Maxime …. Tu es parti si jeune… Si rapidement après l’injection, tu voulais juste aller en Grèce.

combien d’autres comme toi veulent juste vivre leur vie et la perdent…. Tu es un symbole… Repose en paix ♥️ ☮️ tu étais l’image de la joie de vivre 😭

Aujourd’hui tombe le résultat de l’autopsie, problème cardiaque suite au vaxx contre le Co-vid !

tu pourrais être un frère, un fils … Un ami …

Hommage à Maman

Maman, il y a deux ans tu nous quittais, tu nous manques toujours autant….

Alors tous ceux qui vous me lisez voici le message que je veux vous signifier :

Une maman est unique

Elle est merveilleuse

Oh combien précieuse

Chérissez là tant que vous pouvez

Elle n’est pas là pour l’éternité.

maman

 

Les yeux de la mama…… paroles si fortes si douces à la fois, surtout si vraies..

Les yeux de la mama………………

 

Oh mon Dieu, laissez-les moi
Les beaux yeux de la Mama
Enlevez-moi même tout le reste
Mais pas la douceur de ses gestes
Elle m’a porté avant le monde
Elle me porte encore chaque seconde
Elle m’emportera avec elle
Je lui serai toujours fidèle

 

Coluche : il y a 30 ans il nous quittait

Le 19 juin 1986, l’humoriste Michel Colucci, dit Coluche, disparaissait dans un dans un accident de moto sur une petite route des Alpes-Maritimes, à l’âge de 41 ans. Si le comique a profondément marqué ses contemporains par son humour anarcho-populo, il a également désacralisé la politique en déclarant sa candidature à l’élection présidentielle de 1981. Portrait d’un bouffon qui avait tous les atouts d’un roi.

 

Le 30 octobre 1980, alors qu’il est au sommet de sa gloire, Coluche convoque la presse pour faire une drôle d’annonce au théâtre du gymnase. « Comme pendant 30 ans on a voté pour des gens compétents et intelligents, je propose aujourd’hui qu’on vote pour un imbécile qui n’y connaît rien, c’est à dire moi », lance-t-il aux journalistes qui notent et enregistrent ses propos.

Nous sommes un peu plus de six mois de l’élection présidentielle de 1981 et l’humoriste Michel Colucci vient de présenter sa candidature au scrutin majeur de la Ve République. Avec une idée bien à lui de ses ambitions :  « Moi, pour l’instant, ce que j’ai, c’est un cahier de charges, affirme le comique : les 1,5 million de chômeurs, comme les pédés, les nègres, comme tous les parasites, les faiseurs de patins à roulettes, les appelés du contingent et tout ça… sont des gens qui, pour l’instant, sont rejetés par la société, qui ne valent rien pour les politiques, même pour les mecs de gauche ».

« Nous sommes en direct du rocher aux putes »

Quelques mois plus tôt, en février 1980, Coluche a été remercié par la radio RMC (Radio Monte Carlo) pour avoir parlé de l’affaire des diamants de Bokassa offerts à Valéry Giscard d’Estaing et avoir balancé, désinvolte : « Bonjour. Nous sommes en direct du rocher aux putes ». Après réflexion, le cinéaste Romain Goupil, son assistant à l’époque, lui suggère d’annoncer sa candidature pour contourner la « censure ».

Toutefois, l’aventure politique de Coluche tournera court. Le 16 mars 1981, victime de menaces, le candidat bleu-blanc merde abandonne son aventure présidentielle face à François Mitterrand et la président sortant Valéry Giscard d’Estaing. »On a eu une seule signature », se souvient sur France Inter Romain Goupil.

Cette candidature pas comme les autres, entretenue chaque semaines dans les colonnes de Charlie Hebdo, ne le fait plus rire malgré des intentions de vote supérieure à 16% selon un sondage du JDD. En revanche, le comique anarcho-populo a révélé une nouvelle facette de son personnage qui ne s’effacera pas jusqu’à (et au-delà de) sa mort, il y a trente ans, le 19 juin 1986, dans un accident de moto sur une petite route des Alpes-Maritimes.

