Société : Noël différent, osez le cadeau d’occasion !

Et si on arrêtait la surenchère, un cadeau, peu en importe la valeur, c’est un geste qui vient du cœur, alors pourquoi ne pas opter pour un cadeau d’occasion ?

– Pour Noël, 45% des Français se disent prêts à offrir un objet de seconde main acheté en ligne. Luckyfind.fr, Label-emmaus.co, Vestiairecollective.com, voici trois sites sur lesquels vous pourriez trouver de quoi remplir la hotte.

Le Père Noël ne mettra pas uniquement des cadeaux neufs sous le sapin cette année. Près de la moitié des Français (45%) se dit prête à acheter un cadeau d’occasion en ligne, selon un sondage TNS Sofres pour Ebay. Pour donner une seconde vie aux objets déjà utilisés par d’autres, et au passage faire des économies, les internautes peuvent passer par des vide-greniers 2.0. Voici une sélection de sites pour chiner sans même avoir à quitter son canapé, pourvu d’avoir un ordinateur, une tablette ou un smartphone entre les mains.

 

Label-emmaus.co : la boutique en ligne solidaire

L’association vient de lancer, ce jeudi 8 décembre 2016, son site de vente. Pour le moment, entre 2500 et 3000 objets sont proposés à partir de 2-3 euros, parfois plus pour les pièces rares susceptibles d’intéresser les collectionneurs. Le paiement se fait en ligne, puis l’article peut être récupéré gratuitement en boutique (dans l’un des 25 groupes Emmaüs partenaires) ou être livré à domicile pour 3 à 7 euros selon le poids de l’envoi. Quelques exemples : la peluche 101 Dalmatiens de 25 cm à 2 euros au Emmaüs de Auray dans le Morbihan, la maison du sheriff en bois à 12 euros au Emmaüs de Neuilly Plaisance en Seine-Saint-Denis, le tourne-disque vintage dans sa mallette portative à 30 euros à l’Emmaüs de Lyon.

Luckyfind.fr : le vide-grenier 2.0 géolocalisé

Ce jeune site, créé en 2015, a tout pour plaire. Le choix est vaste, de la machine à écrire vintage à 80 euros au cerf à bascule à 10 euros, en passant par le bracelet en corne et en argent à 34 euros, parmi tant d’autres. Pour bien s’y retrouver, les rubriques sont bien rangées (vintage, DIY, mode, maison, enfant ou culture). Et pour ne pas risquer les arnaques, les transactions sont sécurisées et la somme n’est reversée au vendeur qu’une fois l’article réceptionné par l’acheteur. Afin de dénicher de bonnes affaires près de chez soi, un système de géolocalisation donne à l’utilisateur la possibilité de filtrer les résultats d’une recherche pour faire apparaître uniquement les produits se trouvant par exemple à moins d’un kilomètre de son domicile.

 

Vestiaire collective : le dépôt-vente de luxe

Le spécialiste de la mode d’occasion en ligne, lancé en 2008, compte quatre millions de membres à travers la planète. Il regorge de vêtements et accessoire griffés souvent peu (voire pas du tout) portés. Les pièces (20.000 nouveautés par semaine) sont sélectionnées avant d’être mises en ligne. Pour éviter la contrefaçon, les articles sont contrôlés physiquement par une équipe d’experts. Bonus : une sélection d’offres de Noël à -30%, dans laquelle on trouve par exemple des gants en cuir Valentino à 79 euros, des lunettes de soleil Mauboussin à 109 euros ou des mocassins Gucci à 273 euros.

