Hello Sadness

Laissons à Sagan le titre français.

La femme rentre, harassée, la journée a été dure, une migraine l’a taraudée, elle a du aller se reposer l’après-midi. Le sommeil l’a visitée, un sommeil plein de cauchemars, un somme de migraineuse quoi ….

Mais il y a à faire dans une maison, même petite, la vaisselle, le ménage, et puis ce jour là des courses.

En état d’hébétude elle va les faire, le sommeil l’a assommée plus que reposée. Tant qu’à faire c’est l’heure de la foule, le magasin est plein de clients, les courses lui paraissent longues.

Depuis quelques jours elle est à fuir son chez elle, elle s’y sent mal…. elle veut montrer que une femme même si elle ne travaille pas n’est pas une femme à demeure, celle que l’on trouve le soir là, en effet sa place est là à attendre…

Ce jour queue de monstre à la caisse, elle laisse cependant passer deux personnes, il n’y a pas de caisse rapide.. pff elle n’en a que faire de son temps de toutes façons, alors autant donner le sourire à d’autres.

Retour à la voiture, les courses sont volumineuses, éreintant une fois de plus, la migraine ça donne les jambes de coton !

Elle voit que le téléphone a sonné, rappelle, en effet elle a fermé la porte de l’appartement et « lui » n’a pas eu la patience d’attendre un quart d’heure, appel…. il lui dit « prend ton temps pour revenir….  » en effet entretemps il a réussi à rentrer. Elle s’excuse pour avoir fermé à clé, mais elle est si fatiguée, la migraine ça crève.

Elle pense en écho à ses mots de ne pas se presser : « il a peur pour la voiture, sans doute… »

Lui est absent du matin jusqu’au soir, très tôt à tard ou très tard, il rentre quand il  veut…

Elle dès qu’elle change ses horaires, c’est un questionnement venant de « lui »….

 

Elle arrive au logement, les courses sont à monter : premier voyage… elle pose en haut, dit : je vais prendre le reste…

Personne ne bouge : pas d’aide, elle est corvéable, ça pèse une telle attitude…. pourtant ils sont deux dans le logement deux mecs, elle ne montera pas l’eau.

Elle salue son fils, puis va dans la chambre « lui » ne lève même pas le nez de sa tablette, il est dans le noir. Il ne s’est pas levé pour la saluer, elle est crevée, mais à toute évidence ce n’est pas un souci, il s’en bat l’œil (elle est polie).

Il ne se lèvera que pour manger, là il dira quelques mots, entretemps le fils aura eu pitié de sa mère crevée, il a préparé le repas.

Elle va regarder la télévision, il va aller se coucher après avoir grillé sa clope dehors.

Quelle soirée déprimante, se dit elle, et ces soirées se répètent ainsi… elle rentre il est en amour avec sa tablette… mais elle que fait elle là ? Est elle transparente, un sourire, une caresse lui rappelleraient qu’elle vit.

Mais elle ne voit rien venir, elle a de son coté tenté d’aller vers lui, mais là elle est lasse, très lasse.

Elle va encore fuir ce jour, échapper à ce quotidien étrange et morose, presque morbide.

Le soir elle tentera un pas, elle annulera une réunion pour être là avant lui, lui au contraire rentrera plus tard.

Alors enfin elle aura un début d’explication : « il a été privé d’un c*documentaire sur Jojo le lundi » alors il est en colère, boude et le fait payer.  Elle pense mais c’est gamin et mesquin, même crétin !!!!

Messieurs cette histoire est à dégoûter des mecs……

 

 

 

Mais pourquoi un dialogue est impossible

Je blogue depuis un moment maintenant, je me connais vous me connaissez par mes écrits, on peut dire que je suis une personne ouverte au dialogue, pourtant dans ma vie là le dialogue que je recherche il bloque.

J’ai quitté ma Bretagne natale, c’est très dur, j’ai le mal du pays là en gironde.

Le monsieur qui partage ma vie, ne voit rien, déjà il me laisse seule dans un appartement où je ne peux plus rien ranger faute de place, mais dès que je tente de lui dire quelque chose il bloque, il ne répond pas et boude (enfin je crois). La dernière fois c’est vendredi soir, c’est tout frais n’est ce pas ?

