Humeur : les footballeurs français sont des magiciens

Bravo à l’équipe de France, elle a gagné la coupe du monde, 4 à 2 face à la Croatie ! Bien joué !

Bon, ils ont fait leur travail, comme le plombier qui répare une  fuite, le boulanger qui cuit son pain, l’informaticien qui met le point final à un programme…

Bref, vous, lui, le voisin, moi ou n’importe qui effectue parfaitement une tâche..

 

Oui je suis fière de ces sportifs et de mon pays, mais pourquoi les arroser de tant d’argent alors que bien d’autres personnes ne peuvent vivre de leur savoir faire.

Les chercheurs n’ont pas de bourses d’études pour les doctorats, les laboratoires  manquent de fonds pour les recherches, les APL ont baissé pour les plus nécessiteux.

L’euphorie de la victoire escamote de façon transitoire et hystérique les problèmes de notre beau pays.

 

Il nous faudra hélas retomber sur terre….

 

Sachons retenir de cette superbe union nationale qu’il nous faut rester solidaire et se rappeler de la devise de la France :

Egalité, Liberté et Fraternité.

 

Que la France soit comme les footballeurs, une équipe qui ne laisse personne sur la touche.

 

Lamentable : Le clip de campagne de Marine Le Pen tourné sans autorisation en Bretagne

Je suis bretonne, la voir utilisée ainsi….. je n’ai pas de mots. Je ne mets pas la vidéo volontairement, elle me hérisse.

Le mois dernier, Marine Le Pen a présenté son clip de campagne. Une production dont une partie a été tournée sur la côte morbihannaise et ce, sans autorisation du Conservatoire du littoral.

Sur une falaise surplombant la mer, Marine Le Pen apparaît, le regard fixé sur l’horizon, sans ciller face aux embruns. Une partie au moins de cette production a été tournée en Bretagne. L’endroit est aisément reconnaissable : il s’agit de la côte sauvage de la presqu’île de Quiberon, à quelques encablures du berceau familial…

« Des procédures à respecter »

 

La patronne du Front national a donc choisi de se placer en Bretagne pour s’élancer dans sa course vers l’Élysée. C’est son choix. Mais elle aurait dû le faire savoir. En effet, le tournage ne semble avoir été précédé d’aucune autorisation, comme la réglementation du Conservatoire du littoral l’impose. « Il y a en effet des procédures à respecter. On ne peut pas tourner sur certains sites sans autorisation », assure Gwenal Hervouët, délégué adjoint pour l’établissement public dont la mission est de préserver les parcelles du littoral menacées par l’urbanisation ou dégradées. « En général, on accorde l’autorisation si le tournage n’a pas d’impact sur l’environnement et n’est pas en opposition avec la fréquentation du public… ».

La société de tournage, liée à Marine Le Pen, ne devait peut-être pas connaître l’existence du Conservatoire du littoral. « Nous avons appris qu’un tournage avait eu lieu sur la côte sauvage en le visionnant sur internet, après avoir été prévenus par des internautes. Nous avons fait le nécessaire auprès de sa production pour régulariser la situation ». Car s’il est trop tard pour demander poliment, il ne l’est pas pour régler la facture : « Une redevance doit être versée pour chaque journée de tournage (qui peut s’élever à un millier d’euros par jour). Ce n’est pas de l’argent que nous allons garder, il est reversé au gestionnaire du site ».

Le délégué FN : « Je n’étais pas au courant »

 

Selon le délégué du Conservatoire pour la Bretagne, la société de production n’aurait pas encore répondu… Une absence de communication que l’on retrouve d’ailleurs chez le délégué départemental FN dans le Morbihan, Bertrand Iragne : « Je n’étais pas au courant de ce tournage. Marine Le Pen n’a pas à me tenir informé de son passage. On parle là de la candidate à la présidence de tous les Français qui tourne un clip, pas de la présidente du Front national », explique le représentant du Front national, dans une étrange forme de logique.

