Attention aux cartes de visites droguées….

 A lire absolument, histoire vraie….et très dangereuse… transmettre à vos amis, faites passer l’information.

 

Ce jour un ami me transmets ce jour cette histoire vraie arrivée à Bègles en Gironde :

 

C’est arrivé à une collègue pas plus tard qu’hier (à Bègles près de Carrefour).
Dans une station-service, un homme a approché une dame qui était en train de remplir son réservoir.
Il lui a offert ses services en tant que peintre et lui a laissé sa carte.
Elle a accepté sa carte pour faire preuve de bonne volonté et est entrée dans sa voiture.
L’homme est alors entré dans une voiture conduite par un autre monsieur.
Alors qu’elle s’apprêtait à quitter la station-service, elle a vu les hommes la suivre hors de la station en même temps.
Presque immédiatement, elle a commencé à se sentir étourdie et ne pouvait pas attraper son souffle..
Elle a essayé d’ouvrir la fenêtre et s’est rendu compte que l’odeur était sur sa main, la même main qui a accepté la carte du monsieur à la station-service.
Elle a alors noté que les hommes étaient collés derrière sa voiture et a senti qu’elle devait faire quelque chose à ce moment.
Elle est rentrée dans le premier stationnement qu’elle a vu, arrêté sa voiture et a commencé à appuyer sur son klaxon à plusieurs reprises pour appeler à l’aide.
Les hommes se sont enfuis loin d’elle mais la dame ne se sentait toujours pas bien.
C’est seulement après plusieurs minutes qu’elle a pu finalement reprendre son souffle.
Apparemment, il y avait une substance sur la carte qui aurait pu sérieusement lui faire du tort.
        Cette drogue s’appelle le BURUNDANGA et elle est utilisée par des personnes qui souhaitent frapper une victime afin de la voler ou de tirer profit d’elle.
Cette drogue est quatre fois plus dangereuse que la drogue du viol et est transmissible sur de simples cartes.
Prenez garde et assurez-vous de ne pas accepter des cartes d’un inconnu dans la rue et d’autant plus si vous êtes seul.
Ceci s’applique à ceux qui font des visites à domicile et qui vous glissent une carte quand elles offrent leurs services.
Merci de diffuser aussi largement que possible ainsi nous éviterons peut être d’autres agressions similaires.

Ici le lien vers le wikipédia qui explique ce qu’est cette drogue :

scopolamine ou burundanga article du Wikipédia

Scopolamine ou Burugunda
    Jean-Charles MOROTE S.I.D.P.C. Préfecture de la Dordogne

2, Rue Paul Louis Courier 24016 Périgueux cedex

05.53.02.24..22 / 06.09.60.25.74

Jean-François DORVILLE Préfecture de Police de Paris
       Direction de la Police générale
        Sous-Direction de l’Administration des Etrangers

Section des Laissez-Passer
      Tél. : 01.53.71.37.91 / Fax. : 01.53.71.57.28

Dommage : hier soir « défaite » de la musique

Hier j’avais envie de me dégourdir les jambes et les oreilles, la musique ça détend, nous le savons tous…. je me suis décidée tard mais j’y suis allée. Habitant une grande ville, juste près de Bordeaux,  je pensais trouver même à minuit de la musique.

Je passe près du parc du Sourreil en Villenave d’Ornon, tout est éteint, à priori depuis longtemps, plus un chat. Bon, pas grave, je pousse un peu plus loin, direction Peixotto en Talence, l’année dernière ça avait duré très tard et c’était super, un jeune groupe se produisait.

 

Je rentre dans le parc et là je crois avoir fait le bon choix, j’entends des échos de tehno, enfin de la musique !!!!

Arrivée près de l’orchestre principal, ils ramassent, snif…. à minuit il n’y a pas que Cendrillon qui retourne à son triste sort !

Je vais alors vers la techno…. encore de la musique, des lumières, plein de jeunes, surement des étudiants…

Je m’approche et hop plus de musique…. mais des cris des protestations….

Je me renseigne auprès d’un groupe de jeunes filles,… »dites, il y a encore quelque chose ou c’est fini ? » Les filles sont désabusées, elles me répondent : « hmm on pense qu’il n’y a plus rien, là c’est la Police qui vient faire dégager…. !  »

Après une autre prend la parole : « le fric ce n’est pas pour la fête de la musique cette année, pour les footeux il y a du fric, ça rapporte plus….. vous devriez aller à un after match, là vous aurez de la musique…. » Je décline en souriant, très peu pour moi, les after surtout après une victoire de la Croatie… pas envie

(Nota : le match Croatie/Espagne se tenait à Bordeaux, donc tout près, sous haute surveillance à cause des débordements antérieurs des « supporters » Croates..)

