Humeur : poème : le cri !!!

Se taireQuand on ne sait plus que direSe taireCar « il » a toujours raisonSe taireCar sa voix écrase la douceur de la nôtreEnfin se taireCar jamais il n’écoute….Rester sourd à son esprit qui hurleSourd à ton cœur qui brûleFais silence….Ta colère ne la vire pas en haineComme de tes mots, il n’en vaut pas la peine….… Continuer de lire Humeur : poème : le cri !!!

Coup de cœur : A nice poem found on Instagram…

You’re so loving..
False Advertisement.
adorable jusqu’à ce que le masque tombe

Humeur : Douleur j’aurai ta peau

Je dédie ce cri du cœur à tous mes amis de galère, je viens de répondre à certains d’entre eux, j’admire leur courage, continuez mes amis, nous avançons je sais que nous gagnerons notre combat, courage à tous. Marie   Insidieuse Obsédante Intolérable Présente et invisible Si  haïssable Tu te terres dans mon ventre Tu… Continuer de lire Humeur : Douleur j’aurai ta peau

Barbara de Jacques Prévert

Je salue le printemps des poètes avec une très belle poésie : Barbara Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là Et tu marchais souriante Épanouie ravie ruisselante Sous la pluie Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest Et je t’ai croisée rue de Siam Tu souriais Et moi je souriais de… Continuer de lire Barbara de Jacques Prévert

L’espoir selon Paul Eluard

La nuit n’est jamais complète Il y a toujours, puisque je le dis Puisque je l’affirme Au bout du chagrin une fenêtre ouverte Une fenêtre éclairée Il y a toujours un rêve qui veille, Désir à combler, faim à satisfaire, Un cœur généreux Une main tendue, une main ouverte, Des yeux attentifs Une vie, La… Continuer de lire L’espoir selon Paul Eluard

Dans la grand’hune (Anatole Le Braz)

Je suis bretonne ce poème je le vis en le lisant. Dans la grand’hune La mer m’a versé son breuvage, Son lait, salé d’un sel amer ; Et j’ai grandi comme un sauvage Sur le sein libre de la mer. La mer de ses rudes caresses A pétri mon cœur et ma chair ; Ce… Continuer de lire Dans la grand’hune (Anatole Le Braz)

Le Dieu des petits oiseaux (Victor Hugo)

Ces mots….. Délicieux, divins Moi, je préfère, ô fontaines! Moi, je préfère, ô ruisseaux! Au Dieu des grands capitaines, Le Dieu des petits oiseaux! (Victor Hugo) Source : Le Dieu des petits oiseaux (Victor Hugo)