insolite : Il voulait aller en Australie, il se trompe de 17 000 km

Sourire de ce dimanche… Il voulait le soleil australien il découvre le blizzard canadien… blizzard…. vous avez dit blizzard…. comme c’est blizzard…

Voici l’épopée de notre jeune néerlandais….

Un jeune Néerlandais rêvait d’Australie. Au départ d’Amsterdam, il a embarqué en avion pour Sydney. Mais ce n’est qu’une fois en vol qu’il a réalisé que sa destination était bien Sydney, mais… en Nouvelle-Écosse, au Canada !

sydney carte

on sac sur le dos, Milan Schipper se faisait une joie de découvrir le pays de ses rêves : l’Australie. Ce jeune Hollandais de 18 ans s’imaginait en aventurier sur les traces de l’explorateur James Cook, le premier à découvrir les peuples aborigènes australiens, en 1770.

sydney canada

Fasciné depuis très longtemps par le pays des kangourous, il était parvenu à économiser pour s’offrir son voyage à Sydney. Son billet lui avait coûté 300 dollars de moins que les tarifs habituels. Tout se présentait sous les meilleurs auspices pour qu’il vive une grande et belle aventure. Mais son rêve a pris une tournure totalement inattendue…

Milan a donc décollé d’Amsterdam. Ravi. Tout allait bien. En escale à Toronto, en découvrant l’avion censé le transporter jusqu’à sa destination finale, le jeune homme a commencé à comprendre que quelque chose clochait. « L’avion me paraissait vraiment petit, alors je me suis dit : est-ce que ça va pouvoir se rendre en Australie ? », a-t-il raconté au site internet Mashable.

Ses doutes se sont confirmés à bord, lorsque l’itinéraire du vol s’est affiché sur l’écran en face de son siège. « J’ai vu que l’avion était en train d’aller à droite, pas à gauche. C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il y avait un autre Sydney. » Exact. Une ville située à Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, c’est-à-dire au Canada…

Quelques heures plus tard, mortifié de son erreur à s’arracher les cheveux, Milan, qui rêvait de l’été australien, a donc atterri à Sydney au Canada. En plein blizzard. N’étant pas absolument pas équipé pour affronter la neige, le jeune homme est resté dans l’aéroport et a repris un vol pour rejoindre son père, venu le chercher à Toronto.

Ce jeune homme n’est pas le premier à s’égarer de la sorte en voulant rejoindre l’Australie. En juillet 2010 déjà, un couple de touristes italiens, qui rêvait des plages exotiques de la métropole australienne, s’est trouvé tout aussi désemparé lorsqu’il a débarqué dans la petite ville canadienne éponyme, située sur la côte atlantique.

sydney australie

Insolite :Flashé à 229 km/h en Haute-Vienne : le radar automatique s’était trompé

Les radars automatiques ne sont pas infaillibles ! C’est que vient de découvrir un automobiliste de Haute-Vienne flashé à 229 km/h sur la nationale 520. La gendarmerie reconnait qu’il y a eu un dysfonctionnement de l’appareil.

L’infraction supposée remonte à plusieurs mois, mais c’est seulement fin mai que le conducteur concerné se retrouve sommé de s’expliquer, avec une convocation à la gendarmerie. Rapidement, l’automobiliste et les gendarmes se rendent compte qu’il y a une erreur, car cet habitant de Saint-Laurent-sur-Gorre ne roule pas en Porsche, ni en Ferrari mais en Kangoo.

Un utilitaire pas franchement idéal pour faire des pointes de vitesse.

La photo prise par le radar automatique ne laisse aucun doute : c’est bien le véhicule de ce quinquagénaire qui a été flashé à 229 km/h au lieu de 90, à hauteur de Chaptelat. Et c’est bien lui qui était au volant ce jour là. Le hic, c’est que la notice constructeur établit clairement que son Kangoo ne peut pas dépasser les 160 ! Il y a forcément eu un problème technique sur le radar explique la gendarmerie de Haute Vienne, qui précise que cette erreur ne dépend pas de ses services mais du centre de traitement automatisé des infractions basé à Rennes. L’information a aussitôt été relayée à ce centre. Le pseudo-chauffard en est donc quitte pour quelques sueurs froides. Les poursuites contre lui sont finalement annulées, il peut continuer à rouler tranquille. Pour l’instant, les gendarmes n’ont pas connaissance d’autres victimes de ce radar capricieux.