Mon été indien suite…. hier soir un coucher de soleil à savourer…Early autumn in Brittany on the sea shore

Ok je l’ai payé d’un bon coup de froid… le vent du nord piquait énormément.

L’après midi j’ai marché longuement dans l’eau jusqu’à la taille, elle était juste délicieuse, trop peu de monde en profitait.

Le chaud soleil faisait croire à un été qui ne veut vraiment pas partir, seule une brise de nord pouvait faire deviner la saison qui s’éloigne et le début de l’automne. Une vraie journée d’été indien tout simplement.

J’ai ri à jouer à la plus rapide avec les vagues… une m’a totalement trempée en éclatant sur moi mais en épargnant mon appareil photo. Merci l’univers évidemment 😉 .

Chemin faisant dans cet baie miroitante, je me suis mise à parler avec une autre baigneuse… Elle aussi profitait à fond du moment. Elle me suggèra une idée super, hier soir me dit elle le coucher de soleil était magique du haut du ménez Hom vers 19 heures 30, c’était tout rouge……

Oh la bonne idée depuis le temps que je veux voir un coucher de soleil. Je décide de grimper sur le Menez Hom qui domine la plage où j’ai passé ces moments délicieux…

C’est bien à  regret que je quitte la plage pour être là haut à temps.

Petite présentation de cette montagne sacrée le Menez Hom :

LE MÉNEZ HOM Haute de 330 m, la montagne de Saint-Côme (chapelle de ce nom au bord de la mer en Saint-Nic) … Au-dessus s’élève la montagne de Locronan ou Forêt de Nevet  (Nemeton, le bois sacré en vieux- celtique) : dans la nuit qui précède le 1″ mai, les jeunes gens plantaient un hêtre, qui était abattu le 24 juin et dont les branches servaient au feu de joie du solstice d’été sur la montagne.

Le Ménez Hom était considéré par les Celtes comme une « montagne sacrée ». Un temple celto-romain a probablement existé dans les parages, mais n’a toujours pas été localisé. Le roi Marc’h, roi légendaire, aurait été enterré dans les parages. Anatole Le Braz a écrit en 1905 : « Sur les flancs du Ménez est une pyramide de pierres brutes qu’on appelle dans le pays le Bern heurs  heures -Mein. Un roi, dit-on, est enterré sous ce cairn7 ». Sur le Petit Menez se trouve un cercle de pierre, vestige possible d’une construction gallo-romaine.

Le Ménez Hom constituait un point stratégique de la presqu’île de Crozon car il permettait de surveiller toute la région ainsi que la mer. Selon certains, comme Léon Fleuriot8, le Ménez Hom pourrait correspondre au cruc ochidient9 cité par Nennius10 en donnant les limites de l’Armorique : « … multas regiones a stagno quod est super verticem montis Jovis usque ad civitatem quae vocatur Cant Guic, et usque ad cumulum occidentalem, id est Cruc Ochidient » (« … plusieurs régions situées entre l’étang qui se trouve au sommet du mont Jovis, jusqu’à la cité que l’on nomme Cant Guic, et jusqu’au sommet occidental qui est cruc ochidient »).

Ce belvédère a joué un rôle de poste de guet (le surnom de Yed donné au sommet principal du Ménez Hom signifie « guet » en celte) dès l’époque des incursions vikings, sinon auparavant, puis celles des pirates (au xve siècle) ou des Anglais11 : une vigie guettait un éventuel signal (un feu) allumé par un guetteur de l’île d’Ouessant et, si l’on en croit la légende de Karreg an Tan, un brasier était alors allumé au sommet du Ménez Hom afin de donner l’alerte aux populations avoisinantes qui auraient fait de même à partir de sommets des monts d’Arrée (mont Saint-Michel de Brasparts peut-être) et des montagnes Noires, d’où le toponyme de Karreg An Tan (« la Roche du Feu ») donné à un sommet des montagnes Noires.