La candidature de Coluche que je salue, bravo l’artiste, il était génial :

Coluche candidat à la présidentielle

« Il représentait la révolte »

En effet, derrière l’humoriste grand public, se cache un trublion politique, qui a toujours donné une dimension politique à son discours et à son oeuvre. « C’était quelqu’un d’extrêmement drôle. Il avait une puissance comique incroyable, à la fois un comique très italien, à la commedia dell’arte, mais aussi un commentaire d’une virulence et d’une justesse absolument dingues sur la société et la politique », soulignait à ce titre Antoine de Caunes dans une interview à La Presse à l’occasion de la sortie de son film biographique sur Michel Colucci. »Il représentait quelque chose de la révolte, une parole complètement différente », défend de son côté Romain Goupil.

Amendement Coluche

L’Express, Olivier Mongin, auteur de De quoi rions-nous. La Société et ses comiques (éd. Plon ; 2006) partage aujourd’hui cette analyse : « Coluche a fait la révolution sociale du rire en parlant de la société, de la vie quotidienne. Il a fait comprendre le premier qu’on peut rire d’autre chose que du Général de Gaulle ».

Contre la peine de mort, antiraciste, anarchiste, critique des institutions comme l’armée, la police, l’école, le mariage ou l’Etat, Coluche était un analyse politique à longueur de sketch comme le raconte Nasserdine Aït Ouali dans Coluche : politique et comique (éd. L’Odyssée) sorti en mai 2016. Jusqu’à s’engager contre la pauvreté en fondant le 21 décembre 1985 les Restos du coeur ou en inspirant après sa mort l’amendement Coluche, la déduction fiscale des dons humanitaires. Un bouffon devenu roi.

F Bardou pour Métro news

 

Pour en lire plus :

Une mort sans réponse, Coluche disparassait il y a 30 ans

 

Prince, Bowie… La BBC croit savoir pourquoi tant de stars meurent en 2016

Prince est décédé jeudi. Sa disparition est à rajouter à la longue liste de célébrités mortes en 2016. Pourquoi autant de morts en si peu de mois? Des journalistes de la BBC ont une théorie.

Michel Delpech, Michel Galabru, Jacques Rivette, David Bowie, René Angélil, Alan Rickman, Harper Lee, Umberto Eco, Jean-Pierre Coffe,Alain Decaux ou encore tout récemment Prince. L’année 2016 n’en est qu’à ses prémices, mais de nombreuses personnalités se sont déjà effacées. Deux journalistes de la chaîne britannique BBC ont cherché à savoir s’il y avait une réponse objective à ce nombre croissant de décès de célébrités. Et leur théorie est plutôt intéressante.

Un nombre « phénoménal »

Roland Hughes et Laura Gray, les auteurs de l’article, se sont basés sur les nécrologies écrites en avance par leur collègue de la BBC Nick Serpell, puis publiées lorsqu’une mort est confirmée. Il part lui aussi du constat que le nombre de morts de personnalités, en 2016 est « phénoménal ». Il a même dressé un graphique avec ses propres données: en 2012, cinq de ses nécrologies ont été publiées, elles étaient 8 en 2013, 11 en 2014, 12 en 2015 et… 24 pour les quatre premiers mois de 2016!

VOIR AUSSI >> Le Prince est mort, vive le Prince en cinq vidéos

Pour s’assurer de la véracité de leur postulat de départ, les journalistes ont recoupé leurs données avec celles du quotidien britannique le Daily Telegraph. En avril 2014, sa rubrique nécrologique comptait 38 célébrités, 30 en avril 2015 et… 75 rien que pour les quatre premiers mois de 2016. Et si l’étude est effectuée en Grande-Bretagne, les résultats pourraient fonctionner pour la France également, car l’Hexagone a aussi connu son lot de personnalités françaises disparues cette année (Michel Delpech, Michel Galabru, Jacques Rivette, Pierre Boulez, André Courrèges, Alain Decaux, Jean-Pierre Coffe, Sophie Dessus, Romain Guyot, Thérèse Clerc, Benoît Violier…).

