Art : Sarajevo dévoile le plus grand mural de David Bowie au monde

Il fait 13 mètres de haut. Cinq mois après le décès de la star britannique, un portrait géant de David Bowie a été dévoilé samedi à Sarajavo, la capitale de la Bosnie-Herzégovine. La peinture murale réalisé par un collectif d’artistes hongrois montre le Bowie époque Ziggy Stardust et les différents « masques » du chanteur. Elle est surmontée d’une phrase : « La mode change mais vous serez toujours mes héros ».

Le plus grand mural de Bowie au monde

L’œuvre a été créée par un groupe d’artistes bosniens,dirigé par le musicien Vedad Trbonja. Deux dessinateurs, Zoran Herceg et Enis Cisic, qui travaille au studio Marvel Comics, l’ont aidé à réaliser son idée. Quatre mois plus tard, une centaine de personnes ont assisté à l’inauguration de la fresque peinte sur la façade d’un immeuble délabré d’une ancienne caserne, dans le centre de Sarajevo.

Plus qu’un hommage, cette peinture murale a battu un record sans le savoir : « On s’est rendu compte que ce mur faisait 13 mètres de haut et 10,5 mètres de large, ce qui est en fait la plus grande peinture murale de David Bowie au monde », affirme Vedad Trbonja, qui sait ce qu’il doit au légendaire musicien : « Quand j’écoute sa musique, je la ressens comme si elle était faite pour moi. Je pense que chacun a un artiste qu’il écoute plus que les autres. Jamais je n’ai écouté un album de David Bowie et dit : ‘ça c’est nul’, non, jamais ! A chaque fois, c’était une surprise et c’était mieux qu’avant. »

 

Varsovie rend aussi hommage

 

Autre hommage, David Bowie sera bientôt immortalisé à Varsovie. La capitale polonaise compte rendre hommage à l’artiste disparu le 10 janvier dernier, en lui consacrant une fresque murale.

Un concours a été ouvert pour sélectionner l’artiste qui réalisera la peinture murale géante, pour laquelle un emplacement sur un bâtiment de sept étages est déjà réservé. Le résultat doit être annoncé le 10 mars prochain. Le projet a été organisé par Stacja Muranow, une association socio-culturelle présidée par la journaliste et femme de lettres Beata Chomatowska.

Même si l’auteur de Let’s Dance n’a jamais donné de concert en Pologne, Varsovie s’estime liée à l’artiste: lors d’un arrêt technique du train Paris-Moscou en 1976, il s’y est promené. Il avait également acheté un disque de chants folkloriques polonais qui lui a ensuite inspiré une chanson, intitulée Warszawa, extraite de son album Low, sorti l’année suivante.

Le musicien de 69 ans, qui est décédé quelques jours seulement après la sortie de son dernier album Blackstar, a reçu de multiples hommages à travers le monde. À Londres, une peinture murale a été réalisée en son honneur, dans le quartier de Brixton, où des fans se réunissent encore pour célébrer la mémoire de leur idole, tout près de l’endroit où il est né.

YouTube imposera bientôt des pubs de 6 secondes avant ses diffusions

J’espère pour vous que vous aimez les pub…………. moi je déteste.. c’est dit. C’est simplement lamentable, boycottons you tube !!!!!

Une nouvelle option s’offre désormais aux annonceurs qui souhaitent atteindre leur public cible sur YouTube : une courte publicité vidéo de 6 secondes qu’il sera impossible d’ignorer.

C’est en effet ce qu’a annoncé aujourd’hui Google, le propriétaire de YouTube, par l’entremise de son blogue Inside AdWords. Ce nouveau format (voir l’exemple ci-dessous) est conçu pour mieux accompagner les courtes vidéos que les millions d’utilisateurs de YouTube regardent, notamment sur leurs appareils mobiles.

«Des recherches récentes ont démontré que la moitié des 18 à 49 ans se tournent d’abord vers leur appareil mobile lorsque vient le moment de regarder de la vidéo», explique Zach Lupei, responsable des publicités vidéo de Google. «Même lorsqu’ils sont dans leur salon, beaucoup de gens préfèrent visionner leurs contenus sur leur téléphone – pour la convivialité de l’interface et la personnalisation que l’expérience mobile offre. Alors que les habitudes des consommateurs changent, nous travaillons à introduire de nouveaux formats adaptés à celles-ci.»

