Roche Posay, un superbe bilan de cure

Deux mois après je suis en mesure de faire le bilan de la cure pour la peau.

Ok j’ai fini comme toujours sur les rotules, mais en plus du bilan médical positif, cicatrice moins dure et douloureuse, peau retapée j’ai un bilan humain superbe. Là deux mois après la fatigue s’est estompée et la peau est en forme. Les baso sont sous surveillance désormais et là en renforçant la peau, je l’arme contre le risque de rechutes.

Par ailleurs, une cure c’est des rencontres, entre curistes évidemment, un moment de partage avec ces personnes qui sont atteintes d’affections cutanées ou de suites de traitements contre le cancer. Un gros coup de cœur pour mes rencontres de cette année,  des personnes riches et des personnalités profondes et géniales. Je désire sincèrement les revoir, en bonne santé ou en cure ou ailleurs.

anciens thermes foison fleurs

Une grosse pensée aussi pour les amis que j’ai revus, oh quel plaisir, je salue la Suisse, il se reconnaîtra, la région de Montpellier, la Bretagne, la région stéphanoise.. et tous ceux ou celles dont je n’ai pas su l’origine mais avec qui j’ai échangé.

Au fil de ces rencontres on découvre des galères, des femmes qui parlent de leur cancer, pour certaine c’est déjà un compagnon de longue durée. D’autres qui m’ont raconté leurs cheveux d’avant, longs et épais. Leur peau, leur silhouette qui a changé. Oui la cure est un moment où elles peuvent parler, dédramatiser, reprendre pied, se réapproprier un corps blessé, abîmé par de puissants traitements.

Autres galères, les maladies de peau, eczéma et psoriasis en tête, avec les rhumatismes déformants associés et les disgrâces que l’on oublie tant ces personnes sont courageuses et belles de l’intérieur.

Ce sont aussi des accidentés de la vie, des grands brûlés, un petit garçon que j’adore avait été brûlé par un potage au potiron ! dans son école il a répandu la nouvelle qu’il avait été attaqué par un requin, il est devenu un héros !

Autre brûlure, un jeune homme, son briquet lui a explosé dans la poche percé par des pointes, ses vêtements, imbibés par le gaz ont pris feu, il a eu le bas ventre brûlé, on lui fait des greffes pour le reconstruire, ce sera dur pour lui mais vu son sourire et ses yeux si beaux et limpides, il y arrivera.

Une femme grièvement brûlée dans l’incendie de sa maison, elle arrive à la cure, là heureuse parade en peignoir les jambes bien velue trop heureuse de voir ses poils repousser !

 

Oui la vie prend une autre dimension, on ne finit pas une cure dans le même état d’esprit que l’on l’avait commencée, on en sort plus riche, humainement.

Rappel de randonnées au départ de la Roche Posay :

Nature : balade avec la LPO à la découverte des oiseaux

Récit : Les matinées d’une curiste à la Roche Posay

Escapade à Angles sur Anglins et à Fontgombault

 

Le site de l’office de la Roche Posay si dynamique,  que je salue au passage :

Office du Tourisme Roche Posay

 

Joli : la Roche Posay coté fleurs

Envie de couleurs en ce Dimanche, il pleut dehors alors je vais mettre du soleil sur vos écrans.

Ces photos sont prises à La Roche Posay, les jardiniers font un superbe boulot, en hommage voici de superbes pivoines au summum de leur beauté.

Alors, dites moi, laquelle préférez vous ?

P1060025

coeur jaune pivoine 2

P1060019

Récit : Les matinées d’une curiste à la Roche Posay

La Roche Posay, vous ne pouvez que connaître le nom de cette ville, ses produits fabriqués sur place avec l’eau de sa source thermale sont en vente un peu partout en France et dans le monde.

Cette petite ville de 1600 habitants à l’année accueille environ 8000 curistes par an !