Des baby-boomers

Comment justifier cet accroissement soudain de décès chez les personnalités du monde entier? La BBC met d’abord en avant un argument purement démographique. « Les gens qui ont commencé à devenir connus dans les années 1960 ont maintenant 70 ans et plus et commencent à disparaître », indique Nick Serpell. C’est une théorie qui fonctionne presque pour David Bowie, Michel Delpech et Alan Rickman, morts à 69 ans, mais surtout pour René Angélil, (73 ans), Jean-Pierre Coffe (78 ans), et encore plus pour Harper Lee, décédée à 89 ans et Michel Galabru, mort à 93 ans.

La tendance à la multiplication de décès de personnalités devrait donc prendre de l’ampleur, puisque beaucoup de stars actuelles sont nées lors du babyboom, entre 1946 et 1964 (ce qui représente une tranche de la population évaluée à 23% selon le dernier recensement). « Dans les 10 prochaines années, ces personnes vont avoir au moins 80 ans, et le phénomène se multipliera », commente le spécialiste des nécrologies Nick Serpell. Son calcul ne prend pas en compte les morts accidentelles. Ni les maladies, telles que le cancer, qui touchent des franges toujours plus importantes de la population, et donc bien évidemment des célébrités (David Bowie, Michel Delpech, René Angélil…).

L’essor des réseaux sociaux

Nick Serpell avance également une autre explication pour tous ces décès: il y a davantage de gens connus que naguère. « Dans la génération de mon père, ou de mon grand-père, les seules célébrités étaient issues du cinéma, il n’y avait pas de télévision, indique-t-il. Puis (pour la génération suivante, ndlr), si ils n’apparaissaient pas à la télévision, ils n’étaient pas connus. »

La propagation de la nouvelle de la mort d’une personnalité prend aussi davantage d’ampleur, depuis les 10 dernières années, avec l’instantanéité des réseaux sociaux. Annoncée jeudi, la nouvelle de la mort de Prince a été twittée des millions de fois, dans le monde entier. Aucune mort célèbre ne passe dorénavant inaperçue, comme cela a pu être le cas il y a plusieurs décennies.

L’express

 

Insolite : Un navigateur allemand retrouvé momifié dans son bateau

J’aime la mer et les bateaux, mais comme toute Bretonne qui se respecte nous savons qu’elle est dangereuse, alors brrr ce fait divers me donne froid dans le dos mais confirme que l’océan dicte sa loi et impose à l’être humain de connaître ses limites face à lui, sous peine de sanction !

 

Le corps momifié de Manfred Fritz Bajorat a été retrouvé, ce week-end, par deux pêcheurs au large des Philippines. Cet Allemand âgé de 59 ans n’avait plus donné signe de vie depuis un an.

Navigateur allemand

On peine à imaginer la stupeur des deux pêcheurs à l’origine de la macabre découverte. Manfred Fritz Bajorat, navigateur d’origine allemande de 59 ans, a en effet été localisé, sans vie, ce week-end… Cet amoureux de la mer avait disparu depuis un an. L’homme a finalement été trouvé momifié, dans son yacht abandonné, au large des Philippines, comme le rapporte le MailOnline, photos à l’appui. Attention, âmes sensibles s’abstenir.

Silence radio depuis un an

Manfred Fritz Bajorat a été retrouvé attablé dans la cabine de son bâtiment qui prenait l’eau. L’air sec, les hautes températures et l’atmosphère chargée en sel expliqueraient la bonne conservation du corps, selon le quotidien britannique. Autour de lui se trouvait des albums photos, des habits et de la nourriture.

Les photographies devraient constituer une manne d’informations précieuses pour les enquêteurs afin de tenter de retracer l’obscur parcours de Manfred. Car l’homme semblait attaché à la solitude : un ami du navigateur a récemment confié au journal allemand Bild lui avoir parlé pour la dernière fois il y a un an, via Facebook, pour son anniversaire.