Ce nouveau format viendra également alléger la bande passante des utilisateurs mobiles.

Il est important de souligner que ces publicités de 6 secondes ne viennent pas remplacer les autres formats : il s’agit simplement d’une option alternative. Bien que les utilisateurs ne pourront les ignorer en se rendant immédiatement à la vidéo principale, le bouton permettant cette action ne devenait actif qu’après 5 secondes de toute façon. Être confronté à ce type de bumper sera toujours moins agaçant qu’une publicité de 30 secondes qu’impose à l’occasion la plateforme.

Enfin, qui dit «courte publicité» dit «moins de bande passante», un facteur considérable étant donné la popularité montante de l’utilisation de YouTube sur téléphones mobiles.

L’intégration de ce nouveau format devrait se concrétiser le mois prochain. YouTube et Google n’ont pas précisé s’ils avaient l’intention de jumeler plusieurs de ces microvidéos avant d’enclencher la diffusion de la vidéo principale (ce qui serait toutefois étonnant). Nulle mention également d’une potentielle stratégie visant à combattre les bloqueurs de publicités qui font perdre des revenus tant à YouTube qu’à ses chaînes.

Vécu : voyage musical magique hier soir à la Partagerie de Bordeaux

Hier j’ai vécu une expérience musicale unique et magique, je vais tenter de partager avec vous ces moments.

Hier soir 20 h 30 à la Partagerie aux Capucins à Bordeaux, le cours de méditation de Sébastien se termine. Le cours a été superbe d’intensité, nous étions fort nombreux, la puissance des mantras s’en est  trouvée décuplée. Des sourires errent sur les visages, nous sommes tous plus que relaxés, l’ambiance est à la fois douce et forte, bref nous sommes bien.

Pendant ces moments si forts sont arrivés Yannick et Léo, je ne les ai même pas entendus, ils ont médité un moment avec nous.

Ces deux amis sont les membres du groupe Ilmy, ils vont nous faire vivre une relaxation en musique, là en direct. C’est génial, je ne veux pas manquer ça.

Peu à peu ils se mettent en place, le sol en béton est recouvert d’un drap bleu clair, les « vagues » comme nous le disons.

Ci et là des tapis de yoga fleurissent, des coussins, des couvertures, bref le sol devient une espace de couchage. De nouveaux candidats au voyage sonore arrivent, je suis très contente de revoir des participants de mon atelier du yoga du rire.

La mise en place est laborieuse tant il y a du monde, la partagerie devient un lieu de concert allongé, il n’y a plus de place pour mettre une personne par terre, il faudrait alors pousser les murs. Bon au moins nous n’aurons pas froid. On en rit, nous sommes comme des sardines en boite, au contraire des concerts classiques où on est serré et debout, là c’est allongés et par terre.

Les lumières sont toutes éteintes, le concert va commencer.

Léo et Yannick nous enlèvent dans un voyage musical, des forêts amazoniennes à l’Himalaya, nous volons, planons, nous sommes dans la musique, la musique est en nous.

Je me suis vue dans la forêt primaire, en Amérique, puis dans l’ambiance vaudoue, pour finir dans un monastère en Inde près du Gange, avant de planer en Inde au dessus des cimes de l’Himalaya. Ceci est mon vécu, il est personnel, chacun, grâce à sa sensibilité ressent un voyage différent.

Les sons ne peuvent se décrire tant ils sont inédits, c’est un étonnement de tous les instants, déconcertant et aussi si agréable. Comme on ne peut rattacher l’harmonie sonore à rien de connu on se laisse emporter, le dépaysement est total et génial.

L’heure est passée trop rapidement… atterrissage fut douloureux…

Nous avons fait un tour d’horizon des vécus des participants, tout le monde est parti, ci ou là, étonnant de voir comment la musique donne des ailes. Nous n’étions plus sur les tapis de mousse mais dans un autre espace beau et lointain.