Les soins se déroulent du lundi au samedi matin, sur trois semaines, je vais avoir 18 jours de soins, le Dimanche est jour de repos.

Je suis arrivée, comme beaucoup de mes collègues curistes deux jours avant, le samedi. Certains ne sont là que depuis le dimanche, ceci varie selon les désirs du curiste et les caractéristiques du logement.

(je prépare un article sur les pièges à éviter pour tenter de trouver un logement correct…. très important, ça évite ce que j’ai subi cette année, une cure gâchée par un logement à la ramasse et un propriétaire peu accommodant….)

Dimanche, je me suis promenée, les soins commencent le lundi, pour le moment je suis encore toute fraîche et pimpante alors autant en profiter !

Au préalable de cette cure, j’ai eu une prescription de mon médecin, un accord de ma CPAM, j’ai trouvé un logement ici à La Roche, puis réservé ma cure et choisi un médecin.

 

P1030982.JPG

Et tout commence un lundi matin.

J’ai un rendez vous pour mon premier jour aux thermes du Connétables, ce sont les plus vastes, situés à l’extérieur de la ville en pleine nature. Le bonus pour moi est que j’y vais à pied, en gros 20 minutes.  Ça fait du bien on marche entre une superbe double rangée d’arbres, vive la nature !

 

Arrivée dans le hall, direction le comptoir d’accueil, sourire obligatoire !!! c’est dans le règlement. Je remets ma prise en charge de la  CPAM, l’agent d’accueil de la Cure me donne une carte provisoire. J’aurai la carte définitive après ma consultation auprès de mon dermatologue thermal.

La lingerie

Direction la lingerie maintenant, dans mon sac j’ai les précieuses sandales pour déambuler dans les soins.

Les lingères sont épatantes, toujours le sourire, (je remercie Angela d’avoir posé avec le sourire). Elles pointent la carte et me donnent un peignoir et sa ceinture, hmmm cette année ils ont été changés, impec ! une serviette complète le set pour les soins.

Go, direction le service beige ; le curiste est dirigé selon le médecin qu’il a choisi, il y a deux services en bas et deux en haut.

Le vestiaire

Le vestiaire est tout simple, des casiers à clé, des cabines. Je prends un portant et une clé puis je me change, hop je retire tout vêtement.  Je charge le portant, je glisse mes pieds dans les sandales, je m’enveloppe dans le peignoir tout doux, ils sont super chouettes ces nouveaux peignoirs !

Je mets mes affaires dans mon casier, hop un tour de clé !

La secrétaire du médecin

Munie de ma carte je file vers les soins, et oh bonne surprise je connais la secrétaire du médecin, elle se prénomme Hélène, l’année dernière elle était à la lingerie, elle remplace Nathalie qui est à un autre secrétariat.

Chaque matin la secrétaire pointe la carte, chaque soigneuse à chaque soin la pointera à son tour tout au long de la matinée.

Elle me reconnaît, ici le personnel est à dimension humaine et souriant, c’est super.

Stomatologie

Je  vais vers les soins buccaux, c’est la seconde indication de ma cure la stomatologie.

cure stomatologie couloir

En plus de l’orientation dermatologie j’ai ces soins qui fortifient et améliorent la santé buccale. (les femmes en post cancer retrouvent grâce à ce soin plus de salive et le goût)

On me met un appareil en forme de U dans la bouche, l’opératrice vérifie la température de de l’eau, je suis là pour fortifier mes muqueuses pas pour les brûler !

L’eau est  injectée à forte pression dans ma bouche, elle masse les gencives et la langue, les oligo éléments de l’eau vont se déposer sur mes muqueuses, après le soin on  sent comme un pansement dans la bouche, c’est assez incroyable. Le soin dure pour moi 10 minutes, la durée est prescrite par le médecin.

Second soin pour la bouche la pulvérisation, une buse projette de l’eau en micro gouttes sous pression dans la bouche, une canule les dirige plus précisément, ce soin complète harmonieusement le précédent. Pour moi il dure aussi 10 minutes.

