Contre la discrimination raciale des images fortes et belles – Against racism

<!– Global site tag (gtag.js) – Google Analytics –>
https://www.googletagmanager.com/gtag/js?id=UA-116233191-1

window.dataLayer = window.dataLayer || [];
function gtag(){dataLayer.push(arguments);}
gtag(‘js’, new Date());

gtag(‘config’, ‘UA-116233191-1’);

L’une est noire et l’autre blanche. Pourtant, ces deux fillettes sont sœurs. Elles ont la même mère, le même père et, d’ailleurs, elles sont jumelles. Gros plan sur une photo qui, à elle seule, démonte les préjugés racistes.

Ci dessus j’ai mis la photo de deux autres jumelles si différentes :

Ces incroyables petites jumelles font la fierté de leurs parents. Isabella et Gabriella sont nées le même jour, avec un teint de peau différent. L’une a le teint mat avec les yeux clairs, l’autre a la peau noire et les yeux sombres. Ces adorables bouilles rondes sont devenues des mini-stars sur Instagram

Autre exemple, à la une du National Geographic, Marcia et Millie Bigs, avec comme unique titre : « Noir et blanc, ces sœurs jumelles nous font repenser tout ce que l’on sait au sujet des races. »Regardez :

national-geographic-soeurs-jumelles-racisme-une.jpg

Voici encore un autre exemple car elles ne sont pas les seules à présenter cette particularité :

Kian et Remee sont deux jumelles nées en 2006 à une minute d’écart, de la même mère ; toutefois, l’une est noire, l’autre est blanche. Comment cela est possible ? Les deux petites filles sont nées par césarienne au Queen’s Medical Center, une clinique de Nottingham en Angleterre. Il va sans dire que le personnel médical et les parents ont été très étonnés au moment de la naissance. La mère explique cependant que ce n’est que le lendemain du grand jour qu’elle et son compagnon ont commencé à se poser des questions, étant elle-même trop fatiguée par l’accouchement pour s’apercevoir immédiatement de cette forte divergence chez ses jumelles ; elle ne fait que remarquer leur couleur de cheveux respective, l’une blondel’autre noire, son esprit entièrement tourné vers le fait que ses deux petites filles sont bien arrivées. Puis, prenant conscience de cette différence, elle se demande comment celles-ci peuvent être des sœurs jumelles.

jumelles

 

La jeune femme raconte que sa mère lui a dit de ne pas s’inquiéter, que la peau de Remee deviendrait de plus en plus foncée au fil des semaines. Mais en réalité, c’est tout l’inverse qui se passe : la peau de Remee s’éclaircit alors que celle de Kian s’assombrit, accentuant cette dissemblance. Cette différence de couleur de peau chez les deux jumelles est due à une combinaison particulièrement rare des gènes de leurs parents. Leurs propres parents ont en effet chacun une mère blanche et un père noir : la mère, Kylie Hodgson est moitié blanche, moitié noire ; son conjoint, Remi Horder, est lui aussi métis.

 

Encore un superbe exemple :

On le sait il existe deux types de jumeaux, les vrais et les faux et cette histoire est sans doute la plus incroyable concernant ce phénomène. Lucy et Maria Aylmer ont toutes les deux 18 ans et malgré les apparences elles sont sœurs jumelles. Maria est métisse, brune et bouclée alors que Lucy est blancherousse et a les yeux clairs.

maria-lucy-jumelles-differente-noire-blanche-aylmer

Bien évidement avec cette opposition physique, personne ne pense qu’elles sont sœurs ni même originaires de la même famille, depuis qu’elles sont toutes petites. Les faux jumeaux sont en fait issus d’une même grossesse mais ont été produits par deux spermatozoïdesdifférents et ont évolué dans deux ovules distincts.

 

Donna, la maman est originaire de Jamaïque et Vince, le papa est caucasien. Les jeunes filles ont deux frères, Georges (23 ans) et Jordan (21 ans) et une sœur, Chynna (22 ans) qui ont tous les trois la peau typée. Toute la famille vient du sud-ouest de l’Angleterre.

 

Et pour finir encore plus fort, voici un exemple intéressant : un garçon noir et une fille blanche !

angleeterre

Aujourd’hui âgés de 14 mois, Léo et Theo sont deux jumeaux bien particuliers. Leur mère est noire (originaire de Grenade), leur père blanc, et les jumeaux sont un garçon noir et une fille blanche.