Saint-Pierre-Quiberon : le maire « pas d’accord »

 

Le mystérieux tournage n’a donc fait l’objet d’aucune annonce, même pas du côté du maire de la commune de Saint-Pierre-Quiberon, Laurence Le Duvéhat : « Je n’en ai eu connaissance que récemment. Je reçois des demandes de tournage. Mais je n’ai pas reçu celle-là. Et si cela avait été le cas, je crois que je n’aurais pas accepté. Je ne suis pas d’accord avec l’idée que le territoire de Saint-Pierre-Quiberon soit associé avec l’image de ce parti ».
© Le Télégramme

 

Attention aux cartes de visites droguées….

 A lire absolument, histoire vraie….et très dangereuse… transmettre à vos amis, faites passer l’information.

 

Ce jour un ami me transmets ce jour cette histoire vraie arrivée à Bègles en Gironde :

 

C’est arrivé à une collègue pas plus tard qu’hier (à Bègles près de Carrefour).
Dans une station-service, un homme a approché une dame qui était en train de remplir son réservoir.
Il lui a offert ses services en tant que peintre et lui a laissé sa carte.
Elle a accepté sa carte pour faire preuve de bonne volonté et est entrée dans sa voiture.
L’homme est alors entré dans une voiture conduite par un autre monsieur.
Alors qu’elle s’apprêtait à quitter la station-service, elle a vu les hommes la suivre hors de la station en même temps.
Presque immédiatement, elle a commencé à se sentir étourdie et ne pouvait pas attraper son souffle..
Elle a essayé d’ouvrir la fenêtre et s’est rendu compte que l’odeur était sur sa main, la même main qui a accepté la carte du monsieur à la station-service.
Elle a alors noté que les hommes étaient collés derrière sa voiture et a senti qu’elle devait faire quelque chose à ce moment.
Elle est rentrée dans le premier stationnement qu’elle a vu, arrêté sa voiture et a commencé à appuyer sur son klaxon à plusieurs reprises pour appeler à l’aide.
Les hommes se sont enfuis loin d’elle mais la dame ne se sentait toujours pas bien.
C’est seulement après plusieurs minutes qu’elle a pu finalement reprendre son souffle.
Apparemment, il y avait une substance sur la carte qui aurait pu sérieusement lui faire du tort.
        Cette drogue s’appelle le BURUNDANGA et elle est utilisée par des personnes qui souhaitent frapper une victime afin de la voler ou de tirer profit d’elle.
Cette drogue est quatre fois plus dangereuse que la drogue du viol et est transmissible sur de simples cartes.
Prenez garde et assurez-vous de ne pas accepter des cartes d’un inconnu dans la rue et d’autant plus si vous êtes seul.
Ceci s’applique à ceux qui font des visites à domicile et qui vous glissent une carte quand elles offrent leurs services.
Merci de diffuser aussi largement que possible ainsi nous éviterons peut être d’autres agressions similaires.

Ici le lien vers le wikipédia qui explique ce qu’est cette drogue :

scopolamine ou burundanga article du Wikipédia

Scopolamine ou Burugunda
    Jean-Charles MOROTE S.I.D.P.C. Préfecture de la Dordogne

2, Rue Paul Louis Courier 24016 Périgueux cedex

05.53.02.24..22 / 06.09.60.25.74

Jean-François DORVILLE Préfecture de Police de Paris
       Direction de la Police générale
        Sous-Direction de l’Administration des Etrangers

Section des Laissez-Passer
      Tél. : 01.53.71.37.91 / Fax. : 01.53.71.57.28

Brest 2016 :superbe moment de partages entre marins de tous horizons….

Les fêtes maritimes de Brest 2016 je les attendais, pour rien au monde je n’aurais voulu les manquer… elles ne m’ont pas déçue, bien au contraire le « melting pot » de tant de nationalités de marins, la fraternité, les belles  images, les moments où le temps s’arrête et tout cela sous un ciel uniformément bleu, le paradis, la fête, des moments à graver dans le marbre.