Yannick et Léon ont partagé avec nous leur vécu, nous ont aussi présenté leurs « instruments », dont des hochets africains ! Ils qualifient leur musique de « musique intuitive »

hochet-de-calebasse-d-isolement-sur-le-fond-blanc-voir-les-mes-autres-travaux-dans-le-dossier-29761261.jpg

Aussi cet objet que j’adore un churinga australien, encore un objet sacré chez les aborigènes :

churinga.jpg

Voici une photo que j’ai prise sur la page facebook du groupe Ilmy, leur sons sont de l’improvisation et l’harmonie vient de leur complicité, ils utilisent en fait tout et rien :

ilmy instruments

Bravo et merci à eux deux, ce fut atypique et superbe, si vous avez l’occasion n’hésitez pas à aller les écouter ; c’est un pur bonheur.

Pour prolonger le plaisir, je me suis  offerte leur CD, leur travail et leur plaisir à partager est si bon et fort. Namaste Yannick et Léo.

 

Voici le lien du site de la partagerie, vous trouverez les activités…… enfin tout ce que vous voulez savoir… au plaisir de vous y rencontrer.

la partagerie à Bordeaux, Rue Kléber près de la Victoire

Renaud s’exprime sur son retour, son passage en prison et sa lutte contre contre l’alcool

Le chanteur revient pour le plus grand bonheur des fans sur scène avec de nouvelles chansons. Il propose un album après avoir pendant de longues années bataillé contre la consommation d’alcool. Renaud a fait le serment de ne jamais replonger dans ce calvaire. « je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool » « Je n’ai plus peur de plonger » dit-il.

Renaud et l'alcool
Renaud et l’alcool

Le chanteur revient pour le plus grand bonheur des fans sur scène avec de nouvelles chansons. Il propose un album après avoir pendant de longues années bataillé contre la consommation d’alcool. Renaud a fait le serment de ne jamais replonger dans ce calvaire.

« je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool »

« Je n’ai plus peur de replonger », a affirmé vendredi le chanteur sur les ondes d’Europe 1. « J’en fais le serment devant Dieu, devant les hommes, plus jamais je ne replongerai ! » Et de fustiger ces litres de Pastis qui lui ont « pourri la vie pendant 10 ans ». « Dix ans d’errance, dix ans à me perdre dans les brumes anisées de l’alcool marseillais », a-t-il regretté avec lucidité. « Mon retour, fracassant, semble-t-il, ressemble étrangement à mon retour en 2002 avec Boucan d’enfer, « Manhattan-Kaboul » et « Docteur Renaud, Mister Renard » où je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool, de dépression, paranoïa, hypocondrie, mal-être… »

Un passage en prison sur une île Grecque

Depuis quelques années, le quotidien de Renaud semblait être rythmé par la consommation d’alcool. Cela l’a éloigné de la scène musicale malgré son talent et les nombreux fans qui le soutiennent. Dans un entretien accordé à France Dimanche, il partage quelques démons, dont un passage en prison sur une île Grecque. La cause de ce séjour est très simple à trouver, il s’agissait de l’alcool. Pour le chanteur, « il n’y avait rien de glamour dans cette mésaventure ». Aux commandes de son scooter, il a croisé le chemin des forces de l’ordre.

Un grand courage et d’une belle force de détermination

Renaud a décidé de repartir du bon pied, il a de ce fait consulté un addictologue. Dès cet instant, il a fait le serment de mettre un terme à ce fléau. Il a donc quitté ce monde de l’addiction par ses propres moyens du jour au lendemain. Le chanteur a fait preuve d’un grand courage et d’une belle force de détermination, car un arrêt brutal engendre toujours des douleurs, des symptômes épouvantables… Cette décision a été prise le 21 mars 2015 et dans une interview accordée à Europe 1, il a insisté sur le fait que « plus jamais [il] ne replongerait ».

 

 

Bowie : un clip en direct des étoiles

Superbe !

