Aire sur Adour, beauté d’un retour automnal.

Eh voilà je suis de retour, j’ai à nouveau une connexion internet digne de ce nom, pendant un mois je n’ai pu avoir des conditions décentes pour publier, ça ramait, bref j’ai du devenir une  blogueuse patiente.. Ma cure à Capvern les bains vient de se terminer, sans internet…. d’où ce silence.

Sur le chemin du retour, j’ai pris ces photos, je les aime, elles « sont » l’automne en douceur et en rayonnement, on a envie de… rien… sauf contempler. L’Adour très bas est tel un miroir.

aire-sur-adour-automne

aire-sur-adour-ladour-paisible

Alors Enjoy et rêvez, c’est doux et chaud comme une belle journée d’automne où le soleil inonde de ses rayons.

Nota: ces images je les dédie à ma maman disparue, elle aurait aimé, aujourd’hui c’est son anniversaire, bon anniversaire là où tu es maman chérie, ta fille t’aime.

Le gouffre d’esparros, promenade près de Capvern les Bains

Autre jour, autre sortie, ce jour là le but est le célèbre et superbe gouffre d’Esparros, il se situe non loin de la cascade du même nom, pour y aller on entre dans le décor des Baronnies, j’adore.

Nous partons de Capvern, en covoiturage, je me fais conduire, ohhh ça fait du bien et je peux admirer le paysage à loisir.

Nous descendons vers Labastide, nous traversons ce village de montagne pour nous diriger vers Esparros, la lumière en cette demi saison est somtueuse, une légère brume nimbe les reliefs mais le fier soleil d’automne réchauffe les nuances de plus en plus fauve que prend la nature J’admire,  mon chauffeur est bon guide, alors c’est top.vers esparros

 

 

NOus arrivons à la grotte, et arff, là interdiction de prendre des photos à l’intérieur, même sans flash, ça retarderait le groupe.

 

Nous prenons notre ticket dans une boutique dédiée aux minéraux, je suis gâtée, j’adore ça, je m’achète une jolie peluche un petit izard fait en France.

On pénètre dans le gouffre par un court tunnel. Les découvreurs du gouffres eux sont venus par une ouverture à 100 mètres au dessus des salles actuellement ouvertes au public.

Il est dur de décrire l’intérieur du gouffre, mais c’est juste somptueux, les stalactites sont en draperies, des énormes salles se succèdent L’humidité est énorme, elle avoisine les 100%, la température est stable à l’intérieur, là il fait 12,4 °.

Notre guide se prénomme Pierre, en souriant il nous dit qu’il a un prénom prédestiné pour son métier. la visite est commentée et les lumières mettent en valeur les reliefs minéraux au fur et à mesure de l’avancée du groupe.

Je mettrais en lien en fin d’article le site du gouffre d’Esparros ainsi vous pourrez admirer les photos de l’intérieur.

Notre visite se déroule au rythme des illuminations, souvent le temps est un peu court pour admirer pleinement les draperies et les scènes tant il y a à voir. Je le dit à notre guide, il me suggère de revenir…

Comme la préservation du site est à ce prix, ce n’est pas grave, tant de beauté c’est un trésor, protégeons le.

 

Un site protégé et étudié !
Le Gouffre d’ESPARROS bénéficie de mesures d’études et de protection exceptionnelles. Le visiter, c’est découvrir l’extrême variété et délicatesse des cristaux et concrétions mais aussi leur fragilité et les mesures développées pour mieux le connaître et le protéger.
Les aragonites d’ESPARROS sont en effet, parmi les concrétions les plus belles mais aussi les plus délicates et toute modification du subtil équilibre climatologique pourrait les détruire de façon irréversible.
Un site éco-responsable. Les nouvelles technologies Leds ! Le Gouffre d’ESPARROS utilise les nouvelles lumières leds qui participent à la mise en lumière du site mais aussi à sa protection (pas de diffusion de chaleur, faible consommation, lumière adaptée..).
Il est parmi les premiers sites ayant privilégié et développé cette technologie.
Le Gouffre d’ESPARROS, au cœur de la vallée préservée des Baronnies dans les Pyrénées, compte parmi les plus beaux gouffres à visiter.
Le visiter est un privilège qui vous est proposé.
Délicates aragonites, véritables « fleurs de pierre », cristaux de gypse ou de calcite, concrétions excentriques défiant l’apesanteur, vastes salles ornées de draperies et de longues stalactites se baignant dans des bassins d’eau calme et bleutée… composent un véritable jardin souterrain que l’on découvre, seul ou en petits groupes, au cours d’une visite en son et lumières accompagnée par un guide.
Le Gouffre d’ESPARROS est un site classé, il compte parmi le patrimoine souterrain national le plus exceptionnel.
Il est aujourd’hui reconnu comme un modèle de protection et de mise en valeur du monde souterrain.Une référence !

Notre visite terminée nous retrouvons le soleil éclatant, après l’obscurité de la grotte, c’est encore plus lumineux.

