Insolite : connaissez vous les « Splayds »….

Nous approchons de Noël…. vous pensez peut être à un jouet (mais oui play en anglais c’est jouer, n’est ce pas ?)… pour enfants ? pour adultes ? mais probablement vous n’en avez jamais entendu parler.

Alors, je vous explique car depuis que j’utilise mon « splayd » je ne peux plus m’en passer, oui c’est bien pour adulte, bien que les enfants peuvent aussi l’utiliser.

Bon vous avez assez attendu, je vous explique tout sur mon joli petit objet mystère.

Un « splayd » est un ustensile de cuisine, un couvert super intelligent qui combine à lui tout seul les fonctions de cuiller, fourchette et couteau !!! eh oui c’est futé.

Il fut créé par William Mac Arthur dans les années 40 à Sydney en Australie.

Les américains l’appellent spork (ça sonne moins bien là)

Voici ce couvert si bien conçu :

splayd-seul

Cet ustensile en plus d’avoir une une forme de cuillère est doté de quatre dents de fourchette, de deux cotés droits et plats qui peuvent découper de la nourriture tendre, comme du poisson, des légumes… Ils ont plus souvent une forme géométrique qu’une forme arrondie, avec deux bords droits sur les cotés.

splayds-coffret

J’adore l’utiliser pour déguster des currys, mais aussi des poissons accompagnés de riz ou des desserts… j’adore. Je deviens presque habile à table. (éclat de rire)

smiley-eclat-de-rire

Here is the wikipedia :

A Splayd (plural ‘Splayds’) is an eating utensil combining the functions of spoon, knife and fork. It was created by William McArthur in the 1940s in Sydney, Australia. It is similar to the American spork. There are several manufacturers.

In addition to an overall spoon shape with four fork tines, it has two hard, flat edges on either side, suitable for cutting through soft food. They often have a geometric rather than rounded bowl, with two longitudinal folds in the metal

They are often used for eating chopped foods like rice-based curries, in place of a chopsticks or knife and fork.

The UK licensee for the manufacturing and distribution of « Splayds » during the 1970s was Viners of Sheffield. At that time they were one of the biggest cutlerymanufacturers in Great Britain.[1]

splayd-utile-pour-tout

Clin d’oeil sexy du jour : Valentin Néraudeau fait tomber le tablier sur Youtube

L’ancien candidat de «Top Chef» Valentin Néraudeau refait parler de lui sur Youtube où il propose des recettes faciles qu’il réalise presque nu.

Valentin Néraudeau est fier de deux choses : ses compétences culinaires et son physique de rêve. Il combine les deux dans des vidéos Youtube où il propose des recettes simples à réaliser en quelques minutes. Son originalité? Cet ancien candidat de «Top Chef» concocte chacun de ces petits plats presque nu.

Avec sa nouvelle chaîne baptisée «ValentinSexyChef», le cuisinier détient peut-être la recette du succès. Chaque semaine, il mettra la main à la pâte pour proposer des «tutos accessibles à tous (…) Des recettes exclusives réalisées en 4 min chrono, délicieusement coquines à réaliser chez soi… nu… ou pas !», peut-on lire dans sa présentation. Dans sa première vidéo, il propose de régaler vos papilles et vos yeux avec une recette de framboise melba. Elle a été visionnée plus de 22 000 fois.

Alors pour apprendre de bonne recettes dans une ambiance sexy voici le lien :

.Votre premier cours la framboise melba :

Valentin explique la recette de la framboise melba, Miam Miam !

Les épices pour être bien dans son assiette

Depuis longtemps, connaissant les méfaits du sel, je me suis tournée vers les épices pour apporter une saveur incomparable à ma cuisine.

Peu à peu, je me suis composé un « piano » d’épices, je les utilise pour leur goût, bien sûr mais aussi pour leurs bienfaits sur la santé. Il est agréable de sortir de table sans lourdeur et en pleine forme après s’être régalé d’un plat savoureux.

Avec les épices on peut facilement réussir ça, manger des mets délicieux mais aussi se faire du bien, allier le beau, le gout et le bon pour notre santé.

Quelques astuces toutes simples :

Au jardin et sur le balcon avoir sous la main quelques aromatiques de base :

Le romarin, le thym, le persil, la ciboulette, la coriandre et le basilic en saison, ces premières aromatiques sont faciles à avoir en pot, au jardin s’ajoute naturellement le laurier sauce.

Dans sa cuisine, se créer une collection d’épices :

le curcuma, le cumin, le safran, la coriandre, le carvi, l’anis étoilé, la cardamone, un flacon de 4 épices, un poivre blanc ou noir,  moi je préfère le piment d’espelette.

