Les femmes et les jeunes ont été les principales victimes des 678 000 vols de téléphones portable recensés en 2014. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente, selon l’enquête publiée ce mercredi par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Ces vols frappent 1,5 % des possesseurs de ces appareils. La proportion de victimes chez les jeunes âgés de 14 à 25 ans est beaucoup plus élevée avec un taux qui grimpe à 4,1% alors que dans les autres tranches d’âge il est de 1,5% chez les 26-45 ans et 0,5% chez les plus de 45 ans. Autre phénomène : par rapport à 2013, les femmes sont désormais davantage concernées que les hommes par ces vols de portable. Selon l’ONDRP, le taux est en moyenne de 1,6% contre 1,3% pour les hommes. Toutefois, ces chiffres restent véritablement difficiles à établir avec précisions. L’ONDRP relève qu’entre 2009 et 2015, 58% seulement des victimes de vols de téléphone portable l’ont signalé à la police ou la gendarmerie. La «fauche» de téléphone se fait sans violence dans les trois quarts des cas (73 %). Le voleur profite souvent de l’absence de sa victime dans près d’un tiers des faits. Les vols à une terrasse de café ou au cinéma représentent aussi 28 % de ces délits

 

Je publie cet article car je me sens concernée. Hélas, ce qui est dit dans cet article ne m’étonne pas du tout, ça paraît même logiquement triste.

Les femmes et les jeunes ont été les principales victimes des 678 000 vols de téléphones portable recensés en 2014. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente, selon l’enquête publiée ce mercredi par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

 Ces vols frappent 1,5 % des possesseurs de ces appareils.

La proportion de victimes chez les jeunes âgés de 14 à 25 ans est beaucoup plus élevée avec un taux qui grimpe à 4,1% alors que dans les autres tranches d’âge il est de 1,5% chez les 26-45 ans et 0,5% chez les plus de 45 ans.

Autre phénomène : par rapport à 2013, les femmes sont désormais davantage concernées que les hommes par ces vols de portable. Selon l’ONDRP, le taux est en moyenne de 1,6% contre 1,3% pour les hommes.

Toutefois, ces chiffres restent véritablement difficiles à établir avec précisions. L’ONDRP relève qu’entre 2009 et 2015, 58% seulement des victimes de vols de téléphone portable l’ont signalé à la police ou la gendarmerie.

La «fauche» de téléphone se fait sans violence dans les trois quarts des cas (73 %). Le voleur profite souvent de l’absence de sa victime dans près d’un tiers des faits. Les vols à une terrasse de café ou au cinéma représentent aussi 28 % de ces délits

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s