Vie : les 4 accords toltèques

Vous en avez peut être entendu parler. L’autre jour mon amie m’a rappelé le bonheur de lire ce livre surtout dans les moments difficiles.

Ce livre est un best seller de Don Miguel Ruiz, chaman, il a été publié en 1997.

un bref aperçu

Son but : le bonheur en brisant la souffrance que nous entretenons en nous.

Comment : en brisant nos croyances limitatives.

Les « accords » sont simplement des règles de vie, pleines de sagesse, d’une telle évidence et très simple.

En bref voici les 4 croyances :

Que votre parole soit impeccable

Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui. 

« Miguel Ruiz rappelle le pouvoir du verbe sur le psychisme, explique Olivier Perrot. Qui n’a pas gardé en mémoire une phrase blessante d’un parent ? Et ne la fait pas encore résonner une fois adulte ? » La parole est un outil qui peut détruire. Ou construire. Contrairement à ce que nous croyons souvent, les mots ont du poids : ils agissent sur la réalité. « Dites à un enfant qu’il est enrobé et il se sentira gros toute sa vie », assure Olivier Perrot.

Comment s’y prendre ? En cultivant la modération dans ses propos : ne pas en dire trop, ni trop vite. Et, d’après le chaman Miguel Ruiz, cela commence dans le discours que l’on se tient à soi-même : « La clé, c’est l’attention à notre discours intérieur », renchérit Thierry Cros, coach. Les critiques et les jugements que nous cultivons sur autrui, mais aussi les sempiternels « Je suis nul », « Je suis incapable » ou « Je ne suis pas beau » que nous entretenons à notre sujet sont des paroles négatives qui polluent notre mental. Or, elles ne sont que projections, images faussées en réponse à ce que nous croyons que l’autre ou le monde attend de nous. Conclusion : parlons peu, mais parlons vrai, en valorisant aussi nos atouts et ceux d’autrui.

N’en faites jamais une affaire personnelle

Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. 

Les paroles et les actes de l’autre ne nous concernent pas en propre. « Ils lui appartiennent, estime Olivier Perrot, parce qu’ils sont l’expression de ses propres croyances. » Vous êtes critiqué ? Ou encensé ? « C’est l’image que l’autre se fait de vous, analyse Thierry Cros. Ce n’est pas vous. »

De même, les événements qui surviennent ne sont pas toujours des réponses à notre comportement. Selon Miguel Ruiz, nous devons sortir de cet égocentrisme qui nous fait croire que tout ce qui arrive autour de nous est une conséquence de notre attitude. Le « moi je » nous maintient dans l’illusion. Donc dans la souffrance.

Comment s’y prendre ? « Il s’agit moins de rester stoïque que de prendre du recul », conseille Thierry Cros. Ramener à soi ce qui appartient à l’autre déclenche inévitablement de la peur, de la colère ou de la tristesse, et une réaction de défense. L’objectif : laisser à l’autre la responsabilité de sa parole ou de ses actes et ne pas s’en mêler. Cela suffit souvent à calmer le jeu.

Ne faites aucune supposition

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

« C’est un travers banal, admet Olivier Perrot. Nous supposons, nous élaborons des hypothèses et nous finissons par y croire. » Un ami ne nous a pas dit bonjour ce matin, et nous imaginons qu’il nous en veut ! Selon Miguel Ruiz, c’est un « poison émotionnel ». Pour s’en libérer, il propose d’apprendre à mettre les choses à plat, par exemple en exprimant ses doutes. « Ce qui implique d’apprendre à écouter et d’être capable d’entendre », remarque Thierry Cros.

Comment s’y prendre ? Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée. Dès lors qu’une hypothèse devient une croyance (« Cet ami est fâché contre moi »), nous élaborons un comportement de pression (« Je ne l’aime plus non plus » ou « Je dois le convaincre de m’aimer à nouveau »), source d’angoisse et de stress.

