Ecologie : une déchetterie géante au centre du Pacifique

Une étude américaine estime que l’océan de déchets plastiques dans le Pacifique s’étend sur une superficie de 1,6 millions de km². Les filets de pêche abandonnés composent la majorité des détritus.

On la surnomme le « 7ème continent de plastique » ou encore « l’océan de déchets »… Cette décharge flottante géante s’étend dans l’Océan Pacifique Nord. Elle est située à mi-chemin entre entre les côtes californiennes et l’archipel de Hawaii. Selon une étude publiée dans la revue scientifique Scientific Reports le 22 mars 2018, ses 80.000 tonnes de déchets s’étendent sur 1,6 million de kilomètres carrés. Cela équivaut à trois fois la surface d’un pays comme la France ! C’est 4 à 16 fois plus que les précédentes études sur cette étendue.

pollution 3

 

Le huitième continent : Vidéo ci dessous

 

En 1997, le skipper Charles Moore a fait une découverte sinistre : dans le Pacifique Nord, sous la surface de l’eau s’étale un immense continent de plastique sur environ 3 millions de kilomètres carrés (soit 4 fois et demi la France). Ce territoire de déchets et d’ordures, baptisé vortex comme un dinosaure réchappé d’une série b, s’est constitué au centre d’un gigantesque tourbillon d’eau océanique (un gyre) formé d’un ensemble de courants marins. Les journalistes sensibilisés à cette pollution des océans (dont Georges Pernoud pour Thalassa avec l’expédition Tara d’Agnès b. et Jean-Christophe Victor pour le Dessous des cartes) ont tenté de médiatiser le phénomène qui loin d’être unique semble surgir dans d’autres parties du globe (l’Atlantique Nord a aussi son vortex !) polluant les mers mais aussi les lacs ! Loin d’être inoffensif, le vortex est un serial killer : il tue les tortues qui s’étouffent en gobant des proies fictives ; il se désagrège sous l’effet de la lumière en microparticules étouffant les fonds marins, influant indirectement sur notre oxygène. Greenpeace estime qu’un million d’oiseaux et 100 000 mammifères meurent chaque année de ce poison plus radical que l’arsenic. Quant au bout de la chaine alimentaire… Nous le retrouvons bien sûr dans nos assiettes à moins de nous abstenir de manger les produits de la mer. Après-demain nous le retrouverons, parions-le, dans le top 10 des catastrophes écologiques qui menacent la planète bleue.

pollution 2

COMMENT GUÉRIR LES OCÉANS DU PLASTIQUE

Comment y échapper lorsque l’on sait qu’un sac plastique a une durée de vie de 25 ans et une bouteille de 450 ans ? Quand on sait que nous produisons 150 kilos de déchets plastiques par habitants et que nous avons produit en ce début de siècle autant de plastique que durant la totalité du XXeme siècle ? Ne prenons pas ce monstre à la légère et passons en revue les solutions possibles. Parmi elles, nettoyer les plages et pas seulement avant le début de l’été, rejoindre des associations telles initiativesoceanes.org qui collectent les ordures et transmettre à nos enfants et petits-enfants les gestes éthiques.

 

Lien vers la vidéo :

le huitième continent

 

vidéo à partager et à faire connaître

Vidange du canal Saint Martin, il offre ses tristes surprises

Canettes, bouteilles et vélos – mais pas seulement – ont été retrouvés en grande quantité par les entreprises chargées de nettoyer le fond du canal de l’est parisien.

Vidéo :

Vidange du canal saint martin

Avec ses quelque 100.000 m3 d’eau sur 2 kilomètres de longueur, le canal Saint-Martin, une fois vidé, regorge de surprises. Chacune des mises à sec du canal situé à l’Est de Paris, entre les quais de Jemmapes et de Valmy, révèle son lot de trouvailles improbables. L’opération 2016 ne déroge pas à la règle. Le coup d’envoi du chantier a été donné il y a trois semaines. Le canal sera remis en route le 4 avril prochain, après la réparation des écluses, la consolidation des fonds et l’amélioration des voies d’eau. Des grues et camions-bennes se relaient pour extraire la saleté des fonds. Au total, 9000 tonnes de vase polluée et 5000 tonnes de vase non polluée vont être transportées dans des centres de stockage. Les bulldozers ont également remonté une grande série d’objets.

 

De nombreux effets personnels ont également été remontés : 83 fauteuils et chaises, dix poussettes, un buste de couturière, sept valises, un coffret à bijoux, une baignoire, un vélo d’appartement, deux skates, une caisse enregistreuse, une chaussure de ski ainsi qu’une grosse peluche de léopard blanc. A noter que 17 coffres forts ont été retrouvés, mais tous vides. Manifestement fâchés avec l’hygiène, certains Parisiens se sont délestés d’une baignoire, d’un WC et d’un ballon d’eau chaude.

Enfin, le cours d’eau contenait également du matériel électronique, à savoir une télévision écran plat, un micro-onde, un drone « Parrot », un magnétoscope et pas moins de 15 ordinateurs portables. Il y avait même de quoi dormir, avec deux matelas, un lit pliant, une couverture ainsi qu’un duvet. Les personnes âgées ou handicapées ne sont pas mieux loties, car un déambulateur, deux fauteuils roulants et une bouteille d’oxygène figurent sur cet inventaire à la Prévert.

En 2001, scooters, fauteuils roulants et parcmètres avaient été repêchés au fond du canal. Le Huffington Post rapporte que les opérations de mise à sec du canal, effectuées en moyenne toutes les décennies depuis 1866, ont permis de faire de curieuses découvertes: un coffre ancien en 1886, une bombe en 1916 et un vase sacré ainsi qu’un crâne humain en 1925. Aujourd’hui, jeter des déchets dans le canal équivaut à un abandon de détritus sur la voie publique. Un geste passible de 68 euros d’amende.

article de Direct matin

Article de France Inter