John Barnbrook, qui a réalisé le visuel des dernières pochettes d’albums de Bowie (« Heaten », « Reality », « The Next Day » et « Blackstar ») vient de réaliser le clip illustrant I can’t give everything away, troisième extrait du dernier disque du chanteur disparu le 10 janvier dernier. Et c’est particulièrement réussi. « C’est une vidéo très simple et je voulais qu’il s’en dégage quelque chose de positif, », explique John Barnbrook. « J’ai commencé à travailler sur des images et un graphisme en noir et blanc. Mais sur le dernier refrain, je suis passé à la couleur. Je l’ai vu comme une célébration de David et comme un message à l’humanité. Une manière de signifier qu’en dépit des adversités que nous traversons, les êtres humains restent au fond d’eux-mêmes positifs, continuent à y croire et regardent droit devant eux. »

« Blackstar » s’est écoulé à plus de deux millions d’exemplaires depuis sa sortie le 8 janvier dernier et est arrivé en tête des classements dans pas moins de vingt pays, dont les Etats-Unis, l’Angleterre et la Belgique.

LIEN VERS YOU TUBE :

David Bowie : Can’t give everything away

Liens concernant David Bowie :

 

Une chanson inédite de David Bowie dévoilée sur Internet

David Bowie: Blackstar aidera la lutte contre le cancer

 

Un concert-hommage à David Bowie diffusé en direct sur Skype

David tu es dans nos cœurs, ces hommages sont la preuve que tu es vivant à jamais.

David Bowie for ever.

My son offered me,  your last album Blackstar for my birthday, it was the best gift for me, thanks to him, thanks to you David.

Les Pixies, les Roots, Michael Stipe, Cat Power ou encore Blondie seront jeudi et vendredi soir à l’affiche de deux concerts hommage à David Bowie à New York. Pour l’occasion, le concert de vendredi sera visible en live streaming, contre un don des internautes à une oeuvre de charité.

Le premier événement, organisé au Carnegie Hall de New York, était programmé avant la disparition de l’artiste. L’annonce de ce concert de charité organisé chaque année par Michael Dorf  a été faite quelques heures avant sa mort, le 10 janvier. Michael Dorf, qui avait convaincu le producteur de BowieTony Visconti de diriger la soirée, espérait même que Bowie viendrait voir cet hommage à sa musique. Suite à sa disparition, l’évènement, baptisé « The Music of David Bowie » est logiquement devenu une commémoration en l’honneur de  l’icône glam rock, et des dizaines d’artistes ont souhaité y participer.

Les 2.800 places s’écoulent en moins de deux heures et voient leur prix gonfler au marché noir, jusqu’à 3.600 dollars le billet. Pour répondre à la demande, une deuxième date a été ajouté le premier avril, au Radio City Hall de New York. Et plus encore, un partenariat a été noué avec Skype afin de contenter les fans du monde entier. Pour profiter de l’accès direct sur le site consacré à l’évènement, il est demandé de s’acquitter d’un don aux oeuvres de charité liées à l’évènement.

En prévision de ces soirées exceptionnelles, Michael Stipe, le chanteur du groupe R.E.M a offert sur la scène de l’émission de Jimmy Fallon une version pleine d’émotion de «  The Man Who Sold The World « , initialement chantée par David Bowie.

Ecoutez ici cette émouvante reprise

The man who sold the world Michael Stipe

Une chanson inédite de David Bowie dévoilée sur Internet

 

Renaud taille un costard à Jean-Jacques Goldman et aux Enfoirés

bravo à Renaud d’avoir combattu la maladie et d’être à nouveau debout, là il parle écoutons ce qu’il veut nous dire :

Dans une interview donnée à l’Express, Renaud tacle les Enfoirés et dénonce le manque d’engagement de sa figure historique, Jean-Jacques Goldman.
Entre Renaud et les Enfoirés, le divorce semble consommé. Le chanteur, qui a pourtant participé six fois à l’émission en faveur des Restos du cœur, s’en est pris à la troupe et à sa figure historique, Jean-Jacques Goldman.

« Les Restos du cœur, c’est bien, cela rapporte beaucoup d’argent à la télé et à l’association, mais j’ignorais que l’injustice et la misère étaient la serpillière de la charité », a déclaré le chanteur de 63 ans dans une interview à L’Express.

