Santé : migraine, pourquoi certains aliments nous donnent mal à la tête

Peut être une piste pour nous les migraineux…

Une nouvelle étude suggère que les migraines qui touchent environ 7 millions de Français seraient dues à des bactéries buccales.

La symbiose entre l’homme et les bactéries qui l’habitent est essentielle pour la vie, mais elle pourrait avoir dans certains cas une contrepartie douloureuse. Une étude, publiée dans la revue mSystems de l’American Society for Microbiology, a découvert que les personnes aux prises avec des migraines possédaient des taux d’une bactérie buccale plus élevés que les personnes qui étaient non migraineuses. Ces bactéries en question ont la particularité de réduire les nitrates, c’est-à-dire les transformer, en nitrites et en oxyde nitriques, des éléments essentiels pour le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire. Une action que le corps humain ne peut faire sans ces bactéries. Les nitrates sont présentes dans les viandes transformées, la charcuterie, ou encore les légumes verts, mais aussi dans des médicaments pour le cœur.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs de la San Diego School of Medicine aux Etats-Unis ont effectué des prélèvements buccaux chez des personnes migraineuses et chez d’autres non-migraineuses qui ont aussi rempli un carnet alimentaire et la fréquence de leurs maux de tête. Résultats, les bactéries étaient présentes de manière beaucoup plus significative chez les personnes migraineuses que chez les non-migraineux. « Cela pourrait s’expliquer par le fait que, lors d’une prise alimentaire ou médicamenteuse d’un élément riche en nitrates, ces bactéries présentes dans la bouche dégradent massivement le nitrate, déclenchant ainsi les crises migraineuses », explique le Dr Embriette Hyde, chercheuse et coauteure de l’étude.

Si cette étude apporte des éléments intéressants, le processus exact d’opération de ces bactéries réductrices du nitrate, du nitrite et de l’oxyde nitrique dans l’apparition de crises de migraine reste incertain. « Alors que le lien entre les migraines et les nitrates est connu depuis longtemps, les chercheurs ne sont pas encore certains de la nature du lien. Nous savons que tout dépend de la formation d’oxyde nitrique, mais le mécanisme chimique exact n’a pas encore été établi », conclut Embriette Hyde.

Source : Pourquoi Docteur.

autre article sur les migraines

Un remède naturel contre les migraines

 

 

 

 

Sciences et superbe :Cette lycéenne sud-africaine a trouvé l’arme anti-sécheresse

Kiara Nirghin a 16 ans et c’est une génie

Écorce d’orange, peaux d’avocat… Contre le manque de ressources en eau, Kiara Nirghin a trouvé une étonnante solution.

Sélectionnée dans le cadre du concours des meilleures inventions, Kiara Nirghin a découvert une solution naturelle permettant d’alimenter les sols en eau. Un produit miracle à base d’écorce d’orange et de peau d’avocat.

Insolite : lieux abandonnés par l’homme terrifiants et poétiques

Que diriez-vous d’un petit voyage dans de superbes endroits abandonnés où le temps s’est complètement arrêté ? Voici un petit voyage insolite comme je les aime.

L’homme s’est emparé du monde mais a aussi abandonné des milliers de lieux qui recèlent bien des mystères aujourd’hui. Partout sur Terre, il existe des lieux qui ont totalement été laissés à l’abandon et nous fascinent par leur beauté mélancolique.

Qu’ils aient été victimes de catastrophes naturelles ou devenus obsolètes pour l’homme, ces endroits nous prouvent que Dame Nature peut reprendre ses droits et nous offrir un spectacle aussi terrifiant que poétique.

Oseriez-vous franchir les portes de quelques-uns de ces lieux totalement abandonnés, dont certains vous donneront la chair de poule ?

Le Christ des abysses à San Fruttuoso en Italie

 christ des abysses
Il parait fantomatique, impressionnant non ?
En Italien, on l’appelle Il Cristo Degli Abissi, et il s’agit d’une sculpture en bronze de 17m de hauteur située dans la baie de San Fruttuoso de Camogli en Italie. Cette imposante sculpture a été créée par le sculpteur Guido Galletti. A la fin du mois de juillet, chaque année, une cérémonie est célébrée en mémoire des victimes de la mer.

