Nature : Vent de panique chez les dauphins bretons : la faute aux séismes ?

Cinq dauphins se sont échoués sur les côtes du Finistère, samedi. Des réactions de panique à des séismes ? C’est une hypothèse, soulevée par le spécialiste des mammifères marins à Océanopolis.

Samedi après-midi, cinq dauphins se sont échoués sur la côte finistérienne, l’un au Conquet, les quatre autres en presqu’île de Crozon. À bord de canots pneumatiques, les pompiers, accompagnés d’agents du parc naturel marin, les ont aidés à regagner le large.

tremblement-de-terre-et-vent-de-panique-chez-les-dauphins

Un événement troublant. Le plus jeune tournait en rond dans le port du Conquet, coincé par la marée descendante : « Un comportement révélateur d’un choc émotionnel, commente Sami Hassani, responsable des mammifères marins à Océanopolis. Si les dauphins peuvent s’aventurer dans les ports, ils n’y restent jamais prisonniers. »

Bloqués dans des parcs à huîtres sur l’île du Renard, au fond de la baie de Roscanvel, non loin de l’île Longue, les quatre autres dauphins montraient un comportement tout aussi inhabituel et erratique. Les sauveteurs, aidés de l’ostréiculteur, ont dû batailler pour les renvoyer vers la haute mer, les mammifères marins revenant aveuglément vers le rivage.

Inquiétant, d’autant plus que le même phénomène s’est produit ailleurs que dans le Finistère, sur la façade atlantique. L’Observatoire Pelagis, le dispositif d’observation pour la conservation des mammifères et oiseaux marins basés à la Rochelle, l’a confirmé à Océanopolis.

Trois séismes à la pointe du Finistère

Pourquoi les dauphins sont-ils venus s’échouer ? À cause d’un séisme et ses manifestations sous-marines. C’est l’hypothèse envisagée par les deux organismes qui veillent sur les animaux marins : « Un séisme peut déclencher un mouvement de panique chez les dauphins,continue Sami Hassani. Ils seraient en effet sensibles aux perturbations du champ magnétique terrestre, provoquées par le déplacement des plaques tectoniques. » Reste à prouver la « corrélation» entre séisme et échouage de dauphins, « déjà observée par d’autres scientifiques, en Nouvelle-Zélande, au Japon, ou dans l’Adriatique »

Pas besoin d’aller aussi loin pour vérifier l’hypothèse : jeudi dernier, à Pencran, à 18 h 47, un séisme d’une magnitude de 3,4 était ressenti. Vendredi, à 22 h 13, à la pointe du Finistère, nouveau petit séisme de 2,9 entre Le Folgoët et Guissény. Et, dimanche soir, aux environs de 22 h 30, la terre a encore tremblé, un séisme de 3,9 ressenti de Brest à Morlaix. Faibles, certes, pour des humains. Mais pour des dauphins ?

Ouest France – F Guiziou

Charente-Maritime : ce que l’on sait du séisme de magnitude 5,2

La Charente-Maritime a été touchée par un séisme de magnitude 5,2 ce jeudi matin à 8 h 46 à environ 10 km au nord de Rochefort, à 21 km de profondeur, a indiqué le Réseau national de surveillance sismique (Renass), confirmant les témoignages de nombreux habitants ayant ressenti la secousse.

Aucun dégât majeur n’était à ce stade signalé dans la zone touchée par le séisme, dont l’épicentre est situé entre Rochefort et La Rochelle. De nombreux témoins du département ont toutefois ressenti une forte secousse, qui a parfois fait tomber des objets situés sur des étagères ou des morceaux de plâtre des plafonds. Si pompiers et gendarmes ont reçu un flot d’appels dans les minutes qui ont suivi, le calme est rapidement revenu et « aucun sinistre n’a été signalé et aucune victime n’est à déplorer », a souligné la préfecture de Charente-Maritime.

« Un recensement plus précis des conséquences a été lancé par les services de la préfecture, en lien avec les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et les autres services de l’État », souligne-t-elle. « J’ai ressenti que ça vibrait, et ensuite comme une déflagration ou une explosion », a expliqué un correspondant de l’Agence France-Presse résidant à 12 km de l’épicentre.

Activité sismique importante

Selon divers témoignages recueillis sur Twitter, l’onde de choc du séisme a été ressentie dans une moindre mesure jusqu’en Vendée, à Poitiers, à Niort ou àBordeaux, à près de 200 km de La Rochelle à vol d’oiseau. La Charente-Maritime est connue pour son activité sismique, généralement plutôt du côté de l’île d’Oléron, a expliqué Sophie Lambotte, sismologue au Renass, situé à Strasbourg. « Magnitude 5, c’est déjà un séisme important, on n’en a pas si fréquemment que ça, ça sort un peu de l’ordinaire », a-t-elle souligné.