« Pas envie de chanter avec Mimie Mathy, Christophe Maé ou Patrick Timsit » L’artiste a ainsi légitimé la distance qu’il a pris avec Les Enfoirés : « C’est pour cette raison que je ne participe plus à l’émission, qui, en plus, s’est ouverte aux sportifs, aux célébrités en tout genre, à Jean d’Ormesson. » D’autres noms ont même fusé : « Je n’ai pas envie de chanter avec Mimie Mathy, Christophe Maé ou Patrick Timsit, ni de me déguiser en clown »,a-t-il affirmé à l’hebdomadaire.

L’artiste en a aussi profité pour égratigner Jean-Jacques Goldman, dont il dénonce le manque d’engagement : « Jamais on n’a vu Jean-Jacques Goldman, qui a un tel pouvoir, un tel talent, dénoncer une injustice. »

D’autres artistes ont également décliné leur participation au spectacle Les Enfoirés : Vianney, Florent Pagny, Stromae, Maître Gims ou encore Régine ont déjà dit non au show caritatif, souligne Europe 1.

Dans ce même interview, Renaud parle aussi de lui. L’interprète de «Mistral gagnant» va mieux et a laissé derrière lui ses problèmes d’alcool. «Je risquais un incident cardiaque. J’ai arrêté net». Il avoue néanmoins : «Au début de l’enregistrement de mon album, je carburais encore au Ricard».

Ce nouveau disque est très attendu, le premier depuis plus de six ans. Renaud y parlera de lui mais surtout de la société et des attentats du 7 janvier et du 13 novembre. Deux morceaux y seront par ailleurs entièrement dédiés, «J’ai embrassé un flic» et «Hyper Cacher». Dans «L’Express», il confie pour finir que cet album, comme ses chroniques dans «Charlie Hebdo», sera très personnel : «Je livre mon âme, comme une stripteaseuse livre son cul». .

Une chanson inédite de David Bowie dévoilée sur Internet

Le titre « To Be Love« , jusqu’alors inconnu, a été chanté au début des années 70 par l’interprète de « Ground Control To Major Tom » décédé en janvier dernier.

La chanson a été enregistrée lors du premier  voyage de David Bowie aux Etats-Unis en 1970. L’ingénieur du son Ron de Strulle, qui avait enregistré la séquences à l’époque, l’a publiée sur Internet, via le site MindBodyNetwork.

« To Be Love » peut être écoutée et téléchargée à cette adresse:http://mindbodynetwork.com/david-bowie

La chanson  a été co-écrite par l’artiste et Ron de Strulle. Il s’agissait en fait d’une démo destinée à convaincre les grandes maisons de disques américaines de signer un contrat avec le jeune britannique qui avait alors trois albums studios à son actif.

David Bowie est décédé le 10 janvier 2016, quelques jours à peine après la sortie de son 25e album, « Blackstar ».

 

Liens vers d’autres post sur David Bowie :

David Bowie: Blackstar aidera la lutte contre le cancer

Iggy Pop rend un ultime hommage à son ami David Bowie

David Bowie est décédé à l’âge de 69 ans 

 

Iggy Pop rend un ultime hommage à son ami David Bowie

David Bowie et Iggy Pop en duo :

Bowie et Iggy Pop : The passenger

Le chanteur compositeur a salué une nouvelle fois la mémoire de l’interprète de Space Oddity, au Caméléon le 22 février à New York. La star du rock a repris deux de ses titres, accompagné par les musiciens de Patti Smith.

David Bowie occupe une place particulière dans le cœur d’Iggy Pop. Ce dernier l’a rappelé à l’occasion du concert annuel donné lundi 22 février au Carnegie Hall de New York en l’honneur de la Maison du Tibet. En hommage à l’icône pop décédée le 10 janvier 2016, l’Iguane a de ce fait interprété The Jean Genie et Tonight, deux de ses titres.

«Voici une autre de ses chansons, paroles et musique. J’ai eu la chance de l’enregistrer en premier mais son aide et ses conseils», a introduit le rockeur au moment de réinterpréterTonight, sorti en 1984. Le titre avait été réalisé par David Bowie et chanté en duo avec Tina Turner. Lundi soir, la voix féminine était celle de l’actrice Sharon Stone (Basic Instinct,Casino).