Le village de Kolmanskop dans le désert de Namibie 

Le village de de Kolmanskop est situé en Namibie dans le désert à quelques kilomètres de Lüderitz. Fondé à la fin du 19e par des colons allemands, elle a connu une expansion rapide grâce à ses mines de diamant. Durant son apogée, la ville importait l’eau potable à 1000 kilomètres de là, depuis Le Cap, pour subvenir aux besoins de sa population. Il s’agit aujourd’hui d’une ville fantôme.

village abandonné

 

Des maisons abandonnées dans le sud-ouest de la Floride
Je verrais bien ces maisons comme lieu de tournage d’un film
maisons floride
Situés près du Cape Romano, ces étranges maisons sur la cote de Floride ont posé beaucoup de questions. Et pourtant, il s’agit tout simplement d’une maison de vacance construite en 1980 par un homme d’affaires de l’industrie pétrolière : Bob Lee. Luxueuses, en avance sur leur temps (on y trouvait des panneaux solaires), la demeure est aujourd’hui réclamée par les eaux. Une revanche assez amusante du coup pour la mer.
L’épave du SS Ayrfield en Australie dans la baie de HomeBush
épave
Située dans la baie de Homebush en Australie, l’épave du SS Ayrfield est l’un des témoignages de l’industrie de démantèlement navale qui occupait la baie à une certaine époque. Il ne s’agit d’ailleurs pas de la seule épave à vapeur visible là bas, et on peut aussi y voir les restes du SS Mortlake Bank, du SS Heroic, et du HMAS Karangi, tous démantelés au début des années 1970.
Un cimetière de voitures en pleine forêt belge
voitures.jpeg
Cette photo a été prise au cimetière de voitures de Chantillon en Belgique. Ce qui est particulièrement étrange à cet endroit, c’est que les voitures semblent avoir été abandonnées au beau milieu d’un embouteillage géant. Comme si, un beau jour, les conducteurs, lassés d’attendre, avaient tout simplement laissé leur véhicule comme ça, au beau milieu de la route… et que la forêt avait tout simplement repris ses droits. On ne connait pas trop la raison d’une telle situation dans tous les cas, et les avis divergent : voitures abandonnées par des soldats US avant de rentrer au pays ou bien décharge illégale pour d’autres… on ne le saura jamais.
Un centre commercial inondé à Bangkok
bankok.jpg
En 1997, la Thaïlande ordonne la destruction d’un centre commercial de 7 étages alors que l’autorisation de construction avait été délivrée pour 4 étages seulement. Plutôt que de tout démolir, l’entreprise mandatée pour ce travail va raser les 3 étages en trop… et laisser ce centre commercial, désormais à ciel ouvert, à l’abandon. Au fur et à mesure du temps, l’eau de pluie va s’accumuler et donner cette impression de centre commercial sous les eaux. Impression renforcée pour l’action humaine une nouvelle fois car, pour limiter la prolifération de moustiques, il a été décidé de peupler le centre avec 3000 poissons.
Cool pour aller pêcher, vous ne trouvez pas ?
Un clocher de l’église dépassant d’un lac gelé, Reschen, Italie
clocher.jpg
Le lac de Reschen, en Italie, est un lac artificiel dans le Tyrol du Sud à la frontière avec l’autriche. Sa surface de 6,6km2 en fait le lac le plus grand se trouvant à plus de 1000m dans les Alpes. Au beau milieu des eaux, on peut y retrouver le clocher d’une église construite au 14e siècle qui, quand la glace le permet en hiver, peut être rejoint à pieds. La légende dit que parfois, en pleine nuit, on peut encore entendre les cloches de l’église sonner. Etrange, non ?