Là depuis une semaine je suis bien fatiguée, une migraine et des maux d’estomac. Ce sont la fatigue et le stress sans nul doute.

J’ai tenté vendredi donc de faire bouger un peu les choses, il était mutique. Samedi il était tendu et toujours d’une humeur de dogue, je n’ai eu droit qu’à des mots en coups bas. Naméo, je ne suis pas un punching ball.

Hier ça allait mieux, mais je n’ai pas osé lui dire quoi que ce soir, je voulais la paix, pas encore une ire rentrée, hier soir mon estomac allait mieux, mais hélas mille fois hélas il est sorti fumer sa clope, quand il est rentré son manteau a rapporté le parfum sucré de la clope, celui qui me donne des nausées. Je lui ai dit il y a longtemps : pas de Peter Stuyvesan, elles sentent la poule, leur odeur est super sucrée, ça me donne mal à l’estomac. Je lui avait acheté un paquet de cigarette pur tabac, au moins celles là avaient un impact neutre sur mon estomac, et Pan ! à nouveau les PS ! Mais enfin, il s’en fout ou il n’a rien compris, ce matin j’ai à nouveau mal à l’estomac, je vais encore devoir avaler des cachetons pour calmer les effets secondaires de la clope !

Bon je vais encore passer au bureau de tabac lui acheter des clopes sans additifs, quelle m**** ce tabac, je sens que je ne vais pas encore pouvoir avaler grand chose sauf de la compote de pommes ce jour !

 

Là je voudrais tant avoir vos conseils, je suis paumée de chez paumée…..

Marie

Coucou je suis de retour

Allez avouez le, je vous ai manqué 😉

Et voilà, je suis de retour, un peu fatiguée, mais bon c’est fait.

Depuis décembre, j’étais à recentrer ma vie, j’avais un menu plutôt corsé en face de moi, deux déménagements, ce menu fort corsé j’ai préféré l’aborder au jour le jour, autrement il y aurait eu de quoi flipper.

Ce second déménagement en 3 mois fut très sport, car long : 600 km ce n’est pas rien, et comme c’était encore trop facile nous avons du le faire en deux fois.

Là peu à peu je défais les cartons, je retrouve peu à peu mes affaires.

Maintenant, je suis opérationnelle pour des tâches spécifiques :

  • la recherche de beaux cartons
  • Le choix du meilleur adhésif pour les cartons.
  • l’empaquetage des affaires
  • la montée et la descente des escaliers avec les cartons, c’est plus efficace que du step pour avoir de beaux fessiers.
  • Le nettoyage d’un appartement de A à Z…Excellent, pour muscler les bras et les jambes. les vitres tremblent d’effroi en me voyant ! le calcaire claque des dents et la poussière fuit (là c’est un rêve éveillé, mais bon le rêve est encore gratuit)
  • Mettre dans sa poche la personne qui fait l’état des lieux, en lui donnant des trucs auxquels personne ne pense… et en l’accueillant avec un gros sourire comme ça au bout de longues journées de ménage harassantes.
  • Puis faire la route, regarder les villes défiler, se demander la distance qu’il reste encore.. bien surveiller que la bâche du chargement ne se fasse pas la malle …. avec les boules que tout se retrouve en puzzle sur la file de gauche de l’autoroute…

Bref, c’est fait, je suis à la case rangement, peu à peu je vais tout réorganiser, en prenant le temps de le faire au mieux.

Bisous à tous et bonne journée, vous m’avez aussi manqué.

Marie.

Mon petit frère est à l’hôpital… grosse pensée pour lui

Il n’avait pas pu être opéré du pied il y a quelques temps à cause de la cochonnerie qui s’appelle tabac, du coup le souci a dégénéré, il a du être hospitalisé en urgence pour être opéré…… je ne dis pas plus, mais je pense très fort à lui et à sa compagne, gros bisous et bon courage, bon rétablissement mon petit frère.

