Injection : conseils du Docteur Rueff pour mieux la tolérer

Suite à une forte demande, je reprends ci dessous le texte d’une lettre d’information que j’ai recu via la liste de diffusion du Docteur Rueff.

N’oubliez jamais que cette lettre est à titre d’information et non une consultation médicale, les injections sont toujours faites en périodes d’expérimentation (stade habituel de l’expérimentation animale ou sur des personnes rémunérées) et personne ne connaît à ce jour les effets secondaires à moyen et long terme.

La lettre reprend bien les produits contre les principaux poisons contenus dans l’injection, mais en ce qui concerne les modifications génétiques c’est plus obscur !

Les injections prendront fin en octobre, de nouveaux médicaments arrivent en Europe à ce moment là ! mon choix est donc d’attendre d’autant plus que j’ai une maladie auto immune à la suite d’un vaccin classique… et un terrain allergique comme le jeune Maxime qui est mort à 22 ans d’un choc anaphylactique.

J’espère que cette lettre pourra vous aider si vous n’avez que la solution de vous faire injecter, tenez moi au courant et courage, la situation actuelle est très dure pour tout le monde, ce chantage est odieux !

Lettre

Vaccination Covid : mes conseils pour mieux la tolérer

Chère amie, cher ami,

Je tiens à remercier ici toutes celles et ceux qui ont fait des commentaires positifs à ma précédente lettre « La fracture vaccinale, un danger pour la démocratie »[1].

Je reste cependant conscient qu’il faudra aider un certain nombre d’entre vous, qui, pour diverses raisons, ne pourront pas ou ne voudront pas attendre pour se faire vacciner.

Il existe des solutions dans divers domaines afin de mieux préparer la vaccination, d’en diminuer les risques d’effets secondaires ou de traiter ces effets au cas où vous en seriez atteint. C’est ce que je vais aborder.

Mais d’abord un petit rappel

J’ai déjà parlé de toutes les mesures que l’on peut individuellement envisager afin de stimuler notre système immunitaire pour faire en sorte de ne pas tomber malade, ou, si l’on tombe malade, de l’être le moins possible.

Je vous renvoie donc à cette lettre publiée en mai 2020[2] où je vous conviais, avec ou sans vaccin, à une prévention nutritionnelle active que nous pouvons tous suivre facilement.

Une alimentation saine, variée et riche en polyphénols (fruits rouges, thé vert…) est vivement recommandée, ainsi qu’une pratique régulière d’un exercice physique de votre choix, afin de booster votre système immunitaire.

Bien entendu, aucune de ces mesures ne donne une « assurance tous risques » et il faut les assortir de toutes les mesures classiques de distanciation et d’hygiène, mais je peux vous assurer que, dans mon entourage informé de ces données, je n’ai pas rencontré de personnes gravement malades.

Mais le vaccin, contrairement à ce que répètent les « pseudo-experts » des chaînes de télévision, n’est pas non plus une « assurance » de ne pas contracter ni transmettre la maladie[3].

D’ailleurs, le ministre de la Santé britannique ne vient-il pas de contracter le varient Delta après une double vaccination ?

Je précise que n’aborderai pas, dans cette lettre, les propositions de prévention ou de traitement par des médicaments seulement disponibles sur ordonnance, qu’il est formellement déconseillé de prendre en automédication.

Si vous envisagez de vous faire vacciner

Il est important de préparer son corps à la vaccination. Essayez de vous détoxiquer en allégeant votre alimentation et en diminuant vos apports de viande et de produits transformés. Commandez les produits que je vais vous conseiller suffisamment tôt avant la date prévue de votre vaccination, car certains peuvent mettre quelques jours à vous parvenir.

Sachant que le vaccin, parce qu’il va vous faire sécréter dans l’organisme cette fameuse protéine Spike, va en quelque sorte « mimer » la maladie, il serait bon de préparer votre système immunitaire à cette situation.

L’homéopathie en prévention

Je vous propose de commencer par les produits homéopathiques qui sont essentiels et que vous trouverez dans les pharmacies que je vous indique en fin de lettre, où il vous faudra les commander à l’avance.

Mon confrère Laurent Hervieux a mis au point un mélange de souches diluées à la 200e dilution korsakovienne[4], qui a évolué en fonction des différents symptômes rencontrés depuis le début de la pandémie.  Il s’agit de phosphorus, bryonia, eupatorium, arsenicum album, justicia, gelsemium, antimonium tartaricum, beryllium, ammonium sulfuricum, et crotalus . Ce mélange est présenté sous forme de tube de granules, et je vous conseille d’en prendre 3 granules le soir, un soir sur deux. Il s’agit de remèdes qui préviennent à la fois les risques de problèmes respiratoires, inflammatoires et d’hypercoagulation, puisque nous savons maintenant que le Covid est aussi une maladie qui provoque des thromboses.

À ce propos, si vous avez le moindre doute sur votre état vasculaire, je vous conseille, un mois avant et trois mois après la vaccination, d’ajouter :

  • matin et soir, 10 gouttes de Cornus Sanguinea (cornouiller) en macérat glycériné, que vous trouverez sur Internet ou dans les herboristeries ;
  • matin et soir, 10 gouttes sur la langue du mélange des « 4 venins », fabriqué par le laboratoire Weleda, que vous pouvez commander dans toute pharmacie. Il s’agit de : Crotalus Horridus D20, Lachesis D12, Naja Tripudians D10 et Vipera Torva D30.

