Migraine : paroles de femmes

On today I’ve got a severe migraine, why ? really I don’t know. As usual, many causes I think but the result is the same, I feel bad, my heart is really hurting, my stomach is upside down, I’m very anxious… can’t look at light neither hear loud noises, I’ve frequent cravers, and at other time food digusses me…

I feel so tired and sluggish ….

One advantage is that my english is good enough ! So so strange.

On a social network I’ve found this text, so well written, she suffers from migraines too, I share it to you, enjoy !

Elle

Elle est fatiguée, mais toujours forte.

Parfois elle crie parce qu’elle en a marre de se taire.

Elle continue de rêver même si la vie n’est pas un conte de fées.

Elle continue à pleurer et à sourire pour des bêtises.

Et avec elle, il n’y a pas de limite, c’est 0 ou 100, soit ça gèle soit ça brûle.

Il y a des choses qu’elle peut supporter jusqu’à ce qu’elle explose…

Elle est fatiguée, mais elle a toujours une belle âme.

Parce qu’elle a appris sur les défaites, les injustices et les chutes.

Elle a des émotions comme toutes les autres, mais elle en a tellement…qu’elle ne ressemble pas aux autres..

Virginie Mocirens

Moi

Ce texte est beau, c’est un cri du coeur, comment expliquer de l’intérieur ce qui ne se voit pas de l’extérieur.

A certains moment on aimerait rentrer sous terre et ne plus communiquer, enterrer notre douleur disparaître avec pour ressortir tel le Christ lors de sa résurrection, victorieuse et forte, renaissance du néant vers la lumière.

Car oui, on se sent mal, oui on se sent éteinte… on n’a pas les mots car lors d’une migraine l’esprit ressemble à un marshmallow… les mots des autres passent à côté… on capte à moitié on se sent légume et l’autre parle parle parle ! on tente de sourire, de répondre avec cette envie de dire STOP… je ne vous reçoit pas ! je suis sur la planète migraine…

Et cet estomac qui réclame ce qu’il a décidé… ce qui n’est pas toujours dans le garde manger…

Et cette anxiété qui se cale au creux du plexus solaire.. cette vague puissante de dépression qui nous tire vers le fond….

Ces idées noires dans le noir car la lumière devient intenable.

La migraine est une maladie, un handicap… un enfermement !

Courage à toutes et à tous, enfin je sais qu’il y a plus de femmes qui en sont victimes

Marie

Résister au blue monday : vidéo pour y résister et même aller mieux tout court …

Le 16 janvier, troisième lundi de l’année, est le jour le plus déprimant de l’année selon une formule inventée par un psychologue britannique.

Le « Blue monday », c’est en théorie le jour le plus déprimant de l’année. Il tombe le troisième lundi du mois de janvier, selon une formule créée en 2005 par un psychologue anglais, le Dr Cliff Arnall. Ce jour concentrerait, selon lui, les pires situations qu’un être humain puisse connaître : un lundi (et la fin du week-end), le gris et le froid, des fêtes déjà loin, et le portefeuille vide, car les dépenses ont été nombreuses et le salaire n’est toujours pas tombé. C’est aussi le moment où l’on abandonne les bonnes résolutions.

Alors regardez cette petite vidéo qui donne des principes simples et faciles :

Blue monday j’aurai ta peau

 

Alors bougeons nous tout en douceur, écoutons un superbe morceau de musique, et on se met un grand sourire sur le visage, la journée sera superbe.

3 astuces pour résister au blue monday

 

 

 

 

Hello Sadness

Laissons à Sagan le titre français.

La femme rentre, harassée, la journée a été dure, une migraine l’a taraudée, elle a du aller se reposer l’après-midi. Le sommeil l’a visitée, un sommeil plein de cauchemars, un somme de migraineuse quoi ….

Mais il y a à faire dans une maison, même petite, la vaisselle, le ménage, et puis ce jour là des courses.

