Société : Noël approche, coup de projecteur sur les jouets sexistes

Qu’est-ce qu’un jouet sexiste ?

Parler de « jouets sexistes » est un raccourci destiné à la prise de conscience de l’usage sexiste des jouets. En effet, il suffit d’ouvrir un catalogue de jouets ou d’entrer dans un magasin de jouets pour constater que ceux-ci sont triés entre « jouets filles » et « jouets garçons ». Ce type de « tri » a pour conséquence directe de participer à l’imposition de rôles genrés aux enfants.

Pour être clair, lorsqu’un adulte souhaite acheter un jouet pour un enfant, il sera automatiquement guidé selon le sexe de l’enfant, comme si cela pouvait être une donnée pertinente pour le choix d’un jouet. Ainsi, on proposera des meccanos, playmobils, grues et autres pistolets – dans une ambiance bleue – aux garçons, et des barbies, poupons, aspirateurs et autres dînettes – dans une ambiance rose – aux filles. Les jouets sont donc utilisés comme des outils participant à l’éducation sexiste des enfants :

  • Tu es une fille ? Tu pourras t’entraîner à faire le repas, t’occuper des enfants, faire le ménage, te maquiller, devenir infirmière ou institutrice…
  • Tu es un garçon ? Tu pourras t’entraîner à fabriquer des engins, te battre, bricoler, devenir docteur ou pompier…

Jouets sexistesLes producteurs et distributeurs de jouets produisent et distribuent des jouets selon leur cible : fille versus garçon. Multiplier les cibles et distinguer ce qui va à l’une et pas à l’autre permet de multiplier les marchandises à vendre (les jouets roses que pour les filles et les jouets bleus que pour les garçons), et les profits à se faire au mépris de l’égalité.

Bien sûr, vous pouvez acheter un jouet issu du « rayon garçon » à une fille et un jouet issu du « rayon fille » à un garçon. Mais, franchement, le faites-vous ? N’avez-vous pas chez vous un enfant qui regarde la télévision, un enfant qui va à l’école ? N’a-t-il pas vu des publicités lui expliquant que si elle-il est une fille-un garçon, il-elle doit acheter tel jouet ? N’a-t-il pas entendu à l’école ses copines-copains dire qu’elles-ils ont tel ou tel jouet ?

Oui, votre enfant vit dans une société sexiste, mais est-ce une raison pour continuer à lui imposer un rôle dans la société selon son sexe biologique ? Pourquoi les filles n’ont pas de meccano et les garçons pas de poupée ? Pourquoi les filles n’osent rêver de devenir informaticiennes et les garçons de devenir nounous ?

Rêves de Noël

Une fille aussi peut être audacieuse et combative. Un garçon aussi peut être sensible et émotif.

Est-ce que l’on veut un monde égalitaire ou bien un monde où les femmes sont faites pour plaire aux hommes, faire la vaisselle, la cuisine et le ménage ? Quel monde est décrit dans les catalogues et rayons de jouets ?

Dans un monde égalitaire, les hommes et les femmes s’occupent des enfants. Mais pourquoi seules les petites filles ont le droit de jouer à la poupée ?!?

Cessons d’imposer à nos enfants un formatage selon leur sexe ! Offrons leur la possibilité de vivre en dehors des rôles genrés véhiculés et contraints par notre société !

Les jouets dit « sexistes » sont un des moyens pour notre société de renforcer les stéréotypes de genre et de les imposer aux enfants. Ils prennent place au sein d’un système sexiste et patriarcal.

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes ingénieures ?

 

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de voir notre autre article sur le sujet : Pour des jouets non sexistes (avec un reportage radio très instructif à écouter)

Le collectif lance une campagne

Les filles aussi peuvent être super-héros, boxeuses, astronautes.

Les garçons aussi peuvent être princesses, danseurs, fleuristes.