Ces soins sont doux et agréables, c’est un moment de détente.

Douche filiforme

Je quitte le service des soins buccaux pour aller à la douche filiforme. Elle est donnée chaque jour par le médecin. Son surnom entre curistes est le « karcher ». Le médecin est armé de 2 lances à forte pression dont il croise plus ou moins les jets pour asperger le corps du curiste. J’aime ce soin, il fatigue, la cabine où il est dispensé est un vrai sauna, une brume y flotte souvent.

cure jets du médecin

Je m’assieds sur les bancs en plastique beige qui offrent une pause, l’attente comme un peu partout dans les soins varie selon le jour. C’est bien aussi de pauser, parler un peu, la cure c’est aussi communiquer avec les autres, échanger, se faire des amis, il ne faut pas rester seul, c’est important pour le moral et la réussite de la cure.

Le praticien est en face du curiste il asperge le  corps de bas en haut, puis inverse, coté, dos, autre coté, face… l’eau pique la peau, j’aime c’est comme un massage doux et vif à la fois. Ça doit piquer c’est ainsi que la peau est nettoyée des cellules mortes et accueille des oligo-éléments de l’eau thermale.

Ce soin journalier est l’occasion de faire le point avec son médecin, tout va bien ou pas…

On remet le peignoir, là on est trempé comme un canard, un peu sonné aussi, l’eau chaude sous pression projetée ainsi ça travaille le corps.

Carte récupérée, elle sert ensuite pour les attentes.

La pulvérisation

Pulvérisation générale, il y a souvent de l’attente, ce qui permet de souffler mais aussi de retrouver des amis, souvent ceux qui étaient déjà à l’attente pour la douche filiforme, au fil des jours on connait de plus en plus de curistes et c’est super.

Je rentre dans une cabine individuelle, l’employée m’y installe  après m’avoir appelée. Des buses aspergent le corps dans une brume de micro gouttelettes, l’eau perle puis coule en ruisselet sur le corps, ce soin est doux il est apaisant, émollient et cicatrisant. Cependant au fil des jours, il devient aussi fatiguant, en fin de cure je ne supportais plus la douche la plus puissantes à 6 buses !

L’opératrice revient me chercher, j’ai fait mes 10 minutes de soin, je poursuis par une pulvérisation faciale, là assise sur une chaise, équipée d’une cape de protection pour le corps, seul le visage est aspergé de micro gouttelettes d’eau. J’adore ce soin, je se sens comme sous une cascade d’eau. ce soin dure pour moi 10 minutes.

Les postes de soins sont alignés comme dans le service stomatologie, la buse est la même elle pulvérise de l’eau thermale tiède ou fraîche selon la pathologie.

le bain….

 

Après ces pulvérisations il me reste le bain, là je suis souvent seule, je n’ai pas de massages et j’ai les soins de stomatologie, alors les autres curistes sont sur un autre tempo de soins que le mien.

Attente aux bains, souvent j’ai le peignoir trempé arrivée là, je dois demander un sec, sinon gare au coup de froid.

Et voilà, une cabine est prête une soignante m’appelle, je me glisse dans les bulles d’une baignoire remplie d’eau thermale pendant 20  minutes.

Ce bain est relaxant et hydratant, il soulage les démangeaisons.

Je le prend tiède, trop chaud il fatigue le corps.

Dans les bulles, je bulle….. comme ça détend, et quand la douce voix de la soignante me dit : « c’est fini Madame » j’émerge à regrets de tant de douceur.

 

 

Voilà la matinée est finie, je récupère mon panier dans le vestiaire, je suis rincée, la chaleur, les soins répétés, les attentes, c’est fatiguant. Cette fatigue sera pour moi légère en début de cure, puis montera crescendo au fil des 3 semaines.