Nous sommes arrivés à la mi-journée, allez les pirates d’eau douce, à l’abordage… nous descendons vers l’arsenal par la porte près de la tour Tanguy, déjà du haut le spectacle est magique, ce n’est que le début.

 

 

Sur le quai, après le contrôles  de sécurité nous sommes dans la fêtes, musique, foule, bateau, soleil…. et c’est parti pour la visite.

Nous allons traverser le pont métallique qui enjambe l’arsenal pour arriver près du fort Vauban qui domine la Penfeld, ce fort abrite aussi la Préfecture Maritime de Brest.

 

Dans le port la fête bat son plein, au niveau de l’arsenal, les bateaux sont très bien mis en valeurs dans le cadre resserré de cet arsenal militaire transformé en chaudron maritime de fête pour le temps arrêté de ce Brest 2016, même si certains voiliers paradent en rade le spectacle est fort en couleurs et incite au voyage.

Les mats des voiliers, dressés vers le ciel donnent des envies d’ailleurs, les couleurs des coques se juxtaposent comme sur une toile d’artiste, le château de Brest et son granit gris sert d’écrin à ces beautés.

Nous avançons dans la foule, notre but en prendre plein les yeux.

Il y a une queue énorme  pour visiter l’Hermione, c’est bien trop long nous passerons notre chemin. Au passage j’admire cette reconstitution du bateau de Lafayette, que de beauté !

Juste à coté l’étoile du Roy, magnifique lui aussi, ces grands voiliers sont un régal pour les yeux.

Après avoir longé ces merveilles, nous allons passer par le souterrain qui court sous le Château pour rejoindre l’autre partie de la fête dans le port de commerce. L’attente est longue là aussi mais elle vaut le coup, après le passage du souterrain on longe la mer, nous sommes alors au plus près pour mater au passage les bateaux qui paradent à l’entrée de l’arsenal, de là la vue sur la rade et le port est aussi exceptionnelle.

Nous continuons, le spectacle est partout, des enfants ici s’initient au paddle, plus loin il y a une démonstration de plongée avec scaphandre.

La fête est tout au long des quais, les bateaux sont pavoisés, nous descendons plus près des coques, c’est génial, le spectacle est encore plus beau.

 

Nous allons ainsi longer peu à peu tout le port, éperon après éperon, le spectacle maritime haut en couleurs est partout et se réinvente au fil de la marche.

Les marins de toutes  nations se mêlent avec harmonie et bonheur, c’est superbe, un hommage à la différence.

P1070990.JPG
La poupe d’un superbe bâteau hollandais, vue des pontons

 

Oui, ce point de vue des pontons mérite le coup d’oeil, nous ressentons une immersion dans la fête, ce monde des bateaux que j’adore.

P1080001
La proue du même bateau, une de mes photos préférées, car tout est dans le détail.

 

 

Après la remontée (à regrets des pontons le spectacle continue) voici un 4 mats superbe et pavoisé, oh comme j’ai envie de prendre le large !

 

P1080007.JPG
Alignement et méli mélo de voiles, n’est ce pas génial !
P1080008.JPG
Insolite, sur le quai : le Tarzan

Au fil de nos pas le spectacle des bateaux se dévoile, nous allons traverser la passerelle pour aller vers le village indonésien sur le dernier éperon du port, là sont également mouillés les bateaux russes.

 

Mais hommage à un bateau unique, le remorqueur Abeille bourbon, celui qui surveille le  rail d’Ouessant,  il est beau et fort, grâce à lui et au courage de ses marins bien des vies ainsi que la  nature sont préservés.

 

 

Approche des bateaux russes et du village russe.