À Thairé, petite commune toute proche de l’épicentre, une femme dont la maison a tremblé était encore en pleurs plus d’une heure après le séisme. Les seuls dégâts significatifs recensés dans le village concernent l’église fortifiée Notre-Dame-de-l’Assomption, qui a dû être fermée au public, la clef de voûte d’une des entrées ayant bougé sous l’effet du tremblement de terre, a expliqué la maire, Marie-Gabrielle Chupeau. Les vibrations ont également décroché du plâtre du plafond de l’église, fait tomber tous les cierges et déplacé de quelques centimètres une statue sur son socle. La préfecture de Charente-Maritime a invité la population à « faire des vérifications de précaution d’usage dans les maisons et les entreprises sur les installations électriques et de gaz ». En cas de réplique, elle rappelle qu’il faut se protéger des chutes d’objet et que les automobilistes doivent s’arrêter à l’écart des constructions et fils électriques.

Selon la sismologue, un tremblement de terre d’une magnitude supérieure à 5 avait été enregistré du côté de l’île d’Oléron en 1972, et un autre autour de 4,5 en 2005. Une activité sismique importante est également connue plus au nord, du côté de Fontenay-le-Comte, en Vendée voisine. « On est à la limite des failles héritées du Massif armoricain, des failles cisaillantes qui coulissent d’un bord sur l’autre. Il y a d’autres failles du côté d’Oléron qui sont de même orientation », conclut Sophie Lambotte.

Un violent séisme en Équateur fait près de 80 morts

Après le Japon, c’est au tour de l’Equateur de faire face à un terrible tremblement de terre. Samedi soir, le pays sud-américain a été secoué par un violent séisme de magnitude 7,6, faisant au moins 28 morts et des dégâts considérables dans le Sud-Ouest et jusque dans la région de Guayaquil, sur la côte pacifique. Au moins 77 personnes sont mortes, a annoncé le vice-président Jorge Glas, en précisant que l’état d’exception avait été décrété et en diminuant la magnitude, précédemment annoncée à 7,8.

« Nous avons 16 personnes décédées dans la ville de Portoviejo, 10 à Manta, deux dans la province de Guayas », a déclaré Jorge Glas lors d’une conférence de presse, ajoutant que l’état d’exception avait été décrété au niveau national « pour préserver l’ordre public ». Les autorités n’ont pas encore communiqué de bilan des blessés. L’Institut de géophysique (IG) équatorien a pour sa part fait état de « dégâts considérables dans la zone de l’épicentre et aussi dans des lieux éloignés comme la ville de Guayaquil ». L’épicentre a été localisé dans la province de Manabi (Sud-Ouest).

L’alerte au tsunami levée

L’état d’urgence a été décrété dans les six provinces les plus affectées, situées dans le sud-ouest et le nord-ouest du pays : Manabi, Esmeraldas, Los Ríos, Santa Elena, Guayas et Santo Domingo. « Il y a eu aujourd’hui (samedi) des événements sismiques situés dans la zone de Pedernales et Cojimies (province de Manabi). Le principal événement qui s’est produit à 18 h 58 a eu une magnitude de 7,8 (…) à 20 kilomètres de profondeur », avait annoncé l’IG en début de soirée dans un communiqué.

Selon l’IG, ce séisme « a été précédé d’un autre événement de magnitude 5.0 et suivi d’une série de répliques ressenties surtout dans la zone de l’épicentre ». Il a fait état de répliques de magnitude 5,5 dans la province de Manabi (Sud-Ouest), de 4,6 à Santo Domingo de los Tsachila (centre) et de 7,7 sur la côte. L’alerte au tsunami a été levée. Dans un premier temps, le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique avait prévenu que « des vagues de tsunami dangereuses sont possibles sur les côtes situées dans un rayon de 300 kilomètres autour de l’épicentre ».

« État d’alerte maximale »

Le séisme a aussi été ressenti à Quito, ainsi qu’à Cali, troisième ville de Colombie, dans l’Ouest, selon des journalistes de l’Agence France Presse. Au Pérou, un séisme de 7,4 a secoué le nord du pays à la même heure samedi, selon l’Institut de géophysique du Pérou (IGP). Selon les premières informations, aucune victime n’est à déplorer.