Voilà une bonne base, ensuite on rajoute d’autres épices fonction de ses gôuts.

Tour d’horizon des bienfaits des épices :

Le curcuma : anti-inflammatoire (plus puissant associé avec la piperine, issue du poivre) anti cancéreux.

Il est particulièrement utile dans une cure détox car il purifie l’organisme en éliminant les toxines. Et comme c’est aussi un très bon antioxydant, il vous aidera  à garder la forme dans le cadre d’un régime amincissant.

Plus d’informations sur le Curcuma

La Cannelle : Riche en anti-oxydants, recommandées aux diabétiques, anti-infectieuse.

Elle est de plus riche en manganèse et en fer.

Lien vers plus d’informations sur la Cannelle.

Les vertus de la Cannelle, passeport santé

Le Romarin, si aromatique et si bon pour notre corps : Soulage les troubles gastro-intestinaux, les infections respiratoires de la sphère ORL.

Plus d’informations sur le romarin

Le romarin et ses bienfaits

la ciboulette : soulage la digestion difficile

la badiane : Bénéfique pour les troubles gastro-intestinaux et urinaires. Régule le système hormonal….

En savoir plus sur la badiane :

la badiane, l’étoile de nos assiettes pour notre santé

Le thym, j’en mets partout : un vrai couteau suisse de notre santé, c’est une plante majeure pour tout ce qui concerne l’immunité (virus, bactéries, champignons), il est aussi au service de notre système digestif (gastro-entérite, foie, intestin, digestion). J’utilise aussi ses vertus à travers le miel de thym, excellent pour la santé et la peau, la cicatrisation.

Plus sur le thym :

Les vertus du Thym

Le laurier : si savoureux dans tant de préparation, incontournable ! Le laurier a en effet une action antiseptique, antivirale et bactéricide. Ainsi, il est un remède efficace pour les plaies, les aphtes et les abcès dentaires, entre autres. L’huile de ses fruits s’avère même être une arme redoutable contre les insectes et les parasites, poux et acariens en ligne de mire.

On le considère également comme l’arbuste de la sérénité puisqu’il a une action sédative naturelle. Son infusion agit de façon très bénéfique sur le système nerveux, qu’elle rééquilibre dans les cas d’anxiété ou de dépression. En outre, ayez toujours dans votre pharmacie un flacon de son huile essentielle qui, en application locale, est un excellent antispasmodique. Quelques massages ou frictions sur les zones concernées soulagent les douleurs dues à l’arthrite, les rhumatismes et les contractures musculaires.

Plus sur le laurier

Ah le laurier !

La cardamone : moins connue, elle soigne les douleurs des dents et gencives, facilite la digestion, soulage les douleurs abdominales, et petit plus rafraîchit l’haleine !

Plus sur la cardamone

Le clou de girofle : utile contre les maux de dents, les soucis digestifs et les problèmes urinaires, sans oublier rhume et rhumatismes !

Plus sur le clou de Girofle

Le clou de Girofle ses 5 vertus essentielles

 

Bon, à vos fourneaux, dégustez un riz basmati cuit dans un bouillon où vous aurez fait infuser du laurier, de la badiane et de la cardamone, rajoutez du curcuma, c’est Miam !

Faites rissoler des pommes de terre bouillies en leur rajoutant du curcuma et du thym, un régal.

Bref, les épices sont partout dans ma cuisine, je continue mon exploration, j’enrichirai cet article au fil de mes découvertes, bon appétit à tous !

 

 

Cuisiner sans beurre et lait

Bon, en parfaite gourmande que je suis les caprices de la nature m’ont condamnée à rechercher des alternatives goûteuses à la classique cuisine où beurre, lait et crème sont omniprésents.

Premiers pas au supermarché, lire les étiquettes et les déchiffrer, désormais les additifs provenant du lait sont écrits en caractères gras, mais souvent c’est en petits caractères, attention à bien lire jusqu’au bout la composition.

Attention aussi à ne pas se faire avoir : la matière grasse anhydre du lait cache du beurre dont on a retiré toute l’eau !!!!

Si on est adepte du tartinage il faut trouver un substitut au beurre, déjà psychologiquement ce n’est pas facile de ne plus pouvoir goûter au beurre, alors il faut aussi se faire plaisir.

J’ai opté pour une margarine, et là encore attention  à bien lire la liste des ingrédients !

Voici un lien vers un site qui recense quelques produits

margarine sans lactose

Ensuite, grâce à ces margarines, je confectionne de délicieux gâteaux, j’adapte les recettes, je prends une recette à l’origine avec du beurre puis je teste !!!! j’arrive au bout de mes essais à de délicieuses pâtisseries ! eh oui !!!!

