CITATION DU JOUR 

Oui il faut toujours sourire… On fait plaisir à ceux que l’on aime et du mal à ses ennemis.

sourire

 

Chrispoèteofficiel.............

Chaque jour Chris vous propose de découvrir une nouvelle citation où pensée du jour à partager avec vos amis !!!

Aujourd’hui je vous propose une citation de Gabriel Garcia Marquez Romancier, nouvelliste, colombien mais également journaliste et militant politique, il reçoit en 1982 le prix Nobel de littérature. Affectueusement surnommé « Gabo » en Amérique du Sud, il est l’un des auteurs les plus significatifs et populaires du xxe siècle.

“Ne cesse jamais de sourire, même quand tu es triste, tu ne sais jamais qui pourrait tomber amoureux de ton sourire”Gabriel Garcia Marquez

 » Never stop smiling , even when you’re sad , you never know who might fall in love with your smile « 

Voir l’article original

A voir : Dix merveilles naturelles

J’ai adoré regarder ce diaporama, alors je vous propose le lien, certaines photos sont incroyables de beauté .. la première je l’ai mise comme illustration de cet article, les autres sont encore plus belles. alors enjoy ! Poursuivre la lecture de « A voir : Dix merveilles naturelles »

Santé : Brest est à la pointe sur les démangeaisons

C’est le seul hôpital en France à avoir un centre dédié à cette sensation qui conduit à se gratter. Des spécialistes travaillent ensemble sur des cas compliqués.
Ça gratouille, ça chatouille, ça tiraille et on ne pense plus qu’à ça ! Le prurit, aussi appelé démangeaison, rend la vie difficile à bon nombre de personnes. Une étude réalisée, en 2012, par le CHRU de Brest montre « que sur une semaine, près du tiers de la population se gratte, détaille le professeur Laurent Misery, chef du service de dermatologie. Pour 10 % d’entre eux, un traitement est nécessaire. »

Dans neuf cas sur dix, la cause est d’origine dermatologique. Des médicaments existent pour soulager un patient atteint de psoriasis, d’eczéma ou d’urticaire, les maladies les plus fréquentes. « Mais pour une guérison, il faudra compter sur les progrès de la recherche, peut-être dans cinq ou dix ans. » …

 

Ouest France

Insolite : ils risquent 93 jours de prison pour deux livres non rendus à la bibliothèque

Dans le Michigan, on ne plaisante pas avec ces choses-là. Un couple d’Américains risque 93 jours de prison et une amende de près de 450 euros pour ne pas avoir rendu à temps deux livres empruntés à la bibliothèque,  rapporte Fox News.

Cathy et Melvin Duren habitent Tecumseh, une petite ville d’un peu plus de 8000 habitants dans le nord-est des Etats-Unis. Au cœur du litige : un roman rendu en retard, emprunté par l’époux et rendu huit mois après, et un livre pour enfants perdu, emprunté par leur fils. « Nous sommes révoltés, nous sommes révoltés, affirme-t-elle à ABC News. Nous n’avons tout de même pas commis un crime. »

Des frais de retard qui s’accumulent

En décembre dernier, ils reçoivent une dernière lettre de la bibliothèque. Elle les informe qu’ils doivent rendre les livres en question et payer une amende pour le retard accumulé. La lettre leur signale également qu’ils risquent d’être poursuivis en justice.

Le mois suivant, ils retrouvent enfin le roman égaré et le rendent à la bibliothèque. Mais pour le cas du livre pour enfants, impossible de remettre la main dessus. Cathy Duren envoie alors un mandat de 50 euros, afin de couvrir les frais de retard du premier livre et le remplacement du second, définitivement perdu.

« Je ne suis pas coupable »

Mais ce paiement est refusé. Motif : le couple aurait encore dû payer 185 euros pour divers frais et l’amende pour le retard, qui continue d’augmenter. « Je ne peux pas me figurer que je vais aller en prison pour ça, s’indigne Cathy Duren, 44 ans, qui a l’impression que le bureau du procureur essaie de lui extorquer de l’argent. Mais je vais me battre contre ces accusations car je ne suis pas coupable. » Tous deux ont été laissés libre après leur première audition devant le juge jeudi, après paiement d’une caution de près de 90 euros.

S’ils admettent avoir été négligents pour rendre les livres à temps, ils ne comprennent pas l’ampleur de la peine qui pourrait être prononcée contre eux. Le procès se tiendra début mai. Tous deux sont sûrs d’une chose : plus jamais ils n’emprunteront de livre à la bibliothèque.