Les collines entourent la grotte comme un écrin.

 

Nous reprenons les voitures, mon chauffeur me fera faire un détour pour me montrer un joli point de vue sur les baronnies. Une très jolie chapelle de la Vierge nous surprend près du village d’Avezac. Une superbe tour carrée trône sur son promontoire.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Diaporama du panorama des Montagnes, le soleil décline tout est en demi teintes, la vierge présentant l’enfant fait face au couchant, la chapelle est atypique et majestueuse.

Tout sur le gouffre, les photos…..

Office du tourisme de Capvern

 

 

Douceur de fin d’automne

Le ciel si bleu, mais un soleil plus blanc

Une fraîcheur dans l’air trahit la saison qui avance

Comme la lumière est belle en cette journée automnale

L’air plus vif chargé de senteurs sous bois humides,

les longues ombres sur le sol portées

Les dernières feuilles colorent gaiement les arbres

Puis tombent en une neige colorée.

Fin d’automne escapade dans les vignes

Une belle soirée ensoleillée de cette fin d’automne nous offre un spectacle riche ?

Oserais je dire que les couleurs de la vigne sont à leur apogée au soleil couchant dans les vignes ?

Oui je vais le dire, car c’est ce que je ressens

Avant l’hiver

Avant les branches dénudées par les premiers frimas

Avant la grisaille qui ne cède face à aucun rayon

L’automne de ses couleurs

Réchauffe puissamment notre coeur

Alors pour vous j’ai marché dans les sillons

J’ai immortalisé la clarté fugace d’un rayon

Les chaudes tonalités automnales

Ont rayonné telles un vitrail

Juste avant les rudesses de l’hiver

Elles sont à leur apogée maximale

 

Sous la bienveillance de Marie je déambule au dessus de la vallée de la Dordogne, le soleil est couchant.

La vierge a un visage triste et doux elle regarde son enfant

Le Christ est représenté les bras ouverts en offrande dans les bras de sa mère, il fait face à la plaine, plein sud, on dirait qu’il veut protéger de ses bras les hommes.

J’attribue la tristesse du visage de la vierge à celle d’une mère qui sait le destin de son fils qu’elle doit donner aux hommes. Elle est insensible à la beauté du lieu, elle est dans ses pensées.

 

 

Face à cette vierge impassible que j’appelle la Vierge des coteaux, on admire la paisible vallée de la Dordogne près de St Michel de Fronsac. Je trouve que l’endroit où la statue est posée n’a rien d’anodin, face à elle plein sud voici le panorama.

dordogne vallée

 

Dans les vignes les couleurs ce soir là étaient à leur apogée

 

 

Ces couleurs sont chaleur, les grappes oubliées peuvent être cueillies par tous, de là est l’origine du mot grappillage. Ces grappes sont aussi un aliment de choix pour les oiseaux l’hiver.

Fin d’automne ….

En cette fin d’automne je ne résiste pas à deux envies, la première est de vous rappeler un poème de votre enfance, lequel d’entre nous n’a pas appris ces vers, je l’adore

Automne malade

Guillaume Apollinaire

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé

Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé

Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille
Les feuilles
Qu’on foule
Un train
Qui roule
La vie
S’écoule

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

La seconde va être une jolie promenade qui prouve que l’automne est tout sauf une saison triste……

 

fin d’automne, beauté et couleurs de la fin de saison

Envie de Bretagne

Voilà, une jolie évasion, je partage cette photo, la regarder me fait un bien fou.

Je l’ai prise il y a un an, fin octobre, l’eau était encore tiède, nous sommes près de Léchiagat dans le Sud finistère.

Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin-là 
nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci
c’était l’automne, un automne où il faisait beau
une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique
Là -bas on l’appelle l’été indien
mais c’était tout simplement le nôtre
avec ta robe longue tu ressemblais
à  une aquarelle de Marie Laurencin
et je me souviens, je me souviens très bien
de ce que je t’ai dit ce matin-là 
il y a un an, y a un siècle, y a une éternité on ira où tu voudras, quand tu voudras
et l’on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
toute la vie sera pareille à  ce matin
aux couleurs de l’été indien

aujourd’hui je suis très loin de ce matin d’automne
mais c’est comme si j’y étais
je pense à  toi
où es tu?
que fais-tu?
est-ce que j’existe encore pour toi?
je regarde cette vague qui n’atteindra jamais la dune
tu vois, comme elle je me couche sur le sable
et je me souviens
je me souviens des marées hautes
du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer
il y a une éternité, un siècle, il y a un an

on ira où tu voudras, quand tu voudras
et on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
toute la vie sera pareille à  ce matin
aux couleurs de l’été indien

 

IMG_20140915_202203

beauté et fraîcheur de la cascade d’Esparros près de Capvern les bains

Bonjour,

Le premier dimanche de cure, je pensais me retrouver seule, alors comme j’aime partager mes promenades et découvertes,  j’avais proposé un covoiturage au départ de Capvern.