Vous pouvez également faire pratiquer un examen sanguin, les D-dimères[5], afin de pouvoir, par la suite, surveiller l’évolution de votre coagulation. Si vos D-dimères sont augmentés, soyez prudent !

Mais le plus important à ce stade est de commander, en dilution 200K, des « isothérapiques » du vaccin que l’on va vous injecter. Il s’agit de dilution homéopathique du vaccin. Vous en prendrez une dose la veille du vaccin, et une seconde dose 28 jours plus tard ou la veille de la seconde dose.

On peut aussi, comme le font une majorité de médecins homéopathes, proposer en plus :

  • 3 jours avant la vaccination, une dose de SILICEA 9CH ;
  • 2 jours avant la vaccination, une dose de THUYA 9CH ;
  • la veille de la vaccination, une dose de NUX VOMICA 9CH.

Les compléments alimentaires en prévention

Sur le plan nutritionnel, prévoyez au moins 12 semaines avant la vaccination de faire mesurer votre taux plasmatique de vitamine D, et de vous supplémenter s’il est inférieur à 100 nanogrammes/ml de sang, avec, au choix :

Par la suite, n’hésitez pas à surveiller votre taux et à vous supplémenter si besoin, car un bon taux de vitamine D est une protection fondamentale contre toutes les infections virales.

Ensuite, un mois avant la date prévue pour l’injection, et jusqu’à un mois après (au moins), pensez à stimuler vos défenses immunitaires en prenant 1000 milligrammes de vitamine C matin et soir, avec, au choix :

Ajoutez à cela :

  • 1 gélule, matin et soir de QUERCETINE qui a, elle aussi, des propriétés antivirales particulières[6];
  • du magnésium sous forme de bisglycinate, au moins une gélule de 120 milligrammes aux trois repas, que vous trouverez dans tous les laboratoires de compléments alimentaires et en pharmacie.
  • Du zinc également sous forme de bisglycinate, à raison d’une gélule dosée à 15 milligrammes, 2 à 3 fois par jour. Sachez que le zinc exerce des fonctions antivirales importantes.

Je propose souvent deux autres complexes, avec le même « timing » :

  • le premier pour stimuler et préparer votre flore intestinale : 1 gélule le matin d’IMMU-BIOTIQUES ;
  • le deuxième pour stimuler le système immunitaire, il s’agit d’un mélange de champignons spécifiques anti-infectieux, le MYCO-DEFENSES.

Si vous pensez devoir détoxiquer votre organisme, je vous conseille de prendre dans les jours qui précèdent et les quatre semaines qui suivent la vaccination :

  • 1 gélule matin et soir de VITAL DETOX;
  • 1 gélule 2 à 3 fois par jour de N-ACETYL-CYSTEINE;
  • 2 gélules le matin de GLUTATHION-R ou, pour celles et ceux qui ont du mal à avaler les gélules, 2 comprimés perlinguaux, une heure après les 3 repas, de L-GLUTATHION REDUIT SUBLINGUAL. Pour toutes les propriétés du glutathion, je vous renvoie à la  lettre que j’ai publiée en juillet 2021[7].

Si, malgré la mise en place de toutes ou une partie de ces mesures (principalement les isothérapiques, les vitamines C, D, et le zinc) vous avez des effets secondaires suite au vaccin, voici ce que vous pourriez envisager de faire.

Que faire en cas d’effets secondaires ?

Ils sont nombreux et bien décrits[8], souvent bénins, mais parfois graves pouvant conduire au décès, le plus souvent par thrombose ou atteinte cardiaque.

De plus, on peut légitimement penser qu’ils sont probablement sous déclarés, certains d’entre nous ne les ayant pas signalés à leur médecin (ou le médecin n’ayant pas jugé bon de les signaler sur les sites référents[9]).

  • Douleur persistante au point d’injection avec picotements et douleurs dans le bras, parfois prémices de crampe ou de paralysie ;
  • Fièvre, courbatures, frissons, nausées, céphalées et fatigue extrême pendant une durée d’un à cinq jours ;
  • Fatigue prolongée, baisse des capacités cognitives et intellectuelles, perte du goût et/ou de l’odorat parfois pendant plusieurs mois ;
  • Risque de syndrome de Guillain Barré, en particulier avec le vaccin Janssen[10].

La pharmacovigilance sur les vaccins a enregistré en France, au 3 juin 2021 (ANSM) 37 850 effets indésirables, dont : 

  • 11 270 effets indésirables graves, comprenant au moins 820 décès
  • 694 AVC graves
  • 379 pronostics vitaux engagés
  • 209 paralysies de Bell graves[11]
  • 46 syndromes de Guillain Barré

N’oublions pas qu’à ce jour, nous n’avons aucune donnée qui permettrait de prévoir des risques à moyen et à long terme.

Après la vaccination, pour éviter douleur et inflammation au point d’injection, vous pouvez faire un cataplasme d’argile sur la zone, de 2 cm d’épaisseur et de 5 à 10 cm de diamètre, à changer toutes les 2 heures.