Caracas change d’heure pour économiser l’énergie

le Venezuela a annoncé qu’il changerait d’ici à deux semaines de fuseau horaire, avançant ses aiguilles de 30 minutes. Le pays est miné par des coupures de courant dues aux niveaux d’eau très bas dans ses réservoirs

Plongé dans une grave crise économique et énergétique, le Venezuela a annoncé vendredi 15 avril qu’il changerait d’ici à deux semaines de fuseau horaire, avançant les aiguilles de 30 minutes afin d’économiser de l’électricité.« La décision prise par le président (Nicolas Maduro) est de revenir au fuseau horaire de quatre heures de moins par rapport au méridien de Greenwich (-04 h 00 GMT) », a déclaré le ministre des Sciences Jorge Arreaza.

Le pays latino-américain retrouvera le 1er mai le fuseau qu’il avait jusqu’au 9 décembre 2007 quand le président de l’époque, le défunt Hugo Chavez (1999-2013), avait décidé de passer à -04 h 30 GMT, disant vouloir éviter aux enfants de se rendre à l’école dans le noir le matin.

Jours chômés

Cette mesure s’ajoute à d’autres initiatives prises ces derniers mois pour économiser l’électricité, dans un pays miné par des coupures de courant dues aux niveaux d’eau très bas dans ses réservoirs, pénalisant les centrales électriques.

Dans un discours prononcé jeudi, Nicolas Maduro a ainsi décrété que le lundi 18 avril, veille de fête nationale, serait chômé, afin de créer un « pont d’économies d’énergie ». La semaine dernière, il avait déclaré chômés les vendredis dans le secteur public pour les deux mois à venir.

De même, les grands consommateurs de courant, dont les hôtels, sont invités à pourvoir eux-mêmes à leurs besoins en électricité neuf heures par jour, ce qui a amené les centres commerciaux à réduire leurs horaires d’ouverture.

El Niño, particulièrement virulent

Selon le gouvernement socialiste, les 18 réservoirs d’eau du pays souffrent de la sécheresse provoquée par le phénomène météorologique El Niño, particulièrement virulent en Amérique latine. Mais l’opposition, majoritaire au Parlement, accuse l’exécutif de ne pas avoir investi assez dans le réseau électrique pour faire face à la demande.

Les conséquences de cette pénurie d’eau sont pénalisantes pour le quotidien des Vénézuéliens, avec, outre les coupures de courant, des mesures de rationnement, certains quartiers de Caracas étant privés d’eau jusqu’à trois jours par semaine.

Pour résoudre ce problème, le gouvernement est persuadé d’avoir trouvé la bonne solution : « cela va être aussi simple que d’avancer nos montres d’une demi-heure, cela va permettre de mieux profiter de la lumière du jour, car il fera nuit plus tard », a assuré le ministre Jorge Arreaza.

> À lire aussi : Quiz : À quand remonte le changement d’heure ?

Les plus larges réserves pétrolières de la planète

Pour le président du Parlement, membre de l’opposition, Henry Ramos Allup, toutes ces mesures sont « absurdes ». Et les analyses économiques préviennent que tant de changements pourraient affecter la productivité du pays.

Le Venezuela, qui dispose des plus larges réserves pétrolières de la planète, souffre déjà d’une grave crise économique, sous l’effet de la chute des cours du brut qui apporte 96 % de ses devises.

Cette crise se traduit par des pénuries des produits de première nécessité (dont Caracas ne peut plus payer l’importation), obligeant les Vénézuéliens à faire la queue pendant des heures devant les centres commerciaux et à supporter la pire inflation au monde, à 180 % par an en 2015.

Journées de travail réduites

Parmi les autres mesures appliquées récemment pour économiser l’énergie, Nicolas Maduro avait réduit les journées de travail, dans les ministères, à six heures et rendu férié la Semaine Sainte pour les secteurs public et privé.

Selon le mandataire, l’effet a été positif en termes de consommation d’électricité, même s’il n’a pas chiffré ces bénéfices.

« Le président Maduro fait tout son possible pour éviter de mettre en place des mesures de rationnement (d’électricité, NDLR). Pourvu que nous n’ayons pas à en arriver là, mais l’économie que nous ferons dépendra de chacun de nous », a souligné Jorge Arreaza.

« Tragédie environnementale »

La centrale électrique El Guri, qui abrite le principal réservoir d’eau du pays, se trouve dans la région de Bolivar (sud-est) et fournit 70 % de l’électricité consommée au Venezuela.

Mais son réservoir est dans une situation limite, à seulement 3,66 mètres au-dessus de son niveau minimum, fixé à 240 mètres au-dessus de la mer. C’est« presque une tragédie environnementale et nous devons adapter nos manières de vivre », a plaidé Nicolas Maduro.

Le changement d’heure décrété par le gouvernement fait partie de l’état d’urgence économique entré en vigueur en janvier, qui accorde plus de pouvoirs à Nicolas Maduro, en dépit de la forte protestation du Parlement, dominé par l’opposition.

AFP

Rapport Sirugue : le RSA à 18 ans ?