Pour participer à notre campagne (tracts et autocollants), contactez-nous : contact @ collectif-debout . org

Voici le lien pour le site de l’association :

Autocollant contre les jouets sexistes

Santé : Les mesures de lutte anti-tabac sont elles efficaces ?

Demain mardi c’est la journée sans tabac, une occasion de faire le point.

Instant plaisir ou véritable addiction, pour un tiers des Français, impossible de faire une croix sur la cigarette. Les campagnes anti-tabac du gouvernement n’y font rien pour cette frange d’irréductibles fumeurs, qui ne parviennent toujours pas à résister à l’appel de la nicotine. L’arrivée du paquet neutre, entré en vigueur le 20 mai dernier, complète l’arsenal déployé contre le tabagisme. Mais ces mesures suffisent-elles ? A l’occasion ce mardi de la Journée mondiale sans tabac, 20 Minutes fait l’état des lieux de la lutte française contre cette addiction qui coûte chaque année la vie à 80.000 personnes.

Dissuader les jeunes de commencer à fumer

Adieu couleurs et logos reconnaissables au premier coup d’œil. Entré en vigueur le 20 mai dernier, le paquet neutre devrait fleurir dès les prochains jours dans les bureaux de tabac, au grand dam des buralistes qui ne décolèrent pas. Si de nombreux fumeurs ne comptent pas abandonner leur café-clope pour autant, ce nouveau look pourrait toutefois dissuader les jeunes de tomber dans le tabac. « Quand on fume depuis vingt ou trente ans, ce n’est pas l’arrivée du paquet neutre qui peut donner envie d’arrêter de fumer, estime Jean-Paul, fumeur occasionnel. Mais je pense que cette mesure a un vrai potentiel sur la lutte anti-tabac chez les jeunes. Fumer aura l’air moins cool pour eux ».

Casser l’image véhiculée par les marques de tabac, c’est ce sur quoi le ministère de la Santé a décidé de miser. « Les jeunes sont totalement marketés. Ils n’achètent pas un jean, ils achètent une marque spécifique, analyse le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue et auteur de L’e-cigarette, pour en finir avec le tabac ? (Ixelles Editions). Avec le tabac, c’est pareil : ils n’achètent pas un paquet de cigarettes, mais une marque, un logo et une image. Le paquet neutre et son look pas très glamour, ça devrait en dissuader plus d’un de commencer la cigarette ».

choix tabc

L’objectif aujourd’hui, c’est de « dénormaliser le tabac », insiste le pneumologue. « C’est comme avec l’interdition de fumer en voiture avec ses enfants à l’intérieur, on est dans l’éducatif. Le gouvernement est là pour faire évoluer les mentalités ».

« Il faut franchir un seuil psychologique »

Depuis plus de vingt-cinq ans, le gouvernement a fait de la lutte anti-tabac l’une de ses priorités. Hausses répétées du prix du paquet, images chocs et messages de prévention ont été instaurés pour couper l’envie aux fumeurs de s’en griller une. Avec une efficacité certaine, mais qui ne séduit pas tout le monde. « Je fume depuis plus de trente-cinq ans, j’en suis désormais à deux paquets par jour », raconte Mohammad, 53 ans. S’il aimerait arrêter de fumer, les mesures anti-tabac ne suffisent pas encore à lui faire sauter le pas. « Quand on fume depuis longtemps, ce n’est pas ça qui nous donne envie d’arrêter. On le sait déjà que ce n’est pas bien de fumer, ça ne sert à rien de nous prendre pour des imbéciles », siffle Jean-Luc, qui ne renonce pas à ses deux à trois cigarettes quotidiennes.