Ce jour 10 décembre, Journée internationale des droits de l’homme

« Le respect des droits de l’homme est dans l’intérêt de tous : il favorise le bien-être des individus, la stabilité des sociétés et l’harmonie d’un monde interdépendant. »

Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 10 décembre Journée des droits de l’homme en 1950 (résolution 423 (V) PDF) afin de promouvoir auprès de tous les peuples la Déclaration universelle des droits de l’homme, idéal commun à atteindre par tous et par toutes les nations.

droits-homme-2

En 2016, la Journée des droits de l’homme appelle chacun d’entre nous à défendre les droits de quelqu’un ! Il est de la responsabilité de tous de soutenir les droits de l’homme. Tout le monde doit prendre position et défendre les droits des réfugiés ou des migrants, ou les droits des personnes touchées par un handicap, les droits des personnes LGBT, les droits des femmes, des peuples autochtones, des enfants, les droits des personnes d’ascendance africaine ou toute autre personne susceptible de souffrir de discriminations ou de violences.

Je vis actuellement une situation où je m’aperçois que la France n’est pas à la pointe de l’égalité entre ses citoyens. Je compare mon divorce et mes droits par rapport à d’autres pays, les femmes ne sont pas bien traitées du tout, ça me révulse ça. Une fois pour toute homme et femme doivent être égaux, salaires, position sociale…. Il faut que ça bouge, ça bougera seulement si nous le voulons, nous les français.

La France est le pays dit des libertés, rendons lui le lustre qu’il a perdu depuis la révolution française, la Constitution ne  dit t’elle pas dans son préambule : « les hommes naissent libres et égaux en Droits ?… »

Pensez y et agissez.

Marie

lien vers la vidéo de l’ONU

Journée mondiale des droits de l’homme

 

Névralgie pudendale point sur les suites, mon vécu……. (suite de l’article éponyme)

Pour fluidifier l’article vu l’abondance des commentaires, je crée cet article.

Merci de poster ici….

N’oubliez pas de signer la pétition svp ..

https://wordpress.com/post/blograinbowdreamer.wordpress.com/9853033

Merci aussi de poster vos témoignages sur votre vécu de la maladie

https://wordpress.com/post/blograinbowdreamer.wordpress.com/9855034

Insolite : AU REVOIR LES « PIPIS SAUVAGES », BONJOUR LES FLEURS : L’URITROTTOIR DÉBARQUE À PARIS ET À NANTES

Là où le pipi devient utile au lieu de nuisible…

Faltazi, une agence de design nantaise, a créé l’Uritrottoir, un urinoir de rue qui permet de faire du compost… tout en luttant contre l’urine sauvage. Deux modèles vont être installés à Paris en décembre, et trois autres à Nantes.

Fin de soirée arrosée. Les bars fermés et dans la rue, pas de toilettes aux alentours. Un peu alcoolisés, les fêtards finissent par se soulager contre un bout de mur. Ces « pipis sauvages » peuvent être une véritable plaie dans certains quartiers. Municipalités et conseils de quartier s’y sont attelés, mais sans qu’aucune solution réellement efficace n’ait été trouvée.

Mais Faltazi, agence de design nantaise, a peut-être trouvé la solution du futur avec sa dernière création : les Uritrottoirs, des urinoirs secs de rue qui permettent, en plus de lutter contre les épanchements urinaires sauvages masculins, de fabriquer du compost… et de faire pousser des fleurs. Ne riez pas, cette solution est tout aussi sérieuse que le problème auquel elle s’attaque.

L’Uritrottoir se compose de deux bacs, l’un en bas qui renferme de la matière sèche, et l’autre, celui sous lequel le passant urine, qui contient une jardinière. Les urines sont stockées dans un  lit de matière sèche, ramassé régulièrement par une société délégataire. Comble de la sophistication, tous les Uritrottoirs sont connectés, permettant au gestionnaire des toilettes sèches d’intervenir avant tout débordement.

uritrottoir 1.png

Car tout cela est très scientifique : mélangés, le carbone présent dans la paille et l’azote de l’urine  font du fumier… et donc du compost, parfaitement utilisable par les agriculteurs ou les jardiniers.

uritrottoir-1

Invention insolite ? Loufoque ? Originale peut-être, mais bien sérieuse. Deux exemplaires vont être installés fin décembre à la gare de Lyon à Paris, et trois autres le seront au printemps à Nantes, pour une phase d’expérimentation.

