Nature : Italie: la nappe de pétrole en grande partie dissoute au large de la Riviera et de la Côte d’Azur

Rome – La nappe de pétrole apparue au large de la Riviera italienne s’est en grande partie dissoute et ne pose plus de risques aux plages des côtes italiennes et françaises, ont annoncé dimanche les responsables de l’opération de nettoyage.

« La situation dans les eaux entre Gênes et la frontière française s’est améliorée de manière significative« , a déclaré Giovanni Pettorino, commandant du port italien de Gênes.

« Grâce aux conditions météorologiques (pluies intenses, NDLR) la nappe de pétrole aperçue au cours des derniers jours sur des images satellites s’est en grande partie dissoute ou s’est dispersée en de plus petites nappes sous l’effet de traitement« , a-t-il assuré à la chaîne italienne Sky TG24.

Une nappe de pétrole de quelque deux kilomètres de long et 500 mètres de large menace la côte italienne vers Gênes (nord-ouest) mais aussi la Côte d’Azur en France, avaient indiqué samedi les autorités italiennes.

« La nappe n’ira pas en France. La situation semble désormais maîtrisée« , a affirmé dimanche M. Pettorino, une déclaration qui devrait soulager la population et l’industrie touristique du sud de la France.

Le pétrole provient vraisemblablement d’une raffinerie située au nord de Gênes, où la fuite d’un oléoduc le week-end dernier a déversé de grandes quantités de brut dans un torrent voisin.

Les secours avaient vite réussi à construire une digue provisoire pour empêcher le pétrole de se répandre et commencé à le pomper, jusqu’à ce que de fortes pluies dans la nuit de vendredi à samedi détruisent une digue.

La nappe qui s’est échappée se déplaçait lentement samedi vers l’ouest du port de Gênes, en Méditerranée, faisant redouter une pollution sur des plages de la zone frontalière entre Italie et France.

Les autorités portuaires de Gênes et le gouvernement avaient affirmé que les barrières flottantes mises en place dans l’embouchure du torrent avaient ensuite été efficaces pour éviter d’autres fuites d’hydrocarbures.

« Ce n’est pas un désastre mais un incident sérieux qui n’aurait pas dû se produire« , a déclaré le chimiste environnemental Federico Valerio au quotidien italien La Repubblica. « Le système de prévention en place a échoué. Le plus lourd tribut sera pour le torrent où a eu lieu le déversement. Les conséquences toxiques auront des répercussions sur son écosystème pendant des mois, sinon des années« , a-t-il prévenu.

Caracas change d’heure pour économiser l’énergie

le Venezuela a annoncé qu’il changerait d’ici à deux semaines de fuseau horaire, avançant ses aiguilles de 30 minutes. Le pays est miné par des coupures de courant dues aux niveaux d’eau très bas dans ses réservoirs

Plongé dans une grave crise économique et énergétique, le Venezuela a annoncé vendredi 15 avril qu’il changerait d’ici à deux semaines de fuseau horaire, avançant les aiguilles de 30 minutes afin d’économiser de l’électricité.« La décision prise par le président (Nicolas Maduro) est de revenir au fuseau horaire de quatre heures de moins par rapport au méridien de Greenwich (-04 h 00 GMT) », a déclaré le ministre des Sciences Jorge Arreaza.

Le pays latino-américain retrouvera le 1er mai le fuseau qu’il avait jusqu’au 9 décembre 2007 quand le président de l’époque, le défunt Hugo Chavez (1999-2013), avait décidé de passer à -04 h 30 GMT, disant vouloir éviter aux enfants de se rendre à l’école dans le noir le matin.

Jours chômés

Cette mesure s’ajoute à d’autres initiatives prises ces derniers mois pour économiser l’électricité, dans un pays miné par des coupures de courant dues aux niveaux d’eau très bas dans ses réservoirs, pénalisant les centrales électriques.

Dans un discours prononcé jeudi, Nicolas Maduro a ainsi décrété que le lundi 18 avril, veille de fête nationale, serait chômé, afin de créer un « pont d’économies d’énergie ». La semaine dernière, il avait déclaré chômés les vendredis dans le secteur public pour les deux mois à venir.

De même, les grands consommateurs de courant, dont les hôtels, sont invités à pourvoir eux-mêmes à leurs besoins en électricité neuf heures par jour, ce qui a amené les centres commerciaux à réduire leurs horaires d’ouverture.

El Niño, particulièrement virulent

Selon le gouvernement socialiste, les 18 réservoirs d’eau du pays souffrent de la sécheresse provoquée par le phénomène météorologique El Niño, particulièrement virulent en Amérique latine. Mais l’opposition, majoritaire au Parlement, accuse l’exécutif de ne pas avoir investi assez dans le réseau électrique pour faire face à la demande.

Les conséquences de cette pénurie d’eau sont pénalisantes pour le quotidien des Vénézuéliens, avec, outre les coupures de courant, des mesures de rationnement, certains quartiers de Caracas étant privés d’eau jusqu’à trois jours par semaine.

Pour résoudre ce problème, le gouvernement est persuadé d’avoir trouvé la bonne solution : « cela va être aussi simple que d’avancer nos montres d’une demi-heure, cela va permettre de mieux profiter de la lumière du jour, car il fera nuit plus tard », a assuré le ministre Jorge Arreaza.

> À lire aussi : Quiz : À quand remonte le changement d’heure ?

Les plus larges réserves pétrolières de la planète

Pour le président du Parlement, membre de l’opposition, Henry Ramos Allup, toutes ces mesures sont « absurdes ». Et les analyses économiques préviennent que tant de changements pourraient affecter la productivité du pays.

Le Venezuela, qui dispose des plus larges réserves pétrolières de la planète, souffre déjà d’une grave crise économique, sous l’effet de la chute des cours du brut qui apporte 96 % de ses devises.

Cette crise se traduit par des pénuries des produits de première nécessité (dont Caracas ne peut plus payer l’importation), obligeant les Vénézuéliens à faire la queue pendant des heures devant les centres commerciaux et à supporter la pire inflation au monde, à 180 % par an en 2015.

Journées de travail réduites

Parmi les autres mesures appliquées récemment pour économiser l’énergie, Nicolas Maduro avait réduit les journées de travail, dans les ministères, à six heures et rendu férié la Semaine Sainte pour les secteurs public et privé.

Selon le mandataire, l’effet a été positif en termes de consommation d’électricité, même s’il n’a pas chiffré ces bénéfices.

« Le président Maduro fait tout son possible pour éviter de mettre en place des mesures de rationnement (d’électricité, NDLR). Pourvu que nous n’ayons pas à en arriver là, mais l’économie que nous ferons dépendra de chacun de nous », a souligné Jorge Arreaza.

« Tragédie environnementale »

La centrale électrique El Guri, qui abrite le principal réservoir d’eau du pays, se trouve dans la région de Bolivar (sud-est) et fournit 70 % de l’électricité consommée au Venezuela.

Mais son réservoir est dans une situation limite, à seulement 3,66 mètres au-dessus de son niveau minimum, fixé à 240 mètres au-dessus de la mer. C’est« presque une tragédie environnementale et nous devons adapter nos manières de vivre », a plaidé Nicolas Maduro.

Le changement d’heure décrété par le gouvernement fait partie de l’état d’urgence économique entré en vigueur en janvier, qui accorde plus de pouvoirs à Nicolas Maduro, en dépit de la forte protestation du Parlement, dominé par l’opposition.

AFP