Comme ce clocher est poétique cependant !
Des épaves échouées dans un banc de sable dans le tristement célèbre Triangle des Bermudes
bermudes.jpeg
Le Triangle des Bermudes est une zone géographique imaginaire en plein océan atlantique au large des cotes de Floride. D’après la légende, cette zone aurait été le théâtre de nombreuses disparitions de navires et d’avions. Depuis 2013, le Triangle des Bermudes ne fait plus partie des 10 zones les plus dangereuses pour la navigation. Mais… certaines légendes ont la vie dure !
Jet Star Rollercoaster, Seaside Heights, New JerseyJet Star Rollercoaster, Seaside Heights, New Jersey
floride.jpg
Casino Pier était un parc d’attraction situé sur le bord de mer de Seaside Heights dans le New Jersey aux Etats-Unis. Depuis le 29 octobre 2012, le parc a été fermé après qu’une partie de celui-ci soit passé sous le niveau de la mer après le passage de l’ouragan Sandy. Le parc a pu rouvrir depuis 2013 et se reconstruit doucement… mais cette fois-ci, sur terre.
Le parc de DisneyLand abandonné près de Pékin en Chine
pekin disney
Voici Wonderland, un projet abandonné de parc d’attractions en Chine à 32 kilomètres de Pekin près de la ville de Nankou. Initialement conçu pour devenir le plus grand parc d’attractions d’Asie, la construction a été arrêtée en 1998 suite à des déboires financiers en local. En 2008, une tentative de reprise a été lancée… mais a échouée également. La zone est aujourd’hui occupée par les habitants locaux qui cultivent les terres environnantes.
Une cabane de pêcheur qui prend l’eau en Allemagne
cabane eau
J’adore cette cabane, l’endroit est surtout superbe avec les reliefs montagneux autour, et plein de poésie !
Holland Island est une île de la baie de Chesapeake aux États-Unis. Abandonnée suite à son érosion rapide, l’île abrite aujourd’hui différentes espèces animales qui ont pris possession du lieu.
maison fantome.jpg
Holland Island est une île de la baie de Chesapeake. Située dans le Maryland, aux Etats-Unis, elle était habitée par des bateliers et des agriculteurs. L’île a été abandonnée suite à l’érosion des sols.
là moi je verrais bien des fantômes !
Une maison sur le Kerry Way, sentier pédestre entre Sneem et Kenmare en Irlande, une maison digne d’habiter des elfes
maison arbre.jpg
Le Kerry Way est le plus long sentier pédestre d’Irlande. Il faut 214km. On peut y découvrir des vallées éloignées et les plus étonnants panoramas d’Irlande dont les lacs de Killarney, le Parc National de Derrynane et les McGillycuddy Reeks. Qu’il doit être doux de marcher au fil de ces sentiers en se racontant des légendes irlandaises.
Un pénitencier d’état abandonné en Pennsylvanie. Il a accueilli le célèbre mafieux Al Capone.
pénitencier
capone.jpg
Le centre pénitencier Eastern State en Pennsylvanie a été construit en 1829 dans le style néogothique. En 1929, il accueillit pendant 10 le célèbre Al Capone, condamné pour port d’arme illégal. Le site a été fermé en 1971 puis a été rouvert au public qui peut désormais le visiter. La cellule d’Al Capone est d’ailleurs visible. Celle-ci avait été décorée de façon luxueuse avec moquette et meubles anciens à cette époque.
Fascinant !
En Ukraine, près de Tchernobyl…. brrrr frissons garantis une ville fantôme
pripyat.jpg
pripyat2.jpg