Jorge Glas, qui assume les fonctions du chef de l’État en l’absence du président Rafael Correa en visite au Vatican, a ajouté que « toute la force publique est en état d’alerte maximale pour protéger la vie des citoyens ». Rafael Correa a envoyé un message depuis son compte Twitter disant que « les autorités sont en train d’évaluer les dégâts et de prendre des mesures ».

« Le séisme le plus fort que j’aie jamais senti »

Des médias locaux ont diffusé des images depuis Guayaquil où un pont s’est effondré, ainsi que le toit d’un centre commercial, et de dégâts dans des magasins à Quito. De son côté, la Direction générale de l’aviation civile a annoncé la fermeture de l’aéroport de Manta (Manabi) en raison de « graves dégâts à la tour de contrôle ».

À Quito, Cristina Duran, 45 ans, s’est réfugiée sous l’encadrement d’une porte pour se protéger des vitres qui volaient en éclats. « J’étais affolée et je voulais seulement que ça s’arrête », a-t-elle déclaré. « Mon Dieu, c’est le séisme le plus long et le plus fort que j’aie jamais senti de toute ma vie. Durant un bon moment, j’ai eu le tournis (…) Je voulais sortir en courant dans la rue, mais je ne pouvais pas », a raconté Maria Torres, 60 ans.

À l’aéroport de Guayaquil, des passagers sont sortis affolés du terminal. « Des lampes sont tombées du plafond et les gens couraient terrorisés », a expliqué Luis Quimis, 30 ans, qui attendait un vol pour Quito. Ces secousses interviennent peu après les tremblements de terre qui ont secoué depuis jeudi le sud-ouest du Japon, où ils ont fait au moins 41 morts et un millier de blessés.

Nouveau séisme meurtrier au Japon : des habitants pris au piège

La terre a à nouveau tremblé dans le sud-ouest du Japon, dans la nuit de vendredi à samedi. Le bilan de ce deuxième séisme en l’espace de deux jours s’est alourdi, avec 23 personnes décédées, portant à au moins 35 le nombre de morts depuis le premier séisme jeudi soir. .

« Nous avons connaissance de nombreux endroits où des gens ont été ensevelis. La police, les pompiers et les soldats font tout leur possible pour les secourir », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d’un point presse.

Pris au piège

Des dizaines d’habitants ont été pris au piège dans les destructions causées par ce nouveau séisme, qui a provoqué l’écroulement de maisons et bâtiments, des incendies et un glissement de terrain.

Nouveau séisme au Japon.

 

Le puissant séisme a ouvert des crevasses dans la route,

 

Nouveau séisme au Japon.

 

De nombreuses maisons se sont effondrées.

Neuf personnes avaient déjà péri dans un premier séisme d’une magnitude de 6,5 survenu jeudi soir. Ces nouvelles secousses ont mis à rude épreuve les nerfs des habitants, éprouvés par les répliques à répétition, et déclenché une gigantesque coulée de boue et de pierres dans la zone de Minami-Aso, emportant des maisons et coupant une autoroute.

Contrairement au précédent séisme, qui a affecté surtout des maisons vétustes, celui-ci a endommagé ou fait basculer des bâtiments plus importants à travers la préfecture de Kumamoto, à quelque 900 km de Tokyo.

65 000 habitants sans toit « Nous devons avant tout sauver des vies. Nous devons agir vite », a lancé le Premier ministre Shinzo Abe qui a annulé sa visite dans la région et convoqué un conseil de crise. « La météo devrait se dégrader, des pluies et du vent sont attendus et nous redoutons des glissements de terrain et autres désastres », a-t-il averti.

Le gouvernement va envoyer des renforts au cours du week-end, portant à 20 000 les effectifs sur place. « Des incendies ont éclaté » et de « graves dommages sont constatés dans de vastes zones », a relevé M. Suga. Un pont de 200 mètres effondré, des routes fissurées voire éventrées, un sanctuaire séculaire démoli : des images télévisées montraient des scènes de désolation.

Le séisme a provoqué un gigantesque glissement de terrain.

 

Nouveau séisme au Japon.

 

Nouveau séisme au Japon.

Quelque 65 000 habitants, se retrouvant sans toit, ont trouvé refuge dans des centres d’accueil, tandis que des dizaines de milliers de foyers étaient toujours privés d’eau, d’électricité et de gaz. « Je n’ai rien à manger, rien à boire, je ne sais pas quoi faire », a confié à la presse Tomoko Goto, 67 ans.