En amont de cette première reprise, Iggy Pop avait choisi d’interpréter The Jean Genie, sorti en 1973. Les deux morceaux ont à chaque fois été joués aux côtés des musiciens de Patti Smith, l’artiste étant par ailleurs absente de la cérémonie.

Liens vers les vidéos musicales sous you tube :

Tonight par Iggy pop en hommage à David bowie

Iggy Pop reprend the Jean Genie de David Bowie

 

 

 

«Il m’a sauvé de l’anéantissement»

Iggy Pop tenait indéniablement David Bowie en haute estime. Et plus encore. «Ce type m’a sauvé de l’anéantissement professionnel et peut-être même personnel (…) Il m’a ressuscité», déclarait-il le 14 janvier lors d’une interview accordée au New-York Times. Et pour cause, en 1977, David Bowie produit les deux premiers albums solo de l’Iguane The Idiot et Lust for Life. «Il s’est donné beaucoup de mal pour que je bénéficie d’un bon karma», a-t-il ajouté, nostalgique.

Lien vers vidéo Iggy Pop et David bowie : the passenger

Bowie et Iggy pop : the passenger

Autres articles sur David Bowie :

tribute to David bowie, Heroes by Ewan Mc Gregor

Album blackstar au profit de la lutte contre le cancer, super don d’un Gentleman

 

Eagle of Death à l’Olympia… comme une thérapie de groupe

Et si Josh Homme et Jesse Hughes, les fondateurs des Eagles of Death Metal, avaient raison : et si le rock’n’roll pouvait nous sauver ? Le groupe de rock stoner – légèreté West Coast, posture punkoïde et rythmique lourde du Sud –, qui jouait au Bataclan le 13 novembre 2015 lors des attaques djihadistes meurtrières, n’avait cessé de le répéter : il reviendrait terminer le concert. La réouverture de la salle étant prévue pour décembre, ils n’ont pas eu la patience d’attendre et ont, mardi 16 février, rempli l’Olympia. Tous ceux qui étaient là le 13 novembre ont été invités. Un peu plus de la moitié d’entre eux ont répondu présent.

« C’est le premier concert du reste de ma vie », murmure Emilie (qui préfère taire son nom) de sa voix douce. Elles étaient trois copines au Bataclan, elles sont toutes les trois ici ce soir… Dans la file d’attente pour passer les barrages de sécurité sur le boulevard des Capucines et à l’entrée de la salle, béquilles et chaises roulantes rappellent la violence qui s’est déchaînée là-bas.

Lire aussi : « Ce soir, je n’ai pas peur », dit Matthew au concert d’Eagles of Death Metal

Laurent Lafont-Battesti n’aurait pas dû être au Bataclan. Un ami lui avait donné sa place et conseillé de se mettre  au balcon. « Lorsque cela a commencé à tirer, on a d’abord pensé à un jeu de scène ou à un imbécile qui jouait avec des pétards. L’odeur de la poudre, c’est ce qui nous a fait comprendre… » Il va réussir à se cacher dans un appartement au-dessus de la salle. Sauvé. « J’ai vécu l’après de façon assez solitaire. Quand j’ai vu l’annonce du concert, je n’ai pas hésité. Ne pas y aller eut été comme rater un rendez-vous. »

jesse Hugues le leader

Les regards se cherchent et se fuient

Des histoires comme celle de Laurent, il y en a autant qu’il y avait de personnes dans la salle. Des histoires de peur, de corps qui se traînent, de sursaut. Des deuils impossibles. Sur la moquette rouge de l’Olympia, les regards se cherchent et se fuient, pleins de ces souvenirs tout proches. Quatre-vingt-dix morts, des dizaines de blessés dont, trois mois après, douze sont encore hospitalisés.