Pour parer aux éventuels effets secondaires, continuez à prendre les produits recommandés ci-dessus :

  • la préparation de dilutions homéopathiques en 200K à raison de 3 granules 3 fois par jour pendant 3 jours, puis 3 granules une fois par semaine pendant toute la durée des symptômes ;
  • l’isothérapique du vaccin : 1 dose en 200K rapidement après la vaccination, puis 1 dose en MK 7 jours plus tard, et ensuite 1 dose en XMK 14 jours plus tard ;
  • du glutathion, en doublant voire quadruplant les doses que j’ai mentionnées ci-dessus ;
  • au moindre risque de trouble de la coagulation (sauf si vous prenez un traitement anticoagulant), n’hésitez pas à prendre immédiatement 10 à 15 gouttes de bourgeons de cornouiller et de la préparation des 4 venins que j’ai décrite ci-dessus, avec :
  • SURAMINE D6, 5 granules 3 fois par jour (en cas de problèmes pulmonaires) ;
  • STANNUM METALLICUM 4CH, 5 granules une fois par jour, (également en cas de problèmes pulmonaires) ;
  • KALI PHOSPHORICUM D6, 3 granules 3fois par jour (en cas d’épuisement physique ou psychique).

En cas de grande fatigue, d’intolérance à l’effort et de problèmes pulmonaires, commencez par le GLUTATHION-R jusqu’à 2 grammes par jour et N-ACETYL CYSTEINE  jusqu’à 6 gélules par jour en cas d’essoufflement et de difficultés respiratoires, avec 15 gouttes matin et soir de bourgeons de Cornus Sanguinea  et du complexe 4 venins de Weleda pour limiter les risques d’hypercoagulation et de thrombose.

En cas de fatigue prolongée et/ou de somnolence, de perte du goût et/ou de l’odorat :

  • doublez les doses de zinc et de vitamine C ;
  • SUPER OMEGA 3, 1 à 2 capsules par jour, pour diminuer l’inflammation ;
  • ACIDE ALPHA R-LIPOÏQUE, 1 gélule matin et soir[12] dans le même but ;
  • NADH 2 à 4 gélules par jour[13], pour la fatigue ;
  • ACETYL L-CARNITINE, jusqu’à 6 gélules par jour[14] également pour la fatigue.

En cas de fatigue, d’essoufflement et de risque cardiovasculaire ou de troubles du rythme cardiaque, suivez les mêmes mesures avec, en plus, une capsule de coenzyme Q10 UBIQUINOL 100 au cours d’un repas, ou pour ceux qui ont du mal à avaler les gélules, 1 sachet UBIQUINOL 100 sur la langue à distance d’un repas.

En cas d’écoulement nasal, problèmes ORL, rhume et rhinite (variant Delta), prenez ANDROGRAPHIS en extrait standardisé, 2 à 3 gélules par jour, avec le traitement homéopathique habituel.

En cas de troubles cognitifs, suivez les mêmes mesures qu’en cas de fatigue, avec, en plus, ATTENTIV’ VITALL, 1 à 2 gélules par jour. Ce remède contient de la scutellaire, aussi appelée Huang qin dans la tradition chinoise, qui possède des propriétés apaisantes et toniques, et du bacopa, qui contribue aux bonnes performances cognitives. 

En cas de troubles digestifs avec diarrhée :

  • Charbon végétal (dans toutes les pharmacies) 1 à 3 cuillères à café par jour, avec éventuellement la même dose d’argile verte et fine ;
  • GEMMO COMPLEXE INTESTINS, 2 à 6 gélules par jour ;
  • LACTOBACILLUS RHAMNOSUS, 1 gélule par jour à distance de l’argile et du charbon.

En conclusion, si vous vous faites vacciner, et selon si vous souffrez de certaines comorbidités vasculaires, immunitaires ou neurologiques, n’hésitez pas à mettre en œuvre tout ou en partie ces mesures. Elles sont sans aucun risque et ne nécessitent aucune prescription. En cas de symptômes persistants en post-vaccinal ou post-Covid, je vous conseille de maintenir ces supplémentations pendant au moins un mois ou plus si les symptômes n’ont pas disparu.

Cependant, prévenez votre médecin afin que ces supplémentations n’interfèrent pas avec d’autres médicaments qui pourraient vous être conseillés, ou certains traitements comme les anticoagulants et/ou les corticoïdes.

Permettez-moi un souhait : celui de ne n’avoir pas besoin de ces conseils.

Prenez bien soin de vous,

Docteur Dominique Rueff


P.S. : Vous pouvez commander certaines des souches homéopathiques citées, notamment les isothérapiques du vaccin, dans l’une des pharmacies ci-dessous, qui vous les enverront par la Poste :

  • Pharmacie des Archers : 03 26 55 30 00
  • Pharmacie GAL : 04 67 67 02 14
  • Pharmacie Hildegard : 00 32 22 15 37 12 

A diffuser largement, trop de victimes venant de VaX….1 en France et ailleurs dans le monde, contre un couillonasurvi91 qui est du pipeau.

Voilà le texte reçu ce matin d’un internaute que je remercie vivement, il est passé sur Fesse de bouc où il a eu un avertissement !