L’après midi une sieste est fortement recommandée, de toutes façons je pique du nez.

Je verrai le médecin en consultation au second jour de ma cure il me remettra une ordonnance de mes soins thermaux, j’aurai ma carte définitive de curiste.

En plus des soins, de la sieste, les promenades autour de la Roche sont un des éléments importants des soins, une mise au vert calmante et tonique à la fois, il y a tant à voir…. à la Roche on effectue aussi une cure de nature.

roche posay verdure.jpg

Une visite parmi d’autres :

Escapade à Angles sur Anglins et à Fontgombault

 

 

 

 

 

 

 

Grosse fatigue post cure… mais je reviens viteeeeeeeeeee…

Voilà, clap de fin sur cette cure à La Roche Posay, retour…déménagement … bref la nana est un peu fatiguée, mais elle a dans ses malles un superbe déplacement à Villandry.. miam superbe, une visite à Fontgombault, c’est si beau que dur à raconter, et tout simplement la cure vue de l’intérieur, seuls les curistes le savent.

J’ai eu droit sur le retour, alors que j’avais du mal à garder les yeux ouverts pour conduire (oui je sais c’est un minimum), à la réflexion bateau : mais une cure c’est du repos !!!!! euhhh bon je vais remettre les pendules à l’heure car là il y a des infos à faire passer.

Alors à très vite à tous.

Bisous .

Escapade à Angles sur Anglins et à Fontgombault

Première étape de la journée, nous mettons le cap sur Angles sur Anglins.

Au départ de la Roche Posay j’embarque des amies curistes, je vais en leur compagnie visiter deux très beau sites proches de la station de Cure, j’y suis déjà allée, je vais être ce jour leur guide. Le soleil est superbe, vraiment une belle journée de mai A travers la superbe campagne au couleurs  du printemps qui bourgeonne de plus en plus,  la voiture grignote le bitume. Nous traversons successivement des champs colorés de colza, des prés, du blé qui commence à lever son nez, de paisibles troupeaux de vaches somnolentes, et ci et là des forêts dont les feuilles sont encore d’un vert tendre. Sans oublier ici les noyers, il y en a beaucoup, ils sont toujours majestueux, cet arbre ne se plante que seul, rien ne pousse sous un noyer, ici on fait de l’huile et du vin de noix.

Nous arrivons au bout d’une petite demi heures à Angles, mes amies sont surprises, la ville est en effet fort superbe et recèle de trésors.

J’ai décidé de garer ma voiture en contrebas des impressionnantes ruines, ainsi mon itinéraire dans la ville est tout tracé.

angles ruines de coté

L’éperon rocheux qui surplombe l’Anglin de 40 mètres, constitue un site idéal pour y bâtir une forteresse. Le premier donjon fut construit  au XIe siècle, jusqu’au XVe siècle de nombreux ajouts et reconstructions transforment le château. Celui-ci se trouve au centre des conflits et des guerres qui émaillent les siècles, jusqu’au XVIIIe, époque çà laquelle il est abandonné. Seuls les vestiges de l’enceinte fortifiée qui enserre deux cours, de l’enveloppe du vieux donjon roman, du logis seigneurial du XVe siècle et de plusieurs tours des XIIe, XIIIe, et XVe siècles sont encore visibles

 

Après un regard admiratif vers ces ruines majestueuses  nous grimpons vers la chapelle Saint Pierre par un escalier rustique, comme tous les escaliers de la nature, c’est super.

Angles chapelle saint pierre

 

Cette chapelle se dresse à l’emplacement d’un premier château. Elle date du 12ème siècle.

De là haut la vue est à couper le souffle, oui il y a le château, mais pas seulement, l’Anglins qui coule en bas apporte une ambiance particulière au panorama, cerise sur le gâteau, des canoës le descendent, ils apportent vie et couleur à l’endroit.