Le docteur Antoine Vourc’h, aussi ancien sénateur, a étudié les traces archéologiques retrouvées sur et aux alentours du Ménez Hom : il a trouvé sur le versant nord du Ménez Hom (sur le territoire de la commune de Trégarvan) des centaines de tombelles souvent agglomérées en îlots (six îlots principaux), parfois disséminées et cinq enceintes (à proximité du point de jonction entre les trois communes de Trégarvan, Argol et Saint-Nic). Leur interprétation reste inexpliquée, « anhistoriques » pour l’instant. Le docteur Vourc’h fait remarquer toutefois que ces traces d’habitat humain préhistorique sont situées sur le versant nord, abrité des vents dominants d’ouest et du sud-ouest. Par contre les 8 mégalithes ayant existé (disparus depuis) étaient sur le versant sud12.

Retour à mes aventures :

J’arrive là haut vers 19 heures 15, Oh je vois tout de suite que je suis bien tôt, le soleil est haut dans le ciel. Je sens aussitôt un vent qui pique bien, frais et vif, il souffle du nord est.
Je monte au sommet faire un repérage pour être prête à l’heure, de là haut le spectacle est déjà magnifique, la baie est de bleu foncé à argent selon les reflets. je lance un coup d’oeil à 360° autour de moi, de ce promontoire on devine une grande partie du Finistère.

En Face l’ouverture de la baie de Douarnenez vers l’Atlantique, puis l’ébauche de la pointe du Van dans la brume de beau temps, les éoliennes de goulien. Le port de Douarnenez. Les plages du fond de la baie. puis la plaine du Porzay, le regard s’arrête au Sud sur la montagne de Locronan, puis sur les crêtes du Menez Quelerch désormais couronné d’éoliennes. Là elles tournent vivement je constate que le vent est bien du coté du beau temps, mais aussi du coté de la fraîcheur… la brume laisse ensuite à peine deviner les Montagnes noires, du secteur de Gouezec.
Puis le regard butte sur le Menez bras qui ferme le Bassin de Châteaulin. Coté nord on voit les méandres de l’Aulne, il ont une couleur bleu acier, le pont de Terenez laisse voir le haut de ses structures, il est magnifique ce pont profilé comme un bateau, comme c’est un de mes coups de coeur et que la première fois que je l’ai vu j’ai partagé ce moment avec maman je vous le présenterai, promis.

Ensuite on devine loin, l’ébauche de la rade de Brest, l’amorce de la presqu’île de Crozon, des voitures filent vers ce bout du monde.

Puis c’est le feu du soleil qui irradie au dessus du cap de la Chèvre dont on aperçoit la fine silhouette en ombre chinoise.

Le vent me transperce les os.. Brrrr je suis vêtue de textiles légers, en sandales les pieds nus…. je vais me réfugier un peu au parking dans la voiture.

Un homme vient il me salue, il vient juste observer, ce lieu est prisé pour ça, il est aussi apprécié du club d’aéromodélisme du finistère, des parapentistes profitent ici souvent des courants d’air ascendants qui remontent de la baie de Douarnenez et les portent. Les randonneurs sont très fréquents, le GR 34 passe ici.

Bref, un endroit sauvage mais très apprécié. Ce soir j’attends mon feu d’artifice.

Je me mets pour attendre à l’abri, très relatif d’un buisson d’arbrisseaux rabougris. Brrrrrrr ça caille.

Peu à peu le soleil plonge derrière le cap de la chèvre, j’oublie un moment le froid… je mitraille.

Le soleil couché je pars transie… le ciel a encore de belles couleurs.

IMG_20150928_195134
Je suis au sommet du Menez hom, le soleil va se coucher derrière le Cap de al Chèvre, nous sommes à une des pointes de la Bretagne, le ciel commence à virer à l’orange on devine derrière le cap de la Chèvre l’immensité de l’Atlantique.
IMG_20150928_200453
J’adore, le soleil offre un tableau abstrait, plus tard je me promets de le peindre, au couteau, tenter de rendre l’émotion de ce moment unique.
IMG_20150928_200504
La baie au second plan est celle de Douarnenez.
IMG_20150928_200840
Voilà, le soleil a plongé… vers l’Amérique, à demain astre de nos jours.

Je vais avoir un mal de chien à me réchauffer, mais bon, je le voulais ce coucher de soleil !

Marcher 90 minutes en vert fait voir la vie en rose….

Explications :

Les bienfaits sur notre santé de l’activité physique, plus particulièrement de la marche vous les connaissez.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Stanford aux Etats Unis apporte un éclairage supplémentaire.Des chercheurs se sont intéressés à l’environnement de la marche et à son impact sur la dépression.

