Astuce geek : découvrez l’historique complet de votre profil Facebook – metronews

Pimpf : Drifting somewhere...

Article de MATTHIEU DELACHARLERY pour Metronews

Votre timeline sur Facebook est un peu comme une machine à remonter le temps. Et maintenant que le réseau social a fêté ses 12 ans d’existence (et oui déjà !), le catalogue de vos photos embarrassantes et autres statuts débiles est déjà bien rempli. Qui se rappelle d’ailleurs de son premier post ? Pas moi en tout cas.

Mais au risque de scroller pendant des heures, et encore vous n’êtes pas à l’abri d’un souci de connexion avant d’y parvenir, il est quasiment impossible de retrouver les premières publications que vous avez postées sur votre mur Facebook. Heureusement, il existe une astuce. Nostalgie garantie !

► Rendez-vous sur LifeIsLife.xyz
Tout d’abord, allez sur le site web de LifeisLife à l’adresse http://www.lifeislife.xyz

Astuce geek : découvrez l’historique complet de votre profil Facebook

► Entrez vos identifiants
Ensuite, appuyez sur le bouton « Login with Facebook », puis entrez vos identifiants de connexion Facebook.

► Patientez un peu
Le…

Voir l’article original 59 mots de plus

Produits ménagers : découvrez la liste des produits toxiques

Elle est présente dans un hors-série de « 60 millions de consommateurs » qui sortira mardi.

De nombreux produits ménagers contiennent une ou plusieurs substances « indésirables », pointe une enquête de 60 Millions de consommateurs à paraître dans un hors-série mardi. Après évaluation d’une centaine de produits, il a aussi dressé un « mémo des toxiques » qui récapitule par ordre alphabétique les produits nocifs pour la santé, accompagné des marques produits et marques correspondants.

Irritant et corrosif. « Mauvaise nouvelle, la quasi-totalité contient une ou plusieurs substances indésirables », indique le hors-série. Si la plupart de ces substances sont irritantes et corrosives, certaines sont aussi allergisantes et présentent une menace pour la faune et la flore, notamment les organismes aquatiques. Plus étonnant, certaines substances peuvent, en cas de mélange, dégager des gaz toxiques.

Europe 1 a pu consulter le hors-série en avant-première et vous propose la liste des substances toxiques pour vérifier si celles-ci figurent dans la liste des composants au dos de vos produits ménagers. Dans son magazine, 60 millions de consommateurs dresse une liste de marques et produits spécifiquement concernés pour chacune de ces substances.

Le « mémo des toxiques » de 60 millions de consommateurs :

  • Acide hydro-chlorique (acide chlorhydrique) : irritant pour la peau et le système respiratoire, corrosif
  • Acide oxalique : irritant pour les yeux et la peau, corrosif, dégagement de gaz toxiques en cas de mélange
  • Acide sulfamique : irritant, corrosif, toxique pour les organismes aquatiques
  • Alkyl ethoxylates et dérivés : irritant, toxique pour les organismes aquatiques
  • Benzisothiazo-linone : irritant, allergisant, toxique pour les organismes aquatiques
  • Butoxyéthanol (EGBE) : irritant, cancérogène possible pour l’homme
  • Chlorure de benzalkonium : favorise l’apparition de micro-organismes résistants
  • Didécylméthyl-ammonium chloride : irritant, corrosif, favorise l’apparition de micro-organismes résistants
  • EDTA : faible biodégradabilité, risque de persistance dans l’environnement
  • Ethanolamine : irritant pour la peau et les voies respiratoires, corrosif
  • Ethoxydiglycol  (DEGEE) : irritant pour la peau et les voies respiratoires, corrosif
  • Hydrogen peroxyde ou peroxyde d’hydrogène : irritant, corrosif, dangereux en cas de mélange (acides, ammoniaque), comburant (qui permet la combustion)
  • Hydroxyisohexyl 3 cyclohexene carboxaldehyde (lyral) : très allergisant
  • Hypochlorite de soude : irritant pour la peau et le système respiratoire, corrosif, dégagement possible de gaz toxiques en cas de mélange, toxique en cas de rejet dans les eaux usées
  • Iodopropynylbutyl carbamate : allergisant, irritant, corrosif, très toxique pour les organismes aquatiques
  • Metaperiodate de sodium : irritant, corrosif, toxique pour les organismes aquatiques
  • Méthylchloroisothiazolinone : très allergisant, très toxique pour les organismes aquatiques, avec effets à long terme
  • Méthylisothiazolinone : très allergisant, très toxique pour les organismes aquatiques
  • Phénoxyétahnol : allergisant, irritant, effets reprotoxiques à forte dose chez l’animal
  • Sodium hydroxyde ou hydroxyde de sodium : irritant, corrosif, menace potentielle pour la faune et la flore

Pauvreté : aggravation en Ile-de-France, cri d’alarme du Secours catholique

La fracture territoriale s’aggrave en Ile-de-France, avec des zones qui s’enfoncent dans la pauvreté. C’est le constat que dresse ce lundi le Secours catholique, qui demande un «changement radical dans la politique d’aménagement».

Moins de 990 euros par mois pour vivre. Dans cette région qui regroupe huit départements, du plus riche (Hauts-de-Seine) au plus pauvre (Seine-Saint-Denis), 15% des 12 millions d’habitants (1,8 million) disposent de moins de 990 euros par mois par unité de consommation et la moitié d’entre eux de moins de 750 euros, selon le rapport de l’association publié lundi.

De 2004 à 2012, la proportion des ménages pauvres y a augmenté deux fois plus vite qu’en France métropolitaine (+5 points contre +2,6). Et dans tous les départements à l’exception de Paris et les Hauts-de-Seine, «les revenus fiscaux des 10% des ménages les plus modestes ont moins progressé au cours des dix dernières années que le revenu médian».