Un hopital militaire, Beelitz, Allemagne

On y sent presque les malades…

beelitz1.jpg

beelitz2.jpg

Encore plus sordide une morgue bien tragique, celle de L’asile psychiatrique de Willard qui a été construit en 1869 et fermé en 1995, logeant plus de 4000 patients à son apogée. Plus de 25000 patients sont morts dans ses murs. Du coup la morgue de l’asile (photo ci-dessous) est un des endroits les plus effrayants sur cette liste.

Je finis en poésie et en beauté, par le temple d’Angkor vat….. je trouve beau et mystérieux, là pas de frissons dans le dos, juste une impression de mystère et aussi la beauté de la nature qui reprend ses droits, une leçon pour nous tous les hommes.

angkor vat.jpg

 

Insolite : Une étude prouve que les chimpanzés savent aussi travailler en équipe

Les singes sont-ils capables, à l’image des humains, de coopérer ? Ou préférent-ils la compétition ? C’est la question à laquelle des scientifiques ont tenté de répondre en menant une expérience avec des chimpanzés. Les résultats de cette étude publiés ce lundi prouvent que les singes aussi sont capables de travailler en équipe.

En fait, les chimpanzés, qui ont participé à cette étude, étaient cinq fois plus nombreux à préférer la coopération à la rivalité, et ils ont su trouver des moyens pour décourager les tire-au-flanc, rapporte cette étude publiée dans le Proceedings of the National Academy of Sciences.

« Etant donné que le ratio coopération/conflit est à peu près similaire chez les humains et chez les chimpanzés, notre étude montre d’étonnantes similarités entre les espèces et donne un éclairage différent sur l’évolution humaine », assure Malini Suchak, principale auteure de ces travaux. Celle-ci est professeure assistante de comportement animal, écologie et conservation au Canisius College de Buffalo.

De précédentes études avaient montré que les chimpanzés étaient peu enclins à collaborer, mais elles s’étaient déroulées dans des laboratoires à l’environnement peu propice à ce type de travaux.

Collaboration = récompense

Les chercheurs ont essayé cette fois de recréer du mieux possible leur environnement naturel, plaçant 11 d’entre eux dans des zones herbeuses en extérieur près d’un appareil avec des cordes qu’ils pouvaient utiliser pour obtenir des récompenses.

Mais ils devaient travailler ensemble pour obtenir ces gratifications, par groupes de deux ou trois. Les singes pouvaient choisir leurs partenaires.

S’ils ont commencé par entrer en compétition les uns avec les autres, ils ont rapidement compris qu’il leur serait plus avantageux de s’entraider. Et sur 94 heures de tests, les chercheurs ont constaté 3 656 actes de coopération.

Petit bémol, ils ont également relevé 600 interactions de rivalité, quand les chimpanzés ont volé, ou essayé de voler des récompenses sans avoir coopéré pour les obtenir, ont poussé les autres ou ont commencé à se battre.

Certains singes ont parfois dépassé ces formes de compétition en « protestant directement auprès des autres », note encore l’étude. Ou ils ont refusé de travailler en présence d’un tire-au-flanc, une stratégie d’évitement que les humains utilisent également.

D’autres fois, des chimpanzés dominants intervenaient pour repousser les pique-assiettes, ce que les scientifiques appellent une punition infligée par une tierce partie, un comportement là aussi en vogue chez les hommes.

« On leur a laissé la liberté d’utiliser leur propre stratégie pour faire respecter l’ordre, et il s’avère qu’ils sont assez bons pour éviter les rivalités et favoriser la coopération », souligne encore Malini Suchak.

Pas l’apanage des humains

Les résultats de ces travaux devraient conduire la communauté scientifique à reconsidérer à quel point la coopération est un moyen de survie dans le monde animal, estime Frans de Waal, co-auteur expert en primates et professeur de psychologie à l’Emory University.

« C’est devenu une affirmation courante dans la littérature que la coopération humaine est un phénomène unique. C’est assez curieux parce que les meilleures idées que nous avons à propos de l’évolution des phénomènes de coopération viennent directement d’études animales », note-t-il.

« Des fourmis jusqu’aux orques »

« La nature est pleine d’exemples de coopération, des fourmis jusqu’aux orques. Notre étude est la première à montrer que nos plus proches cousins savent très bien éviter les rivalités et les tire-au-flanc. La coopération est gagnante! », conclut-il.

Ouest France

Santé les bienfaits de la méditation

Il y a près de deux ans maintenant que je pratique la méditation, peu à peu j’ai avancé sur ce chemin, pas à pas sans savoir où il allait, je ne suis pas arrivée mais la méditation à modelé des facettes de ma vie, je continue, voici quelques un des bienfaits que vous pouvez en attendre.

La pratique de la méditation apporte de réels bénéfices démontrés par la sciences qui accepte enfin depuis quelques décennies de réconcilier corps et esprit.

 

Physiquement

Les bénéfices sont si importants que plus de la moitié des écoles de médecine américaines ont intégré la méditation et la spiritualité dans leurs programmes

Plusieurs études ont en effet prouvé sont effet sur l’hypertension artérielle, le taux de cholestérol, les douleurs chroniques, mais aussi les maladies infectieuses (moins 30 %) et cardiovasculaires (moins 87 %). Chez les pratiquants le nombres de consultations médicales chute de moitié, moins 44 %, c’est énorme.