Ils ont ainsi comparé l’humeur et l’activité cérébrale de plusieurs groupes de participants pratiquant la marche en ville ou en milieu rural.

Résultat : ceux qui ont marché 90 minutes en pleine campagne sont plus positifs et moins sujets aux ruminations (pensée répétitive axée sur des aspects négatifs) que les autres.

Rappelons que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de faire 10.000 pas par jour, au vert ce sera encore mieux.

Cet article je je dédie à Djess…. (clin d’oeil)… tu vois la nature rien de mieux pour aller bien.

Epargnez la nature, ne jetez pas vos mégots partout…. Merci …

Derrière ce geste apparemment anodin que tous les fumeurs ont au moins fait une fois dans leur vie, se cache un véritable problème environnemental. Où que vous soyez sur la planète, il y a fort à parier que dans un rayon de 10 mètres autour de vous au moins un mégot de cigarette jonche le sol. Si ce n’est pas le cas, il suffira de gratter un peu.

Souvent, les caniveaux, les joints des trottoirs sont farcis de ces fameux mégots.

Les mégots sont un véritable fléau pour la nature et compliquent le traitement de l’eau. Voici donc quelques bonnes raisons de jeter cette vilaine habitude à la poubelle.

La durée de vie d’un mégot est de plusieurs années

En effet, en fonction de l’environnement dans lequel le mégot a été jeté, la nature en vient péniblement à bout entre 1 et 5 ans.
Durant ce temps, les ruissellements lessivent le cocktail de substances chimiques qui le composent. Vous ne tousserez peut être plus depuis longtemps lorsque votre ultime mégot finira sa décomposition!

Votre mégot de cigarette voyage peut être plus que vous

Le trajet normal pour un mégot est le cendrier ou la poubelle. Mais certains mégots réalisent un long périple.

Au mieux, vous le jetez par terre (façon de parler), il roule dans le caniveau où il finit par s’offrir une traversée des égouts. Après avoir compliqué le traitement de l’eau dans la station d’épuration, il est finalement retiré de l’environnement et les boues d’épuration sont enfouies (pourvu qu’elles ne soient pas trop toxiques).

Au pire, vous jetez votre mégot dans la nature, où il passe des jours paisibles à polluer durablement l’eau et les sols (voir paragraphe suivant), ou pire, est ingéré par des animaux.

Une autre destinée possible pour votre mégot est qu’il poursuive sa route le long d’un cours d’eau et vogue vers sa destination finale: l’océan. Par ailleurs, on estime que les mégots de cigarette et les emballages représentent un tiers des déchets retrouvés sur les plages.

Epargnez un albatros

Il ne vous viendrait sûrement pas à l’idée de manger vos mégots. Certains animaux le font malheureusement par mégarde… Des autopsies pratiquées sur des cadavres d’animaux le montrent.

Ne devenez pas pyromane malgré vous

Chaque année, des feux de forêt trouvent leur origine à cause d’une cigarette mal éteinte. En tant que personne normalement constituée, vous ne voudriez pas être responsable de la volatilisation de plusieurs hectares. Une étude Australienne a montré que la cause de 12% des feux de forêts était liée à un mégot mal éteint.

Vous risquez une amende de 35€

L’article R632-1 du Code pénal réprime le « fait de déposer, d’abandonner, de jeter […] dans un lieu public ou privé […] des ordures, déchets […]. Cette loi s’applique également à tout ce que vous pourriez jeter: mouchoirs, canette, emballage quelconque.

1 mégot pollue 500 litres d’eau ou 1 mètre cube de neige

Cellulose, acétate, glycérine, goudron, nicotine et quelques centaines d’autres composés aussi toxiques que chimiques. La composition d’un mégot n’a rien de rassurant. Saviez-vous qu’il faut moins d’une heure pour que ce joyeux cocktail se dilue dans les eaux de ruissellement et pollue durablement les lacs, rivières et autres cours d’eau?

En bref, jeter un mégot par terre, un geste déjà pas très glorieux à la base, qui montre que l’on prend la nature pour une poubelle.

Derrière ce geste apparemment anodin que tous les fumeurs ont au moins fait une fois dans leur vie, se cache un véritable problème environnemental. Où que vous soyez sur la planète, il y a fort à parier que dans un rayon de 10 mètres autour de vous au moins un mégot de cigarette jonche le sol. Si ce n’est pas le cas, il suffira de gratter un peu.