Le député PS remet lundi un rapport à Manuel Valls, dans lequel il émet des propositions pour simplifier les minima sociaux et les rendre plus équitables.

Remettre à plat tout le système des minima sociaux : tel est l’objectif des propositions contenues dans le rapport remis ce lundi à Manuel Valls par le député PS Christophe Sirugue. Celui-ci privilégie la création d’une « couverture socle commune » en remplacement des dix minima sociaux existants, qui serait accessible aux jeunes de moins de 25 ans. Ses propositions visent à simplifier les minima sociaux, les rendre plus équitables et à renforcer l’efficacité des politiques d’insertion.

Dans ce cadre, Christophe Sirugue place au coeur de sa réflexion « la question de l’accès des jeunes aux minima sociaux et notamment celle de l’accès des 18-25 ans au RSA ». « Priver la très grande majorité des jeunes de l’accès à notre dispositif universel de lutte contre la pauvreté ne me paraît en effet plus acceptable », explique-t-il. « Cette condition d’âge apparaît bien singulière au regard de la situation de nos voisins européens et, surtout, elle empêche de lutter efficacement contre la pauvreté des plus jeunes, dont la hausse depuis 2008 est malheureusement frappante », ajoute-t-il, estimant que « les effets structurels d’une telle réforme doivent être bien anticipés ». « Mais c’est aujourd’hui indispensable : acceptons à gauche de dire qu’empêcher de voir un jeune commencer sa vie dans la précarité, ce n’est pas de l’assistanat, mais de l’investissement. »

« Scénario ambitieux »

Parmi « trois scénarios » possibles, le rapporteur privilégie donc celui d' »une refonte en profondeur de l’architecture globale du système des minima sociaux », avec la création d’une « couverture socle commune », qui permettrait de traiter « tout usager (…) selon les mêmes règles quand ses ressources viennent à manquer, tout en bénéficiant d’un dispositif complémentaire qui corresponde aussi à ses propres spécificités ».

Cette sorte de revenu minimum d’existence serait « complété par un complément d’insertion permettant à tout actif de plus de 18 ans de bénéficier d’un accompagnement ad hoc ainsi qu’un complément de soutien pour préserver les ressources des personnes en situation de handicap ainsi que des personnes âgées », selon le rapport. « L’ouverture du RSA aux 18-25 ans serait le signe incontestable que la jeunesse est bien la priorité des politiques publiques  », souligne le député, qui est également le rapporteur de la loi travail, et qui a pu mesurer à ce titre à quel point la jeunesse souffre et s’exaspère.

Dans ce « scénario ambitieux », qui « mettra du temps à se réaliser », la couverture socle commune remplacerait les dix minima dont bénéficient actuellement quatre millions d’allocataires : le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (Aspa), l’allocation adultes handicapés (AAH), l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), l’allocation de solidarité spécifique (ASS), l’allocation veuvage (AV), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), la prime transitoire de solidarité (PTS), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), l’allocation temporaire d’attente (ATA) et l’allocation pour demandeur d’asile (ADA).

Simplifier

Un autre scénario propose la mise en oeuvre, dès le 1er janvier 2017, de douze mesures de simplification des minima sociaux afin de faciliter l’accès des usagers à leurs droits, en rendant par exemple « plus prévisibles les montants versés aux allocataires du RSA ». Ces mesures contribueraient à « renforcer l’équité du système, en alignant les dispositifs d’intéressement de l’ASS et du RSA ou en mettant fin à certaines possibilités de cumul de différents dispositifs entre eux », selon le rapporteur. Il propose également des mesures en faveur des handicapés, notamment pour s’assurer de l’égalité de traitement des demandes d’AAH sur l’ensemble du territoire.

Dernière possibilité : réduire par deux le nombre de dispositifs existant, en passant de dix minima sociaux à cinq à horizon 2020. Au RSA, seraient intégrés l’allocation veuvage, l’ATA et le RSO, confortant ainsi le RSA « dans son rôle de socle de dernier recours ». Il préconise également de limiter la durée de l’allocation de solidarité spécifique à deux ans.

Le rapport est le fruit d’un travail entamé en décembre par le député en concertation avec les associations, collectivités, administrations d’État et opérateurs.

Vive le roller derby…

Je voulais aller voir ce sport depuis un moment, après les galères je me suis offert une pause.

Alors vive la fraîcheur, la jeunesse, la spontanéité et la bonne humeur, j’ai adoré voir les joueuses évoluer et se combattre sur la piste à Mérignac.

roller 5.jpg

résultat les « full métal punkettes » ont battu les « valient bitchiz », mais surtout un grand gagnant l’esprit sportif et la fête autour de la piste !

Vous ne connaissez pas, alors voici des photos :

roller 2.jpg

Jpeg
Jpeg