Journée de la femme 8 mars 2021

Un bilan en ce jour, à chacun et chacune de faire le sien, alors que nous vivons femmes et hommes une guerre de la finance vers les peuples, je crains une fois de plus que les plus en danger soient les plus pauvres, donc les femmes !

Je rends hommage à la femme éternelle et mère….

Je vais relayer un article que j’aime beaucoup qui parle du sexe féminin encore si souvent tabou.

Belle journée à toutes..

Marie

Emouvant : A 9 ans ils se rasent la tête en solidarité avec leur amie malade

Quelques 80 jeunes écoliers du Colorado se sont, mi-mars, rasés la tête en soutien à leur amie Marlee, atteinte d’un cancer. Cet élan de solidarité à l’américaine a ému le web.

Ils ont 9 ans à peine et n’ont pas voulu que Marlee souffre de sa « différence ». Alors ces élèves de Broomfield (Colorado) se sont rasés la tête pour ressembler à leur amie atteinte d’un cancer et qui était de retour à l’école après quarante semaines de chimiothérapie.

Cameron, la meilleure amie de Marlee, est à l’orgine de cet élan de solidarité. Un élan concrétisé lors du spectacle organisé en mars pour l’occasion et baptisé « Soyez audacieux, soyez braves, soyez chauve ! ». Ce jour-là, les têtes d’une centaine d’enfants et de quelques professeurs ont été rasées. La vidéo de cette « opération Marlee » a été publiée mi-mars sur YouTube et vue plus de 40 000 fois depuis.

« Je me sens mieux de ne pas être la seule chauve »« Quand Cameron a dit à Marlee qu’elle avait l’intention de faire disparaître ses cheveux, le visage de Marlee s’est illuminé et elle lui a dit « nous pouvons devenir les meilleures amies chauves » », a confié la mère de la jeune fille« Je me sens mieux de pouvoir retourner à l’école et ne pas être la seule chauve », a, pour sa part, assuré Marlee qui a dû être amputée de son pied gauche pour mettre un point final à son cancer.

Au-delà de la belle histoire, il est à noter que le « show » de Broomfield a permis de réunir 25 000 dollars (22 000 euros) qui seront reversés à « Saint-Baldrick », association qui soutient la recherche sur les cancers touchant particulièrement les enfants.

Autre article qui fait réfléchir sur la maladie et l’apparence :

Face au cancer du sein une photo choc..

Insolite : Son père fait un malaise, le fils de 12 ans prend le volant !

Précoce le jeune, bon à éviter cependant !

Son père fait un malaise, le fils de 12 ans prend le volant !

  • Un enfant de douze ans a été contrôlé mercredi soir à Couëron au volant de la voiture de son père.
    Un enfant de douze ans a été contrôlé mercredi soir à Couëron au volant de la voiture de son père. | Archives Franck Dubray

Les gendarmes l’ont contrôlé mercredi soir à Couëron. Le père est poursuivi pour incitation à la commission d’un délit.

« Sa tête dépassait tout juste du volant, mais il conduisait très bien! » Surprise des gendarmes de Couëron, mercredi soir vers 23 h, lorsqu’un Berlingo de société est arrivé à leur hauteur, au lieu-dit la Chabossière. Contrôle routier de routine. Rien à dire, le véhicule filait droit et à vitesse modérée. Mais le conducteur n’avait pas le permis. Et pour cause, il vient juste d’avoir douze ans.

PalpitationsL’enfant a roulé pendant plusieurs kilomètres, avec son père à la place du passager. Tous deux revenaient d’une soirée chez des amis, dans la commune voisine d’Indre, et rejoignaient leur domicile, à Cordemais. Le père, âgé de 38 ans, a expliqué aux gendarmes qu’il avait pris le volant au début du trajet. Mais que, sujet à des palpitations cardiaques, il s’était subitement senti mal et avait demandé à son fils de prendre sa place.

Poursuivi pour incitation à la commission d’un délit, le père de famille est convoqué au tribunal en août. L’adolescent écope, lui, d’un rappel à la loi.