Les mégots sont un véritable fléau pour la nature et compliquent le traitement de l’eau. Voici donc quelques bonnes raisons de jeter cette vilaine habitude à la poubelle.

La durée de vie d’un mégot est de plusieurs années

En effet, en fonction de l’environnement dans lequel le mégot a été jeté, la nature en vient péniblement à bout entre 1 et 5 ans.
Durant ce temps, les ruissellements lessivent le cocktail de substances chimiques qui le composent. Vous ne tousserez peut être plus depuis longtemps lorsque votre ultime mégot finira sa décomposition!

Votre mégot de cigarette voyage peut être plus que vous

Le trajet normal pour un mégot est le cendrier ou la poubelle. Mais certains mégots réalisent un long périple.

Au mieux, vous le jetez par terre (façon de parler), il roule dans le caniveau où il finit par s’offrir une traversée des égouts. Après avoir compliqué le traitement de l’eau dans la station d’épuration, il est finalement retiré de l’environnement et les boues d’épuration sont enfouies (pourvu qu’elles ne soient pas trop toxiques).

Au pire, vous jetez votre mégot dans la nature, où il passe des jours paisibles à polluer durablement l’eau et les sols (voir paragraphe suivant), ou pire, est ingéré par des animaux.

Une autre destinée possible pour votre mégot est qu’il poursuive sa route le long d’un cours d’eau et vogue vers sa destination finale: l’océan. Par ailleurs, on estime que les mégots de cigarette et les emballages représentent un tiers des déchets retrouvés sur les plages.

Epargnez un albatros

Il ne vous viendrait sûrement pas à l’idée de manger vos mégots. Certains animaux le font malheureusement par mégarde… Des autopsies pratiquées sur des cadavres d’animaux le montrent.

Ne devenez pas pyromane malgré vous

Chaque année, des feux de forêt trouvent leur origine à cause d’une cigarette mal éteinte. En tant que personne normalement constituée, vous ne voudriez pas être responsable de la volatilisation de plusieurs hectares. Une étude Australienne a montré que la cause de 12% des feux de forêts était liée à un mégot mal éteint.

Vous risquez une amende de 35€

L’article R632-1 du Code pénal réprime le « fait de déposer, d’abandonner, de jeter […] dans un lieu public ou privé […] des ordures, déchets […]. Cette loi s’applique également à tout ce que vous pourriez jeter: mouchoirs, canette, emballage quelconque.

1 mégot pollue 500 litres d’eau ou 1 mètre cube de neige

Cellulose, acétate, glycérine, goudron, nicotine et quelques centaines d’autres composés aussi toxiques que chimiques. La composition d’un mégot n’a rien de rassurant. Saviez-vous qu’il faut moins d’une heure pour que ce joyeux cocktail se dilue dans les eaux de ruissellement et pollue durablement les lacs, rivières et autres cours d’eau?

En bref, jeter un mégot par terre, un geste déjà pas très glorieux à la base, qui montre que l’on prend la nature pour une poubelle.

Derrière ce geste apparemment anodin que tous les fumeurs ont au moins fait une fois dans leur vie, se cache un véritable problème environnemental. Où que vous soyez sur la planète, il y a fort à parier que dans un rayon de 10 mètres autour de vous au moins un mégot de cigarette jonche le sol. Si ce n’est pas le cas, il suffira de gratter un peu.

Les mégots sont un véritable fléau pour la nature et compliquent le traitement de l’eau. Voici donc quelques bonnes raisons de jeter cette vilaine habitude à la poubelle.

La durée de vie d’un mégot est de plusieurs années

En effet, en fonction de l’environnement dans lequel le mégot a été jeté, la nature en vient péniblement à bout entre 1 et 5 ans.
Durant ce temps, les ruissellements lessivent le cocktail de substances chimiques qui le composent. Vous ne tousserez peut être plus depuis longtemps lorsque votre ultime mégot finira sa décomposition!

Votre mégot de cigarette voyage peut être plus que vous

Le trajet normal pour un mégot est le cendrier ou la poubelle. Mais certains mégots réalisent un long périple.