 

P1080042
Jolie manœuvre dans le port

Bateaux de tous horizons mêlés, le spectacle est partout

 

Suite de la fête :

Brest 2016 : fête de la mer en nuances de douceur

Ironie du foot : Euro 2016: Les Anglais vivent terriblement mal cette défaite de l’Islande face aux Bleus

Bon il n’avaient pas à voter pour le Brexit, du coup c’est Exit … devraient être contents au contraire 😉

Sale histoire quand même, de perdre contre l’Islande. Allez, c’est pas du tout notre genre de faire les malins, mais profitons-en tant que ça dure et avant qu’on se fasse sortir piteusement par un but du dos de Thomas Müller à la 88e jeudi soir. La France est en demi-finale de l’Euro après avoir massacré l’Islande. Oui, cette même équipe d’Islande qui avait battu l’Angleterre au tour précédent. Alors forcément, ce retour sur terre des « Vikings » a été assez mal vécu dans le pays de Geri Halliwell.

Parce que déjà que c’était un peu la honte, voire même « la plus grande humiliation de l’histoire du foot anglais » comme le titrait le Telegraph, ça l’est encore plus une fois que l’Islande se soit faite démâter par les Bleus. Comme le résume parfaitement Simon Kuper, éditorialiste au Financial Times : « Voilà qui donne une nouvelle perspective beaucoup plus humiliante à la plus grande humiliation de l’histoire ».

foot 4

 

Et autant vous dire que les journaux anglais ne manquent pas de souligner le malaise. LeDaily Mail balance une Une sublime avec ce titre « France 5, l’équipe qui a battu l’Angleterre 2 ».

« La France montre à l’Angleterre comment ça marche », enchaîne le Télégraph. « L’épopée de l’Islande est terminée, tirant sa révérence avec courage pendant que l’Angleterre continue de s’enfoncer sans même jouer. […] L’Islande a perdu, mais toute l’humiliation est pour l’Angleterre. »

f0ot 6.jpg

Et comme d’habitude, la voix de la sagesse est venue de l’ancien international Gary Lineker, jamais le dernier à s’en prendre à sa propre équipe. « Je ne comprends pas pourquoi on a été aussi critiques envers notre équipe. Regardez à quel point la France galère contre l’Islande (smiley dubitatif). »

 

 

Insolite : Hérault. Interpellée au parloir avec des escalopes… sous les seins

Une jeune femme de 22 ans a été interpellée mardi dernier au parloir de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l’Hérault. Elle transportait sur elle une véritable épicerie : cigarettes, drogue et même… viande.

Poursuivre la lecture de « Insolite : Hérault. Interpellée au parloir avec des escalopes… sous les seins »

Violences conjugales : »Je ne supporte pas les bleus, et vous ? »

« Je ne supporte pas les bleus », et vous ?

« Je ne supporte pas les bleus », et vous ?
© Cyril Masson pour Elle’s Imagine’nt

C’est l’heure du grand déballage. Raymond Domenech, Frank Lebœuf, Oxmo Puccino, Laurence Ferrari tout comme Estelle Denis le disent pour la première fois : ils ne supportent pas les bleus. Cette campagne lancée à quelques jours du lancement de l’Euro, ce slogan très provoc risque d’irriter les accros du foot. Tant mieux, c’est justement le but. Derrière cette campagne, une seule idée : alerter les Français sur les violences conjugales. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : pendant la durée de l’Euro 2016, dix femmes vont mourir en France sous les coups de leur compagnon.

« Une Française sur dix subit des violences conjugales »

Derrière cette campagne, l’association Elle’s Imagine’nt qui avait déjà l’an dernier incité les Françaises à trouver les mots pour dénoncer les violences conjugales. Cette fois, le réalisateur Helmi, avec l’agence Buzzman, la société de production Division et le photographe Cyril Masson, ont fait appel à de nombreuses personnalités, pour certaines emblématiques du monde du football, afin de faire passer le message.

Poursuivre la lecture de « Violences conjugales : »Je ne supporte pas les bleus, et vous ? » »

Santé : Les mesures de lutte anti-tabac sont elles efficaces ?

Demain mardi c’est la journée sans tabac, une occasion de faire le point.

