Insolite : AU REVOIR LES « PIPIS SAUVAGES », BONJOUR LES FLEURS : L’URITROTTOIR DÉBARQUE À PARIS ET À NANTES

Là où le pipi devient utile au lieu de nuisible…

Faltazi, une agence de design nantaise, a créé l’Uritrottoir, un urinoir de rue qui permet de faire du compost… tout en luttant contre l’urine sauvage. Deux modèles vont être installés à Paris en décembre, et trois autres à Nantes.

Fin de soirée arrosée. Les bars fermés et dans la rue, pas de toilettes aux alentours. Un peu alcoolisés, les fêtards finissent par se soulager contre un bout de mur. Ces « pipis sauvages » peuvent être une véritable plaie dans certains quartiers. Municipalités et conseils de quartier s’y sont attelés, mais sans qu’aucune solution réellement efficace n’ait été trouvée.

Mais Faltazi, agence de design nantaise, a peut-être trouvé la solution du futur avec sa dernière création : les Uritrottoirs, des urinoirs secs de rue qui permettent, en plus de lutter contre les épanchements urinaires sauvages masculins, de fabriquer du compost… et de faire pousser des fleurs. Ne riez pas, cette solution est tout aussi sérieuse que le problème auquel elle s’attaque.

L’Uritrottoir se compose de deux bacs, l’un en bas qui renferme de la matière sèche, et l’autre, celui sous lequel le passant urine, qui contient une jardinière. Les urines sont stockées dans un  lit de matière sèche, ramassé régulièrement par une société délégataire. Comble de la sophistication, tous les Uritrottoirs sont connectés, permettant au gestionnaire des toilettes sèches d’intervenir avant tout débordement.

uritrottoir 1.png

Car tout cela est très scientifique : mélangés, le carbone présent dans la paille et l’azote de l’urine  font du fumier… et donc du compost, parfaitement utilisable par les agriculteurs ou les jardiniers.

uritrottoir-1

Invention insolite ? Loufoque ? Originale peut-être, mais bien sérieuse. Deux exemplaires vont être installés fin décembre à la gare de Lyon à Paris, et trois autres le seront au printemps à Nantes, pour une phase d’expérimentation.

uritrottoir 2.png

L’agence Faltazi n’en est pas à ses débuts en matière de gestion d’urine. Il y a trois ans, elle avait créée l’Uritonnoir, là encore sur un concept  apparemment foldingue, mais qui répondait à un vrai besoin : le problème des toilettes en festival. Les Uritonnoirs étaient constitués d’énormes bottes de paille, dans lesquelles étaient fichés des cônes en plastique où urinaient les festivaliers. Une fois remplies d’urine, elles pouvaient ensuite servir directement d’engrais. « L’Uritonnoir était l’urinoir sec des champs, pour le fond des jardins, les festivals », explique à LCI Laurent Lebot, cofondateur de l’agence avec Victor Massip. « Nous nous sommes demandés : et si on le met dans les villes, ça donne quoi ? C’est comme cela qu’est né l’Uritrottoir. »

impressionnant : Météo : Saint Nazaire la grêle en photo

Du Pays de Retz jusqu’à la ville de Saint-Nazaire, un orage d’une violence rare a éclaté, ce samedi, en fin de journée.

En quelques minutes, les rues ont été complètement recouvertes de grêlons gros comme des noix. L’averse a fait d’énormes dégâts matériels : voitures cabossées, fenêtres brisées… Poursuivre la lecture de « impressionnant : Météo : Saint Nazaire la grêle en photo »

Inégalités territoriales : cartes de la France en anamorphose

LE CONCEPT

La cartographie en anamorphose a pour but d´adapter la forme de la carte non pas à la réalité physique mais plutôt à la réalité perçue. Cette déformation de l´espace peut être construite par un modèle mathématique (interpolation d´un champ vectoriel selon un modèle gravitaire) à partir de données quantitatives réelles (les temps d´accès ferroviaire de ville à ville par exemple). La carte est donc considérée ici non plus comme un modèle de la réalité géographique, mais avant tout comme un document de communication.