Faites toujours de votre mieux

Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.

« Cet accord découle des trois premiers, constate Olivier Perrot. Lorsque vous en faites trop, vous vous videz de votre énergie et vous finissez par agir contre vous. Mais si vous en faites moins, vous vous exposez à la frustration, à la culpabilité et au regret. » Le but est de trouver le juste équilibre.

Comment s’y prendre ? Ce qui est juste pour soi ne dépend en aucun cas d’une norme. Pour Miguel Ruiz, certains jours, faire ce qu’il y a de mieux pour soi, c’est rester au lit. Dans tous les cas, souligne Thierry Cros, « le pire piège est la course à la perfection ». L’un des moyens d’éviter ce travers est de remplacer nos « Je dois faire ceci » par des « Je peux faire ceci ». Comme l’affirme Olivier Perrot, « cela permet de s’approprier pleinement l’objectif à atteindre, sans se soucier du jugement et des attentes des autres ».

Israël : le livre censuré Geder Haya devient un best-seller

La semaine dernière, on apprenait qu’en Israël, le ministère de l’Éducation nationale censurait un livre mettant en scène une histoire d’amour judéopalestinienne. Ce qui ne manquait pas d’indigner une partie du milieu culturel, déjà braqué contre un des gouvernements les plus à droite de l’histoire d’Israël. Le livre était sorti il y a 18 mois, et, depuis cette mise à l’index, en une semaine il est devenu un best-seller. 

 

Geder Haya, le roman de 344 pages de l’Israëlienne Dorit Rabinyan qui avait reçu le prix Berstein en 2015, avait été écarté des listes de lectures des lycées, malgré la forte demande des enseignants de pouvoir le conserver dans les programmes. Motif : il ne fallait pas que le livre soit perçu comme encourageant les relations intimes entre Israéliens et Palestiniens.

dorit livre

 

Quasiment le même jour que cette mise à l’index, plus de 5000 exemplaires du livre avaient été vendus, ce qui est énorme pour les standards israéliens. Les droits de traduction avaient déjà été achetés en anglais, allemand et français, mais les éditeurs en question presseraient maintenant le pas pour faire paraître le livre plus tôt. De nouveaux contrats ont été discutés depuis ce succès pour publier au Brésil, en Espagne ou en Hongrie.

 

Dorit Rabinyan, l’auteure de 43 ans, s’est confiée à l’AFP : « Cette marche vers les libraires est comme un ralliement, ce ne sont pas seulement ceux qui aiment mes livres qui achètent Borderlife (titre anglais de Geder Haya, ndlr), ce sont ceux qui aiment la démocratie. En achetant mon roman, ils expriment une nouvelle fois leur confiance et leur foi dans le libéralisme en Israël, dans la liberté de choix et de parole. »

 

En réponse à cette censure du ministère, le TimeOut Israëlien avait publié cette vidéo, montrant des couples israélo-palestiniens, homos et hétéros, en train de s’embrasser. La vidéo a très vite été supprimée de Facebook, mais elle est toujours visible sur YouTube. Son lien est en fin d’article.

 

La possibilité de relations judéo-palestiennes est perçue comme une menace nationale en Israël. Bien qu’aucune loi n’interdise spécifiquement les mariages mixtes, il est rendu virtuellement impossible par l’absence d’institutions permettant le mariage civil. Le Grand-rabbin a donc le contrôle sur toutes les affaires matrimoniales.

 

Mais ces relations mixtes sont en réalité très rares, comme le confie l’auteure elle-même : les Israéliens « voient les Palestiniens comme une masse, et eux aussi nous voient comme une masse. Se regarder dans les yeux, comme cela s’est produit entre mes personnages, est une expérience très rare pour un Israélien. »

la vidéo censurée sur Facebook encore visible sur you tube

Actualités.com

Autres articles sur le même sujet

Article du Figaro

le Point