Comme vous le remarquerez ce texte est codé, mais compréhensible.

Pour bien comprendre le texte, nous avons modifié celui-ci en employant des …SS… là où il faut pour que la vérité soit dite.

Certains ensemble de mots «entre » sont transformés, ou mis à l’envers. Faites votre exercice de lecture.

Il s’agit d’un texte préparé par une femme médecin travaillant en Suisse romande afin d’alerter ses patients avant qu’ils acceptent de se faire vaX…SS…ciner contre le « Couillon à vieux rus …9 ».

Votre consentement éclairé avant de recevoir le vac…SS…cin à « 91 DIVOC NRA  » – Quelques vérités à accepter avant que je vous injecte le vac…SS…cin :

1. Je comprends que je reçois un vac…SS…cin expérimental, entièrement nouveau, avec des ingrédients inédits qui n’ont jamais été administrés en masse avant l’été 2020.

2. Je consens à participer à une expérience internationale menée par des entreprises pharmaceutiques et des politiciens qui n’assument aucune responsabilité pour tout dommage causé.

3. Je suis d’accord de fournir mes données médicales personnelles pendant l durée de deux ans, au cours de cette étude post-autorisation de phase 3 puis 4.

4. Je comprends que les vac…SS…cins sont encore en phase expérimentale et que les essais cliniques de phase 3 sont en cours – leurs achèvements prévus en octobre 2022 pour « anredoM » et en janvier 2023 pour « ytanrimoC hceTNoiB-rezifP »

5. Je suis au courant que les résultats définitifs de la sécurité et de l’efficacité de ces vac…SS…cins expérimentaux sont inconnus à ce jour.

6. Je prends conscience que ce vac…SS…cin expérimental est un produit de génie génétique 100% synthétique – c’est un OGM, un organisme génétiquement modifié, qui sera injecté dans mon corps.

7. Je comprends que ce vac…SS…cin expérimental peut : ne pas me protéger de la maladie « Couillon 91-div (ne protégerait potentiellement que des formes graves) ni prévenir la transmission du « vieux rus 2-VoC-SARS »

8. Je reconnais que l’analyse du ratio bénéfice-risque de ce vac…SS…cin expérimental est fondée sur des risques inconnus et minimisés, et des avantages surestimés et présumés. Les risques potentiels incluent l’atteinte à la fertilité, troubles de la coagulation et troubles neurologiques.

9. J’accepte l’idée fausse selon laquelle être humain signifie être toujours un contaminant potentiel et un vecteur de maladie, idée faite pour susciter la peur.

10. Je comprends qu’avec le vac…SS…cin, je dois garder les mesures barrières : règles de distanciation sociale, du port du masque, PCR et quarantaine si je suis testé(e) positif(ve) à l’avenir.

11. Je reconnais qu’à ce jour, des milliers de décès ont été signalés à la suite de cette campagne de vac…SS…cination expérimentale, ainsi que des centaines de milliers de blessés souffrant de troubles neurologiques, d’inflammations sévères et d’effets indésirables cardiovasculaires (thromboses, AVC, infarctus)

12. Je comprends que la maladie de « Couillon a vieux rus » n’est à haut risque que pour les personnes âgées et les immunodéprimés, et que pour que plus de 99.7% de la population le décès n’est pas un risque : 99.7% de survie !

13. J’ai pris connaissance des politiques et accords en Suisse concernant l’indemnisation et les compensations (maximum payé= CHF 70’000) : je comprends qu’il pourrait s’avérer impossible de poursuivre le fabriquant de cette injection contre le « Couillon à vieux rus 91-div » au cas où elle serait responsable d’un dommage sur ma santé, ou d’un décès.

14. Je comprends et j’ai lu la liste des effets indésirables significatifs signalés en lien avec les injections contre le Couillon à vieux rus 91-div ». Les effets indésirables connus comprennent : l’infection au « Couillon à vieux rus 91-div », l’anaphylaxie, des problèmes neurologiques, troubles cardio-vasculaires graves, maladies auto-immunes, affections chroniques, la cécité et la surdité, problèmes de fertilité, dommages sur les fœtus, fausse-couches, mort-nés et décès.

15. Je suis informé que la probabilité statistique de décès par « Couillon à vieux rus » est de 0,003% pour les jeunes (entre 0 et 19 ans), 0,02% entre 20 et 49 ans, 0,5% pour des individus âgés de 50 à 69 ans, 5,4% pour les seniors âgés de 70 ans et plus quand non soignés (tel qu’il a été fortement recommandé de le faire : »restez chez vous ! ») Que les données actuelles indiquent 0,002% de mortalité après l’injection.

16. J’ai pris connaissance que bien que vendues sous le nom de « vac…SS…cins », ces injections « mNRA 91-divoC », sont des thérapies géniques expérimentales. Les fabricants de vac…SS…cin décrivent officiellement l’approche ARNm, jamais autorisée auparavant, comme un moyen de « programmer les cellules d’un individu » ou, en usant de la terminologie de la société « anredoM », comme le déploiement d’un nouveau « logiciel ». Dans la recherche passée, les injections de ARNm ont montré qu’elles avaient un élément inflammatoire intrinsèque, ce qui rend difficile la détermination d’une balance bénéfice/risque « acceptable ».