Shirley Wales, 21 ans, a dévoilé à la presse il y a quelques jours ses jumeaux nés l’année dernière. Prévenue que ses enfants pourraient être de race différentes, elle a avoué avoir pensé appeler ses enfants Ebène et Ivoire. Ceci en référence à Ebony and Ivory, le titre d’un duo entre Stevie Wonder et Paul Mc Cartney. Elle se serait ravisée en estimant que cela pourrait stigmatiser ses jumeaux.

Elle a également indiqué que l’annonce de la naissance avait été une telle attraction que près de cent personnes seraient venues la voir en moins de deux jours: tous voulaient voir le « miracle » de leurs propres yeux. Aujourd’hui elle appelle encore ses enfants « ses petits miracles ». « Ils sont si différents. Je les appelle Leo le Lion et Happy Hope (heureux espoir). Leo s’énerve quand il n’est pas le centre de l’attention, parce que sa soeur semble attirer plus d’attention de la part des gens. Hope de son côté sourit tout le temps à tout le monde ».

Séparée du père des jumeaux, Shirley est ravie d’avoir des jumeaux de race différente. Elle dit également apprécier le fait que les gens pensent que sa fille (blanche) est sa nièce. Facétieuse, elle rigole du regard des gens quand elle leur dit qu’elle est la mère biologique de Hope. Elle invite les gens à faire preuve d’ouverture d’esprit.

Bonne journée du 21 mars 2018,

Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale 2018

 

 

Tous Unis Contre la Haine: la nouvelle campagne anti-raciste du gouvernement

Avec six spots-choc mettant en scène des agressions racistes ou antisémites aussi provocants que réalistes, le gouvernement lance ce lundi une nouvelle campagne pour dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience.

Inspirés de faits réels, six petits films tous bâtis sur le même principe: une agression filmée avec une caméra instable, pour évoquer les films amateur. En fond sonore, une conversation, qu’on devine autour d’une table, reprenant des clichés racistes couramment véhiculés sur la communauté concernée. C’est la forme de la nouvelle campagne contre le racisme lancée ce lundi par le gouvernement.

Tête de porc sur la grille d’une mosquée, jeune noir roué de coup, tag « mort aux Juifs » sur une porte de synagogue… au moment où le spectateur prend pleinement conscience de la gravité de l’agression filmée, une voix interrompt les propos haineux pour inviter à s’interroger sur la réalité des clichés. « Le racisme/l’antisémitisme/les actes anti-musulmans, ça commence par des mots. Ça finit par des crachats, des coups, du sang », conclut le spot.

Recrudescence des actes racistes en 2015

La campagne de spots télévisés, qui renvoie sur un site internet et le mot-dièse #TousUnisContrelaHaine, est lancée à la demande du Premier ministre, alors que la France a connu une recrudescence de la haine raciste et antisémite l’an dernier.

Ces actes ont bondi de 22% en 2015, avec, notamment pour les actes anti-musulmans qui ont plus que triplé en un an, un pic après les attentats de janvier et novembre. Au total, 2 032 actions et menaces racistes, antisémites et anti-musulmanes ont été enregistrées, selon les chiffres de la Dilcra (Délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) communiqués en janvier.

3 millions d’euros

Cette campagne, diffusée sur la plupart des chaînes de télévision jusqu’au 10 avril, coïncide avec la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, du 21 au 28 mars, lancée lundi matin par la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem lundi matin au musée national de l’histoire de l’immigration. Elle a coûté 3 millions d’euros, et s’inscrit dans le cadre du « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » doté de 100 millions d’euros sur trois ans.

En mai 2015, le gouvernement avait annoncé 13 pistes différentes pour lutter contre les discriminations à l’embauche et en cours de carrière, dont une étude sur le coût économique des discriminations, et une campagne de testing pour « objectiver les discriminations », lancée fin mars. La méthode consiste, par exemple, à envoyer deux CV identiques, si ce n’est sur des critères potentiellement discriminants (âge, sexe, nom de famille, adresse, etc), et à examiner les retours des entreprises sur ces candidatures.

Premières réactions sur les réseaux

Sur Twitter, les premières réactions à la campagne sont globalement très négatives. Beaucoup des internautes qui réagissent déplorent l’absence de référence au « racisme anti-blanc », et mettent en avant des vidéos, photos, articles de presse évoquant l’agression de personnes blanches par des agresseurs non-blancs.

Article de FRAnce infos avec les clips

Tous unis contre la haine article France Info avec les clips.