Femme : 8 MARS, 15H40 : LES FEMMES SONT APPELÉES À FAIRE GRÈVE

JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES 2017 – Une trentaine d’associations de défense des droits des femmes, trois syndicats et quatre ONG se sont alliés pour lancer un appel à la grève, le 8 mars, à 15h40. Soit l’heure à partir de laquelle, dans une journée normale, les femmes « travaillent gratuitement ».

 

26%. C’est le chiffre qui revient, pour mesurer l’écart moyen de rémunération entre les hommes et femmes, symbole ultime pour mesurer les inégalités salariales entre les deux sexes. Un chiffre régulièrement dénoncé en France, et qui se resserre d’année en année. Mais à un tel rythme que, s’il ne s’accélérait pas, il faudrait attendre… 186 ans pour atteindre l’égalité.

A l’origine, le 7 novembre, 16h34

Un écart persistant, mais contre lequel les actions concrètes manquaient, jusqu’à présent. Cela a changé en novembre dernier, quand Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter féministe Les Glorieuses, a lancé aux femmes un appel à cesser le travail, le 7 novembre à 17h34. Une action inspirée de l’Islande, où les femmes étaient descendues dans la rue pour protester contre les inégalités de salaire. « Cette date avait été choisie parce qu’à partir de ce moment-là, les femmes travaillaient gratuitement », rappelle la jeune femme à LCI.

Le mouvement a surpris son initiatrice par sa spontanéité et sa viralité, générant un grand intérêt de la part des sites web d’information (ici, ici et ici). « Mais je n’ai pas eu de chiffres du nombre de personnes à avoir cessé de travailler ce jour-là. » Faute d’organisation syndicale en appui, aucun préavis n’avait été déposé et les débrayages étaient restés seulement symboliques. Les choses ont changé après la Women’s March du 21 au janvier, au lendemain de l’investiture de Donald Trump, suite à laquelle les organisatrices ont lancé un appel à la grève le 8 mars.

inégalités

 

Autre article pouvant vous intéresser :

Société : L’effet du regard masculin sur les femmes ou le sexisme ordinaire expliqué en BD

 

Société : L’effet du regard masculin sur les femmes ou le sexisme ordinaire expliqué en BD

Je remercie mon fils qui m’a offert la matière pour cet article…..

Comment regardez vous les femmes, comment regardez vous votre compagne ?

Peut-être la regarderez vous autrement après cet article…

Car nous les femmes, nous ne sommes pas une paire de fesses ou de seins…

SEXISME Ordinaire…………….

Que voit-on lorsqu’on regarde une femme? Que voit-on lorsqu’on regarde une affiche de film représentant une femme? Pourquoi commentons-nous tant l’apparence des femmes? La dessinatrice Emma a voulu comprendre l’effet de ce qu’elle appelle « le regard masculin » sur les femmes et toute la société.

« Cette BD me trottait dans la tête depuis un moment », raconte-t-elle au HuffPost. « Avant même d’être féministe je ne supportais pas que mes potes critiquent les autres filles. Je ne voyais pas ce que ça pouvait bien leur faire de croiser des filles pas à leur goût ».

Cette série de dessins publiés le 28 septembre sur Facebook a été partagée plus de 13.000 fois jusqu’à présent. La dessinatrice sait bien qu’elle s’insurge contre une « attitude qui n’est pas forcément consciente » mais « très ancrée dans notre culture ». Pour appuyer sa démonstration, elle s’est donc appuyée sur plusieurs études scientifiques sur le sujet.

femme1

femme2

femme3

femme4

femme5

femme6

femme7

femme8

femme9

femme10

femme10

femme11

femme+12.png

femme13

femme14

femme15

femme16

femme+17.png

femme18

femme19

femme20

femme21

femme22

femme23

femme26

Merci Emma…….

Oui regardez nous autrement ……

Source le Huffinton post …..

 

Violences conjugales : »Je ne supporte pas les bleus, et vous ? »

« Je ne supporte pas les bleus », et vous ?

