Migraine : paroles de femmes

On today I’ve got a severe migraine, why ? really I don’t know. As usual, many causes I think but the result is the same, I feel bad, my heart is really hurting, my stomach is upside down, I’m very anxious… can’t look at light neither hear loud noises, I’ve frequent cravers, and at other time food digusses me…

I feel so tired and sluggish ….

One advantage is that my english is good enough ! So so strange.

On a social network I’ve found this text, so well written, she suffers from migraines too, I share it to you, enjoy !

Elle

Elle est fatiguée, mais toujours forte.

Parfois elle crie parce qu’elle en a marre de se taire.

Elle continue de rêver même si la vie n’est pas un conte de fées.

Elle continue à pleurer et à sourire pour des bêtises.

Et avec elle, il n’y a pas de limite, c’est 0 ou 100, soit ça gèle soit ça brûle.

Il y a des choses qu’elle peut supporter jusqu’à ce qu’elle explose…

Elle est fatiguée, mais elle a toujours une belle âme.

Parce qu’elle a appris sur les défaites, les injustices et les chutes.

Elle a des émotions comme toutes les autres, mais elle en a tellement…qu’elle ne ressemble pas aux autres..

Virginie Mocirens

Moi

Ce texte est beau, c’est un cri du coeur, comment expliquer de l’intérieur ce qui ne se voit pas de l’extérieur.

A certains moment on aimerait rentrer sous terre et ne plus communiquer, enterrer notre douleur disparaître avec pour ressortir tel le Christ lors de sa résurrection, victorieuse et forte, renaissance du néant vers la lumière.

Car oui, on se sent mal, oui on se sent éteinte… on n’a pas les mots car lors d’une migraine l’esprit ressemble à un marshmallow… les mots des autres passent à côté… on capte à moitié on se sent légume et l’autre parle parle parle ! on tente de sourire, de répondre avec cette envie de dire STOP… je ne vous reçoit pas ! je suis sur la planète migraine…

Et cet estomac qui réclame ce qu’il a décidé… ce qui n’est pas toujours dans le garde manger…

Et cette anxiété qui se cale au creux du plexus solaire.. cette vague puissante de dépression qui nous tire vers le fond….

Ces idées noires dans le noir car la lumière devient intenable.

La migraine est une maladie, un handicap… un enfermement !

Courage à toutes et à tous, enfin je sais qu’il y a plus de femmes qui en sont victimes

Marie

Humeur : poème : le cri !!!

Se taire
Quand on ne sait plus que dire
Se taire
Car « il » a toujours raison
Se taire
Car sa voix écrase la douceur de la nôtre
Enfin se taire
Car jamais il n’écoute….
Rester sourd à son esprit qui hurle
Sourd à ton cœur qui brûle
Fais silence….
Ta colère ne la vire pas en haine
Comme de tes mots, il n’en vaut pas la peine….

Voici ci dessus le poème que j’ai déversé de mes tripes.

Il a inspiré Gaétan Kerdraon qui en a fait le Slam suivant

Se taire
Quand on ne sait plus que dire
Se taire
Car « il » a toujours raison
Se taire
Car sa présence écrase la douceur de la nôtre
Enfin se taire
Car jamais il n’écoute….
Se taire car quand le stress l’emporte sur la peur 
Se taire quand le mal qui nous tenaille est invisible pour les autres 
Se taire car on doit ce justifier pourquoi. 
Toujours ces même pourquoi tu te protège contres des bruits qui n’existe pas 
Toujours ces même pourquoi contre ces pourquoi tu tremble comme si ton corps était un séisme sans interruption 
Toujours ces pourquoi tu réfléchis trop comme si mon cerveau était un ordinateur. 
Pour répondre à ces questions voici quelques explications, mon corps ressent plus que la normale. Quand vous entendez normalement moi j’entends les néons, le four à micro-ondes tout les sons imperceptible que vous entendez pas pour les tremblements c’est mon stress qui créer ça et également le souvenir d’un cyclone avec en plus les effets secondaires de la ventoline. Pour les réflexions mon cerveau me commande d’analyser sans cesse, c’est mon cerveau le maître et je suis son esclave. 
Pour conclure deux autres choses là première c’est que au niveau de la nourriture c’est mon refuge, je me réfugie dedans quand je suis stressé, la deuxième et dernière chose c’est que mon stress me fait perdre tout mes moyens et sous couverture de personne très sûre d’elle ce cache un petit garçon qui a peur du moindre bruit, du moindre changement. Alors la prochaine fois sachez qu’il existe des handicaps invisibles qui fait souffrir les personnes à qui vous, vous demandez sans cesse des justifications. Je suis un peu comme un super héros et ma cryptonique c’est le bruit, le stress et mon cerveau.

Méditation : idées reçues

En pratiquant, on découvre ses bienfaits, mais certaines personnes non intéressées ou réfractaires, voire apeurées, ont développé des idées fausses autour de cette pratique, en voici quelques unes des plus fréquentes :

 

1 – Méditer c’est réfléchir

NON, méditer c’est laisser venir les pensées sans les analyser. Ce n’est surtout pas philosopher sur des grands sujets existentiels, ni se livrer à l’introspection ou encore refaire le monde !

 

2 – Méditer c’est se replier sur soi

NON,   c’est tout au contraire se connecter davantage avec le monde extérieur et mieux le ressentir. Méditer aide à être bien avec soi même pour l’êtinstre aussi avec les autres.