uritrottoir 2.png

L’agence Faltazi n’en est pas à ses débuts en matière de gestion d’urine. Il y a trois ans, elle avait créée l’Uritonnoir, là encore sur un concept  apparemment foldingue, mais qui répondait à un vrai besoin : le problème des toilettes en festival. Les Uritonnoirs étaient constitués d’énormes bottes de paille, dans lesquelles étaient fichés des cônes en plastique où urinaient les festivaliers. Une fois remplies d’urine, elles pouvaient ensuite servir directement d’engrais. « L’Uritonnoir était l’urinoir sec des champs, pour le fond des jardins, les festivals », explique à LCI Laurent Lebot, cofondateur de l’agence avec Victor Massip. « Nous nous sommes demandés : et si on le met dans les villes, ça donne quoi ? C’est comme cela qu’est né l’Uritrottoir. »

Insolite : un homme pète un câble quand il apprend que sa femme le trompe… regardez c’est sidérant….

Suite à une séparation difficile après que sa femme Laura l’ait trompé (il a partagé 12 ans de sa vie avec elle), cet Allemand a littéralement pété un câble !

Comme le veut le contrat de mariage, si jamais il y a divorce, les deux anciens tourtereaux doivent séparer leurs biens qu’ils avaient en commun afin que chacun en ait une moitié de valeur équivalente. Pour se venger de son ancienne compagne, l’homme a donc décidé d’aller jusqu’au bout des choses, et de découper tous leurs biens en deux !

moitie-voiture

De l’iPhone à la voiture en passant par la TV et l’ordinateur, tout y passe ! La totalité des objets est coupée très proprement, très soigneusement, à tel point que ça donne presque envie de faire la même chose chez soi. PRESQUE ! En tout cas, les chaises pourraient être une œuvre d’art contemporain…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Santé : Australie: Des élèves réussissent à recréer un médicament à 750 dollars… pour 20 dollars

J’ai déjà, par le passé relaté un scandale lié à des profits scandaleux sur des médicaments, en  voici encore un….hélas

Des lycéens, aidés par une chimiste, ont réussi à recréer la molécule d’un médicament dont le prix avait augmenté de 5.000 % aux Etats-Unis, soulevant l’indignation…

Le Daraprim, un médicament prescrit surtout pour le sida, refait parler de lui. Un groupe de lycéens australiens doté d’un budget très limité est parvenu à recréer le principe actif de ce médicament, dont le prix avait tout simplement explosé : +5.000 % en 2015. Une décision de Martin Shkreli, spéculateur sur les médicaments qui avait suscité une vague d’indignation mondiale.

Un médicament qui est passé de 13 à 750 dollars

L’ex-PDG de Turing Pharmaceutical, Martin Shkreli, ancien patron d’un fonds d’investissement spéculatif, avait été en septembre 2015 été surnommé l’homme le plus détesté des Etats-Unis pour avoir fait passer le prix d’un comprimé de Dataprim de 13,50 Dollars à 750 Dollars du jour au lendemain. Ce médicament est principalement prescrit aux personnes dont le système immunitaire est affaibli, notamment en cas de toxoplasmose ou de VIH. Il avait expliqué auparavant qu’au prix initial, le Daraprim, commercialisé depuis 62 ans, n’était pas rentable. Sa société avait peu avant racheté les droits de ce médicament.

20 dollars par médicament

Des élèves d’un lycée de Sydney ont décidé de dénoncer à leur façon ce scandale en recréant la pyriméthamine, principe actif du Daraprim, un antiparasitique. James Wood, l’un des étudiants, a dit que ses camarades et lui étaient parvenus, à partir de 20 dollars de médicaments, à recréer des quantités d’une valeur de plusieurs milliers de dollars.