La fatigue étant là je voulais m’évader sans faire trop de route, Aurore de l’office du Tourisme m’a conseillée d’aller vers la cascade d’Esparros.Cette jeune femme n’est jamais sans inspiration, c’est super. La cascade s’appelle la cascade du Pountil.

Finalement je n’irai pas seule, mon annonce a trouvé une amatrice. Nous partons toutes deux en début d’après midi, direction la ligne de crête des Pyrénées, Oh nous n’irons pas si loin nous nous arrêterons bien avant dans un endroit charmant des baronnies.

Nous passons le joli village de Labastide, on descend vers lui par une route en lacets, il parait enchâssé dans sa vallée. Au village cap sur Esparros.

Je ne suis pas fan des routes de montagne mais je me débrouille bien, nous trouvons le petit parking près de l’accès piétonnier à la cascade, il est à environ deux kilomètres du centre du village d’Esparros.

panneau cascade pountil
vue de la route de l’accès vers la cascade

Je prends avec moi mon bâton, j’ai bien raison le chemin par endroit glisse, entre les feuilles et la boue, la descente, les marches irrégulières il faut être prudent.

cascade une vue du sentier
le sentier est fort irrégulier, il faut avoir de bonnes chaussures et faire attention où on pose ses pieds.

En bas de la descente, on arrivé au franchissement du ruisseau de l’Artigaou, un sacré pont de palettes et de bois posés, il me fait penser à la chanson : le petit pont de bois qui ne tenait plus guère, que par un grand mystère….

cependant avec la branche posée qui sert de rampe il est facile à traverser. De l’autre coté du ruisseau le chemin devient boueux désormais nous grimpons.

cascade fin du chemin
Nous montons vers la cascade, elle se devine entre les arbres.

Nous suivons le cours de l’Artigaou, il coule un peu en contrebas, entretemps nous avons admiré une petite retenue naturelle, telle une vasque pavée de pierres, l’eau y est cristalline, un régal.

P1070119
La vasque naturelle

Haut de la montée, nous avons cotoyé des paysages envahis par les mousses, j’adore ça fait Amazonie, mais tout est si humide ici que c’est logique.

cascade mousse
Une belle mousse épaisse, les arbres sont cernés.

Arrivée en vue de la cascade, j’adore, elle mesure environ 40 mètres de haut, selon la saison elle a plus ou moins d’eau, là c’est impeccable elle est belle, ce serait idéal avec un rayon de soleil, mais bon ce sera pour la prochaine fois je me suis promis de revenir.

Elle est haute et fine, on dirait une cascade de draperies d’eau, j’aime cette finesse, aucune violence dans l’eau qui tombe seulement un esthétisme que je savoure.

Je m’approche, je sens les gouttes me mouiller le visage, quelle impression de paix, le bruit de la cascade est doux.

Admirative, contemplative….. puis je la mitraille, elle est si belle.

Voici quelques photos, la prochaine fois promis je le prendrai sous le soleil 🙂

P1070122
Mousses et longs filets d’eau..
sauvegarde 8 11 2015 carte 32 gb 428
L’eau telle une bruine drape en un voile les roches
cascade vue de dessous
Le haut de la cascade, l’eau s’élance
cascade vue de coté
une vue de coté où l’on devine les drapés de mousse

cascade autre vue

Attention ne vous approchez pas trop des photos, ça mouille.

Je vais rester un long moment près de la cascade, la femme qui m’accompagne s’impatiente, seule je serais restée encore un moment. Nous reprenons le chemin… la montée est rude pour rejoindre la route.

A la route surprise, le soleil fait une trouée !!! un comble.

Enfin c’est une superbe excursion, il faut des chaussures et une tenue adaptées, si vous la faites avec des enfants gardez les près de vous, c’est un peu magique comme endroit.

Pour l’anecdote j’ai su que le soir des jeunes sont allés à la cascade à la nuit tombée ce dimanche là, il n’ont pu retrouver la route seul, les secours les ont retrouvés…. alors de toutes façons il faut la voir…

Voici un lien pour en savoir plus sur cet endroit

Office du tourisme Cœur des Pyrénées

Cure de Capvern…. le mot fin se profile déjà

Ces semaines sont passées à la vitesse de la lumière, j’ai voulu tout voir tout découvrir.. ce n’a pas été possible évidemment, ce sera pour l’année prochaine j’espère, j’ai demain une sortie découverte que je partagerai sur ce blog.

J’accuse la fatigue de cette avidité de voir, de visiter, alors ce soir je file me reposer et je vous offre des images prises ces jours derniers, je les adore.

chapelle à la vierge
Une petite chapelle peu ordinaire dédiée à la vierge Marie
baronnies vallons
Vallonnement des baronnies, les arbres sont une mosaïque colorée
foret allée
La promenade de ce jour, les forêts prennent une jolie couleur d’automne.
%d blogueurs aiment cette page :