France : manif non déclarée à Nantes, les anarcho-communistes brûlent une Porsche devant la préfecture — civilwarineurope

La situation est tendue à Nantes où des manifestants anarcho-communistes contre la “loi Travail” ont mis le feu à une Porsche stationnée à proximité de la préfecture, ont rapporté ce jeudi 28 avril sur Twitter plusieurs journalistes sur place. Sur le réseau social, de nombreuses photos du véhicule calciné circulent et se partagent à toute […]

via France : manif non déclarée à Nantes, les anarcho-communistes brûlent une Porsche devant la préfecture — civilwarineurope

Réseaux sociaux : une vidéo résume notre addiction

Les réseaux sociaux deviennent addictifs. Une vidéo résume comment leur utilisation dégénère. Certains sites sont consultés jusqu’à 14 fois par jour par les usagers.

je publie car le savoir déjà c’est un début de prise de conscience et peut-être un déclic pour aller vers autre chose.

Un Français passe en moyenne 1 h 45 sur les réseaux sociaux. Vérifier ses notifications, ses likes et ses partages : voilà qui pourrait sembler anodine. Sauf si cela devient une addiction. Surfant sur l’air du temps, la chaîne YouTube Maître Chat revient en profondeur sur le phénomène avec une vidéo. Alors « Réseaux sociaux, tous accros ? » La réponse semble bien être positive.

14 fois par jour

Cet petit clip reprend les codes habituels des formats présentés sur la plateforme vidéo : des couleurs vives, une voix dynamique et des images en stop motion. Le tout agrémenté d’une dose d’humeur. Une apparence légère mais qui s’attaque à un problème de fond dans la société du XXIe siècle : l’addiction aux réseaux sociaux. Car au vu des sources que nous présente la société de production, Facebook, Twitter et autres Instagram semblent avoir le même effet sur le cerveau qu’un paquet de cigarettes.

Comme les fumeurs qui s’en grillent une au lever, consulter les réseaux sociaux est le premier geste de nombreux usagers : un sur deux admet y céder, révèle la vidéo. Le geste compulsif se poursuit tout au long de la journée, puisqu’en moyenne, les différentes pages sont ouvertes 14 fois. Et le temps passé sur les plateformes continue de progresser.

La vidéo à regarder sans faute :

VIDEO : réseaux sociaux tous accrocs…………..

Des symptômes d’addiction

Pour les plus sceptiques, l’ensemble des sources est détaillé dans le descriptif de la vidéo. Toutes sont en libre accès. Elles détaillent notamment le mécanisme de cette « addiction » du XXIe siècle. Tout commence par la présence d’un outil de comparaison sociale disponible en ligne. Le retour des réseaux sociaux provoque une réaction dans le centre de la motivation. S’y ajoute le fait que la vérification multipliée des plateformes rend leur usage encore plus fréquent, voire envahissant.

Une étude sur 20 usagers de Facebook a été encore plus loin. A l’IRM, l’équilibre entre les zones cérébrales qui régissent l’impulsivité et l’inhibition a été observé. Ces utilisateurs présentent des signes évocateurs d’une addiction, que l’on retrouve chez des consommateurs de drogue ou des joueurs impulsifs. Sans compter les effets délétères sur le sommeil et l’humeur : des études ont démontré que l’abus de réseaux sociaux avait tendance à dégrader la qualité du sommeil et à favoriser la dépression. Le sevrage, heureusement, améliore cela.

Charente-Maritime : ce que l’on sait du séisme de magnitude 5,2

La Charente-Maritime a été touchée par un séisme de magnitude 5,2 ce jeudi matin à 8 h 46 à environ 10 km au nord de Rochefort, à 21 km de profondeur, a indiqué le Réseau national de surveillance sismique (Renass), confirmant les témoignages de nombreux habitants ayant ressenti la secousse.

Aucun dégât majeur n’était à ce stade signalé dans la zone touchée par le séisme, dont l’épicentre est situé entre Rochefort et La Rochelle. De nombreux témoins du département ont toutefois ressenti une forte secousse, qui a parfois fait tomber des objets situés sur des étagères ou des morceaux de plâtre des plafonds. Si pompiers et gendarmes ont reçu un flot d’appels dans les minutes qui ont suivi, le calme est rapidement revenu et « aucun sinistre n’a été signalé et aucune victime n’est à déplorer », a souligné la préfecture de Charente-Maritime.

« Un recensement plus précis des conséquences a été lancé par les services de la préfecture, en lien avec les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et les autres services de l’État », souligne-t-elle. « J’ai ressenti que ça vibrait, et ensuite comme une déflagration ou une explosion », a expliqué un correspondant de l’Agence France-Presse résidant à 12 km de l’épicentre.

Activité sismique importante

Selon divers témoignages recueillis sur Twitter, l’onde de choc du séisme a été ressentie dans une moindre mesure jusqu’en Vendée, à Poitiers, à Niort ou àBordeaux, à près de 200 km de La Rochelle à vol d’oiseau. La Charente-Maritime est connue pour son activité sismique, généralement plutôt du côté de l’île d’Oléron, a expliqué Sophie Lambotte, sismologue au Renass, situé à Strasbourg. « Magnitude 5, c’est déjà un séisme important, on n’en a pas si fréquemment que ça, ça sort un peu de l’ordinaire », a-t-elle souligné.

À Thairé, petite commune toute proche de l’épicentre, une femme dont la maison a tremblé était encore en pleurs plus d’une heure après le séisme. Les seuls dégâts significatifs recensés dans le village concernent l’église fortifiée Notre-Dame-de-l’Assomption, qui a dû être fermée au public, la clef de voûte d’une des entrées ayant bougé sous l’effet du tremblement de terre, a expliqué la maire, Marie-Gabrielle Chupeau. Les vibrations ont également décroché du plâtre du plafond de l’église, fait tomber tous les cierges et déplacé de quelques centimètres une statue sur son socle. La préfecture de Charente-Maritime a invité la population à « faire des vérifications de précaution d’usage dans les maisons et les entreprises sur les installations électriques et de gaz ». En cas de réplique, elle rappelle qu’il faut se protéger des chutes d’objet et que les automobilistes doivent s’arrêter à l’écart des constructions et fils électriques.

Selon la sismologue, un tremblement de terre d’une magnitude supérieure à 5 avait été enregistré du côté de l’île d’Oléron en 1972, et un autre autour de 4,5 en 2005. Une activité sismique importante est également connue plus au nord, du côté de Fontenay-le-Comte, en Vendée voisine. « On est à la limite des failles héritées du Massif armoricain, des failles cisaillantes qui coulissent d’un bord sur l’autre. Il y a d’autres failles du côté d’Oléron qui sont de même orientation », conclut Sophie Lambotte.