Oh c’est fort ça, la police, les jeunes étaient assis ça et là sur les pelouses, la techno tournait….. bref c’était la fête et d’un coup plus rien.

Bref, ma fête de la musique a tourné court, le foot a totalement pris le pas sur cette fête si populaire.

Quel gâchis.

 

Vécu : voyage musical magique hier soir à la Partagerie de Bordeaux

Hier j’ai vécu une expérience musicale unique et magique, je vais tenter de partager avec vous ces moments.

Hier soir 20 h 30 à la Partagerie aux Capucins à Bordeaux, le cours de méditation de Sébastien se termine. Le cours a été superbe d’intensité, nous étions fort nombreux, la puissance des mantras s’en est  trouvée décuplée. Des sourires errent sur les visages, nous sommes tous plus que relaxés, l’ambiance est à la fois douce et forte, bref nous sommes bien.

Pendant ces moments si forts sont arrivés Yannick et Léo, je ne les ai même pas entendus, ils ont médité un moment avec nous.

Ces deux amis sont les membres du groupe Ilmy, ils vont nous faire vivre une relaxation en musique, là en direct. C’est génial, je ne veux pas manquer ça.

Peu à peu ils se mettent en place, le sol en béton est recouvert d’un drap bleu clair, les « vagues » comme nous le disons.

Ci et là des tapis de yoga fleurissent, des coussins, des couvertures, bref le sol devient une espace de couchage. De nouveaux candidats au voyage sonore arrivent, je suis très contente de revoir des participants de mon atelier du yoga du rire.

La mise en place est laborieuse tant il y a du monde, la partagerie devient un lieu de concert allongé, il n’y a plus de place pour mettre une personne par terre, il faudrait alors pousser les murs. Bon au moins nous n’aurons pas froid. On en rit, nous sommes comme des sardines en boite, au contraire des concerts classiques où on est serré et debout, là c’est allongés et par terre.

Les lumières sont toutes éteintes, le concert va commencer.

Léo et Yannick nous enlèvent dans un voyage musical, des forêts amazoniennes à l’Himalaya, nous volons, planons, nous sommes dans la musique, la musique est en nous.

Je me suis vue dans la forêt primaire, en Amérique, puis dans l’ambiance vaudoue, pour finir dans un monastère en Inde près du Gange, avant de planer en Inde au dessus des cimes de l’Himalaya. Ceci est mon vécu, il est personnel, chacun, grâce à sa sensibilité ressent un voyage différent.

Les sons ne peuvent se décrire tant ils sont inédits, c’est un étonnement de tous les instants, déconcertant et aussi si agréable. Comme on ne peut rattacher l’harmonie sonore à rien de connu on se laisse emporter, le dépaysement est total et génial.

L’heure est passée trop rapidement… atterrissage fut douloureux…

Nous avons fait un tour d’horizon des vécus des participants, tout le monde est parti, ci ou là, étonnant de voir comment la musique donne des ailes. Nous n’étions plus sur les tapis de mousse mais dans un autre espace beau et lointain.

Yannick et Léon ont partagé avec nous leur vécu, nous ont aussi présenté leurs « instruments », dont des hochets africains ! Ils qualifient leur musique de « musique intuitive »

hochet-de-calebasse-d-isolement-sur-le-fond-blanc-voir-les-mes-autres-travaux-dans-le-dossier-29761261.jpg

Aussi cet objet que j’adore un churinga australien, encore un objet sacré chez les aborigènes :

churinga.jpg

Voici une photo que j’ai prise sur la page facebook du groupe Ilmy, leur sons sont de l’improvisation et l’harmonie vient de leur complicité, ils utilisent en fait tout et rien :

ilmy instruments

Bravo et merci à eux deux, ce fut atypique et superbe, si vous avez l’occasion n’hésitez pas à aller les écouter ; c’est un pur bonheur.

Pour prolonger le plaisir, je me suis  offerte leur CD, leur travail et leur plaisir à partager est si bon et fort. Namaste Yannick et Léo.

 

Voici le lien du site de la partagerie, vous trouverez les activités…… enfin tout ce que vous voulez savoir… au plaisir de vous y rencontrer.

la partagerie à Bordeaux, Rue Kléber près de la Victoire

J’ai testé le yoga du rire aux Capucins à Bordeaux

Pour tenter de tordre le cou à ma déprime je tente tout ce qui me tombe sous la main, me changer à tout prix les idées, bon ce soir je vous explique ce que j’ai testé : le yoga du rire.