 

Mentalement

Elle chasse les idées noires, chez les pratiquants dépressifs elle réduit de moitié le risque de rechute en modifiant le regard posé sur le monde par le patient et en réagissant mieux aux événements qui pourraient le faire déraper.

Coté stress elle a tout bon, elle aide à moins ruminer, à profiter de l’instant présent, à relativiser ses difficultés, bref à prendre du recul.

On accède aussi à un meilleur contrôle de soi, les impulsifs, les excessifs, les énervés, les agressifs, les « soupe au lait » apprennent à gérer leur self contrôle.

 

Alors si ce n’est encore fait, vous commencez quand à méditer ?

 

 

 

 

Futé : Des maillots de bain intelligents qui disent quand remettre de la crème solaire

Le soleil est là, il est temps de sortir son maillot de bain. Et si vous voulez joindre l’utile à l’agréable autour de la piscine ou à la plage, sachez qu’il existe désormais des maillots de bain intelligents qui vous indiquent quand remettre de la crème solaire en envoyant une alerte sur votre téléphone.Le soleil est là, il est temps de sortir son maillot de bain. Et si vous voulez joindre l’utile à l’agréable autour de la piscine ou à la plage, sachez qu’il existe désormais des maillots de bain intelligents qui vous indiquent quand remettre de la crème solaire en envoyant une alerte sur votre téléphone.

Vidéo : Vidéo sur ces maillots de bain connectés fabriqués en France

 

C’est à Mulhouse, à 800km environ de la mer certes mais dans une ville qui a une grande histoire avec le textile, qu’a été pensée cette innovation. Elle est signée Marie Spinali, gérante de CIL informatique et qui a donc créé la start-up Spinali Design pour ces maillots de bain connectés. « Plus jeune, je m’intéressais beaucoup au textile. Je prenais des cours, j’avais une machine à coudre chez moi », raconte celle qui a eu l’idée de ces maillots de bain il y a deux ans à la plage : « Je regardais une personne pendant sa séance de bronzage. Elle commençait à rougir sérieusement, et je me demandais comment elle pouvait ne pas penser à se remettre de la crème solaire ».

La gérante en informatique a décidé de se lancer dans ce projet en travaillant sur des capteurs pour l’un de ses clients. « A Mulhouse on est aussi dans l’ambiance KM0 (pôle de l’économie numérique mulhousien), où un projet un peu fou devient possible. Ça donne de l’énergie pour se lancer », poursuit-elle.

Fabriqués à Mulhouse

Après avoir acheté un maillot de bain intelligent, il suffit de choisir son type de carnation sur l’application liée et la séance de bronzage peut commencer en attendant la première alerte anti-coup de soleil.

Les maillots sont fabriqués à Mulhouse. On peut passer commande sur la boutique en ligne, en choisissant sa coupe sur-mesure, son coloris et son motif. Le prix d’entrée est de 149 euros. Il est possible d’ajouter des options pour le personnaliser davantage, en incrustant un mot ou une photo à même le tissu. Les premières commandes sont déjà passées. L’objectif : 1.000 modèles vendus d’ici à la fin de l’année.

Une fonction « Valentin » pour les hommes

Pour le moment, Spinali Design ne propose que des modèles pour femmes. « C’est déjà beaucoup de travail, mais pourquoi pas des modèles hommes l’an prochain ?, sourit la Mulhousienne. Mais on a pensé à une fonction  «Valentin» : c’est l’homme qui reçoit l’alerte pour remettre de la crème solaire à sa compagne. »

Il faut dire que l’équipe constituée autour de Marie Spinali (6 personnes dont 3 couturières) est très féminine. « On voulait montrer une femme moderne qui peut être jolie et intelligente. Le projet peut paraître léger, parce qu’on parle de maillots de bain et qu’il est porté par des femmes, mais il demande de grosses compétences », souligne-t-elle. Spinali Design travaille, par exemple, avec le CEA de Grenoble (Commissariat à l’énergie atomique) pour rendre les capteurs, aujourd’hui en forme de médaillon, moins visibles pour 2016.

Ecologie : Cinq questions sur la réduction du trou dans la couche d’ozone

En matière d’environnement, les bonnes nouvelles sont rares. Selon une étude parue jeudi 30 juin dans la revue Science, le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique se résorbe, grâce à des mesures prises lors du protocole international de Montréal en 1987. Retour en cinq questions sur cette lente amélioration.