Instant plaisir ou véritable addiction, pour un tiers des Français, impossible de faire une croix sur la cigarette. Les campagnes anti-tabac du gouvernement n’y font rien pour cette frange d’irréductibles fumeurs, qui ne parviennent toujours pas à résister à l’appel de la nicotine. L’arrivée du paquet neutre, entré en vigueur le 20 mai dernier, complète l’arsenal déployé contre le tabagisme. Mais ces mesures suffisent-elles ? A l’occasion ce mardi de la Journée mondiale sans tabac, 20 Minutes fait l’état des lieux de la lutte française contre cette addiction qui coûte chaque année la vie à 80.000 personnes.

Dissuader les jeunes de commencer à fumer

Adieu couleurs et logos reconnaissables au premier coup d’œil. Entré en vigueur le 20 mai dernier, le paquet neutre devrait fleurir dès les prochains jours dans les bureaux de tabac, au grand dam des buralistes qui ne décolèrent pas. Si de nombreux fumeurs ne comptent pas abandonner leur café-clope pour autant, ce nouveau look pourrait toutefois dissuader les jeunes de tomber dans le tabac. « Quand on fume depuis vingt ou trente ans, ce n’est pas l’arrivée du paquet neutre qui peut donner envie d’arrêter de fumer, estime Jean-Paul, fumeur occasionnel. Mais je pense que cette mesure a un vrai potentiel sur la lutte anti-tabac chez les jeunes. Fumer aura l’air moins cool pour eux ».

Casser l’image véhiculée par les marques de tabac, c’est ce sur quoi le ministère de la Santé a décidé de miser. « Les jeunes sont totalement marketés. Ils n’achètent pas un jean, ils achètent une marque spécifique, analyse le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et auteur de L’e-cigarette, pour en finir avec le tabac ? (Ixelles Editions). Avec le tabac, c’est pareil : ils n’achètent pas un paquet de cigarettes, mais une marque, un logo et une image. Le paquet neutre et son look pas très glamour, ça devrait en dissuader plus d’un de commencer la cigarette ».

choix tabc

L’objectif aujourd’hui, c’est de « dénormaliser le tabac », insiste le pneumologue. « C’est comme avec l’interdition de fumer en voiture avec ses enfants à l’intérieur, on est dans l’éducatif. Le gouvernement est là pour faire évoluer les mentalités ».

« Il faut franchir un seuil psychologique »

Depuis plus de vingt-cinq ans, le gouvernement a fait de la lutte anti-tabac l’une de ses priorités. Hausses répétées du prix du paquet, images chocs et messages de prévention ont été instaurés pour couper l’envie aux fumeurs de s’en griller une. Avec une efficacité certaine, mais qui ne séduit pas tout le monde. « Je fume depuis plus de trente-cinq ans, j’en suis désormais à deux paquets par jour », raconte Mohammad, 53 ans. S’il aimerait arrêter de fumer, les mesures anti-tabac ne suffisent pas encore à lui faire sauter le pas. « Quand on fume depuis longtemps, ce n’est pas ça qui nous donne envie d’arrêter. On le sait déjà que ce n’est pas bien de fumer, ça ne sert à rien de nous prendre pour des imbéciles », siffle Jean-Luc, qui ne renonce pas à ses deux à trois cigarettes quotidiennes.

Tout cela ne servirait-il donc à rien ? Pas si sûr. « Avant l’entrée en vigueur de la loi Evin, en 1991, on vendait deux fois plus de cigarettes en France qu’aujourd’hui », souligne le Pr Bertrand Dautzenberg. « L’action du gouvernement dans la lutte anti-tabac n’a peut-être pas touché tous les Français, mais elle a eu un impact positif : globalement, les Français fument moins et sont moins nombreux à fumer ». D’ailleurs Mohammad le reconnaît : « Si un jour le paquet coûte 15 euros, là c’est sûr, j’arrêterai ! ». Frapper un grand coup au porte-monnaie, c’est donc cela qui dissuaderait le plus grand nombre. « Le tournant radical, c’est l’augmentation massive du prix du paquet », estime Michèle Delaunay, députée de la Gironde et fer de lance de la lutte anti-tabac. « Il faut passer un seuil psychologique avec un paquet vendu au moins 10 euros », préconise l’ancienne ministre.