Dans la chapelle, jolie surprise, une expositions de photographes amateurs d’Angles, je vois de très jolies photos, j’ai le plaisir d’échanger avec le photographe qui surveille l’exposition, c’est très intéressant de découvrir la personne qui est derrière une photo, c’est comme si un  voile se levait.

Je rejoins mes amies, nous redescendons.

Là surprise, je découvre un escalier qui descend au flanc de la falaise, bon ce n’est pas le plus facile pour descendre mais c’est seulement génial. Il s’appelle la tranchée des anglais.

De là le point de vue est si différent !

Arrivées en bas, nous longeons l’Anglins, et ohhhhhh les panoramas, les angles admirables ! c’est délicieusement beau.

angles le pont.jpg

 

Nous savourons.

Lentement, il faut apprécier chaque facette de notre promenade nous allons vers le pont.

angles glycine sous ruines

Je leur avait promis : le moulin est superbe, toutes en conviennent, il  est waouhhh !

C’est un ancien Moulin Banal, celui-ci, rue du Donjon date des XVIIe et XVIIIe siècles.  Le village comptait 3 moulins répartis le long de l’Anglin : en amont, le moulin du pré, en aval le moulin de Remerle et dans la ville le moulin banal, où les villageois avaient le droit de venir faire moudre leur grain. Ce moulin est encore en état de marche.

Les maisons au passage se font mitrailler, elles sont toutes restaurées avec goût et amour.

angles ruines et maison

 

A la sortie du pont, un homme traverse d’un pas décidé la route, un plat évidemment bien garni à la main….. Vu son air sympa, je l’interpelle « Hmmm merci pour le repas ! »

Il éclate de rire, avec un super accent anglais je pense, « chiche me dit il ! »…. il découvre des morceaux de poulet crus bien assaisonnés de sauce forte !!!

Eclat de rire général, je décline son offre…. j’ai adoré ce moment, pas de prise de tête juste un humour partagé.

Fin de l’entracte, suivez le guide c’est à dire Moi…. direction : les bottes…

Au passage nous traversons un ciel paradisiaque : une glycine qui s’étend en parasol, avant une clématite montana couvrait une pergola, Superbe !!!

Comme la nature est généreuse et sait rendre à ceux qui savent lui donner un peu de leur coeur et de leur temps !

Puis nous arrivons face aux bottes qui ont leur légende que voici :

  • Les Bottes sont un exemple de passages sinueux d’Angles-sur-l’Anglin. Cette sente tortueuse, creusée à même la rocher relie la Huche Corne au pont. D’après la légende, les Anglois étaient très attachés à leur évêque et très pieux, ce qui agaçait le diable. Celui-ci descendit alors un jour à Angles pour détourner les habitants de leur religion mais ceux-ci l’attendaient armés de fourches et bâtons. Dépité, le diable s’enfuit en empruntant le passage. En souvenir il imprima la marque de ses bottes dans la roche.

angles trace de bottes.jpg

 

Ahhh la tête des amies qui ne connaissaient pas. Nous grimpons donc vers la Huche Corne, ma première amie inverse ses pieds, attention il faut bien mettre le pied au bon endroit et il vaut mieux monter que descendre, j’ai vu une femme qui ne pouvait plus avancer au milieu des bottes, elle était à ne plus savoir où mettre ses pieds !

J’adore ce passage unique dans la roche, la récompense est en haut la Huche Corne.

  • La Huche Corne. Sise, rue de l’église, son nom provient de l’expression « hucher dans une corne », signifiant « souffler dans une corne ».  Autrefois, le four banal, où les habitants venaient cuire leur pain, était situé du côté de la Ville Haute. Ce four n’était allumé que certains jours. Lorsqu’il était suffisamment chaud, le garde appelait les habitants de la Ville Basse au moyen d’une corne, du haut du promontoire. Selon d’autres sources, un poste de garde se trouvait tout près de la terrasse, les fortifications du château se terminant à cet endroit. En cas d’alerte ou de danger, le garde sonnait du cor afin d’avertir la population.