Pour la friture rien ne  vaut une huile d’olive de bonne qualité, pressée à froid évidemment, depuis quelques temps j’adore utiliser l’huile de coco !!! j’en reparlerai dans un article.

Laits et crèmes….

Enfant, je buvais le lait tiède, juste après la traite, la fermière me tendait le verre rempli de lait encore moussant !!!! Ma bouche se souvient du goût.

Désormais j’ai découvert de nouvelles saveurs, mon corps l’exige, alors vive les laits végétaux, dans les supermarchés, les magasins bio, il y en a pléthore…. plus ça va plus y en a.

lait exemple

Suivant ce que je désire préparer je varie le lait, les goûts sont si différents.

Et j’ai découvert les crèmes végétales, elles n’ont rien à envier à la crème de lait, bien au contraire, elles parfument avec harmonie les mets !

Attention au lait de coco, oh oui il est délicieux, mais très gras… les intestins et le foie font : Bingo !!!! quand on en prend trop.

 

 

 

Journée soleil près des Pyrénées ….. des soins de la cure à la découverte de la cuisine aux plantes sauvages…

Bonsoir,

Cette journée à Capvern les Bains n’a pas laissé une chance à l’ennui de montrer le bout de son nez.

Le matin, chaque jour depuis lundi ce sont les soins, tout doucement je commence à me faire aux lieux à repérer les sourires des soignants qui attendent leurs clients. Ils sont super, passent d’un patient à l’autre avec un large sourire immuable. Pourtant leur journée est bien longue et ils doivent un peu en voir de toutes les couleurs.

Cet après midi, changement total de décor, j’avais prévu d’aller à un atelier alléchant « découverte des plantes culinaires ».

Après une arrivée un peu tardive, j’ai réussi à me fondre dans le groupe de curieux et curieuses. Dehors, l’animatrice montrait des plantes dans leur milieu naturel, le plantain notamment ses propriétés calmantes sur une piqûre d’insecte. Ce plantain que l’on considère souvent actuellement comme une mauvaise herbe n’a pas toujours été dénigré,

Considéré jusqu’au début du XXème siècle, comme une plante médicinale majeure, le plantain est aujourd’hui passée de mode. Pourtant, cette fleur très commune mériterait qu’on s’intéresse de nouveau à elle ! Car elle est aussi efficace pour calmer la toux ou stopper une grippe que pour lutter contre la constipation.

le plantain, une plante médicinale majeure pour la toux et la grippeCette modeste plante que l’on trouve dans les pelouses ou les prairies, guérit de nombreuses affections. Le plantain se caractérise par une hampe florale (de 10 à 50 cm) sortant d’un bouquet de feuilles épaisses, avec de grosses nervures qui partent de la base. Le grand plantain (Plantago major) a des feuilles larges et des fleurs allongées. Le plantain lancéolé (ou petit plantain ou herbe à cinq coutures) a des feuilles allongées (en forme de lance) et des petites fleurs au bout des tiges. Quant au plantain moyen (ou langue d’agneau), il possède des feuilles plutôt rondes et des fleurs crème à étamines violettes alors que leurs cousines sont verdâtres ou brunâtres et inodores.

Des études scientifiques convaincantes

Les constituants du plantain (pectine, aucubine, ampigénine, flavonoïdes, tanins, soufre, calcium, fer, phosphore, mucilage…) en font une plante aux très nombreuses indications, utilisable aussi bien en interne qu’en externe. Pour les amateurs de chimie pharmacologique, précisons que l’aucubine accélère l’élimination par les reins et possède des propriétés antimicrobiennes ; l’ampigénine est un anti-inflammatoire et les mucilages freinent l’appétit et activent le transit intestinal… Le plantain est aussi concentré en vitamines du groupe B (B1, B2 et PP) et en vitamine A. Plusieurs études scientifiques ont confirmé les bienfaits du plantain. Ainsi en 1980, des médecins allemands avaient administré pendant 10 jours une préparation à base de plantain à 593 personnes souffrant d’infections respiratoires aiguës : leurs symptômes — et notamment la toux — avaient significativement diminué.

Pas de contre-indication

Il n’existe pas d’effets secondaires liés au plantain qu’il soit pris seul ou avec un médicament. Toutefois, par prudence, on le déconseille aux femmes enceintes car il pourrait avoir un effet stimulant sur l’utérus. Seul effet indésirable, à haute dose, le plantain peut être un laxatif mal contrôlé.