Le principe est sympa, selon ses inventeurs, le yoga du rire repose sur la thèse : « l’action entraîne l’émotion » et l’idée qu’il pourrait augmenter la production des endorphines dans le cerveau, qualifiées d’hormones de bonheur.

Dans le yoga du rire les personnes rient intentionnellement – sans avoir recours à l’humour, aux blagues ou à la comédie.

Le rire est initié comme un exercice, pratiqué en groupe. Il devient rapidement naturel et contagieux.

Ceci augmenterait l’apport d’oxygène au corps et au cerveau et permetrait à la personne de se sentir plus énergique et en meilleure santé.

Tout le concept du yoga du rire est basé sur des études qui tendent à démontrer que le corps ne fait pas la différence entre un rire spontané et un rire provoqué – à la condition qu’il soit fait avec énergie. La personne en retirerait ainsi les mêmes bienfaits physiologiques et psychologiques.

Je l’ai pratiqué dans un groupe sympa aux Capucins à Bordeaux, je pense chercher une séance à un autre endroit.

Ce quartier est un quartier assez « chaud » à Bordeaux, pauvre aussi, j’ai eu à attendre le bus longtemps sur le trottoir, peu de femmes seules, j’ai senti des regards lourds, je veillais activement sur mon sac.

Puis le bus est arrivé, et pas de chance il m’a laissée à presque une demi heure à pieds de mon domicile, la cadence des bus passé 21 heures baisse beaucoup. Je suis rentrée fatiguée, la séance est assez physique, dans les rues je marchais seule, à cette heure ce n’est pas ce qu’il faut faire dans les banlieues bordelaises.

 

Alors bilan : je voulais me détendre, le yoga ça marche, mais ensuite j’ai speedé à attendre le bus, puis marché dans les rues désertes alors que j’étais naze et que mon mal de dos me faisait souffrir, bref j’ai perdu beaucoup du bénéfice de la séance, alors je recommencerai, mais ailleurs.

Santé : Pesticides : les vins de Bordeaux dans la ligne de mire

La viticulture bordelaise est désormais sous la pression grandissante d’associations et de riverains, qui dénoncent les effets toxiques d’herbicides et fongicides de synthèse, piliers de l’agriculture intensive, sur la santé et l’environnement.

 

D’un point de vue scientifique, l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale (INSERM), dans une étude menée en 2013, a conclu « qu’il semble exister une association positive entre exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte » et que « les expositions aux pesticides intervenant au cours de la période prénatale et périnatale ainsi que la petite enfance semblent être particulièrement à risque pour le développement de l’enfant« .

La filière viticole bordelaise dit vouloire réduire l’empreinte environnementale de ses activités et s’est fixée pour 2020 des objectifs de 20% de réduction de ses gaz à effet de serre, d’économie d’énergie, de création d’énergies renouvelables et d’économie d’eau. Mais, en ce qui concerne la diminution des pesticides, c’est à la science qu’elle s’en remet avec l’espoir que les études de l’Institut national de Recherche agronomique (INRA) débouchent rapidement sur de nouveaux ceps (pieds de vigne) résistants aux maladies de la vigne qui nécessiteraient des fréquences de traitement drastiquement moindres.

Des associations s’élèvent contre l’omerta viticole

Des collectifs se sont créés pour réclamer que les lieux accueillant des personnes sensibles, notamment les écoles, ne soient plus bordés que par de la vigne bio, qui n’utilise que des molécules naturelles, pas de synthèse. Une pétition de 84.000 signatures en ce sens a été remise au préfet de Gironde début mars.

« Entourer de vignes en bio les 132 écoles recensées par la préfecture est un principe de précaution, il faut protéger les enfants qui sont les plus vulnérables« , a estimé la porteuse de la pétition, Marie-Lys Bibeyran, dont le frère, ouvrier viticole, est décédé en 2009 d’un cancer rare pour lequel la justice doit se prononcer pour déterminer si la maladie contractée est ou non assimilable à une des pathologies reconnues comme professionnelles, comme cela a déjà été le cas pour d’autres agriculteurs.

Les auteurs de l’étude « Pesticides et santé, un dossier accablant » publiée en mars par le mensuel La Recherche rappellent que « si les agriculteurs sont en première ligne ils ne sont pas les seuls à développer des pathologies liées aux pesticides ». Selon eux, « des études montrent une présomption forte de lien avec les pesticides » pour la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate, le lymphome non Hodgkinien chez l’adulte et les tumeurs cérébrales, les malformations congénitales et les leucémies chez les enfants.

Du bio partout ?