CYBERGEO – Patrice Langlois et Jean-Charles Denain

QUELQUES APPLICATIONS :

A) LES TRANSPORTS

Dans un système de transport ferroviaire, les villes ne bénéficient pas toutes des mêmes conditions d´accès, lesquelles dépendent de la forme du réseau et de l´organisation des dessertes. On constate empiriquement une contraction des grandes distances avec le TGV et une dilatation des courtes distances avec l´omnibus. La carte en anamorphose, centrée sur chaque capitale nationale, va permettre d´illustrer cette notion de “rugosité de l´espace”, et de montrergraphiquement la différence entre deux logiques territoriales en matière de grande vitesse ferroviaire. En 1992-93, dix-sept villes anglaises étaient reliées par InterCity (200km/h) alors que seule la liaison Paris/Le Mans bénéficiait du TGV (300km/h).

La déformation est sensible en Angleterre, notamment à l´ouest où un grand nombre de villes se rapproche de Londres, tandis qu´en France elle est spectaculaire, la Bretagne faisant un bond en avant vers Paris (“effet-tunnel” du TGV). On voit que Le Mans (LEM) se positionne avant Chartres (CHA), ce qui provoque même un pli du quadrillage ; ou encore que la déformation pour la liaison Paris/Brest (PRS et BRE) est plus forte que celle de Londres/Penzance (LDN et PEN), alors que la distance en kilomètre est plus importante pour la première.

carte train anamorphose.jpg
Entre distance réelle et temps de trajet il y a un fossé

carte coprative.png
Comparaison UK et France
europe-anamorphose.jpg
pour l’Europe c’est criant
france carte tgv
Desserte en tgv très inégalitaire
sncf.jpg
Carte e France selon la sncf
métropoles.png
importance de Paris, la seule métropole de taille mondiale
pop_fr10
Poids des métropoles

Economie : La commande du siècle pour les chantiers de Saint-Nazaire

Saint Nazaire vient de sortir de ses chantiers un paquebot géant et bonne nouvelle,

L’annonce d’une nouvelle commande va être faite ce mercredi à l’Élysée, selon une source proche du dossier. Elle concerne 4 paquebots pour un montant proche de 4 milliards d’euros.

Poursuivre la lecture de « Economie : La commande du siècle pour les chantiers de Saint-Nazaire »

Il y a pire que les bouchons parisiens

Hier je parlais de l’association « Strasbourg respire », elle alerte sur la qualité de l’air dans sa ville, mais évidemment il n’y a pas que là que la circulation automobile pollue, notamment par les bouchons ! aie aie ..

Récit :

Déjà cette illustration parle d’elle même :

bouchons en f.png

Sur le podium français : Paris, Lyon puis Toulon.

Regardez les chiffres de la congestion automobile à Londres ou Los Angeles (voir tableau plus bas). Ça ne console pas, mais en matière de maîtrise de ses émotions un vendredi après-midi sur le périph parisien entre Porte Maillot et Porte de Clignancourt, ça peut aider. Certes, le temps moyen perdu dans les embouteillages parisiens en 2015 est de 45 heures par conducteur, selon une étude parue mercredi et réalisée par Inrix, spécialiste des services d’infotrafic. Soit près de deux jours.

Mais le rapport, qui s’est concentré sur la collecte de données en Europe et aux Etats-Unis, montre qu’un conducteur équivalent a perdu l’an dernier 101 heures dans les bouchons londoniens (soit plus de quatre jours), 70 à Bruxelles ou 57 heures à Moscou. Londres est la première ville à dépasser les 100 heures. Un niveau record d’embouteillages qui s’expliquerait, selon l’étude, par un nombre très élevé de travaux routiers, destinés justement à améliorer la fluidité.

Les zones métropolitaines les plus engorgées en Europe en 2015

La capitale française n’est «que» 15e au classement des villes «les plus saturées d’Europe», écrit Inrix. Mais en France, Paris est sans surprise la grande gagnante du pare-choc contre pare-choc, suivi d’assez loin par Lyon (36 heures) et Toulon (35 heures). L’étude pointe un fait étonnant : pour la quatrième année consécutive, cette congestion baisse. «Les conducteurs français ont perdu en moyenne 28 heures dans les bouchons, soit une heure de moins qu’en 2014» écrit le rapport. Un phénomène qui s’explique «en partie par le ralentissement de l’économie et par le taux de chômage élevé qui ont réduit le nombre de conducteurs et donc conduit à un trafic moindre», assure la société. Elle relève aussi, comme point positif, la position pionnière du pays en matière de covoiturage qui a «conduit à une réduction des conducteurs sur les routes».