Enquête en cours

La dépouille se trouvait non loin d’une station radio, ce qui laisserait penser que le navigateur a pu chercher à contacter le monde extérieur avant de décéder. Le Dr Mark Benecke, biologiste et  spécialiste de l’entomologie médico-légale outre-Rhin, précise que « la façon dont il (Manfred) est assis tend à montrer que la mort a été soudaine, comme peut l’être une crise cardiaque ». Mais, pour l’heure, seules les hypothèses sont de mises. Les forces de l’ordre s’attèlent désormais à reconstituer son itinéraire et une autopsie sera pratiquée afin de mettre à jour, peut-être, quelques certitudes.

 

Nature : Antarctique : un iceberg cause la mort de quelques 150.000 manchots Adélie

Danger pour la nature en terre Adélie l’équilibre est menacé… inquiétant, récit :

D’après une étude scientifique, l’échouement d’un iceberg en Antarctique a eu pour notable conséquence de tuer environ 150.000 manchots Adélie.

Des chercheurs australiens et néo-zélandais ont expliqué en début de mois dans le journalAntarctic Science qu’en décembre 2010, un iceberg s’étant échoué dans la baie du Commonwealth (est de l’Antarctique), a eu comme désastreux effet de conduire quelque 150.000 manchots Adélie à la mort.

L’iceberg, répondant au nom de B09B et mesurant 100km², s’était ainsi déposé non loin de la colonie de ces manchots, lesquels vivaient sur le cap Denison comme le rapporte Le Point. Toujours selon ces chercheurs, la population de ces manchots Adélie sur ce cap rocheuse serait passée de quelque 160.000 oiseaux marins en février 2011 à environ 10.000 en décembre 2013.

Manchots Adélie : une reproduction contrariée par l’échouement d’un iceberg en décembre 2010

Concrètement, le fait que l’iceberg se soit échoué près de leur lieu d’habitat et qu’une banquise côtière se soit formée en conséquence a conduit ces manchots a faire 60 kilomètres supplémentaires pour aller chercher leur nourriture. Un rallongement de leur trajet alimentaire qui n’a pas manqué d’altérer leur processus de reproduction.

La population du cap Denison pourrait disparaître d’ici 20 ans

Et à moins que la nature ne s’en mêle, cette situation est amenée, à plus ou moins long terme, à aboutir à l’extinction de cette race de manchots :  « La population du cap Denison pourrait être éradiquée dans les 20 années qui viennent, à moins que B09B ne bouge, ou que la banquise côtière, désormais pérenne, ne se disloque ». On nous précise par ailleurs que si la banquise de mer dérive, ce n’est pas le cas de son équivalent côtière, laquelle est capable de grandement se renforcer. Chris Turney, chercheur de l’université de Nouvelle-Galles-du-Sud (UNSW) et leader de l’expédition conduite en 2013, relate que lors de ce recensement, des« centaines d’œufs abandonnés » avaient été observés sur la colonie : « Le sol était jonché des carcasses desséchées par le froid des poussins de la saison précédente. Il y règne désormais un silence inquiétant ».

Ettore Scola, Réalisateur Italien disparaît à l’age de 84 ans – Italian film director and screenwriter, dies at 84

Le cinéaste italien Ettore Scola, réalisateur notamment d' »Une journée particulière » ou de « Nous nous sommes tant aimés », est mort mardi à Rome à 84 ans, selon les médias italiens qui citent des sources hospitalières.

Ettore Scola, né en 1931, passait pour un des derniers grands maîtres du cinéma italien, réalisateur de chefs d’oeuvre mettant en scène Marcello Mastroianni, Sophia Loren, Vittorio Gassman ou Nino Manfredi. Il avait reçu le César du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1984 pour « Le Bal ».

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a aussitôt fait part de sa tristesse après la mort de ce « maître dans l’art d’observer avec acuité l’Italie, sa société et ses changements ». Le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini, a salué sur Twitter un « grand maître, un homme extraordinaire, resté jeune jusqu’au dernier jour de sa vie ».

RIP… Maître Ettore Scola

 

 

 

Source : Ettore Scola, Italian film director and screenwriter, dies at 84