Poursuivre la lecture de « Ecologie : Cinq questions sur la réduction du trou dans la couche d’ozone »

Joli exemple : Brachoua : la permaculture sort un village de la misère

Il y a trois ans, le village marocain de Brachoua vivait encore dans une grande précarité, sans eau, ni électricité. Aujourd’hui, les habitants vivent dignement, la lumière est partout et trois fontaines coulent en permanence. Que s’est-il passé dans l’intervalle ? Rien de spécial. Ah, si : tous les habitants ont fait le pari de la permaculture !

Comment tout un village a pu basculer dans l’autosuffisance et la prospérité en si peu de temps ? Cette formidable et soudaine mutation nous est racontée par Le Soir, un grand quotidien belge.

brachoua permaculture 1.jpg

Brachoua se situe à une cinquantaine de kilomètres de Rabat, la capitale du pays. En 2013, fatigués de leurs interminables difficultés financières, les habitants des 60 familles du village ont décidé de se regrouper au sein de l’association Agriculteur Moderne. Objectif : identifier et mettre en oeuvre des solutions collectives et pérennes.

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-1

Soutenus par une association voisine (l’association Ibn Albaytar), les villageois sont alors invités à visiter une ferme biologique. Et là, c’est la révélation. D’un commun accord, tous décident d’apprendre les techniques de la permaculture et du développement durable pour les dupliquer chez eux.

L’objectif initial était alors d’atteindre rapidement l’autosuffisance alimentaire. C’était déjà ambitieux, mais le résultat ira bien au delà de leurs espérances !

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-2

Très rapidement, les jardins potagers se mettent à fleurir aux quatre coins du village, un peu à la façon des Incroyables Comestibles (qui ont d’ailleurs envoyé quelque-uns de leurs membres en renfort).

De 2013, à 2015, le nombre de jardins potagers est passé de 1… à 40 ! Suffisant pour fournir assez de nourriture à toutes les familles !

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-3.jpg

Mais l’aventure ne s’arrête pas là. Constatant que leur production était très appréciée des gens de passage, ces nouveaux adeptes de la permaculture ont décidé de proposer le fruit de leur travail aux habitants de la ville voisine…

Sans passer par le souk, ils se sont constitué une clientèle urbaine à qui ils distribuent chaque semaine des paniers 100% constitués de leurs produits (poulet, oeufs, couscous, légumes…)

Leurs paniers sont tellement demandés que les villageois peuvent même se permettre de vendre plus cher qu’au souk (exemple : leur poulet coute environ 7,50€ contre 5,50€ au souk).

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-4

Mais, encore, une fois, l’histoire ne s’arrête pas là ! Avec un magnifique couscous en guise d’étendard, le village de Brachoua séduit les régions environnantes et se fait une publicité d’enfer. Résultat : le tourisme est en train d’exploser ! Chaque semaine, près de 250 personnes y séjournent pour savourer la gastronomie locale, faire de la randonnée et admirer la beauté du village et des paysages !

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-5.jpg

Du coup, une famille qui, il y a à peine trois ans, vivait avec trois fois rien, peut désormais espérer gagner 60 euros en une seule journée ! De quoi vivre sans l’éternel souci du lendemain.

Certains craindront peut-être que ces soudaines rentrées d’régent ne dénaturent ce qui fait le succès de Brachoua. Ce serait sans doute oublier que le village a justement bâti sa réussite sur le développement durable : ils savent mieux que personne l’importance d’un environnement choyé et préservé !

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-6.jpg

Ce magnifique exemple de développement réussi prouve plusieurs choses : 1- La terre peut être profitable sans qu’on ne l’exploite abusivement. 2-Les fruits du travail peuvent être équitablement redistribués. 3-La volonté collective peut bouleverser le destin de tout un village.

Vive l’agriculture raisonnée et vive Brachoua.

brachoua-permaculture-maroc-developpement-durable-7

Si certains parmi vous sont intéressés par un séjour à Brachoua (pour s’en inspirer et mieux comprendre) sachez que des habitants du village ouvrent grand leur maison en échange de quelques heures de travail.