Magnitude 7

Le nouveau tremblement de terre, de magnitude 7, d’après l’Institut de géophysique américain (USGS), est survenu samedi à 01 h 25 locale (16 h 25 GMT vendredi) à une profondeur de 10 km seulement, suivi de multiples répliques.

L’agence de météorologie japonaise l’a évalué à 7,3, précisant que celui de jeudi était en fait un choc « précurseur ».

Une petite éruption du volcan Aso, situé sur la même île de Kyushu, a par ailleurs été observée, selon les autorités, mais le niveau d’alerte n’a pas été élevé et le lien avec les séismes n’a pas été formellement établi.

Plus de 184 blessés graves

Au total, plus d’un millier de personnes ont été blessées, dont 184 grièvement, selon la préfecture de Kumamoto. Aucune anomalie n’a été relevée dans la centrale nucléaire de Sendai où se trouvent les deux seuls réacteurs du Japon en service, a assuré la compagnie Kyushu Electric Power.

Situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, l’archipel subit chaque année plus de 20% des séismes les plus forts recensés sur Terre. Les Japonais sont encore plus sensibles aux risques depuis le tsunami de mars 2011, qui a tué quelque 18 500 personnes et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Nouveau séisme au Japon.

 

Nouveau séisme au Japon.

Indonésie : séisme de magnitude 7,9 mercredi 2 mars, scènes de panique

Un séisme de magnitude 7,9 dans la mer a secoué mercredi l’île de Sumatra, dans l’ouest de l’ Indonésie, selon l’institut américain de géophysique (USGS). L’alerte au tsunami a été levée par les autorités locales.

 Le tremblement de terre s’est produit vers 18h50 locales (13h50 en France) à 10 km de profondeur et à plusieurs centaines de km de la ville de Padang, a précisé l’USGS.
L’agence indonésienne de géophysique (BMKG) a lancé une alerte au tsunami dans différentes régions de Sumatra, à l’ouest et au nord, notamment dans la province d’Aceh.

Scènes de panique dans les rues

Le séisme a été ressenti fortement à Padang pendant quelques secondes, et des habitants ont quitté précipitamment leurs maisons en courant vers des endroits plus en hauteur. Cet événement a provoqué des scènes de panique dans les rues, selon la même source.  L’USGS a cependant indiqué que «la probabilité de victimes et de dégâts» était «faible».

L’Indonésie est située sur la «ceinture de feu» du Pacifique, où la collision de plaques tectoniques cause de fréquents séismes et une importante activité volcanique.

En 2004, un séisme sous-marin dévastateur, au nord-ouest de l’Indonésie, avait provoqué un gigantesque tsunami, tuant plus de 170000 personnes en Indonésie et des dizaines de milliers d’autres dans plusieurs autres pays de l’océan indien.

Séisme de Taiwan le bilan s’alourdit

Comme il fallait s’y attendre le bilan s’alourdit à Taiwan alors que des personnes sont encore ensevelies.

Au moins 28 morts.

Les secouristes taïwanais livraient dimanche une course contre la montre pour retrouver plus de 120 personnes ensevelies sous les décombres d’un ensemble d’appartements qui s’est écroulé après le séisme de Samedi ayant fait au moins 28 morts, selon un bilan encore provisoire. Le bilan de la secousse de magnitude 6,4 qui a frappé le sud de l’île samedi vers 04h00 locales (20H00 GMT vendredi), provoquant l’effondrement d’un ensemble résidentiel de 16 étages et de près de 100 logements dans la ville de Tainan, s’alourdit à mesure que les secours avancent dans leurs opérations. Une enquête a été ouverte sur la construction de l’ensemble d’immeubles tandis que des survivants critiquaient des manquements en matière de de sécurité. 

secouristes taiwan.jpg

122 personnes ensevelies.

Dimanche matin, 122 résidents étaient toujours portés disparus, dont 103 coincés « très profondément » sous les décombres », selon le maire de Tainan, William Lai, qui a ajouté: « il n’y a aucun moyen de les atteindre directement, c’est très difficile ». Le travail des sauveteurs est compliqué par le fait que deux immeubles ont été écrasés par deux autres immeubles voisins, a-t-il expliqué, ce qui les a obligés à consolider les immeubles effondrés avant de creuser. D’après les archives locales, environ 260 personnes habitaient cet ensemble mais les autorités estiment que plus 300 personnes se trouvaient là au moment du séisme, en raison de l’approche des festivités du Nouvel An pendant lesquelles les Taïwanais se retrouvent en famille. Des étudiants occupaient également certains logements sans en avoir été les locataires officiels, selon les mêmes sources.

secouristes tawan 2

 