Petites nouvelles, je suis contente l’opération s’est bien déroulée, les chirurgiens ont pu éviter le pire, même faire ce qui devait être fait auparavant, c’est super.  Cependant, l’opération ayant été complexe il va devoir passer à nouveau au bloc, mais il a le moral, j’irai le voir dès que possible.

Dernières nouvelles ce 24 février, mon frère est toujours à l’hôpital, son pied est bel et bien sauvé, il doit attendre que la plaie qui a failli lui coûter le gros orteil se referme. Je suis contente car il va mieux et a le moral, je pense très fort à lui, je lui souhaite de bien prendre soin de lui, pour lui et ceux qui l’aiment.

Attention aux piétons ! Ils n’ont ni airbags ni carosserie

Mon coup de gueule Na.

J’aime marcher à pied, hier je revenais tranquille vers chez moi, j’allais traverser sur un passage protégé, je regarde vers la gauche, la nana cool me laisse passer, je la remercie je traverse la moitié de la chaussée, je regarde si je peux continuer sur l’autre voie arrive une voiture, alors que je suis au centre de la chaussée : elle accélère….omg j’ai eu peur… je suis restée entre les deux voitures, j’ai asséné un grand coup de parapluie sur la voiture qui négligeait mon existence (attendez j’étais au centre de la rue sur un passage protégé)… Bon mon parapluie est mort, mais si j’avais fait un pas de plus j’étais comme mon parapluie ou dans un meilleur cas à l’hôpital de Quimper…..

Alors les piétons, faites tous attentions, comme pour les cyclistes, pensez que c’est votre enfant ou un proche qui est là au bord de la chaussée, ils sont fragiles, vous avez bien une minute pour assurer la sécurité d’une personne !

 

Marie pas contente….

Un site pour les futures mamans, les mamans qui ont fait une fausse couche une ivg…

Voilà, comme beaucoup de femmes j’ai eu ces moments difficiles au cours de ma vie, fausses couches (les mal nommées, ivg…. grrrr alors que je voulais tant ce bébé), je les ai tus, cachés comme honteux, tenté d’occulter la douleur associée, mais il y a un moment où elle refait surface, à trop enfouir ça finit par remonter…

Alors j’ai pris conseil auprès de ma psy, elle m’a conseillé quelque chose de tout simple, faire un deuil concret, tel que je le sens en moi, je vais faire des bouquets pour ces bébés qui ont été les miens mais n’ont pas vécu, je les déposerai en mer, après les avoir nommé des prénoms qui auraient pu être ceux des enfants…. Il ne faut pas garder en soi ces douleurs, certaines femmes ça ne leur fait rien disent t’elles, moi j’ai senti ces vies, perdre un bébé à 3 mois de grossesse, on se sent déjà une future maman, on doit faire le deuil de projets, de désirs… de joies à venir.

Depuis j’ai trouvé un site qui propose une écoute et est super pour tout ce qui concerne la maternité voici le lien :

Sos bébé..écouter… informer…. aider

Article dédié à Yukie, pour son amie, ce site pourrait l’aider… Marie

 

Capvern, la dernière balade…. comme un au revoir

Beauté d’une après midi d’octobre qui se termine, les lueurs sont douces, la chaleur est telle que l’on pourrait se croire en été.

Ce jour, un groupe de curiste se l’est joué sauvage, pas de randonnée organisée, ce n’est pas grave on se réunit tout de même entre amis de cure et on part pour une der de der.

Aurore de l’office sera cependant notre guide, cette rando aux lueurs et impressions d’au revoir reste gravée dans mon cœur. Nous allons faire une boucle autour de Capvern vers Mauvezin, ça grimpe, nous nous retrouvons toutes vite en t shirt, puis ça redescend… les ombres entre-temps se seront allongées, retour à Capvern…. vivement l’année prochaine.

Le lendemain la plupart d’entre nous iront à leurs soins, d’autres vont les zapper, alors ces moments nous les avons savourés au fil des pas, pour le plaisir d’être une dernière fois ensemble, curistes complices et heureux.

Voici les photos, je les adore, elles ne sont que douceur et ambiance, loin des standards des cartes postales, elles ont un caractère certain.

En les regardant, je revis cette journée au fil des pas, des conversations, du plaisir partagé.