Poursuivre la lecture de « Insolite : Son père fait un malaise, le fils de 12 ans prend le volant ! »

Santé des Enfants : attention au sucre dans les jus de fruits et les smoothies

Une étude britannique publiée le 23 mars 2016 dans la revue British medical journal (BMJ) pointe le trop-plein de sucre dans les jus de fruits et les smoothies vendus dans le commerce.

Selon leurs conclusions, près de la moitié de ces boissons contiendraient l’équivalent de la quantité journalière maximale de sucre recommandée pour les enfants, soit trois morceaux de sucre par jour !.

Pour en arriver à ce constat, les chercheurs de l’université de Londres et de Liverpool (Grande-Bretagne) ont analysé la teneur en sucre de 203 produits dont 21 jus de fruits, 158 boissons à base de jus de fruit et 24 smoothies commercialisés dans 7 grandes-surfaces britanniques.

L’objectif de l’étude : connaître le lien entre boissons fruitées et  le surpoids chez l’enfant.

Les scientifiques ont calculé la quantité de sucre ajouté (sucres libres : fructose et glucose) par les industriels contenue dans 100 ml de breuvage, ainsi que les sucres naturellement présents dans le miel ou les sirops. Ils n’ont pas tenu compte des sucres naturels issus des fruits.

La compositions des boissons dans le détail

Résultats : la teneur en sucre moyenne s’élève à 7 g pour 100 ml (de 0 à 16 g pour l’ensemble des boissons passées au crible). Les smoothies sont les boissons les plus sucrées avec une teneur de 13 g pour 100 ml. Viennent ensuite les jus de fruits 100 % pur jus (10,7 g de sucre pour 100 ml) puis les jus de fruit avec 5,6 g pour 100 ml.

Sur l’ensemble des produits testés, 85 renfermaient au moins 19 g de sucre, soit l’apport quotidien maximum de sucre recommandé pour les enfants en Grande-Bretagne (en France, cet apport s’élève à 25 g, soit 6 cuillères à café, selon les recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)). Certains smoothies contenaient jusqu’à 8 cuillères à café de sucre pour un verre de 200 ml.

Les chercheurs ont également retrouvé des édulcorants non caloriques dans près de 65 boissons étudiées. Ils recommandent aux industriels de ne plus ajouter de sucres additifs ni de calories non nécessaires.

Croquez dans des fruits frais !

L’Organisation mondiale pour la santé (OMS) recommande de limiter l’apport en sucres libres à 10 %, voire à 5 % de la ration énergétique totale. La consommation de fruits entiers reste indispensable pour l’effort de mastication, l’effet de satiété et l’apport en fibres, selon le Programme National Nutrition Santé (PNNS).

Conclusion : mieux vaut inciter votre enfant à croquer un fruit frais plutôt que de lui donner un jus de fruits ou un smoothie. La consommation abusive de sucre peut augmenter les risques de caries, de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

USA : un enfant tire sur sa mère par accident

Voici un fait divers qui interpelle, je ne sais pas ce que vous en pensez……j’attends vos réactions, Marie.

Un petit garçon de quatre ans a tiré par accident sur sa mère, grande partisane du port d’armes, alors qu’elle conduisait sur une route de Floride, dans le sud-est des Etats-Unis, ont indiqué hier les autorités.

Jamie Gilt était au volant mardi après-midi quand l’enfant a tiré depuis le siège arrière du véhicule et blessé sa mère. Cette dernière a été transportée à l’hôpital et son état de santé est « stationnaire », selon la police du comté de Putnam où se sont produits les faits.  « L’arme a été achetée légalement par la victime et l’enfant l’a saisie sans qu’elle ne le sache », a expliqué la police dans un communiqué, en rappelant que laisser une arme chargée à portée de main d’un enfant constitue un délit selon les lois de Floride.

La police n’a pas pu encore interroger la mère, âgée de 31 ans, pour éventuellement l’inculper. Mais « avant d’être transportée aux urgences, la victime a dit aux policiers que son fils avait tiré sur elle par accident », a précisé la police. Le garçonnet se trouve actuellement avec sa famille.