« Je ne supporte pas les bleus », et vous ?
© Cyril Masson pour Elle’s Imagine’nt

C’est l’heure du grand déballage. Raymond Domenech, Frank Lebœuf, Oxmo Puccino, Laurence Ferrari tout comme Estelle Denis le disent pour la première fois : ils ne supportent pas les bleus. Cette campagne lancée à quelques jours du lancement de l’Euro, ce slogan très provoc risque d’irriter les accros du foot. Tant mieux, c’est justement le but. Derrière cette campagne, une seule idée : alerter les Français sur les violences conjugales. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : pendant la durée de l’Euro 2016, dix femmes vont mourir en France sous les coups de leur compagnon.

« Une Française sur dix subit des violences conjugales »

Derrière cette campagne, l’association Elle’s Imagine’nt qui avait déjà l’an dernier incité les Françaises à trouver les mots pour dénoncer les violences conjugales. Cette fois, le réalisateur Helmi, avec l’agence Buzzman, la société de production Division et le photographe Cyril Masson, ont fait appel à de nombreuses personnalités, pour certaines emblématiques du monde du football, afin de faire passer le message.

Poursuivre la lecture de « Violences conjugales : »Je ne supporte pas les bleus, et vous ? » »

Lamentable : Toulon agression de Maude : «Marche en short» après l’agression de cette jeune fille à cause de sa tenue

Elle s’était fait «insulter, menacer et cracher dessus» dans un bus parce qu’elle portait un short en jean…

Petit rappel des faits :

 

Poursuivre la lecture de « Lamentable : Toulon agression de Maude : «Marche en short» après l’agression de cette jeune fille à cause de sa tenue »

Société : France 2 : un reportage interdit de Complément d’enquête est anonymisé

Dans ce sujet prévu pour être diffusé jeudi soir 23 juin 2016, une plainte pour harcèlement sexuel visant le patron d’une grande entreprise était évoquée.

France 2 s’est vu interdire par décision de justice de diffuser jeudi soir un reportage évoquant une plainte pour harcèlement sexuel visant le patron d’une grande entreprise, sans avoir supprimé toute référence à ce dernier, a appris l’AFP de sources concordantes. Afin de se conformer à cette décision, rarissime, la chaîne a diffusé comme prévu jeudi soir le reportage dans l’émission Complément d’enquête, mais dans une version anonymisée, a déclaré à l’AFP l’avocat de la chaîne Eric Andrieu. Ce soir-là, le magazine, présenté par Nicolas Poincaré, était consacré à l’affaire Baupin qui a secoué la classe politique il y a quelques semaines.

Dans sa décision, consultée par l’AFP, la juge des référés (procédure d’urgence) a considéré que la diffusion du reportage tel quel porterait atteinte à la présomption d’innocence et à la vie privée de l’homme visé par la plainte pour harcèlement sexuel. Accusations qu’il conteste fermement selon son avocat Olivier Baratelli. Dans l’extrait suivant, le nom de la personne visée par la femme témoin est bipé.

Contacté par les journalistes de l’émission, le patron, avait refusé de s’exprimer. Craignant que l’émission ne «donne une exposition médiatique de grande ampleur à ce qu’ils considèrent relever d’une tentative de déstabilisation de la société à travers son dirigeant actuel», il a demandé et obtenu dans un premier temps de pouvoir visionner le reportage litigieux, avant de demander son interdiction.

France Télévisions fait appel

Dans son ordonnance, la juge du tribunal de grande instance de Paris considère que «le respect de la présomption d’innocence (…) s’oppose à ce qu’une personne soit, sur un reportage d’une dizaine de minutes, publiquement désignée comme coupable des faits faisant l’objet d’une information judiciaire, avant même qu’elle ait pu s’exprimer devant le juge d’instruction sur les faits qui lui sont reprochés».

Quant à la lecture de messages à connotation sexuelle qu’il aurait adressés à celle qui a porté plainte pour harcèlement sexuel, elle «porte à l’évidence atteinte au respect dû à sa vie privée», estime la juge. France Télévisions avait immédiatement fait appel de cette décision rendue en début d’après-midi, mais selon Me Andrieu, l’huissier qui s’est présenté au siège de l’entreprise où l’on a «refusé de prendre l’assignation».