«Il y a plus de personnes pauvres» et leur niveau de pauvreté «s’aggrave», s’inquiète Hervé Du Souich, président du Secours Catholique Ile-de-France. «On veut lancer un cri d’alarme: jusqu’où on va continuer dans ce sens-là?»

De plus en plus d’enfants touchés. Cette précarité touche aussi les enfants franciliens, dont le taux de pauvreté a grimpé de 22% en 2009 à 24,3% en 2013, une hausse encore plus marquée en Seine-Saint-Denis, avec des conséquences directes sur la santé (malnutrition, obésité) et l’échec scolaire.

Un manque de logements «très sociaux». Les zones les plus pauvres, comme la Seine-Saint-Denis ou le nord-est parisien, sont aussi celles qui concentrent le plus de centres d’hébergement d’urgence, ajoutant de la pauvreté à la pauvreté.

Et «les logements sociaux actuellement construits ne sont pas adaptés au profil des demandeurs», souligne le Secours catholique, déplorant le manque de logements dits «très sociaux» accessibles aux revenus les plus modestes.

L’organisation, qui souhaite rencontrer la présidente de l’Ile-de-France Valérie Pécresse (Les Républicains), demande un «changement radical dans la politique d’aménagement», avec «un plan de construction de logements réellement accessibles aux personnes les plus pauvres», visant particulièrement les communes les plus favorisées «afin de rééquilibrer les territoires».

En mars, la région avait supprimé les aides aux logements «très sociaux» dans les communes qui en ont déjà beaucoup, pour «lutter contre les ghettos», une mesure rejetée par la gauche. Sur 1.300 communes franciliennes, 90 concentrent 66% du parc social, avait souligné l’exécutif régional, estimant «urgent de ne pas empiler de la pauvreté sur la pauvreté».

«La question c’est où on met ces logements sociaux et comment on fait pour combattre l’égoïsme de certains lieux qui refusent toute forme de solidarité», s’interroge le responsable du Secours catholique, évoquant le projet de centre d’hébergement d’urgence dans le cossu 16e arrondissement qui soulève l’opposition du maire (LR) Claude Goasguen et de nombreux habitants.

Renaud s’exprime sur son retour, son passage en prison et sa lutte contre contre l’alcool

Le chanteur revient pour le plus grand bonheur des fans sur scène avec de nouvelles chansons. Il propose un album après avoir pendant de longues années bataillé contre la consommation d’alcool. Renaud a fait le serment de ne jamais replonger dans ce calvaire. « je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool » « Je n’ai plus peur de plonger » dit-il.

Renaud et l'alcool
Renaud et l’alcool

Le chanteur revient pour le plus grand bonheur des fans sur scène avec de nouvelles chansons. Il propose un album après avoir pendant de longues années bataillé contre la consommation d’alcool. Renaud a fait le serment de ne jamais replonger dans ce calvaire.

« je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool »

« Je n’ai plus peur de replonger », a affirmé vendredi le chanteur sur les ondes d’Europe 1. « J’en fais le serment devant Dieu, devant les hommes, plus jamais je ne replongerai ! » Et de fustiger ces litres de Pastis qui lui ont « pourri la vie pendant 10 ans ». « Dix ans d’errance, dix ans à me perdre dans les brumes anisées de l’alcool marseillais », a-t-il regretté avec lucidité. « Mon retour, fracassant, semble-t-il, ressemble étrangement à mon retour en 2002 avec Boucan d’enfer, « Manhattan-Kaboul » et « Docteur Renaud, Mister Renard » où je revenais aussi d’une période de dix ans d’alcool, de dépression, paranoïa, hypocondrie, mal-être… »

Un passage en prison sur une île Grecque

Depuis quelques années, le quotidien de Renaud semblait être rythmé par la consommation d’alcool. Cela l’a éloigné de la scène musicale malgré son talent et les nombreux fans qui le soutiennent. Dans un entretien accordé à France Dimanche, il partage quelques démons, dont un passage en prison sur une île Grecque. La cause de ce séjour est très simple à trouver, il s’agissait de l’alcool. Pour le chanteur, « il n’y avait rien de glamour dans cette mésaventure ». Aux commandes de son scooter, il a croisé le chemin des forces de l’ordre.

Un grand courage et d’une belle force de détermination

Renaud a décidé de repartir du bon pied, il a de ce fait consulté un addictologue. Dès cet instant, il a fait le serment de mettre un terme à ce fléau. Il a donc quitté ce monde de l’addiction par ses propres moyens du jour au lendemain. Le chanteur a fait preuve d’un grand courage et d’une belle force de détermination, car un arrêt brutal engendre toujours des douleurs, des symptômes épouvantables… Cette décision a été prise le 21 mars 2015 et dans une interview accordée à Europe 1, il a insisté sur le fait que « plus jamais [il] ne replongerait ».

 

 

A Hiroshima, John Kerry, « profondément ému », réclame un « monde sans armes nucléaires »

C’est une « journée historique » qu’a vécue Hiroshima lundi 11 avril. Le ministre japonais des affaires étrangères, Fumio Kishida, natif de la ville ayant subi le premier bombardement atomique de l’histoire, pouvait afficher sa satisfaction. Pour la première fois depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, un secrétaire d’Etat américain, John Kerry en l’occurrence, a rendu hommage aux quelque 140 000 victimes directes ou indirectes de la bombe A. Jamais un responsable américain d’un tel niveau de responsabilité n’avait accompli ce geste.

Poursuivre la lecture de « A Hiroshima, John Kerry, « profondément ému », réclame un « monde sans armes nucléaires » »

%d blogueurs aiment cette page :