Une militante du port d’armes

Jamie Gilt défend ardemment les armes sur les réseaux sociaux. Sur sa page Facebook, désormais inaccessible, elle s’était vantée lundi que « tous chez nous savent tirer ». « Même mon garçon de quatre ans peut tirer maintenant avec un fusil de petit calibre ». Elle y posait aussi avec diverses armes et munitions, et y défendait vigoureusement le deuxième amendement de la Constitution, qui autorise le port d’armes, ainsi que le puissant lobby des armes à feu, la NRA (National Rifle Association).

Illustrée par la photo d’une jeune femme coiffée d’un chapeau de cowboy et tenant un fusil, une autre page Facebook, intitulée « Jamie Gilt et le bon sens des armes », a été inondée hier de messages d’internautes soulignant l’ironie de l’accident. « Je suis heureuse pour vous que votre fils ne sache pas mieux viser », a écrit l’un d’eux.

Les fusillades sont fréquentes aux Etats-Unis, où plus de 30.000 Américains meurent par balle chaque année. Mais les armes divisent les habitants, entre ceux qui défendent leur port au nom de leur propre protection et ceux qui veulent mieux en contrôler la circulation.

 

usa armes

De fausses petites annonces sur Le Bon Coin pour dénoncer la maltraitance des enfants

L’association Enfance majuscule a lancé une campagne originale sur le site de petites annonces, en cachant des enfants derrière des meubles pour dénoncer la maltraitance des enfants. L’objectif est d’interpeller un public large sur internet.

Les internautes qui souhaitaient acheter un meuble en région parisienne ces derniers jours ont dû être quelque peu surpris. La semaine dernière, l’association Enfance majuscule a lancé une campagne originale pour lutter contre la maltraitance des enfants. Le collectif a en effet choisi de publier de fausses annonces sur le site Leboncoin.fr, dans lesquelles des enfants tentent de se cacher pour échapper à la violence, raconte France Bleu ce mercredi. L’association a agi en collaboration avec le site qui n’a pas hésité à héberger cette campagne.

enfant le bon coin 2

En choisissant les petites annonces du site, Enfance majuscule entend «interpeller les Français dans leur quotidien et rendre visible l’invisible», précise-t-elle dans un communiqué. Au total, une quinzaine de fausses petites annonces ont été publiées. Lorsque l’on clique sur une annonce pour un meuble, elle s’affiche avec un titre basique comme «Armoire double porte pour enfant», suivie d’un prix (120 euros), d’un code postal en Île-de-France et d’une description détaillée du produit: «Armoire double porte Conforama et en très bon état. Dimension: longueur 207 / Largeur 55 / Hauteur 203. À récupérer à mon domicile». Sauf qu’en y regardant de plus près, un enfant est caché sur la photo principale. Et si l’on fait défiler les images, des messages apparaissent indiquant: «Quand sa maman rentre, Lydia file se cacher. Mais ce n’est pas pour jouer».

enfant le bon coin

Enfin, la dernière photo incite les victimes ou leurs proches à composer le 119, numéro dédié à la protection des enfants en danger. L’opération est répétée sur d’autres produits comme des lits d’enfant, ou des rideaux. À chaque fois, le procédé est le même. D’abord une photo de l’objet à vendre, puis des clichés de plus en plus explicites.

«La protection de l’enfant doit être une priorité»

La présidente nationale de la Fédération des Comités Alexis Danan, dont fait partie l’association Enfance majuscule, Anne-Marie Clément, a expliqué au Figaro qu’elle a été séduite par l’idée de cette campagne: «Cette approche répondait à notre exigence de respect et de discrétion, elle permet également de toucher un public large de tous âges et tous horizons». L’objectif de l’association est ainsi d’inciter tous les citoyens à appeler le 119 s’ils entendent un enfant parler d’une agression, ou s’ils constatent un changement de comportement. «La protection de l’enfant doit être une priorité de la France. Or on s’aperçoit que la parole de l’enfant n’est pas systématiquement entendue. On la dévalorise au risque de laisser l’enfant seul face au danger», témoigne Anne-Marie Clément.