17. En tant que cobaye, je suis bien conscient.e que, contrairement à tout autre essai thérapeutique de médicament, je ne serai pas payé.e/défrayé.e par le laboratoire pour cet essai de phase 3 dans la population générale. J’ai bien lu et compris, je donne mon consentement éclairé et j’accepte de me faire vac…SS…ciner en toute liberté avec le vac…SS…cin expérimental « anredoM/rezifP » et décharge entièrement mon médecin de toute responsabilité civile et pénale concernant cette injection et ses possibles conséquences. *

Fait à ….. Le….Signature du patient/de la patiente Merci de diffuser cet article à vos ami(e)s. » Même aux médecins que vous connaissez, pour que ceux d’autres eux qui ont mis un costume de mouton, se souviennent de leur serment d’Hypocrate…

*Nota : j’admets que si je suis titulaire d’une assurance vie celle ci ne paiera plus de prime de déces à mes ayants droits car j’ai pris part à une thérapie expérimentale !

Christophe André, né en 1956 à Montpellier est un psychiatre/psychotérapeute français.

Je cite le Wiki : Il soutient sa thèse de doctorat en médecine à Toulouse en 1980, puis son mémoire de psychiatrie en 1982. De 1992 à 2018, il exerce à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, au sein du service hospitalo-universitaire de santé mentale et de thérapeutique. Il est spécialisé dans la prise en charge des troubles anxieux et dépressifs, et tout particulièrement dans le domaine de la prévention des rechutes.

Chef de file des thérapies contemportementales cognitives, il a introduit la méditation comme moyen thérapeutique en psychothérapie.

Voici donc la vidéo où il exprime son avis sur les effets du confinement sur la santé mentale

Vous pouvez laisser en commentaire votre vécu du confinement, un partage est toujours enrichissant.

Bonne journée à vous.

Marie

Humeur : André Comte-Sponville: « J’aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu’y échapper dans un État totalitaire »

Bonjour,

j’ai repris cet article initialement au début du premier confinement, je parlais déjà de dérive dictatoriale… Hélas vérifiée depuis.

Il s’avère aussi que bien des éléments se sont rajoutés, on peut citer la désinformation venant de médias subventionnés, les scientifiques achetés par les laboratoires… un Vaxx qui est très peu testé et tue ou handicape… il tient de la thérapie génique plus que d’une protection contre un pseudo virus.

Année 2020 à l’actualité chargée ! Je gage que le début de 2021 va aussi déménager !

Bon courage à tous ! Prenez soin de vous ❤️

Je n’ai pas pris la plume depuis le début du confinement, cependant je désire partager dans quelques articles des jalons sur cette crise sanitaire ou dictatoriale !

Je mets en avant un point de vue que je partage, c’est un article de Simon Brunfaut publié dans l’écho.

Le philosophe André Comte-Sponville nous livre ses impressions sur la crise sanitaire actuelle et s’insurge contre le politiquement correct.

Figure incontournable de la pensée française contemporaine, André Comte-Sponville a rendu la philosophie populaire. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il a notamment publié le fameux « Petit traité des grandes vertus », qui s’est vendu à des milliers d’exemplaires. Entretien.

La grippe de 1968 – « grippe de Hong Kong » – a fait environ un million de morts, dans l’indifférence quasi générale. Pourquoi, cinquante ans plus tard, nos sociétés réagissent-elles de manière totalement différente face à la menace du coronavirus?

La grippe dite « asiatique », en 1957-1958, en avait fait encore plus, et tout le monde l’a oubliée. Pourquoi cette différence de traitement? J’y vois trois raisons principales. D’abord la mondialisation, dans son aspect médiatique: nous sommes désormais informés en temps réel de tout ce qui se passe dans le monde, par exemple, chaque jour, du nombre de morts en Chine ou aux États-Unis, en Italie ou en Belgique… Ensuite, la nouveauté et le « biais cognitif » qu’elle entraîne: le Covid-19 est une maladie nouvelle, qui, pour cette raison, inquiète et surprend davantage. Enfin une mise à l’écart de la mort, qui la rend, lorsqu’elle se rappelle à nous, encore plus inacceptable.

Notre rapport à la mort a-t-il changé? La mort est-elle devenue en quelque sorte inacceptable aujourd’hui?

Elle l’a toujours été, mais comme on y pense de moins en moins, on s’en effraie de plus en plus, lorsqu’elle s’approche. Tout se passe comme si les médias découvraient que nous sommes mortels! Vous parlez d’un scoop! On nous fait tous les soirs, sur toutes les télés du monde, le décompte des morts du Covid-19. 14.000 en France, à l’heure actuelle, plus de 4.000 en Belgique… C’est beaucoup. C’est trop. C’est triste. Mais enfin faut-il rappeler qu’il meurt 600.000 personnes par an en France? Que le cancer, par exemple, toujours en France, tue environ 150.000 personnes chaque année, dont plusieurs milliers d’enfants et d’adolescents? Pourquoi devrais-je porter le deuil des 14.000 mors du Covid 19, dont la moyenne d’âge est de 81 ans, davantage que celui des 600.000 autres? Encore ne vous parlais-je là que de la France. À l’échelle du monde, c’est bien pire. La malnutrition tue 9 millions d’êtres humains chaque année, dont 3 millions d’enfants. Cela n’empêche pas que le Covid-19 soit une crise sanitaire majeure, qui justifie le confinement. Mais ce n’est pas une raison pour ne parler plus que de ça, comme font nos télévisions depuis un mois, ni pour avoir en permanence « la peur au ventre », comme je l’ai tant entendu répéter ces derniers jours. Un journaliste m’a demandé – je vous jure que c’est vrai – si c’était la fin du monde! Vous vous rendez compte? Nous sommes confrontés à une maladie dont le taux de létalité est de 1 ou 2% (sans doute moins, si on tient compte des cas non diagnostiqués), et les gens vous parlent de fin du monde.