Tout cela ne servirait-il donc à rien ? Pas si sûr. « Avant l’entrée en vigueur de la loi Evin, en 1991, on vendait deux fois plus de cigarettes en France qu’aujourd’hui », souligne le Pr Bertrand Dautzenberg. « L’action du gouvernement dans la lutte anti-tabac n’a peut-être pas touché tous les Français, mais elle a eu un impact positif : globalement, les Français fument moins et sont moins nombreux à fumer ». D’ailleurs Mohammad le reconnaît : « Si un jour le paquet coûte 15 euros, là c’est sûr, j’arrêterai ! ». Frapper un grand coup au porte-monnaie, c’est donc cela qui dissuaderait le plus grand nombre. « Le tournant radical, c’est l’augmentation massive du prix du paquet », estime Michèle Delaunay, députée de la Gironde et fer de lance de la lutte anti-tabac. « Il faut passer un seuil psychologique avec un paquet vendu au moins 10 euros », préconise l’ancienne ministre.

Toutefois, un gros bémol est à mettre sur l’accompagnement des fumeurs qui veulent arrêter le tabac. « On a un Etat schizophrène, avec le ministère de la Santé qui œuvre dans la lutte anti-tabac et celui du Budget qui a la pression des buralistes et reçoit les milliards d’euros de taxes générés par les ventes de cigarettes. Au final, cela donne une grande inégalité sociale sur le terrain du tabagisme : les dispositifs d’accompagnement à l’arrêt du tabac ne sont pas assez remboursés, au détriment les plus démunis qui ne sont pas assez accompagnés », regrette le pneumologue. « Il y a eu de gros progrès mais il reste encore du boulot ».

Parents fumeurs … égale enfants fumeurs c’est hélas trop vrai… est ce un tabou ?????

L’autre jour une scène a déclenché la rédaction de cet article, j’étais avec des personnes que j’adore, la petite fille jouait avec un paquet de cigarettes… Elle demande bien innocemment ; c’est à maman ou à mamie ?

La question révèle la banalisation de l’objet cigarette…. c’est devenu la norme et c’est dommage.

Depuis un moment j’observais autour de moi, je regardais les correspondances entre les foyers des parents fumeurs ou non et l’attitude de leurs enfants. J’étais parti du fait que moi et mon mari nous ne fumons pas, mes enfants non plus. J’ai élargi mon cercle d’observation et j’ai constaté la même chose.

Des études ont été faites en ce sens et me donnent raison.

Alors si vous fumez et êtes parents lisez ceci jusqu’à la fin,il y a un espoir.

Déjà il est connu qu’exposer ses enfants à la fumée de cigarette, c’est augmenter leur risque de développer des troubles respiratoires: allergies, asthme.

Lorsque l’on est petit, quel bonheur de faire comme maman et papa. Un comportement qui a aussi ses revers. Selon des chercheurs américains, les enfants dont les parents sont fumeurs sont appelés eux aussi, à devenir accros à la nicotine plus tard dans la vie.

Il y a quelques années, les cigarettes en chocolat retirées du marché sous prétexte qu’elles pouvaient être un premier pas vers un tabagisme classique. Une décision sans doute nécessaire. Mais il est une question rarement abordée, celle de l’implication de parents fumeurs sur le futur comportement tabagique de leur enfant.

Des chercheurs de l’Université Brown (Rhode Island) ont interrogé 400 parents et leurs enfants âgés de 12 à17 ans. Sans trop de surprises, les ados ayant été exposés de longue date à la vision d’un parent fumeur avaient plus de risques d’expérimenter eux même la cigarette.

« Il est en effet difficile de dissuader les enfants de fumer si un ou les deux parents sont fortement tributaires des cigarettes », analysent les auteurs.  « Le fait d’être exposé à la dépendance parentale apparaît en outre comme un facteur influent sur la transmission intergénérationnelle. »

En clair, l’arrêt du tabagisme parental tôt dans la vie d’un enfant est essentiel pour prévenir cette mauvaise habitude.  « Et si l’apprentissage social est la clé, alors les enfants peuvent aussi apprendre de leurs parents fumeurs qu’il est possible – et sage – de cesser de fumer » concluent les scientifiques.

Ici c’est Marie la maman qui pose la question : Les parents veulent toujours le meilleur pour leur enfants n’est ce pas ?

Alors, pour vous,  pour eux vous savez ce qui vous reste à faire.