La présidente de la Fédération des Comités Alexis Danan regrette également qu’il n’y ait pas de chiffres officiels récents sur la maltraitance des enfants en France.D’après un sondage réalisé par l’association l’Enfant bleu, plus d’un Français sur dix déclare avoir été victime de maltraitance de la part d’un adulte au cours de son enfance.

lien vers l’annonce du bon coin :

Annonce du bon coin, lutte contre maltraitance des enfants

France : familles et couples en chiffres

  • 1 famille sur 10 est recomposée
  • 2,7 millions de mineurs vivent dans un ménage pauvre
  • 20 % c’est la perte de niveau de vie des femmes après une séparation, contre 3% pour les hommes (c’est honteux, là encore les femmes sont paupérisées)
  • 3 couples sur 4 sont mariés
  • 2 familles sur 10 sont monoparentales
  • 3,4 millions d’enfants mineurs ne vivent pas avec leur parents

Source Insee Décembre 2015

Joli : Coulommiers : un bébé sauvé in extremis par un policier

Elle s’appelle Shayana, elle a un mois et elle va bien. Mercredi, un policier l’a ramenée à la vie, alors qu’elle ne respirait plus. « Les policiers ont sauvé mon bébé », n’hésite pas à dire Nicolas, âgé de 33 ans, habitant d’Amillis.

Sa fille, Shayana, est née le 5 janvier dernier.

Six policiers menaient un contrôle routier sur le rond-point des Anciens Combattants à Coulommiers, ce mercredi, vers 14 h 45. La brigadière Carole Bouhier raconte avoir vu « une Bmw arriver assez vite. Les warnings étaient allumés. La conductrice a eu du mal à s’arrêter, d’ailleurs. » Au volant, c’est la mère de Shayana, âgée de 31 ans. « Elle hurlait dans sa voiture : « Au secours ! Aidez-moi ! Mon bébé ne respire plus », poursuit la policière. « Le fait de nous voir était presque un salut pour elle. »

Coulommiers, ce jeudi. Nicolas, le père du nourrisson entouré de Carole, celle qui a conduit sa femme à l’hôpital et de Laurent, qui a fait un massage cardiaque au nouveau-né. (LP/Sébastien Roselé.)Le brigadier-chef Laurent Chavanne, 50 ans, a été sapeur-pompier professionnel pendant vingt-cinq ans à Paris, avant d’intégrer la police en 2002. Il en a gardé des réflexes. « J’ai pris l’enfant dans son siège. Le bébé était tout mou et ne respirait plus. La maman nous a dit que la petite était sujette à des reflux gastriques fréquents. Je n’ai pas fait de bouche-à-bouche parce qu’il y avait un risque que le liquide aille dans les poumons. » L’ancien militaire prend donc le nouveau-né « sur (s) on avant-bras et commence un massage cardiaque. »

Tout en menant cette opération, il monte dans une voiture de police accompagné de deux collègues, dont l’un conduit. Ils se rendent à la caserne des pompiers, à quelques centaines de mètres de là. « Arrivés sur place, et alors que j’ai passé le bébé aux pompiers, l’enfant a rouvert les yeux et a retrouvé sa tonicité. »

Pendant ce temps, la brigadière Carole Brouhier prend le volant de la voiture de la mère de Shayana avec ses deux autres enfants, de 4 et 9 ans, à l’arrière. Elle conduit la famille à l’hôpital. La maman passe alors un appel à Nicolas, son mari.

« J’étais au travail quand j’ai reçu un coup de fil de ma femme en panique. Je ne comprenais pas ce qu’elle me disait. Elle pleurait et criait. La policière a pris le téléphone et m’a expliqué. » Nicolas a quitté son travail de soudeur à Meaux.