Toutefois, un gros bémol est à mettre sur l’accompagnement des fumeurs qui veulent arrêter le tabac. « On a un Etat schizophrène, avec le ministère de la Santé qui œuvre dans la lutte anti-tabac et celui du Budget qui a la pression des buralistes et reçoit les milliards d’euros de taxes générés par les ventes de cigarettes. Au final, cela donne une grande inégalité sociale sur le terrain du tabagisme : les dispositifs d’accompagnement à l’arrêt du tabac ne sont pas assez remboursés, au détriment les plus démunis qui ne sont pas assez accompagnés », regrette le pneumologue. « Il y a eu de gros progrès mais il reste encore du boulot ».

Cigarette électronique : le grand enfumage ?

Les médecins britanniques ont tranché : la cigarette électronique permet de lutter efficacement contre le tabagisme. En France, elle fait encore polémique.

 

«  La cigarette électronique est susceptible d’être bénéfique pour la santé publique » : telle est en substance la conclusion du rapport du Collège royal des médecins britanniques publié le 28 avril. En France, où la cigarette électronique fait encore polémique, huit associations ont sauté sur l’occasion pour interpeller les pouvoirs publics. « La cigarette électronique est une arme de réduction massive des risques mortels liés au tabac », rappellent-elles, alors que le tabac provoque chaque année la mort de 78 000 Français.

Deux millions d’adeptes en France

En France, où, en dix ans, près de deux millions de fumeurs ont adopté la cigarette électronique, le « vapotage » subit le feu nourri de différents groupes de pression. Marchands de patchs à la nicotine – maintenant remboursés par la Sécurité sociale -, buralistes, industriels du tabac – bien qu’ils soient en train de créer leurs propres filiales de cigarettes électroniques – et l’État, pour qui la généralisation de la cigarette électronique ferait chuter les recettes – 12 milliards d’euros, soit 6 % du budget… Alors que les États-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé des campagnes de promotion, la France, qui compte 34 % de fumeurs, prend carrément le chemin inverse : l’e-cigarette est désormais interdite dans les avions, les bureaux, les lieux publics, les transports. Demain, elle sera sans doute non grata dans les jardins et sur les plages.

Pour ses détracteurs, le remède est pire que le mal. L’e-cigarette favoriserait le tabagisme passif. La nicotine qu’elle contient entraînerait une addiction et inciterait les jeunes à fumer parce qu’elle reproduit le geste du fumeur. En fait, comme l’ont rappelé les 32 000 membres du Collège royal des médecins britanniques, « à long terme, les méfaits de l’e-cigarette représentent probablement 5 %, voire moins, de ceux occasionnés par le tabac ». Si la cigarette électronique recèle un peu de nicotine, elle ne contient en effet aucun des 60 produits cancérigènes identifiés dans le tabac. En outre, le vapotage passif n’existe pas. Enfin, difficile de croire que l’e-cigarette donne envie de fumer aux jeunes qui n’y auraient autrement pas songé, quand on sait que les adolescents français sont les plus gros consommateurs de cigarettes en Europe : 26,3 % des 12-15 ans et 40 % des 15-20 ans.

« La lutte contre la cigarette électronique se fait au détriment de la santé publique, prévient le professeur Didier Raoult, de la faculté de médecine de Marseille. Pour réduire la consommation de cigarettes, on aura tout essayé. Les stratégies retenues par notre pays se sont focalisées sur l’augmentation considérable des taxes sur le tabac, avec comme principale conséquence d’affecter le pouvoir d’achat des plus pauvres, qui sont aussi les plus grands consommateurs. » Quant à l’interdiction de fumer dans les lieux publics, elle n’a eu aucun effet sur la consommation. Chez les femmes, l’addiction au tabac continue même d’augmenter, rattrapant celle des hommes, avec, en corollaire, une fréquence des cancers du poumon qui a quadruplé en 15 ans !