Images, source workaway

Insolite Santé : Cancer du sein: 100.000 euros levés pour un programme de chiens renifleurs

Des chiens habitués à détecter les stupéfiants ou les explosifs seraient capables de repérer l’odeur dégagée par certaines cellules cancéreuses…

100.000 euros ont été levés par l’Institut Curie grâce à une campagne de financement participatif destinée à développer le projet Kdog, rapporte Pourquoi Docteur. Lancé en avril dernier, ce programme met à contribution des chiens renifleurs pour détecter les cancers du sein.

Créé par l’entreprise cynophile ITDC, le projet repose sur le constat que certaines cellules cancéreuses s’attaquant aux seins ont une identité olfactive particulière. Cette dernière pourrait donc être détectée par des chiens spécialement dressés.

Deux bergers malinois en formation

Chez ITDC, en Haute-Vienne, deux bergers malinois de l’armée de l’Air, habituellement utilisés pour repérer des explosifs ou de la drogue, sont d’ailleurs formés par le spécialiste Jacky Experton.

Ainsi, les réactions de Thor et Hunter face à l’odeur de tumeurs prélevées, mais aussi de pièces de tissu imprégnées de la sueur de patientes, sont observées de près. Par la suite, l’expert fera sentir aux deux animaux des tissus portés par des femmes malades ou en bonne santé et il sera alors possible de déterminer si les deux ex-chiens-soldats arrivent à faire la différence.

chien nez

Les tests devraient durer entre six et neuf mois en fonction de la vitesse d’apprentissage et des progrès de Thor et Hunter. En cas de succès, il faudrait en passer par un essai clinique de plus grande ampleur, avant de pouvoir envisager, un jour, d’offrir aux femmes une méthode de dépistage de certains cancers du sein simple, non-invasive et peu coûteuse. «Il suffira à une femme de porter un chiffon pendant quelques heures sur son sein puis de l’envoyer par la poste à un laboratoire», expliquait récemment Le Figaro. Le quotidien rappelait alors que le concept de chein renifleur existait déjà aux Etats-Unis pour détecter les cancers de la prostate même «si son efficacité scientifique n’a pas encore été prouvée.»

20 minutes

 

 

Insolite : Des hackers trouvent 138 failles au Pentagone

Etats-Unis – Le ministère US de la défense a organisé un concours invitant les pirates informatiques à détecter les défaillances de ses sites web.

Des pirates informatiques invités à tester la sécurité de cinq sites Internet du Pentagone, dont le fameux defense.gov, ont découvert 138 failles en un mois, a reconnu vendredi le ministre américain de la défense. L’opération visait à renforcer la sécurité des sites.

Au total, 1410 Américains férus d’informatique et de réseaux ont participé à ce concours de piratage. En un mois, ils ont fourni 1189 rapports sur des vulnérabilités, permettant de détecter 138 failles «valides et uniques». Le meilleur d’entre eux, qui a décelé plusieurs failles, a empoché 15’000 dollars sur les 75’000 de primes offertes.

Le secrétaire à la défense, Ashton Carter, lui-même féru de sciences et de technologies, s’est félicité d’avoir réussi à renforcer la sécurité des sites Internet du Pentagone à moindre coût.

Construire des ponts

«Si nous avions utilisé la procédure classique», à savoir passer par une entreprise de sécurité informatique, «cela nous aurait coûté plus d’un million de dollars», a-t-il expliqué. Mais surtout, ce genre de programme permet de «construire des ponts avec les citoyens innovants» qui veulent aider à la défense de leur pays, a-t-il souligné.

L’un des participants au concours était par exemple David Dworken, un lycéen de 18 ans de la région de Washington D.C., qui a dit avoir passé «10 à 15 heures» à chercher l’erreur dans les sites du Pentagone.

«J’ai travaillé pendant mon temps libre, quand je n’avais pas de travail scolaire à faire», a-t-il raconté, ravi de se retrouver au Pentagone pour une courte cérémonie au côté du secrétaire à la défense.

David Dworken, qui étudiera l’informatique l’année prochaine à l’université, n’a rien gagné sur le plan financier: les six failles qu’il a trouvées avaient déjà été rapportées par d’autres. «Mais c’est très gratifiant», et «c’est bon pour le réseautage et pour se construire une réputation», a-t-il expliqué.

Source : la Tribune de Genève