Il y a cette famille. Ils sont cinq. Au Bataclan, ils ont pu partir très vite, le père, les filles, cette fois-là, la mère n’était pas là. Aujourd’hui, ils se serrent près de la sortie de secours. « C’est la première question que les gens nous posent : où sont les sorties de secours », témoigne une des trente psychiatres et psychologues qui se sont mobilisés pour venir soutenir le public à l’Olympia. Sur l’escalier, devant le bar, J. (qui souhaite garder l’anonymat), un casque sur les oreilles, est plongée dans un roman graphique de Derf Backderf : Punk Rock & Mobile Homes (Editions Ça et là, 2014). Elle a 26 ans. Au dernier moment, le 13 novembre, elle a décidé de ne pas aller au concert. « Ma bonne étoile ? », demande-t-elle tristement. Aujourd’hui, elle a racheté une place, pas osé demander celle à laquelle elle avait droit. « Je me sens une intruse. Jusqu’au dernier moment, jusque sur le boulevard, là devant, j’ai hésité à faire demi-tour. »

Quelle drôle d’idée que ce concert. Ne vient-il pas trop tôt ? Ne risque-t-il pas d’être traumatogène pour les personnes qui ont été prises en otages, comme l’expliquait la psychologue Hélène Romano, auteure, avec Boris Cyrulnik, de Je suis victime (éditions Philippe Duval, 2015) ? « Quand on tombe de cheval, il faut remonter », m’a soufflé Emilie, sans y croire… Là, avant le concert, en descendant des bières, le public s’attend à tout, quelque part entre la promesse d’une grand-messe cathartique, la reconstitution d’une scène de crime et une thérapie de groupe. La vérité, c’est qu’on aura droit à un concert de rock. Ni plus, ni moins.

Eagles of Death Metal est un groupe qui fonctionne à l’énergie brute, pas au pathos ou au sens. Jesse Hughes, son chanteur, n’est pas Charles de Gaulle quand il prend la parole. Mis à part « Bande d’enculés, qu’est-ce que je vous aime », il ne multiplie guère les registres. Voilà qui nous évite les dégoulinades de tristesse. Le groupe a simplement préparé son entrée : sur un enregistrement de Dutronc chantant Il est 5 heures, Paris s’éveille…, un face-à-face complice où l’on sent la nécessité, autant pour le groupe que pour le public, de s’absoudre de cette culpabilité d’être ici et vivant.

olympia.jpg

 

Une célébration de la vie :

Et c’est ce que seront ces deux heures de concert. Une célébration de la vie. Ça sent le pétard, une fille montre son torse nu, un couple s’embrasse goulûment. Dans la tentative de minute de silence qui dure vingt-trois secondes, un homme crie : « A poil ! », l’éternel Breton sort son drapeau de façon incongrue, le hipster fraternise avec l’alcoolo, Jack Lang est au balcon, les béquilles sont au rencard. Un concert rock. 100 % pur rock. Une forme aussi de transcendance. Et un groupe sur scène qui a l’air de s’amuser autant que ce public qui n’en demandait pas tant.

« Ce n’est pas plus mal », se félicite le psychiatre Didier Cremniter du centre d’urgence médico-psychologique installé à Necker, venu prêter main-forte au bataillon de psys. « Même si on ne voit pas ici les personnes le plus en souffrance, qui ont préféré ne pas venir, on sent bien qu’il y a le début d’une restauration… » Quelques personnes viennent dans les espaces aménagés partager leur angoisse, et alors que le spectacle touche à sa fin, une jeune femme aux larmes intarissables finira par se décider à vider son sac…

Mais déjà, la salle frappe du pied pour les rappels. Encouragé par les élans francophiles de Jesse Hughes, qui s’est enveloppé tout à l’heure d’une écharpe bleu, blanc, rouge en tricot que des mains anonymes lui ont tendue depuis la fosse, et par cette guitare tricolore qu’il a sortie pour son dernier morceau, la foule réclame La Marseillaise. Ce sera Brown Sugar, des Rolling Stones. Pour qui rêvait du « premier concert du reste de [sa] vie », c’est une valeur autrement plus rock’n’roll. Dans la nuit, sur le boulevard où la foule s’écoule, les paroles profondes de Jesse Hughes résonnent comme un mantra : « Enculés de votre mère, personne ne m’empêchera de continuer ce truc. »

Article du Monde avec la vidéo du début du concert des Eagles of Death