Si bien que la cour d’appel a renvoyé l’audience, que France Télévisions souhaitait voir se tenir jeudi en fin de journée dans l’espoir de pouvoir diffuser la version initiale du reportage, au 15 septembre. Selon Me Baratelli, l’assignation en vue du procès en appel a été désigné tardivement jeudi et l’huissier a trouvé porte close.

Afp agence.

Bonne fête Maman

Une pensée plus forte ce jour maman, toi qui me regarde de là haut…. maintenant tu es tout le temps avec moi, Maman…

 

Bonne fête à toutes les mamans

la vie d’une maman est pour chacune un roman

des jours avec, des jours sans,

mais elle doit toujours aller de l’avant.

Maman de Louane pour toutes les mamans

 

Maman je t’aime.

Les femmes et les jeunes ont été les principales victimes des 678 000 vols de téléphones portable recensés en 2014. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente, selon l’enquête publiée ce mercredi par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Ces vols frappent 1,5 % des possesseurs de ces appareils. La proportion de victimes chez les jeunes âgés de 14 à 25 ans est beaucoup plus élevée avec un taux qui grimpe à 4,1% alors que dans les autres tranches d’âge il est de 1,5% chez les 26-45 ans et 0,5% chez les plus de 45 ans. Autre phénomène : par rapport à 2013, les femmes sont désormais davantage concernées que les hommes par ces vols de portable. Selon l’ONDRP, le taux est en moyenne de 1,6% contre 1,3% pour les hommes. Toutefois, ces chiffres restent véritablement difficiles à établir avec précisions. L’ONDRP relève qu’entre 2009 et 2015, 58% seulement des victimes de vols de téléphone portable l’ont signalé à la police ou la gendarmerie. La «fauche» de téléphone se fait sans violence dans les trois quarts des cas (73 %). Le voleur profite souvent de l’absence de sa victime dans près d’un tiers des faits. Les vols à une terrasse de café ou au cinéma représentent aussi 28 % de ces délits

 

Je publie cet article car je me sens concernée. Hélas, ce qui est dit dans cet article ne m’étonne pas du tout, ça paraît même logiquement triste.

Les femmes et les jeunes ont été les principales victimes des 678 000 vols de téléphones portable recensés en 2014. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente, selon l’enquête publiée ce mercredi par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

 Ces vols frappent 1,5 % des possesseurs de ces appareils.

La proportion de victimes chez les jeunes âgés de 14 à 25 ans est beaucoup plus élevée avec un taux qui grimpe à 4,1% alors que dans les autres tranches d’âge il est de 1,5% chez les 26-45 ans et 0,5% chez les plus de 45 ans.

Autre phénomène : par rapport à 2013, les femmes sont désormais davantage concernées que les hommes par ces vols de portable. Selon l’ONDRP, le taux est en moyenne de 1,6% contre 1,3% pour les hommes.

Toutefois, ces chiffres restent véritablement difficiles à établir avec précisions. L’ONDRP relève qu’entre 2009 et 2015, 58% seulement des victimes de vols de téléphone portable l’ont signalé à la police ou la gendarmerie.

La «fauche» de téléphone se fait sans violence dans les trois quarts des cas (73 %). Le voleur profite souvent de l’absence de sa victime dans près d’un tiers des faits. Les vols à une terrasse de café ou au cinéma représentent aussi 28 % de ces délits

Manifeste pour les femmes et la sciences : signez le

Car les femmes de sciences ont le pouvoir de changer le monde

Crise Energétique, maladies et épidémies, Réchauffement climatique…..

Le MONDE a besoin de la SCIENCE

La SCIENCE a besoin des FEMMES

Aujourd’hui seulement 30 % des chercheurs sont des femmes

IL EN FAUT PLUS

Parce que les femmes de sciences ont le pouvoir de changer le monde

Faisons bouger les lignes en signant le manifeste

Signez le manifeste en prenant ce lien :

manifeste pour la place des femmes dans la Science