Le panorama sur les ruines et l’Anglin est top, je mitraille à nouveau, on s’assied sur un vieux banc en bois tiédi par le soleil, c’est le luxe intégral.

Après cette pause méritée nous remontons dans la vieille ville, en direction des Jours d’Angle.

Nous empruntons le passage de l’arceau, j’adore cet endroit où l’on passe sous une maison, les poutres sont très anciennes et oh jolie surprise une hirondelle a fait son nid contre une des poutres. Les maisons  qui bordent cette rue possèdent des caves de 6 à 8 mètres de profondeur creusées dans le rocher. Ce sont les anciens silos pour le sel qui provenait de l’Atlantique. Ceux-ci ont servi jusqu’en 1790, date de l’abolition de la gabelle, impôt sur le sel.

La visite de l’exposition des jours d’Angles est toujours un émerveillement, ces broderies sont un artisanat d’art remarquable.

Nés au XIXème siècle, les Jours d’Angles firent travailler 300 ouvrières jusque dans les années 50 et ont fait la réputation du village pendant plus d’un siècle.

Cette technique de broderies à fils tirés consiste à retirer les fils du tissu, puis à façonner les jours avec du fil et une aiguille. Les Jours ornaient le linge de maison, le linge de corps… La qualité des Jours d’Angles a rendu le village célèbre, notamment auprès des maisons de couture parisiennes.

L’activité de production de Jours s’est poursuivit jusque dans les années 60, avant de chuter définitivement. Aujourd’hui, il n’y a plus d’ouvroir ou d’atelier, mais le savoir-faire est toujours là et constitue un patrimoine à préserver.
Ainsi, en 1981, l’association de Sauvegarde et Rayonnement des Jours d’Angles a été créée. De même, la Communauté de communes, avec la création de la Maison des Jours d’Angles et du Tourisme et l’édition du livret des Jours d’Angles y contribue.

Voici un film qui présente à la fois Angles sur Anglin et les jours d’Angles.

https://www.youtube.com/watch?v=DFqXKJj8os0&feature=youtu.be

Nous dialoguerons un moment avec les brodeuses, j’aurai le droit de prendre quelques photos pour mon blog. (normalement les oeuvres étant protégées c’est interdit)

Nous visiterons ensuite une exposition de peinture au centre d’Angles, j’ai adoré le style de l’artiste.

Puis après un passage à la boutique de Marie qui est fort mignonne, pleine d’idées de cadeaux nous regagnons bien fourbues la voiture.

office du tourisme d’Angles sur Anglin

 

 

Nature : balade avec la LPO à la découverte des oiseaux

Une balade destinée aux amoureux des animaux et de la nature.

Nous partons en compagnie de Madame Chantal Deschamps, bénévole à la Ligue pour la protection des Oiseaux , elle sera notre guide cet après-midi.

Elle nous confie des jumelles, pour observer les oiseaux c’est indispensable.

Nous marchons jusqu’au jardin de René, là elle nous dit : « écoutez les chants »

Un merle est dans l’herbe à chercher à manger. Il n’est pas peureux, notre groupe ne le dérange pas du tout !

merle

Elle identifie le chant d’un chardonneret élégant. Nous le montre perché sur un toit.

chardonneret

Cherche celui du serin Cini.

serin

Elle est épatante, elle reconnait les chants comme ça à leur cadence, les roulements, les silences, les notes, les trilles, j’adore.

Un choucas se pose sur un toit, hop elle nous fait l’observer, les jumelles se braquent, comme il est gros ! il a la tête grise, de loin ça ne se voit pas. On voit même son œil qui luit au soleil !

choucas

Puis nous regardons le ballet des hirondelles, elles chassent en volant, ce sont des hirondelles des fenêtres leur queue est plus courte que celle de l’hirondelle rustique, leur robe est aussi différente. Sur un livre elle nous montre les différences.

hirondelle

 

Elle connait très bien les oiseaux, au fil du propos nous apprenons beaucoup de choses sur eux, pourquoi ils chantent, notamment pour marquer leur territoire mais pas seulement, que le chant est émis par le mâle aussi pour attirer la femelle, c’est aussi la lumière qui les fait chanter.