Emmanuel Macron a rappelé dans son dernier discours que « la santé était la priorité ». La santé est-elle devenue la valeur absolue dans nos sociétés?

Hélas, oui! Trois fois hélas! En tout cas c’est un danger, qui nous menace. C’est ce que j’appelle le pan-médicalisme: faire de la santé (et non plus de la justice, de l’amour ou de la liberté) la valeur suprême, ce qui revient à confier à la médecine, non seulement notre santé, ce qui est normal, mais la conduite de nos vies et de nos sociétés. Terrible erreur! La médecine est une grande chose, mais qui ne saurait tenir lieu de politique, de morale, ni de spiritualité. Voyez nos journaux télévisés: on ne voit plus que des médecins. Remercions-les pour le formidable travail qu’ils font, et pour les risques qu’ils prennent. Mais enfin, les experts sont là pour éclairer le peuple et ses élus, pas pour gouverner.

Cette crise est-elle révélatrice de notre finitude et de notre vulnérabilité?

Finitude et vulnérabilité font partie de notre condition. Personne ne l’avait oublié, sauf, peut-être, quelques journalistes… Tant mieux s’ils redeviennent plus lucides!

INTERVIEW | Charles Michel: « Après cette crise, si nous posons les bons choix, nous serons plus forts »

Cette épidémie nous place devant l’inconnu. Nous allons plus que jamais devoir apprendre à vivre avec l’incertitude?

Il suffit de vivre. L’incertitude, depuis toujours, est notre destin.

Certains ont parlé d’une espèce de « vengeance de la nature » au sujet de cette épidémie. Est-elle le signe, selon vous, d’un déséquilibre profond entre l’être humain et son environnement?

Parler d’une vengeance de la nature, c’est une sottise superstitieuse. En revanche, qu’il y ait un déséquilibre entre l’homme et son environnement, ce n’est que trop vrai. Cela s’explique à la fois par la surpopulation – nos enfants ne meurent plus en bas-âge: on ne va pas s’en plaindre – et la révolution industrielle, grâce à laquelle la famine a disparu de nos pays et a formidablement reculé dans le monde: là encore, on ne va pas s’en plaindre. Mais la conjonction de ces deux faits nous pose des problèmes énormes. Le réchauffement climatique fera beaucoup plus de morts que le Covid-19!

Par son caractère planétaire, cette crise nous force-t-elle à repenser la mondialisation ainsi que les liens entre les États? Peut-elle déboucher, selon vous, sur une nouvelle donne géopolitique?

Moi, ce qui me frappe, c’est d’abord la formidable coopération, à l’échelle du monde, de nos scientifiques, et les progrès très rapides qu’ils font, par exemple pour trouver le code génétique de ce virus et chercher un vaccin et un traitement. Ce n’est pas la mondialisation qui crée les virus. La peste noire, au 14e siècle, a tué la moitié de la population européenne, et la mondialisation n’y était pour rien. En revanche, ce que cette crise nous apprend, c’est qu’il est dangereux de déléguer à d’autres pays, par exemple à la Chine, les industries les plus nécessaires à notre santé. Bonne leçon, dont il faudra tenir compte!

Certaines voix s’élèvent pour critiquer le blocage économique, qui pourrait créer des dégâts immenses, pires peut-être que le virus lui-même… Qu’en pensez-vous?

J’en suis d’accord, et c’est ce qui m’effraie. Je me fais plus de soucis pour l’avenir professionnel de mes enfants que pour ma santé de presque septuagénaire. La France prévoit des dépenses supplémentaires, à cause du Covid et du confinement, de 100 milliards d’euros. Je ne suis pas contre. Mais qui va payer? Qui va rembourser nos dettes? Nos enfants, comme d’habitude… Cela me donne envie de pleurer.

Cette crise aura-t-elle un impact à plus long terme sur nos libertés?

Le confinement est la plus forte restriction de liberté que j’aie jamais vécue, et j’ai hâte, comme tout le monde, d’en sortir. Pas question, sur le long terme, de sacrifier la liberté à la santé. J’aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu’y échapper dans un État totalitaire!

Au sujet de l’après-crise, certains réclament le retour à la normale et au monde d’avant, tandis que d’autres prédisent un monde nouveau…

Le monde d’avant ne revient jamais. Essayez un peu de revenir aux années 1970… Mais à l’inverse, on ne recommence jamais à partir de zéro. L’histoire n’est jamais une page blanche. Ceux qui croient que tout va rester pareil se trompent. Ceux qui croient que tout va changer se trompent aussi.