Mais, pour les responsables de l’interprofession, « faire du vin sans traiter la vigne on ne sait pas faire« , affirme le directeur communication du CIVB, Christophe Château. « Notre but c’est que les viticulteurs utilisent le moins de produits possibles pour réduire l’impact que les traitements pourraient avoir sur l’environnement et la santé. Nous ne sommes pas en charge de l’homologation des produits, on ne peut qu’influer sur le respect des bonnes pratiques et si les conditions d’utilisation sont respectées il n’y a pas de danger sur la santé« , se défend-il. Et d’affirmer que « le tout bio n’est pas la solution« .

Marie-Lys Bibeyran estime quant à elle qu' »il faut aider les viticulteurs à changer de pratique et je ne vois pas qui ne pourrait pas passer en bio. Cela demande certes plus d’attention, de temps, de main-d’œuvre car il faut plus observer, plus regarder la météo, être plus réactif. Mais plutôt que mettre de l’argent sur des produits phyto autant créer des emplois et rendre les gens moins malades ».

En attendant, la période de traitement de la vigne reprendra en avril, la majeure partie se tenant durant la floraison de mi-mai à juin.

Et le gouvernement dans tout cela? Il a dans son plan Ecophyto-II de réduction de 50% des pesticides dans l’agriculture repoussé ses objectifs à 2025 au lieu de 2018 initialement prévu. Et ce alors que le ministère de l’Agriculture a annoncé début mars que l’achat de produits phytosanitaires a bondi de 9,4% entre 2013 et 2014…

9e édition des Abilympics à Bordeaux !

Au parc des Expositions de Bordeaux, hier le 24 mars c’était la cérémonie d’ouverture.

Abilympics à Bordeaux : les jeux de l’excellence des métiers débutent

  • L’équipe organisatrice des Abilympics mobilise 600 bénévoles pour l’événement.
    L’équipe organisatrice des Abilympics mobilise 600 bénévoles pour l’événement. ©

    THIBAUD MORITZ
  • Des guides feront découvrir des métiers parfois méconnus aux visiteurs et les feront échanger avec les candidats.
    Des guides feront découvrir des métiers parfois méconnus aux visiteurs et les feront échanger avec les candidats. ©

    ARCHIVES S. LARTIGUE

    Ce vendredi et samedi, au Parc des expositions, 600 candidats venus de 35 pays participent aux Abilympics. La compétition a pour but de changer le regard sur le handicap

Les délégations ont posé leurs valises dans les hôtels de Bordeaux-Lac. On les a vues se balader hier dans le centre-ville sous le soleil. Dernier moment de répit pour les candidats aux 9e Abilympics.

Issus de 35 pays, ils seront 600 hommes et femmes de tout âge ce soir à participer à la cérémonie d’ouverture du championnat du monde des métiers des personnes handicapées qui se tient jusqu’à samedi soir au Parc des expositions à Bordeaux. Les Abilympics, contraction de abilities et olympics (capacités et olympiques en anglais), ont lieu tous les quatre ans.

Lors de la dernière édition à Séoul, les Français avaient levé le doigt pour organiser la manifestation. Une première. Jusqu’à présent, la manifestation se déroulait dans les pays asiatiques où « les habitants n’ont pas le même regard sur le handicap », estime Bernard Mansonneau.

Stop à l’indifférence

Trésorier du comité Abilympics France, le Bordelais espère que l’événement, organisé en même temps que les finales régionales des Olympiades des métiers pour les « valides », drainera de nombreux visiteurs. Demain et samedi, les intéressés verront les candidats en train de passer leurs épreuves dans une cinquantaine de disciplines : broderie, programmation informatique, coiffure, électricité, maintenance aéronautique ou cuisine.

Lien vers leur site

Le site Abilympics

toi toi mon toit : appartement trouvé déménagement imminent

Çà n’a pas été facile, j’ai été sur le pont pendant plus de trois semaines d’arrache pied entre les annonces à éplucher, les appartements à visiter, les dossiers à monter, dont la dernière ligne droite à l’arrache !!! A plusieurs reprises je me suis découragée devant les échecs, décembre n’est pas le MOIS pour déménager, peu de choix, les fêtes qui approchent, bref… des vacances immobilières aussi.

Mais à force d’acharnement ça a payé. Je dois aussi remercier ma négociatrice immobilière, Florbela elle a été super, elle a porté mon dossier, touchée par ma situation de risque de me trouver sans logement et aussi par ma volonté de me sortir de cette impasse.

Je vais moins bloguer ces temps ci, amis blogueurs vous le comprendrez, je suis à l’étape cartons.

A bientôt avec de nouveaux articles.