Entre-temps la petite est admise en pédiatrie et les deux plus grands enfants sont placés chez leurs grands-parents. Nicolas rejoint son épouse « effondrée » à l’hôpital. « Les médecins m’ont dit que c’était un reflux gastrique, poursuit Nicolas. Ils la gardent en observation pendant deux jours. Elle est tirée d’affaire. Il faudra juste changer de lait. »

Ce jeudi, la maman était avec la petite tandis qu’une fois encore, comme il l’a fait la veille, Nicolas remerciait les policiers. Laurent, le policier qui a sauvé la petite, reste modeste. « Non, je ne suis pas un héros. C’est vrai que ça ne se produit pas tous les jours. Mais mon métier c’est d’assister, de protéger et de servir. »

Protection des enfants des pervers Narcissiques

Se séparer d’une personnalité manipulatrice perverse

Comment protéger vos enfants?

 

Les victimes de manipulateur pervers pensent avant tout à protéger leurs enfants et en oublient que ce sont elles les cibles !
Je vais parler ici du père pervers narcissique, tout en sachant qu’il peut également y avoir des mères manipulatrices perverses. Pourtant, dans ce que je vais tenter de vous décrire, les scénarios seront principalement masculins.
L’enfant peut être le désir d’une mère, qui tente par celui-ci, de donner vie à la passion fantasmée projetée sur le pervers narcissique avec qui elle forme un couple.
L’enfant peut être aussi le moyen idéal que le manipulateur a pour garder la main mise, ad vitam æternam, sur sa proie.

Témoignages :
Laila: Mes fils ont 9 et 11 ans. Au tribunal, le papa manipulateur pervers a osé agiter de loin deux IPhone. Dieu merci, mes fils n’ont pas cédé.

Magali : Provocation assassine de PN à son fils qui avait refusé d’aller le voir au point rencontre : (envoi de la photo du logiciel dont il rêve) accompagné de : « Je devais te le donner ce matin mais comme tu n’es pas venu je vais le jeter à la poubelle…. »

Il faut comprendre pour mieux agir !
Que ce soit pour aider et accompagner l’enfant, ou pour gérer sa propre situation, le principe de base, « comprendre pour mieux agir », reste toujours primordial.
Mieux vous comprenez le fonctionnement du manipulateur pervers, mieux vous vous en préservez et mieux vous pouvez aider vos enfants à nager dans ces eaux troubles.
Il est inutile de se mentir, vous ne pouvez pas les laisser « en dehors » du problème ! Ils sont de fait impliqués. Que vous l’admettiez ou non, ils en font partie et ils pourront être le bras armé du manipulateur pervers !

Benjamin, … 3 ans (il vit l’inceste) : « Mon père utilise la justice pour me reprendre et me faire du mal ». Ce petit a aussi tenté de sauter par la fenêtre à l’énoncé du nom de son père …

3 piliers sont essentiels pour se sortir d’une relation avec un manipulateur pervers narcissique avec lequel on a un ou plusieurs enfants :
1. Séparation
2. Parole juste
3. Se reconstruire

Le secret de la réussite est la confiance et l’estime de soi. Elle est à développer chez l’enfant ainsi que le parent victime. Je rappelle que le germe qui fait qu’une personne devient « victime », est une confiance en soi faible et instable.
A cause de sa position dans la famille, et de la toxicité des liens qui l’entourent, l’enfant risque lui-aussi d’avoir une estime de soi faible et fragile. Il est donc vital d’en prendre conscience le plus tôt possible pour tenter de contrecarrer l’influence diaboliquement destructrice du manipulateur.

Votre mission sera de valoriser l’enfant au maximum, dans le réel, ici et maintenant, et ce durant tout son développement neuro-psychomoteur. Ce sera également d’aider l’enfant, idéalement dès la naissance jusqu’à 7 ans, afin de lui éviter des troubles psychologiques irréversibles. Ensuite il vous faudra l’accompagner au mieux, tout le long de sa vie ……

Faut-il partir ou faut-il rester « pour » l’enfant ?
Trouvant comme prétexte la présence de l’enfant, nombreux sont les parents protecteurs qui repoussent le moment où ils s’éloigneront du manipulateur pervers. Cette situation, qu’elle soit consciente ou inconsciente, est dramatique et ne vient que répondre à la dépendance affective qui lie la victime à son bourreau.