Au mieux, vous le jetez par terre (façon de parler), il roule dans le caniveau où il finit par s’offrir une traversée des égouts. Après avoir compliqué le traitement de l’eau dans la station d’épuration, il est finalement retiré de l’environnement et les boues d’épuration sont enfouies (pourvu qu’elles ne soient pas trop toxiques).

Au pire, vous jetez votre mégot dans la nature, où il passe des jours paisibles à polluer durablement l’eau et les sols (voir paragraphe suivant), ou pire, est ingéré par des animaux.

Une autre destinée possible pour votre mégot est qu’il poursuive sa route le long d’un cours d’eau et vogue vers sa destination finale: l’océan. Par ailleurs, on estime que les mégots de cigarette et les emballages représentent un tiers des déchets retrouvés sur les plages.

Epargnez un albatros

Il ne vous viendrait sûrement pas à l’idée de manger vos mégots. Certains animaux le font malheureusement par mégarde… Des autopsies pratiquées sur des cadavres d’animaux le montrent.

Ne devenez pas pyromane malgré vous

Chaque année, des feux de forêt trouvent leur origine à cause d’une cigarette mal éteinte. En tant que personne normalement constituée, vous ne voudriez pas être responsable de la volatilisation de plusieurs hectares. Une étude Australienne a montré que la cause de 12% des feux de forêts était liée à un mégot mal éteint.

Vous risquez une amende de 35€

L’article R632-1 du Code pénal réprime le « fait de déposer, d’abandonner, de jeter […] dans un lieu public ou privé […] des ordures, déchets […]. Cette loi s’applique également à tout ce que vous pourriez jeter: mouchoirs, canette, emballage quelconque.

1 mégot pollue 500 litres d’eau ou 1 mètre cube de neige

Cellulose, acétate, glycérine, goudron, nicotine et quelques centaines d’autres composés aussi toxiques que chimiques. La composition d’un mégot n’a rien de rassurant. Saviez-vous qu’il faut moins d’une heure pour que ce joyeux cocktail se dilue dans les eaux de ruissellement et pollue durablement les lacs, rivières et autres cours d’eau?

En bref, jeter un mégot par terre, un geste déjà pas très glorieux à la base, qui montre que l’on prend la nature pour une poubelle.

Les chiffres parlent tout seuls :

Combien de mégots de cigarette ?

53 690 000 000 

> En 2011, on a vendu 53,69 milliards de cigarettes en France dont une bonne moitié finit sur les trottoirs.

Les mégots de cigarette polluent aussi

Les milliards de filtres à cigarette jetés chaque année representent un danger pour l’environnement. Composés d’acetate de cellulose, ils peuvent mettre jusqu’a quinze ans pour se degrader dans la nature.

2 300 000 000 kilos de mégots

Les mégots = 2,3 millions de tonnes de déchets

Les mégots = 209 000 tonnes de déchets chimiques rejetés dans la nature

2 500

Les mégots = 2500 composants chimiques différents rejetés dans la nature

500 litres

Un mégot est susceptible à lui seul de polluer 500 litres d’eau, la rendant impropre à la consommation.
.

.Un m3 de neige est pollué par 1 mégot. En s’enfonçant dans le sol, les mégots vont diffuser une partie de leurs composants toxiques

954 000 000 kilos

En 1998, 954 millions de kg de mégots (les filtres) se sont retrouvés partiellement dans les rues, les cours d’eau, etc. dans le seul petit pays qu’est la Suisse.

La compostion d’un mégot de cigarette

Un mégot de cigarette se compose  de trois parties :

1 – le filtre (98% des cigarettes vendus sont avec filtre) : ce filtre, n’est pas en coton, mais fabriqué avec de l’acétate de cellulose. Ll’acétate de cellulos est un plastique conçu par modification chimique de la cellulose (un polymère naturel). Les fibres de l’acétate de cellulose sont traitées avec  un toxique, le dioxyde de titane, avant d’être densément compactées avec une substance irritante, la triacétine, pour former le filtre. Enfin, le filtre est enouré de’un papier qui contient également plusieurs substances chimiques.