Au-delà du temps perdu dans les embouteillages – un comptage sans doute incomplet, les conducteurs traversant souvent plusieurs villes lors de leurs trajets domicile/travail – cette étude donne un aperçu des pays les plus congestionnés. Et, en Europe, la Belgique, petit pays fortement urbanisé, arrive en tête (44 heures de bouchons par conducteur dans les zones suburbaines), suivi des Pays-Bas et de l’Allemagne. Mais les Etats-Unis arrivent premiers sans peine, avec près de 50 heures perdues dans les embouteillages.

Inrix assure qu’il faut s’attendre, dans les grandes métropoles, à une hausse générale et «inévitable du trafic» dans les années à venir. Et conclut en affirmant que «le problème de la congestion du trafic ne sera pas résolu en ajoutant simplement de nouvelles routes ou en rénovant le revêtement des voies existantes».

Richard Poirot – Libération

Pollution automobiel à Strasbourg :
Polémique : « Strasbourg respire » conteste les propos d’un pneumologue

 

 

névralgie pudendale point sur les suites mon vécu

Janvier 2016, depuis l’opération j’ai suivi au mieux les consignes du professeur Robert.

La cicatrice évolue, parfois douloureuse coté haut ou bas, eh oui c’est bizarre…. Elle est un peu dure et bourgeonnante, je la sens bien moins élastique que la peau saine, normal, c’est une cicatrice !

J’ai remarqué qu’il est meilleur pour moi de marcher, ça fait circuler le sang dans le muscle, elle est parfois chaude et sensible ou froide et plus souple.

J’ai un souci combiné aussi du coté gauche du bassin qu’il faut que je résolve, une cruralgie qui me fait souffrir. La douleur parfois irradie jusqu’à la cicatrice, je me pose la question de savoir si c’est ou pas lié, je vais surement devoir faire une IRM.

Le déménagement, le nettoyage de l’ancien appartement, l’emménagement, le rangement… tout cela m’a énormément fatiguée, j’ai souffert de la cicatrice aussi. Ces efforts n’étaient peut être pas la meilleure chose à faire, mais l’opération commence à dater et je n’avais pas le choix.

Là je vais prendre le temps de consulter le généraliste qui m’a envoyée me faire opérer à Nantes, pour des investigations sur la douleur à type de cruralgie. Je dois faire la part des choses et surtout trouver grâce aux médecin l’origine de cette douleur, au début elle était moins forte et vraiment distincte de la névralgie pudendale.

Faute d’avoir l’Adsl depuis en gros 3 semaines je n’ai pu vraiment répondre de façon constructive aux personnes qui se sont adressées à moi.

Irisgwen j’ai perdu tes coordonnées :(, Michel j’ai toujours ton mail.

En parlant de mon opération, je veux faire avancer les choses pour nous malades de cette névralgie, les médecins ont peu de recul, cette maladie a été découverte tardivement grace aux avancées de l’imagerie médicale.

Je propose aux personnes concernées de témoigner de leur maladie, causes supposées, syptomes, évolution sur ce blog… anonyment si elles préfèrent. Ainsi ça peut créer une base de données, et pourquoi pas amener des recoupements. Les médecins sont souvent désemparés, ne cherchent pas où il faut, tant d’éléments peuvent intervenir dans le coincement d’un nerf.

Or chacun se connait mieux qu’un médecin qui voit passer bien des patients.

Alors voilà l’espoir que je vous tends début 2016, regrouper nos expériences pour avancer vers la guérison et permettre une meilleure prise en charge de cette pathologie.

Marie

Pour tout commentaire sur ce sujet, merci de le faire sur le nouvel article que j’ai créé pour celà, en effet les commentaires sur celui-ci sont trop importants, voici le lien :

https://wordpress.com/post/blograinbowdreamer.wordpress.com/9858669

 

Voici l’article dans lequel, vous malades, je vous propose de témoigner, d’offrir des repères aux autres malades, vous avez la paroles et pouvez aussi y trouver des informations :

Témoignages de malades

le site de la névralgie pudendale

 

%d blogueurs aiment cette page :