Catégoriquement, et sans aucune exception, il est essentiel de quitter définitivement le manipulateur pervers. Le plus tôt sera le mieux.

Un enfant qui évolue dans un milieu hautement toxique comme celui-là est un enfant presque perdu ! dit Théodore-Yves Nassé, professeur en psychologie et expert auprès des tribunaux.
Chaque jour, chaque mois, chaque année perdue à « attendre » le bon moment, est autant de temps dont disposera le parent toxique pour polluer l’enfant. Et n’imaginez pas pouvoir cacher la réalité ! L’enfant voit tout, entend tout, et surtout, il vous observe !

Que souhaitez-vous donner comme exemple à votre enfant? Un père ou une mère protectrice qui courbe l’échine, qui se soumet, qui accepte l’inacceptable et qui ne le protège pas réellement ? Ou souhaitez-vous montrer que vous être un parent protecteur qui, une fois les yeux ouverts sur la réalité, cherche et trouve le courage de dire stop, de redresser la tête et de reprendre sa vie en main ?
Vous n’avez que ces deux options. Il vous appartient de choisir.

Arrêtez-vous de lire quelques instants, fermez les yeux et respirez.
Demandez-vous maintenant si vous souhaitez que votre enfant vive, dans sa vie d’adulte, ce que vous êtes en train de vivre depuis des années sans doute…
Posez-vous cette question avec humilité et douceur envers vous-même. Il n’y a pas de place pour la culpabilité, juste pour l’auto-compassion et l’amour partagé avec nos enfants.
Laissez votre cœur guider vos pas.
Vous ne souhaitez pas à vos enfants le centième de ce que vous subissez depuis si longtemps…
Vous souhaitez leur offrir d’autres valeurs que le renoncement à exister…
Je sais que vous souhaitez qu’ils deviennent maître de leur vie et qu’ils la trouvent belle…
Laissez votre cœur vous ouvrir le chemin, leur ouvrir le chemin.
Vous savez maintenant quel exemple vous allez leur offrir !
L’exemple d’un père, ou d’une mère protectrice qui sait dire stop, qui reconnaît s’être trompée, et qui met tout en place pour changer ce qui peut encore l’être. Et c’est la fierté de l’action, le courage de la renonciation que vous allez transmettre. Quoi de plus puissant ?

Petite piqûre de rappel concernant le pervers narcissique :

  • Age émotionnel d’un enfant de 4/5 ans avec un comportement de pré-adolescent dans un corps d’adulte et le pouvoir de nuisance d’un adulte
  • Intelligence de son ego.
  • L’autre n’existe pas. Il n’est qu’un objet à son service.
  • Aime ce que vous lui apportez comme satisfaction personnelle, mais ne « vous » aime pas et n’aime pas ses enfants.
  • Ne jamais sous-estimer son pouvoir de nuisance – il surprendra toujours
  • Ne changera pas, jamais. C’est sa pathologie qui l’empêche d’accepter l’idée même d’avoir un problème et donc lui interdit la mise en place d’une réflexion thérapeutique.
  • On ne discute pas avec lui. Toute discussion aboutira à une reprise de son pouvoir.

Geneviève Schmit – (Extrait du manuscrit qui sera publié aux éditions Grancher en mai 2016)

 

© Geneviève Schmit – diffusion

Lien vers l’article de Geneviève Schmit

Juste le lien vers la pétition, l’autre lien ne fonctionnait pas

Signez pour les enfants! Leur santé passe avant les profits des multinationales de l’industrie chimique comme Bayer.

Il faut juste mettre son nom, indiquer un mail, puis signer voici le lien :

Dites au gouvernement français de retirer le folpel des étalages!

Merci pour tout ce que vous faites,
Fatah, Nabil, Marie et le reste de l’équipe SumOfUs