Brest 2016 : fête de la mer en nuances de douceur

Voilà, je vous ai laissé dans mon précédent article au cœur de la foule qui s’agite sous le soleil, près de restaurants éphémères bondés de clients, avec les échos des groupes qui sont sur la scène du grand large…. Ces groupes de musiques du monde incitaient lors des promenades à des haltes musicales, une fois celtique, une fois africaine…. ou encore des îles…. tous horizons toutes sensibilités….

Nous regardons ce soleil qui décline sur le dernier éperon, là bas la foule est moins dense, se trouver à manger bien plus facile, j’opte pour un plat africain c’est ça aussi le dépaysement, mes compagnons pour des breizh burger….

Juste après nous passerons dans le village indonésien, voici quelques jolis clichés, leur art est fort expressif et s’inspire de la nature, j’aime beaucoup leur travail du bois.

P1080050
Une pirogue

 

 

Puis, sous le soleil qui baisse la fête se transfigure, tout devient plus intime, les couleurs plus douces et chaudes, la foute moins dense laisse place à bien plus d’émotions encore.

 

Sur un bateau un orchestre se produit, c’est génial, on a envie de rester, flâner… et pourtant nous voulons voir le Bélem. C’est mon bateau chouchou, et selon le programme il est à quai dans l’arsenal, donc à l’autre bout de la fête….. peu importe la fatigue de la déjà longue journée, demi tour… le Bélem vaut bien une marche… Non ? Mais nous restons écouter la chorale et les musiciens qui se produisent, l’acoustique est étonnamment bonne, je tente de filmer, c’est super sympa comme résultat, je suis contente j’ai un souvenir très vivant de la fête d’un coup.

Cette marche vers le couchant sera un délice pour les yeux, les oreilles, les papilles, nous resterons un peu devant la scène Grand Large, ambiance antillaise cette fois, près des restaurants : odeurs de cuisines d’ailleurs, et surtout devant les bateaux, illuminés par le  soleil couchant entament une métamorphose. Le temps qui passe renouvelle le spectacle et c’est un plaisir pour les yeux  !

 

 

Au retour dans l’arsenal le soleil a plongé derrière l’océan, les quais sont maintenant presque désertés par la foule. Du coup les bateaux sont bien plus visibles, les couleurs ont viré à l’ocré, nous sommes face à des scènes intimistes, privilégiés, heureux.

P1080107
A l’oeuvre au sommet du grand mat….

Belles poupes

Ombres chinoises sur ciel immaculé

 

Le château se pare d’or

 

De l’autre coté de l’arsenal les grands voiliers

Face à nous l’étoile du Roy va appareiller, elle va m’offrir un spectacle grandiose. Ouvrez grand vos yeux, je le partage avec vous.

 

Jpeg
Etoile du Roy qui fait route vers la rade, à gauche le château désormais dans l’ombre
Jpeg
pour le plaisir …. couleurs douces du ciel de l’eau, les mats qui se lèvent vers le ciel

 

Jpeg
Devant les guirlandes reliant les mats l’Etoile du Roy appareille
Jpeg
Comme une histoire doit finir en beauté…. ma photo préférée de cette soirée

Voilà, la nuit est maintenant tombée, le tram nous ramène à la voiture, il est plus de minuit, nos yeux sont plus remplis d’étoiles que le ciel. Merci à Brest, la journée a été grandiose.

 

Première partie de la fête : la journée

Brest 2016 :superbe moment de partages entre marins de tous horizons….

Insolite : Un navigateur allemand retrouvé momifié dans son bateau

J’aime la mer et les bateaux, mais comme toute Bretonne qui se respecte nous savons qu’elle est dangereuse, alors brrr ce fait divers me donne froid dans le dos mais confirme que l’océan dicte sa loi et impose à l’être humain de connaître ses limites face à lui, sous peine de sanction !

 

Le corps momifié de Manfred Fritz Bajorat a été retrouvé, ce week-end, par deux pêcheurs au large des Philippines. Cet Allemand âgé de 59 ans n’avait plus donné signe de vie depuis un an.

Navigateur allemand

On peine à imaginer la stupeur des deux pêcheurs à l’origine de la macabre découverte. Manfred Fritz Bajorat, navigateur d’origine allemande de 59 ans, a en effet été localisé, sans vie, ce week-end… Cet amoureux de la mer avait disparu depuis un an. L’homme a finalement été trouvé momifié, dans son yacht abandonné, au large des Philippines, comme le rapporte le MailOnline, photos à l’appui. Attention, âmes sensibles s’abstenir.

Silence radio depuis un an

Manfred Fritz Bajorat a été retrouvé attablé dans la cabine de son bâtiment qui prenait l’eau. L’air sec, les hautes températures et l’atmosphère chargée en sel expliqueraient la bonne conservation du corps, selon le quotidien britannique. Autour de lui se trouvait des albums photos, des habits et de la nourriture.

Les photographies devraient constituer une manne d’informations précieuses pour les enquêteurs afin de tenter de retracer l’obscur parcours de Manfred. Car l’homme semblait attaché à la solitude : un ami du navigateur a récemment confié au journal allemand Bild lui avoir parlé pour la dernière fois il y a un an, via Facebook, pour son anniversaire.

Enquête en cours

La dépouille se trouvait non loin d’une station radio, ce qui laisserait penser que le navigateur a pu chercher à contacter le monde extérieur avant de décéder. Le Dr Mark Benecke, biologiste et  spécialiste de l’entomologie médico-légale outre-Rhin, précise que « la façon dont il (Manfred) est assis tend à montrer que la mort a été soudaine, comme peut l’être une crise cardiaque ». Mais, pour l’heure, seules les hypothèses sont de mises. Les forces de l’ordre s’attèlent désormais à reconstituer son itinéraire et une autopsie sera pratiquée afin de mettre à jour, peut-être, quelques certitudes.