INTERVIEW | Jonathan Holslag (sinologue): « Le problème n’est pas la Chine: c’est nous-mêmes »

On a vu se développer des mouvements de solidarité, notamment envers les ainés, ainsi qu’une plus grande reconnaissance envers le personnel soignant et d’autres professions souvent dévaluées. Ces comportements altruistes peuvent-ils s’inscrire naturellement dans la durée ou faudra-t-il leur donner un cadre légal et politique pour les faire exister à plus long terme?

L’altruisme ne date pas d’hier. L’égoïsme non plus. Ils continueront donc de cohabiter, comme ils le font depuis 200.000 ans. Donc oui, comptons sur la politique et le droit plutôt que sur les bons sentiments. Quant à nos aînés, leur problème ne commence pas avec le Covid-19. Vous êtes déjà allé dans un EHPAD? Le personnel y fait un travail admirable, mais quelle tristesse chez tant de résidents. Pardon de n’être pas sanitairement correct. En France, il y a 225.000 nouveaux cas de la maladie d’Alzheimer chaque année, donc peut-être dix fois plus que ce que le Covid-19, si le confinement fonctionne bien, risque de faire. Eh bien, pour ma part, je préfère être atteint par le coronavirus, et même en mourir, que par la maladie d’Alzheimer!

Le confinement est-il le moment opportun pour réfléchir à nos modes de vie? De quelle manière la philosophie peut-elle nous aider en cette période?

Tous les moments sont opportuns pour philosopher. La philosophie peut nous aider en nous poussant à réfléchir, à prendre du recul, plutôt que de nous laisser emporter par nos émotions – à commencer par la peur – et le politiquement correct.

Quels sont les enseignements positifs que nous pouvons tirer de cette crise?

J’en vois trois principaux. D’abord l’importance de la solidarité: se protéger soi, c’est aussi protéger les autres, et réciproquement. Ensuite le goût de la liberté: quel plaisir ce sera de sortir de cette « assignation à résidence » » qu’est le confinement! Enfin l’amour de la vie, d’autant plus précieuse quand on comprend qu’elle est mortelle. Gide l’a dit en une phrase qui m’a toujours frappé: « Une pas assez constante pensée de la mort n’a donné pas assez de prix au plus petit instant de ta vie. » Le Covid-19, qui fait que nous pensons à la mort plus souvent que d’habitude, pourrait nous pousser à vivre plus intensément, plus lucidement, et même – lorsqu’il sera vaincu – plus heureusement.

Journée internationale des droits de la femme 8 mars 2020

Citation :

On a proclamé les Droits de l’homme, mais on a imposé des devoirs à la femme sans lui reconnaître aucun droit.

Jeanne Deroin – Profession de foi.

Des femmes somaliennes en train de manifester
Image captionDes femmes somaliennes en train de manifester

  • Origine
  • Un mouvement syndical en 1908, 15 000 femmes ont défilé dans la ville de New York pour réclamer des heures de travail moins longues, de meilleurs salaires et le droit de vote. C’est le Parti socialiste américain qui a déclaré la première Journée nationale de la femme, un an plus tard.
  • L’idée rendre cette journée internationale est venue d’une femme appelée Clara Zetkin.
  • Elle a suggéré l’idée en 1910 lors d’une conférence internationale des femmes travailleuses à Copenhague. 100 femmes venues de 17 pays étaient présentes, et ont accepté sa proposition à l’unanimité.
  • Cette journée a été célébrée pour la première fois en 1911, en Autriche, au Danemark, en Allemagne et en Suisse. Le centenaire a été célébré en 2011, et donc cette année nous célébrons techniquement la 109ème Journée internationale de la femme.
Clara Zetkin a fondé la Journée internationale de la femme en 1910
Image captionClara Zetkin a fondé la Journée internationale de la femme en 1910
  • Les choses ont été officialisées en 1975 lorsque les Nations unies (ONU) ont commencé à célébrer cette journée. Le premier thème adopté par les Nations unies (en 1996) était « Célébrer le passé, planifier l’avenir ». Le thème de cette année est «  Je suis de la Génération Égalité : Pour les droits des femmes et un futur égalitaire  », et demande aux gens de travailler ensemble pour créer un monde égalitaire.
  • La Journée internationale de la femme est devenue une date pour célébrer le chemin parcouru par les femmes dans la société, en politique et en économie, tandis que les racines politiques de la journée en plutôt un jour de grèves et de manifestations pour sensibiliser à la persistance des inégalités.
  • La date : Le 8 Mars.
  • Cette Journée internationale de la femme n’avait pas de date fixe. Elle n’a été officialisée qu’en 1917, lors d’une grève en temps de guerre, lorsque les femmes russes ont exigé « du pain et la paix ». Quatre jours après le début de la grève des femmes, le Tsar a été contraint d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes. La date à laquelle la grève des femmes a commencé sur le calendrier julien, alors en usage en Russie, était le dimanche 23 février. Dans le calendrier grégorien, ce jour était le 8 mars – et c’est à cette date qu’il est célébré aujourd’hui.

Et l’homme : un jour ?