En état d’hébétude elle va les faire, le sommeil l’a assommée plus que reposée. Tant qu’à faire c’est l’heure de la foule, le magasin est plein de clients, les courses lui paraissent longues.

Depuis quelques jours elle est à fuir son chez elle, elle s’y sent mal…. elle veut montrer que une femme même si elle ne travaille pas n’est pas une femme à demeure, celle que l’on trouve le soir là, en effet sa place est là à attendre…

Ce jour queue de monstre à la caisse, elle laisse cependant passer deux personnes, il n’y a pas de caisse rapide.. pff elle n’en a que faire de son temps de toutes façons, alors autant donner le sourire à d’autres.

Retour à la voiture, les courses sont volumineuses, éreintant une fois de plus, la migraine ça donne les jambes de coton !

Elle voit que le téléphone a sonné, rappelle, en effet elle a fermé la porte de l’appartement et « lui » n’a pas eu la patience d’attendre un quart d’heure, appel…. il lui dit « prend ton temps pour revenir….  » en effet entretemps il a réussi à rentrer. Elle s’excuse pour avoir fermé à clé, mais elle est si fatiguée, la migraine ça crève.

Elle pense en écho à ses mots de ne pas se presser : « il a peur pour la voiture, sans doute… »

Lui est absent du matin jusqu’au soir, très tôt à tard ou très tard, il rentre quand il  veut…

Elle dès qu’elle change ses horaires, c’est un questionnement venant de « lui »….

 

Elle arrive au logement, les courses sont à monter : premier voyage… elle pose en haut, dit : je vais prendre le reste…

Personne ne bouge : pas d’aide, elle est corvéable, ça pèse une telle attitude…. pourtant ils sont deux dans le logement deux mecs, elle ne montera pas l’eau.

Elle salue son fils, puis va dans la chambre « lui » ne lève même pas le nez de sa tablette, il est dans le noir. Il ne s’est pas levé pour la saluer, elle est crevée, mais à toute évidence ce n’est pas un souci, il s’en bat l’œil (elle est polie).

Il ne se lèvera que pour manger, là il dira quelques mots, entretemps le fils aura eu pitié de sa mère crevée, il a préparé le repas.

Elle va regarder la télévision, il va aller se coucher après avoir grillé sa clope dehors.

Quelle soirée déprimante, se dit elle, et ces soirées se répètent ainsi… elle rentre il est en amour avec sa tablette… mais elle que fait elle là ? Est elle transparente, un sourire, une caresse lui rappelleraient qu’elle vit.

Mais elle ne voit rien venir, elle a de son coté tenté d’aller vers lui, mais là elle est lasse, très lasse.

Elle va encore fuir ce jour, échapper à ce quotidien étrange et morose, presque morbide.

Le soir elle tentera un pas, elle annulera une réunion pour être là avant lui, lui au contraire rentrera plus tard.

Alors enfin elle aura un début d’explication : « il a été privé d’un c*documentaire sur Jojo le lundi » alors il est en colère, boude et le fait payer.  Elle pense mais c’est gamin et mesquin, même crétin !!!!

Messieurs cette histoire est à dégoûter des mecs……

 

 

 

sans toit…. Bordeaux et ses alentours, dur de trouver un logement

Je suis lasse, depuis des semaines je recherche un logement sur le secteur de bordeaux sud.

Là j’avais arrêté mes recherches, je croyais que c’était bon, et hier grosse déception, refus, alors que normalement ça passait, avec une autre agence mon dossier est ok.

Alors je flippe, si un logement on veut bien me le donner il est froid, sombre ou en haut d’un immeuble et j’ai le vertige et je suis un peu claustrau… déracinée de ma campagne.

Et là j’avais trouvé un appartement sympa, oh sans prétentions mais je m’y sentais bien, et il apparait que bien que j’ai un garant mon dossier n’est pas assez solide.

J’en ai marre.

Déracinée

Déstabilisée

Déprimée

Déçue