 

Mon rêve de cette nuit……

J’ai fait un rêve bizarre cette nuit, je me suis réveillée avec l’impression de l’avoir vécu dans ma chair. Je me suis réveillée bouleversée.

Voici l’histoire :

Il va y avoir une cérémonie importante au cimetière de ma ville, la veille j’y vais, je suis un ange, je vole au dessus des tombes dans un chaud soleil estival couchant, l’air est chaud, je frôle de la main une haute croix, je ferme les yeux pour méditer…. la croix de fer et de bois tombe me frôlant la jambe, me déséquilibrant, je tombe au sol…. je vois la longue croix qui gît sur les tombes, je quitte le cimetière. L’atmosphère est devenue grise.

Le lendemain, une autre cérémonie doit aussi avoir lieu dans une commune proche, les personnes y vont en une longue procession, il y a de la musique, on les hèle, on les applaudit, cette foule s’étend sur 3 kilomètres c’est pour l’enterrement d’une femme de la ville où je vis. L’air et l’ambiance sont très légers, gaieté, il fait beau comme une ambiance de fête.

Plus tard la cérémonie où je dois aller a lieu au cimetière de ma ville, j’en suis, le cimetière est bondé de monde, les personnes sont assises sur les tombes. Nous sommes en fin d’après midi, le chaud soleil est un peu ocre, des doux rayons chauffent l’air, l’atmosphère n’est que douceur. Je suis assise moi même sur une tombe. L’image de ma mère vient à mon esprit dans le rêve. Je vois un homme sur une tombe tout près de moi il est en costume, les jambes croisées il rit.

Une femme décédée est allongée dans une tombe, près de moi, je ne sais pas qui elle est, elle gît dans les fleurs, soudain elle lève les bras vers la haute croix ! mon Dieu me dis je, ce n’est pas solide, ils auraient du la laisser au sol en effet, cette croix est celle qui est tombée la veille sur l’ange que j’étais. Les mains de la femme touchent la base de la croix, mais à peine. La croix tombe à nouveau ! Elle est au sol, tombée par miracle sur personne, les gens sont protégés par les tombes.

Je me précipite sur la femme responsable, je hurle, je sanglotte, je l’accuse de ne pas savoir ce qu’elle a fait en remettant ainsi la croix debout, je lui dit avoir déjà été victime la veille !!! Je suis dans tous mes états.

Là je me réveille, avec l’impression d’avoir vécu ce rêve.

 

Perte puis vol de mon téléphone…

Eh oui, le téléphone avec lequel je prenais les photos qui illustraient mes articles je ne l’ai plus.

Hier j’ai cru le glisser dans ma poche, en fait il est tombé par terre…… J’ai refait le chemin dès que je me suis aperçue de la perte : rien.

Je suis vite rentrée chez moi, j’ai utilisé l’application google localisation, et là j’ai vu que mon appareil avait marché sans moi, bref qu’il avait été ramassé.

Au moment où j’ai pu tenter de l’appeler, j’ai eu une tonalité occupé : la carte sim devait être retirée.

Ensuite je suis allée, là où le téléphone a émis un signal gps pour la dernière fois, mais rien. Un homme super gentil est même sorti en t shirt sous la pluie pour nous aider à voir si une personne ne s’était pas débarrassé de l’appareil dans sa haie.

Bon, c’était mon copain de  reportage, là je vais aller porter plainte au Commissariat, je remercie l’équipe Google, notamment Samia pour sa gentillesse et son écoute, j’ai le fameux numéro IMEI de mon appareil.

J’avais un Nexus 5 Blanc, je le trouvais top, je ne veux pas d’autre pour le moment, j’espère encore le retrouver. De toutes façons je n’ai pas les moyens d’en racheter un pour le moment, mon téléphone de secours que j’appelle mon petit vieux ne veut pas non plus démarrer… décidément !

Alors hier rue des Pyrénées à Villenave d’Ornon, j’aurais mieux fait de le laisser dans mon sac !!!!

(Ce message s’adresse aussi à la personne qui l’a ramassé, mais hm j’ai plus de chance de gagner au loto que cette personne a de lire mon article…)