L’adhésion spectaculaire des consommateurs

Certes, dans un monde parfait, il vaudrait beaucoup mieux ne pas fumer du tout. Mais nombre de médecins, de tabacologues, d’addictologues… voient dans la cigarette électronique le premier espoir de lutter – enfin – efficacement contre le tabac. L’e-cigarette, disent-ils, aide les fumeurs les plus invétérés à un peu moins fumer. « Pour la première fois, la généralisation d’une alternative au tabac se fait non pas avec l’aide des pouvoirs publics ou des spécialistes de la santé, mais par l’adhésion spectaculaire des consommateurs, constate ainsi Didier Raoult. Pour trois raisons, jamais réunies jusqu’à présent : la facilité de son usage, son faible coût et sa ressemblance avec la cigarette dont elle permet de reproduire le geste, la lumière, la dose de nicotine et même la fumée sous forme de vapeur d’eau. Compte tenu de l’enjeu de santé, et de notre dramatique incapacité à lutter contre le fléau du tabac, c’est une lumière dans la nuit. »

Le 9 mai, un « Sommet de la vape » s’est tenu à Paris, réunissant scientifiques, usagers, associations…, mais sans la ministre de la Santé, Marisol Touraine, que les associations avaient invitée à participer aux débats…

Cancer. La baisse de la mortalité se confirme en France

  • La mortalité liée au cancer est en baisse en France
    La mortalité liée au cancer est en baisse en France | Fotolia

Le risque de développer un cancer au cours de sa vie diminue en France, tout comme le taux de mortalité. Mais 384 442 nouveaux cas ont encore été diagnostiqués en 2015.

Le bilan 2015 de l’Institut national du cancer (INCa) se veut optimiste et prometteur. En effet, les diagnostics précoces, les dépistages inclus et l’amélioration de l’efficacité des traitements permettent aujourd’hui de voir le risque de développer un cancer au cours de sa vie et le taux de mortalité par cancer baisser en France

Le cancer de la prostate et du sein font des ravagesL’INCa estime le nombre de décès lié au cancer à 149 456 (84 041 hommes et 65 415 chez les femmes) en 2015 et les nouveaux cas de cancers diagnostiqués à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Le taux de mortalité est en baisse, cette dernière étant de 1,5% par an chez les hommes (entre 1980 et 2012) et de 1% par an chez les femmes (lire en encadré).

 Le cancer de la prostate reste de loin le cancer le plus fréquent (53 912 cas estimé en 2011) chez les hommes devant le cancer du poumon (3.401 cas en 2015) et le cancer colorectal (23 535 cas).

En 2015, le cancer du sein arrive en tête de ce triste classement chez la femme (54 062 nouveaux cas estimés), devant le cancer colorectal (19 531 cas) et le cancer du poumon (14 821 cas).

1 750 nouveaux cas de cancers chez les enfants par anChez l’homme, le cancer du poumon reste de loin le cancer le plus meurtrier (20 990 décès), devant le cancer colorectal (9 337 décès) et le cancer de la prostate (8 713 décès). Chez la femme, le cancer du sein reste en tête de la mortalité par cancer, avec 11 913 décès, devant le cancer du poumon (9 565 décès) et le cancer colorectal (8 496 décès).

Par ailleurs, on dénombre chaque année en moyenne 1 750 nouveaux cas de cancers chez les enfants. Reste que, depuis 2000, la survie a augmenté significativement de 5 ans après le diagnostic pour l’ensemble des cancers, avec des taux de supérieur à 80%. Ce taux de survie atteint 99% pour une tumeur de l’oeil, le rétinoblastome.

Ces chiffres sont issus d’un document d’actualisation de 240 pages sur l’impact de la maladie intitulé « Les cancers en France en 2015 », en ligne sur son site.