Les secouristes fouillaient les décombres dimanche, exhortant les survivants coincés à tenir bon pendant qu’ils tentaient de les atteindre. Plusieurs résidents ont été extraits vivants des décombres après plus de 24 heures.
En tout, plus de 250 personnes ont été sauvées, dont environ 200 secourues, les 50 autres ayant pu s’échapper sans assistance. Les secouristes utilisaient des grues, des échelles et des chiens renifleurs pour repérer et extraire les victimes. Parmi les 28 personnes tuées dans le séisme, 26 se trouvaient dans l’ensemble résidentiel effondré, dont un nourrisson de 10 jours et deux autres enfants.

tremblement taiwan

 

Des tremblements de terre réguliers.

La secousse est survenue à une profondeur de 10 kilomètres, à 39 kilomètres au nord-est du port de Kaohsiung, la deuxième ville du pays, a indiqué l’institut géologique américain (USGS). Taïwan, proche de la jonction entre deux plaques tectoniques, est régulièrement touchée par des tremblements de terre. Une secousse de magnitude 7,6 sur l’échelle de Richter avait frappé l’île en septembre 1999, tuant quelque 2.400 personnes.

Séisme de magnitude 6,4 à Taiwan

TAIPEI (Reuters) – Un puissant séisme qui a touché le sud de Taiwan samedi avant l’aube a provoqué la mort de huit personnes dont six dans l’effondrement d’un immeuble d’habitation dans la ville de Tainan, selon un bilan provisoire.

A 19 heures le bilan s’est encore alourdi : on fait état d’au moins 14 morts et plus de 400 blessés. Les autorités locales ont affirmé que plus de 100 personnes étaient toujours portées disparues alors que l’agence de presse officielle taïwanaise Central News Agency faisait état de 172 disparus.  Les décomptes de toute évidence sont loin d’être définitifs.

A la nuit tombée, cinq personnes étaient toujours portées disparues sous les décombres du Wei-guan Golden Dragon et les équipes de secours s’affairaient toujours sur le site à l’aide d’une grue et d’échelles téléscopiques.

Un nourrisson et une fillette de dix ans figurent parmi les victimes de l’effondrement du bâtiment dont les seize étages sont tombés les uns sous les autres sous la puissance de la secousse d’une magnitude de 6,4 qui s’est produite vers 04h00 (20h00 GMT, vendredi).

Les équipes de secours ont pu récupérer 221 survivants, dont 115 ont été hospitalisées, a dit un responsable des pompiers.

L’immeuble abritait une centaine d’unités de logement et le nombre de résidents est estimé à 256 personnes.

La municipalité de Tainan a jugé impossible pour l’instant de déterminer si des défauts de construction pouvaient expliquer en partie cet effondrement.

Les sociétés qui se sont chargées de la conception et de la construction du bâtiment dans les années 1990 n’existent plus aujourd’hui.

Le centre de veille géologique américain (USGS) a enregistré une secousse tellurique de 6,4 avec un épicentre à 43 km au sud de Tainan, à une profondeur de 23 kilomètres.

Plusieurs autres bâtiments de Tainan ont été endommagés, dont l’un penchait dangereusement au-dessus d’une rue.

Tainan, une ville de deux millions d’habitants, a connu en 1999 un tremblement de terre qui a causé la mort d’environ 2.400 personnes.

séisme

 

« J’ai vu des immeubles se balancer de haut en bas »

En effet, aux alentours de seize heures, (heure locale, soit vers 21 heures en France) une importante secousse a été ressentie au sud du pays. Une secousse qui a tout de même été estimée à 6,4 sur l’échelle de Ritcher. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bilan de ce terrible séisme est lourd, en effet les autorités locales compteraient au moins 8 morts, dont un nourrisson de 10 jours, et déjà plus de 300 personnes blessées.

Il faut dire que les dégâts sont très impressionnants. Dans la ville de Tainan, au sud de l’île quatre immeubles se sont effondrés à cause de la secousse. Parmi ces bâtiments, une tour de 16 étages s’est littéralement écroulée, laissant plusieurs de ses habitants prisonniers des décombres. Au micro de nos confrères de Set Tv, certains survivants de ce séisme se sont confiés, témoignant au passage de la violence de la secousse. « J’ai vu des immeubles se balancer de haut en bas et de gauche à droite. Le premier et le deuxième étage se sont littéralement écroulés. » Les secours sont toujours en action, et essaient de venir en aide du mieux possible, aux victimes de cette catastrophe.

lien vers l’article source

vidéo des dégâts après le séisme