Chaque oiseau mâle possède son territoire, mais deux espèces qui se nourrissent différemment partagent la même zone géographique.

Elle nous explique aussi que les oiseaux se reconnaissent aussi grace à leur façon de voler, certain ont un vol erratique comme les hirondelles, d’autres ont un  vol linéaire où avec des hauts et des bas…

Elle aurait été à enregistrer tant le propos est dense et intéressant.

Nous continuons notre chemin, nous voyons des nids d’hirondelles sous des gouttières, ces nids sont protégés, il est interdit de les détruire, mais parfois il tombent spontanément. Les hirondelles reviennent d’une année sur l’autre dans le même nid fait de petites boules que l’hirondelle juxtapose, elle utilise de la boue, des brindilles et de la salive, un nid est très long à bâtir. Si d’une saison sur l’autre un nid est abîme l’hirondelle va le réparer.

Nous descendons vers la Creuse, entre temps, d’autre oiseaux ont été vus, accenteur mouchet, pinson des arbres…

accenteur
Accenteur mouchet

 

troglodyte
troglodyte mignon

 

Le groupe suit désormais la Creuse j’adore cette promenade de la Roche Posay. elle est sous les arbres, le long du cours d’eau, nous irons  jusqu’à l’ancien pont de chemin de fer, à notre retour le héron cendré qui niche dans le secteur nous fera le plaisir de poser,mais hélas pas assez longtemps pour que j’aie le temps de l’immortaliser !

 

P1070860
La Creuse, superbe endroit bucolique.

Cette sortie a été si riche, je la recommande à toute personne qui aime la nature, nous en avons tant à apprendre,  les oiseaux nous entourent, c’est banal mais si précieux comme chaque maillon de l’éco système qui donne son équilibre à notre belle terre.

Pour écouter le chant des oiseaux voici un site très bien fait :

Pour tout savoir, ou presque sur les oiseaux, le site Oiseaux.net

Voici le lien pour le site de la Ligue de Protection des Oiseaux :

Le site de la Ligue de Protection des Oiseaux

 

 

 

Super : j’ai gagné le concours photos de curistes à La Roche Posay

Le plaisir de la photographie est d’abord pendant la semaine qui précède le concours : la planque, l’attente, le regard autour de soi à la recherche de LA PHOTO.

J’ai passé deux après midi à tenter de faire « le cliché du siècle » une hirondelle nourrissant ses petits….. pffff j’ai renoncé, j’ai eu des photos sympas, mais bon pas ce que je voulais.

En Brenne j’ai vu de superbes cygnes qui se faisaient face à face, j’ai hésité, mais j’ai gardé ce cliché dont la nature m’avait fait cadeau : le dialogue face au donjon.

Merci à toute l’équipe de l’office du tourisme de la Roche Posay qui se donne bien du mal pour nous faire passer le meilleur des séjours pendant la cure.

P1070522
Voici une autre version où on voit mieux le donjon mais moins l’oiseau

 

La Roche Posay, cure pour la peau mais plus encore…

En arrivant pour la première fois à la Roche Posay, on se demande vraiment ce qui nous arrive. L’endroit  paraît austère, triste sans attrait.

Durant ma dernière cure j’avais un ami curiste, il n’avait pas sa langue dans sa poche il a sorti la phrase suivante que je juge culte : « Purée quand je suis arrivé ici, je me suis demandé où j’arrivais et si je n’avais pas autre chose à faire que de me pendre avec la ceinture de mon peignoir !!!!  »

La ceinture du peignoir de curiste, évidemment.

