Lamentable : Pakistan : battre sa femme, oui, mais « légèrement »

Le Conseil de l’idéologie islamique veut autoriser les hommes à battre « légèrement » leurs épouses désobéissantes. Une proposition qui a suscité l’hilarité.

Au Pakistan, on n’arrête pas le progrès. Soucieux sans doute de lutter contre les violences faites aux femmes, crimes d’honneur, défigurations à l’acide, etc., des « responsables » religieux, membres du Conseil de l’idéologie islamique, ont proposé d’accorder aux hommes le droit de « battre légèrement » leurs épouses.

Le Conseil de l’idéologie islamique, dont le mandat est de conseiller les parlementaires, visait surtout à contrecarrer une législation progressiste adoptée en février au Pendjab accordant plus de droits et de protection aux femmes de cette province, la plus peuplée du Pakistan. Ainsi les hommes seraient autorisés à corriger leurs épouses, si, par exemple, elles avaient l’outrecuidance de refuser une relation sexuelle sans justification religieuse. Ou encore si elles refusaient de s’habiller comme ils le souhaitent, ou ne prenaient pas de bain après un rapport sexuel ou lorsqu’elles ont leurs règles, peut-on lire dans ce projet de loi, dont des extraits ont été cités par les médias locaux.

« Fanatiques »

Mais même au Pakistan, tout fiche le camp. Cette proposition a été accueillie par une vague de moqueries dans les médias et sur Internet vendredi. Le premier journal en langue anglaise du pays, le Dawn, a publié un article satirique avec une liste de choses que les gens devraient battre à la place des femmes : notamment les oeufs ou le dos des bouteilles de ketchup. Le projet a également été condamné par la Commission des droits de l’homme du Pakistan (HRCP), un organisme indépendant, qui l’a qualifié de « ridicule » et a appelé à la dissolution de ce conseil de « fanatiques ». « Il est difficile de comprendre comment une personne saine d’esprit pourrait croire qu’il faut plus d’encouragements et de justification aux violences faites aux femmes au Pakistan », a déclaré la Commission.

À savoir par ailleurs, au Pakistan, les atteintes à l’égard du prophète Mahomet sont passibles de la peine de mort, selon une loi controversée sur le blasphème.

Le Point.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s