« Nous pensons que cela dit beaucoup sur la nature de l’industrie pharmaceutique », a-t-il dit au Sydney Morning Herald. Alice Williamson, chimiste à l’Université de Sydney, a aidé les élèves à synthétiser le médicament. Ils « partageaient la colère du grand public », a-t-elle dit. Turing Pharmaceuticals continue d’avoir l’exclusivité de la vente aux Etats-Unis de la seule forme du médicament approuvée par les autorités américaines. Le daraprim est bon marché dans la plupart des autres pays.

dataprim-etudiants

Source : 20 minutes

 

Insolite :À 80 ans, ce mannequin chinois est plus en forme que vous.

 

Débordant de vitalité et d’optimisme, ce mannequin improvisé de 80 ans veut prouver qu’il n’est jamais trop tard pour être au mieux de sa forme.

deshun-wang

 

Wang Deshun, un acteur de 80 ans originaire du nord-est de la Chine, s’est essayé pour la première fois au rôle de mannequin lors de la Fashion Week chinoise l’année dernière. Torse nu, le vieil homme arborait fièrement ses abdos et ses longs cheveux argentés. Une expérience dans laquelle il s’est lancé avec une assurance désarmante.

Très en forme, Wang Deshun refuse d’aborder la vieillesse avec un esprit négatif.

« C’est une question d’état d’esprit. Ce n’est pas une question d’âge. […] La Nature détermine ton âge mais tu détermines ton état d’esprit. »

« De nombreuses personnes ont commencé à me remarquer après l’un de mes premiers défilés » indique le fringuant octogénaire. « Certains m’appellent même le grand-père le plus « sexy » au monde. D’autres estiment que je ne suis que l’une des sensations du moment sur le web… Vous savez quoi ? Pour me préparer à cette journée… j’ai attendu 60 ans ! ».

Rappelons que Deshun Wang a commencé une carrière d’acteur sur le tard, à l’âge de 44 ans. Il a appris l’anglais par la même occasion. C’est à l’âge de 50 ans qu’il a commencé à faire du sport afin de remodeler son corps. A 65 ans, il a appris à monter à cheval. A 70 ans, il s’est mis à faire du body-building… Et maintenant, il défile sur les podiums…

Humour et ironie :Trump demande aux médias de ne pas publier des photos peu flatteuses de lui, Internet se déchaine

Les membres du site Reddit se sont bien amusés cette semaine lorsque Donald Trump a demandé aux médias de ne pas publier des photos peu flatteuses de sa personne.

Le cliché ci-dessous, qui a été pris durant un rassemblement pour la campagne présidentielle en Pennsylvanie le 10 octobre dernier, met bien en évidence le double menton de Trump.

Je publie en avant de cet article une citation très profonde de Donald… il aurait mieux fait de se taire….

Mais laissons nos yeux mater les délires et les défoulement d’Internet..

Comme le disent nos amis anglophones : « The camera never lies….. »

trump-double-menton

Bref, Photoshop a été très sollicité, voire en surchauffe… et selon vous le meilleur trucage est….. bon attention vous allez bien rire….

trump-nain
Arf le petit nain….. lui pas avoir l’air content…

 

 

trump-sda
Pauvre Tolkien ….

trump-laundry

trump-marron

trump-glace
Attention aux indigestions !!!!

trump-slum-dog

trump-geant

Le Huffington post.

Humour : les photos hilarantes d’un concours animaliers -Comedy Wildlife photo contest

J’importe d’outre Atlantique ces photos à nos amis canadiens, j’ai ri et souri en les regardant, alors enjoy !!!!!!!!

Comme nous approchons de Noël voici un petit cadeau pour vous, sourire et rire fait un bien fou .

Poursuivre la lecture de « Humour : les photos hilarantes d’un concours animaliers -Comedy Wildlife photo contest »

Vos compétences ont une valeur : Le temps, c’est de l’argent ! : du SEL dans les échanges

J’ai expérimenté pendant mon séjour sur la Région Bordelaise, j’ai fait partie d’un SEL, j’étais adhérente à Talensel, système local d’échanges de Talense.