2 – le reliquat de tabac

3 – le papier qui entoure le filtre

Le mégot de cigarette est composé de trois éléments :

des restes de tabac

d’un filtre (98% des cigarettes vendus sont avec filtre)

de papier entourant le filtre

Ce filtre, contrairement aux apparences qui évoquent le coton, est fabriqué à partir d’acétate de cellulose. C’est une matière plastique obtenue par modification chimique de la cellulose (un polymère naturel). Les fibres de l’acétate de cellulose sont traitées avec du dioxyde de titane (toxique), puis elles sont compactées fermement avec de la triacétine (irritante) pour former le filtre. Puis, le filtre est alors couvert de papier qui contient lui aussi de nombreuses substances chimiqu

Les mégots de cigarettes en France

Ne serait-ce qu’en France, 54,4 milliards de cigarettes ont été vendues en France en 2008 selon le fabricant British American Tobacco, soit 1725 cigarettes vendues et grillées chaque seconde (sans compter le marché noir de cigarettes).

En 2009, lors de la seule Journée mondiale de nettoyage du littoral (organisée par Ocean Conservancy) on a ramassé2 189 252 mégots !

Les mégots de cigarette à Paris

315

A Paris, on ramasse chaque année 315 tonnes de mégot chaque année, sans que la Mairie de Paris ne précise quelle proportion est ramassée sur les trottoirs ou via les caniveaux et égoûts.

En juillet 2012, 100 éteignoirs  ont été installés sur des corbeilles dans les 1er, 11è, 18è et 19ème arrondissement. Ces petits palets de résine marqué de la signalétique d’une cigarette, sont censés inciter les fumeurs à y écraser leur mégot.

Entre septembre et décembre 2012, 10.000 poubelles seront équipées, d’un éteignoir soit un tiers des 30.000 poubelles de Paris . De plus, la Ville de Paris va ouvrir un appel d’offres pour remplacer toutes les corbeilles parisiennes à partir de mi-2013 par des poubelles à éteignoir intégré.

Toutes les étapes du cycle de vie d’une cigarette posent en effet problème. Les plantations de tabac, et plus précisément le séchage du tabac, sont une des causes de la déforestation. Les cigarettes parcourent ensuite des milliers de km avant d’arriver jusqu’à nous.

Comme le souligne l’association Les amis du vent :

« La consommation de cigarettes en elle-même entraîne l’émanation de milliers de particules toxiques, sans parler des mégots, jetés en toute impunité sur les trottoirs et dans les espaces naturels, qui polluent l’eau et représentent un réel danger pour les animaux marins, qui, en ingérant les mégots, risquent de s’étouffer. »

La fumée d’une cigarette pollue autant que 10 voitures diesel tournant au ralenti pendant 30 minutes !

Le mégot est toxique pour l’environnement

Les expériences ont été effectuées avec des mégots où il restait 1 à 2 cm de tabac, puis des mégots sans tabac restant et enfin, des filtres non utilisés. Ils ont été trempés séparément dans une eau de dilution (eau minérale diluée pour les poissons d’eau douce et eau de mer pour les poissons de mer) pendant 24h. Puis, des dilutions ont été effectuées et on a laissé les poissons y vivre ou plutôt survivre pendant 96h.

L’étude recherchait la concentration en mégots qui procure 50% de mortalité des poissons, que l’on nomme LC50 (lethal concentration 50.)

Les résultats ont montré que le LC50 pour les mégots contenant du tabac était atteint à 1,1 mégots/L pour les deux espèces de poissons. Le LC50 pour les mégots seuls a été atteint à 4,1 mégots/L pour le poisson d’eau de mer et à 5,5 mégots/L pour le poisson d’eau douce. Le LC50 pour les filtres propres a été atteint à 5,1 mégots/L pour le poisson d’eau de mer et à 13,5 mégots/L pour le poisson d’eau douce. Ce qui est assez surprenant car le filtre seul s’avère finalement assez toxique.

On remarque des différences assez flagrantes pour les mégots seuls entre les espèces marines et d’eau douce. Le poisson d’eau de mer (Atherinops affinis) s’avère beaucoup plus sensible à la toxicité des mégots. Selon l’étude, cela pourrait être dû à la dureté de l’eau de mer. Il est alors possible que toute nicotine non disponible devienne biodisponible* plus rapidement dans l’eau de mer, délivrant donc plus rapidement une concentration plus forte aux poissons.

D’autre part, concernant les mégots seuls, il est possible que le fait de fumer crée de nouveaux produits chimiques plus toxiques et change la solubilité des composés dans le mégot les rendant davantage biodisponibles.