De bronchite à ulcère en passant par surpoids !

La première indication du plantain concerne les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche et du pharynx. Mais, en interne, le plantain est aussi utile pour lutter contre l’eczéma, les infections des voies urinaires, les hémorroïdes et la constipation. En externe, on l’utilise pour stopper les saignements, cicatriser les blessures, soulager les piqûres et les rhumatismes. C’est un excellent collyre pour défatiguer les yeux et lutter contre l’inflammation des paupières et la conjonctivite.

… Et comme si tant d’indications ne suffisaient pas, le plantain est aussi prescrit pour lutter contre le saignement des voies urinaires, l’ulcère gastro-duodénal et la consolidation des fractures !
Enfin, il serait sans doute intéressant de voir comment le plantain agit dans le cadre d’un régime amincissant puisque, d’une part, il régule l’appétit et le transit intestinal et que, d’autre part, diurétique et circulatoire, il facilite toutes les fonctions éliminatrices de l’organisme.

Puis elle nous montre une pulmonaire à ne pas confondre avec un arum sauvage qui lui est toxique, le lierre que l’on peut utiliser en décoction pour redonner du peps à des vêtements noirs qui ont déteint.

Retour à la salle pour aborder les choses sérieuses, sur la table des sacs contiennent des plantes qu’elle a cueillies loin de toute pollution… Ici la nature est si belle autour. Je me dis qu’elle n’a pas du à aller bien loin pour trouver des plantes belles et bio.

Sur la table je découvre un joyeux méli mélo de plantes, un festival pour les yeux. Là se mélangent des fleurs de capucine, du pulmonaire, une feuille de figuier, du chénopode blanc, de la verveine, du basilic. Dans des sacs je vois des orties, eh eh ça pique ça.. de l’épiaire des bois, du chénopode blanc, des pétales de rose des fleurs de bourrache, wow, je goute et je respire les parfums, avec beaucoup d’étonnement.. évidemment pas l’ortie 🙂

sac épiairesac herbesmeli melocapucine

Notre animatrice nous a remis une feuilles avec quelques recettes… c’est le moment de choisir ce que nous allons préparer.

Le choix est arrêté sur 3 préparations et une boisson.

Notre menu sera donc : Crêpes aux orties, petits toasts de mousse d’épiaire sur chénopode, et le dessert des bonbons de verveine, rose, capucine… notre boisson sera un sirop de basilic…. le tout fait de nos petites mains évidemment.

Les rôles sont répartis, je me retrouve dans le groupe des crêpières, logique pour une bretonne.

Nous faisons cuire les orties coupées en lamelles dans de l’eau salées, environ 6 poignées. Puis nous passons à la préparation de la pâte à crêpes, 250 grammes de farine dans laquelle on met deux oeufs, 20 cl de lait et originalité, 20 cl du jus de cuisson des orties. Le tout sera mixé pour être homogénéisé.

Nous avons une pâte à crêpes verte…wow !!!!

pate crepes

Les crêpes passent une à une à la poêle, là je laisse faire une spécialiste.

Voici des photos des préparations en cours d’exécution :

toastspréparations cuissonpreparations2

Pendant ce temps les autres participants font les bonbons de fleurs, les toasts, le sirop… tout est pétillant de couleurs, ça donne envie de déguster.

Alors hop, à 17 heures tout est prêt, nous avons bien bossé, notre animatrice est contente de nos résultats.

Nous nous asseyons autour des tables, l’ambiance est chaleureuse, vive ce moment de partage… le plateau des toasts fait le tour de la table, ça a un gout d’ail et de champignon, très original en plus pour un apéritif.

Les crêpes sont aussi super bonnes, je mets un peu de cannelle dedans, je me promets de refaire cette recette plus tard avec de la farine de sarrasin.

Le dessert est aussi délicieux, les bonbons sont croustillants à souhait et très parfumés.

Le sirop de basilic est à la hauteur du reste.

dégustationassiette

Oui il faut oser cuisiner avec les plantes sauvages. quelques précautions sont à prendre lors de la récolte :

  • attention à bien les identifier
  • ne pas les récolter dans des endroits pollués
  • ne pas mélanger lors d’une récolte les différentes plantes
  • Ne pas épuiser la ressource et varier les endroits de récolte
  • attention à ne pas récolter des plantes protégées.

Voici quelques livres qui sont bien faits… après vous pouvez aussi choisir selon votre envie dans une librairie, tant de saveurs s’offrent à nous dans la nature, un trésor est là à portée de notre main.

plantes sauvages et comestiblesplantes sauvages et toxiqueslivre recettes plantes