  • Il y en a effectivement un, le 19 novembre. Mais elle n’est célébrée que depuis les années 1990 et n’est pas reconnue par l’ONU. Elle est célébrée dans plus de 60 pays, dont le Royaume-Uni. Les objectifs de cette journée sont « d’attirer l’attention sur la santé des hommes et des garçons, d’améliorer les relations entre les sexes, de promouvoir l’égalité entre les sexes et de mettre en évidence les modèles masculins positifs ». Le thème de 2019 était « Faire la différence pour les hommes et les garçons ».
  • Ici ou là…
La Sénégalaise Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fifa
Image captionLa Sénégalaise Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fifa

La Journée internationale de la femme est un jour férié national dans de nombreux pays, notamment en Russie où les ventes de fleurs doublent pendant les trois ou quatre jours autour du 8 mars.

En Chine, de nombreuses femmes bénéficient d’une demi-journée de congé le 8 mars, comme le conseille le Conseil d’État, bien que de nombreux employeurs ne répercutent pas toujours cette demi-journée sur leurs employées.

En Italie, la Journée internationale de la femme, ou la Festa della Donna, est célébrée par le don de fleurs de mimosa. L’origine de cette tradition n’est pas claire, mais on pense qu’elle a commencé à Rome après la Seconde Guerre mondiale.

  • Thème 2020

Cette année, la campagne de la Journée internationale de la femme a choisi le thème #EachForEqual, qui s’inspire de l’idée d’individualisme collectif.

« Nous faisons tous partie d’un tout », affirme la campagne. « Nos actions, conversations, comportements et mentalités individuels peuvent avoir un impact sur notre société dans son ensemble.

« Collectivement, nous pouvons faire en sorte que le changement se produise. Collectivement, nous pouvons chacun contribuer à créer un monde égalitaire entre les sexes ».

Alexandria Ocasio-Cortez embrasse un supporter lors de la célébration de sa victoire

Ces dernières années, le mouvement des femmes a atteint une ampleur sans précédent. En octobre 2017, des millions de personnes ont commencé à utiliser le hashtag #MeToo sur les réseaux sociaux pour dénoncer les expériences de harcèlement et d’agression sexuelle, et pour dénoncer leur fréquence.

En 2018, la conversation #MeToo a pris une dimension mondiale, avec des pays comme l’Inde, la France, la Chine et la Corée du Sud qui se sont joints à la conversation pour exiger un changement. Aux États-Unis, un nombre record de femmes ont été élues lors des élections de mi-mandat.

L’année dernière, l’avortement a été dépénalisé en Irlande du Nord et une loi qui contrôlait la façon dont les femmes se comportaient et s’habillaient en public a été abrogée au Soudan.

line
100 women BBC season logo

Humeur : amitié, comme tu es belle – Hommage à mes amis

J’ai eu l’oreille attirée par les paroles de cette chanson, elle célèbre l’amitié telle que je la vois.

C’est un titre du groupe Indochine, vous la connaissez peut être, je vous mets le lien pour la vidéo en fin d’article.

Karma Girls est une chanson interprétée par le groupe français Indochine, écrite par Jean Louis Murat et composée par Nicola Sirkis et Olivier Gérard. Il s’agit du cinquième single, sorti le 13 mars 2019 en radio, de l’album 13.

C’est la seconde fois que Jean-Louis Murat écrit pour Indochine après la chanson Un singe en hiver qui figure sur l’album Paradize sorti en mars 2002 et qui fut extraite en single en novembre 2003.

Nicola Sirkis chante un texte  qui raconte une amitié indéfectible qui dure jusque dans l’au-delà.

Karma girl (paroles)

Je sais de toi 
Tout de toi 
Mon ami, viens, je sais tout de toi 
Je sais tout de ta vie 
Dieu m’a dis 
Mon ami, viens, je sais tout de toi 
Marcher jusqu’à la mort 
Et avec toi 
Mon ami, à ton bras 
Oui, je sais tout de toi

Toujours mon cœur sait où tu vas 
Mon ami, mon cœur bat pour toi 
Oui, je sais tout de toi 
Tout de toi 
Mon ami, viens, je sais tout de toi

Sur la terre chaque nuit 
Avec toi 
Partout à ton bras 
Je sais tout de ta vie 
Dieu m’a dis 
Mon ami, viens, je sais tout de toi 
Marcher jusqu’à la mort avec toi 
Mon ami, oui, on y croit encore 
Jusqu’ici dans la nuit 
Au hasard 
Oui, je sais tout de toi 
Oui, je prends tout de toi

https://www.youtube.com/watch?v=S9Ur4ruX5HA

Enjoy…… I do 🙂

Belle journée à vous.

Je dédicace cet article à mes amis…. je les embrasse et je les remercie d’être là pour moi, ils se reconnaîtront….

Homme du jour : Martin Luther King

Il fut assassiné le 4 avril 1968, triste anniversaire, ayons une pensée pour cet homme hors du commun !

Il fut le plus jeune lauréat du prix Nobel de la Paix en 1964, pour sa lutte non violente contre la ségrégation raciale et pour la Paix.

« A la fin nous nous souviendrons non pas de nos ennemis, mais des silences de nos amis »

Martin Luther King.

Respect et admiration pour un homme extraordinaire.