Mais, a t’il continué avec un super sourire j’ai découvert mille choses et la cure se finit déjà, que de moments super !

 

Eh oui la Roche Posay, c’est un peu ça, une eau qui soigne dans un cadre paisible. Des échanges riches et étonnants entre curistes.

Les personnes qui vont en soin là bas ont souvent une atteinte de la peau de type eczéma, psoriasis, brûlure. Mais aussi des atteintes plus intimes encore, pour les femmes la Roche soigne les suites de cancer. Les femmes vont en cure post cancer pour aider la réparation de leur corps, aussi de leur mental.

Tous curistes réparent là bas aussi leur mental, car les maladies de peau souvent sont une marque mal vue par la société,  souvent aussi elles découlent d’un problème de stress.

Alors, dans les soins, lors des randonnées les curistes parlent, de leurs calvaires, de leurs améliorations aussi, peu à peu l’eau agit en profondeur, elle espace les crises et diminue leur durée.

J’ai pu voir, sur un jeune garçon brulé, Axel*. Au début il était mutique, renfermé à cause de son accident. Il conduisait un buggy, puis l’accident, les tonneaux, l’engin qui prend feu, et lui il est dans le brasier. Le nez, la bouche n’étaient que cicatrices. Peu à peu, il a pris confiance en lui, en fin de cure, je parlais avec joie des progrès que je voyais sur son visage. Sa mère était incrédule devant autant les changements physiques que l’évolution psychologique de son fils. J’ai partagé avec elle ces joies de maman à maman.

 

Autre pathologie, le psoriasis, pendant l’attente on en parle, une femme accompagnait son mari, elle me disait à quel point la maladie l’atteignait aussi à l’intérieur.

J’ai fait ma cure en compagnie d’une amie, en post cancer du sein.

Si vous saviez le bonheur qu’elle avait de vivre, son énergie était communicative, j’ai appris bien des choses auprès d’elle. C’est elle qui m’a ouvert les yeux sur ce qui n’allait pas à l’époque dans mon couple, c’était en 2009 ! Eh oui, c’est juste incroyable.

Un jour je marchais comme souvent avec elle, ce jour là elle avait retiré son bonnet, et en la regardant j’ai vu des cheveux qui repoussaient. Je lui ai dit : diiiiiis passe ta main sur ton crane et dis moi si tu les sens ! tu as une jolie brosse toute courte ! Si vous aviez vu son bonheur à ce moment là, je la remercie d’avoir partagé ces moments si précieux.

Depuis j’ai vu maintes femmes en post cancer, je rend hommage à leur courage et leur force de caractère, c’est notamment en pensant à elle que je publie des articles sur le cancer.

Un outil important à la Roche est aussi l’atelier de maquillage correcteur de la Maison Rose, il aide les femmes dont le visage est défiguré par le problèmes de peau à apprendre à utiliser le maquillage pour se réapproprier une apparence.

Un jour j’y étais pour apprendre à manier les produits, devant moi passait une jeune femme antillaise dont une partie du visage avait été brûlé…… La maquilleuse a su lui redonner son visage d’avant. Sa joie était immense et si émouvante. Je lui ai proposé de la prendre en photo, elle a accepté. Quand elle a vu la photo elle à hurlé de joie puis éclaté en sanglots dans mes bras en me remerciant. Je n’oublierai jamais.

Du coup, je vous ai écrit la Roche Posay mais avec mon cœur, je suis certaine que vous avez envie de la voir telle que je l’ai vécue.

Dans mon prochain article je vais choisir des photos, prises au fil de mes cures. Elles sont douceur et reflètent les sentiments que j’ai tenté de retracer ici.

 

Je vais faire un article sur les à coté de la cure, la station elle même, les charmes cachés mais très présents de cette jolie cité de la Vienne.

Voici déjà le lien vers l’office du tourisme qui fait un super travail.

Office du tourisme de La Roche Posay