement…. Tant de choses, là mon corps a été soigné, j’espère que cet hiver je vais le passer en pleine forme.

Voici le lien vers l’Etablissement thermal de Capvern les Bains

Les Thermes de Capvern