3 – Méditer c’est faire le vide dans sa tète pour ne plus penser à rien.

NON, méditer c’est accueillir et accepter l’instant présent. Il ne s’agit pas de repousser les pensées, mais au contraire de les recevoir comme elles viennent et de les observer.

4 – Méditer est réservé aux mystiques et aux religieux :

NON, méditer est ouvert à tous et peut être une pratique laïque. Il n’est pas nécessaire d’être moine bouddhiste ou d’adopter une nouvelle religion pour méditer.

5- Méditer c’est se relaxer :

Non, méditer n’est pas lâcher les tensions, mais les observer avec attention. IL s’agit d’avantage d’un lâcher prise sur les sources de conflits internes.

6 – Méditer c’est compliqué :

NON, méditer est très simple. Il faut juste se poser et entrer dans l’instant présent, s’asseoir et ne plus bouger. La seule difficulté réside dans le fait qu’il faut pratiquer régulièrement pour ressentir peu à peu les bienfaits.

 

7- Méditer c’est prendre une posture inconfortable

Non, la méditation peu se faire assis sur une chaise ou un coussin, une position digne. Juste confortable, pas besoin de choses venant d’ailleurs comme l’encens… une musique exotique, un gong

On peut méditer sur sa chaise de bureau à un moment choisi,  mais aussi dans le train, le bus…

 

8 – On médite dans le silence complet

NON, le calme facilite la pratique. Mais les bruits sont l’environnement et l’instant présent, ils sont la réalité et peuvent même servir de support à la méditation.

 

 

 

 

 

Confidences d’une migraineuse…..ou la migraine telle que je la ressens… pour les non migraineux

AIehhh ce jour, depuis hier j’ai une crise de migraine…. encore (soupirs….)

Le pourquoi, je tente de le deviner, mais il peut être multiple, de nombreux articles sur internet dissèquent les causes de la migraine, voici le lien vers l’un d’entre eux. Mon but ici n’est pas un article médical, mais plutôt un article pour aider les accompagnants de migraineux.

Un très bon site, il y en a beaucoup sur le Web :

le site : migraine.fr pour en savoir plus sur la migraine.

Je suis migraineuse depuis mon enfance, c’est pour moi héréditaire, j’ai donc des médicaments toujours sur la main, une crise de migraine ne prévient pas, il faut donc toujours être prête et avoir de quoi faire face.

1 – Identifier la migraine : pour mon cas, douleurs débutantes d’un coté du crâne, mais aussi nausées, insomnies, intempérance, aggravation des acouphènes…difficultés à se concentrer, à trouver les mots, on dit un mot à la place d’un autre… Parfois j’ai aussi des vertiges, des baisses de tension…j’ai froid, je suis fatiguée…

2 – Dès que possible se mettre au repos, si douleur débutante prendre un anti algique, chacun connaît le produit qui lui convient, ceci est à voir avec son médecin avec soin ….  Chaque migraineux est différent, chaque malade migraineux a plusieurs types de migraines….

3 – Avertir son entourage de la crise.

L’entourage peut juste être présent, prévenant, compréhensif, une migraine passe avec le temps au bout de 2 à 4 jours. Le migraineux a logiquement son traitement, alors il faut juste être là pour le seconder dans ce qu’il ne peut faire durant la crise. En l’aidant ainsi, la crise passera plus vite….

4 – Trouver ce qui nous fait du bien :

Pas ou peu de bruit, une musique apaisante si on en ressent le besoin, une douche tiède…. Une marche à pieds, voire nager un peu…. aucune activité à risque. J’ai lors de crises des vertiges alors exit le vélo et la voiture, je ne conduis pas.

Avoir une compresse au froid, la poser sur l’endroit douloureux.

J’utilise aussi depuis peu la gemmothérapie avec succès, dès l’apparition des douleurs je prends du midogem sous la langue, dans mon cas ça fonctionne.

Mettre aussi de l’huile essentielle de menthe poivrée sur la zone douloureuse.

Contre les nausées j’ai trouvé un remède naturel : le gingembre, je le croque confit acheté comme ça à l’épicerie ou alors à la pharmacie en comprimés, notamment la marque Nauzia Phyto

Pour l’entourage :

  • Pas de panique, juste de la compréhension, de la douceur. Il faut juste prendre la migraine comme toute autre maladie. Ce n’est pas une grippe ni un bras cassé mais la personne est très handicapée. Il faut l’aider comme on aiderait tout autre malade.

Un migraineux est dans votre entourage, voici comment l’aider en quelques points :

  • Etre présent mais le laisser en paix, silence, ou peu de bruit, pas trop de lumière voire le noir complet.
  • L’aider dans ce qu’il ne peut faire : conduire, courses alimentaires…
  • Bref, l’accompagner surtout ne pas stresser, la migraine vient parfois du stress sous risque d’aggraver la maladie……
  • Faire baisser le niveau de douleur et de stress du malade en le massant,  lui apportant chaleur humaine et sourire.

 

Voilà, je continuerai à alimenter cet article un jour sans migraine, écrire ça avec une migraine est comme gravir l’Everest : j’ai eu un mal d’enfer à le faire.

Je prends avec plaisir les conseils d’autres migraineux…. C’est la malade qui parle.

Bonne journée à tous

Marie