Un Système d’échange local (ou Sel) est un système d’échange de produits ou de services au sein d’un groupe fermé, généralement constitué en association. Ses membres échangent des biens et services selon une unité propre à chaque groupe. L’objectif est d’accéder à des échanges égalitaires et de tisser des liens.

Le premier SEL – Système d’échange local – de France est né en Ariège, en 1994, sur le modèle des Lets anglo-saxons, les Local exchange trading systems, inventés dans les années 1980.
« Croco SEL », « Carrous’SEL », « Uni vers SEL »… les jeux de mots abondent pour dénommer les 450 SEL recensés sur l’ensemble du territoire – tous créés à l’initiative de citoyens – dont plus d’une centaine depuis la crise financière de 2008.
Quant au nombre de Selistes, il tournerait autour de 40 000.

Si chaque SEL est autonome dans son fonctionnement, le principe est le même pour tous : des personnes créent une association afin d’échanger des biens, des services et des savoirs entre elles. Pour faciliter ces échanges, les adhérents ont souvent recours à une unité de compte basée, dans la grande majorité des cas, sur le temps.

Il  faut donner une valeur à l’heure échangée –  Ainsi au sein du SEL de Talence j’échangeais mes compétences pour 60 talents par heure.

Avec les unités  gagnées, par exemple en réparant un pc,en aidant au jardinage pour une adhérente de son SEL, je pouvais ainsi pouvoir suivre une heure de cours d’anglais, ce qui permettait à mon professeur de bénéficier, à son tour, de l’aide d’un autre adhérent pour réparer un problème de plomberie dans sa maison. Toute la difficulté est de trouver une équivalence entre les services rendus ou les biens échangés afin que les Selistes ne se sentent pas lésés. La réciprocité est alors primordiale.

Autre écueil : afin d’éviter le travail au noir, un professionnel ne peut exercer directement son métier. En clair, interdiction pour un coiffeur de faire une coupe de cheveux, mais il peut animer un atelier et partager ses trucs et astuces avec les adhérents.
Le fait d’encourager ainsi les relations d’entraide, en dehors de tout système marchand, représente une autre différence (et peut-être la limite de cette initiative) avec les monnaies locales : le SEL ne permet pas d’échanger avec des commerçants.

sel

Derrière ces échanges, se cache un vaste enjeu, celui de créer du lien social. « Le SEL n’est après tout qu’un prétexte pour que les habitants d’un quartier s’intègrent. L’essentiel, c’est la convivialité. Cela permet également de révéler des talents. On n’imagine pas toutes les richesses qu’on a en nous : un comptable qui s’ennuie dans son travail va s’éclater grâce à sa maîtrise de la pâtisserie ! De même, une personne à la retraite va sortir de sa solitude et se revaloriser, non seulement à ses propres yeux mais aussi à ceux des autres, en contant des histoires à des enfants. Et ainsi mieux vivre », s’enthousiasme Dominique Doré.

Autre objectif du SEL : « Prendre du recul par rapport au système capitaliste existant. Se laver un peu la tête grâce à des références différentes. Leur rôle d’éducation populaire est très important : pour penser autrement, il faut faire autrement. »

Je suis ressortie de cette expérience avec une opinion très positive sur l’utilité des « SEL ».

Ils valorisent leurs adhérents par leurs compétences.

Ils permettent d’échanger des services sans argent.

Ils créent un tissu social.

En cette période de chômage, ils ont cependant une limite que j’ai remarquée, car oui ils permettent de se rendre utile socialement, mais comme souvent il y a des débordements et dans l’entraide il ne faut pas arriver à rentrer en concurrence avec des professionnels. C’est pourquoi aussi en France les activités doivent être ponctuelles et non répétitives.

Lien du Wikipédia sur les Sel’S

Le wikipédia et les SEL’s