Les shadoks ont 48 ans : Happy birthday – Google leur consacre un doodle

Mais derrière le doodle se cache qui ?

 

Les Shadoks sont à l’honneur sur Google ce vendredi 29 avril pour les 48 ans de leur naissance. Un « doodle » s’affiche effectivement sur la page d’accueil du site pour tous les internautes. Et pour la première fois, la conceptrice du visuel est Française.

Ces dessins sont vus par des milliards d’internautes chaque jour, mais on sait très peu de choses sur leurs auteurs et sur leur fabrication. Comment Google crée-t-il sesdoodles, les dessins qui apparaissent sur sa page d’accueil pour célébrer un anniversaire ou une journée particulière à travers le monde?

Le HuffPost a posé la question à Sophie Diao, la dessinatrice qui a réalisé le doodle du mardi 12 janvier pour célébrer l’anniversaire de la naissance du conteur Charles Perrault.

charles perrault

Qui est derrière les doodles

À 23 ans, Sophie Diao travaille à Mountain View, le siège de Google. Elle fait partie d’une équipe de 30 personnes: les dessinateurs et les ingénieurs qui réalisent les fameux doodles. Sophie est ce qu’on appelle là-bas, un doodler.

Diplômée de l’école California Institute of the Arts dite CalArts, Sophie Diao a eu l’idée de postuler à un stage chez le géant du web après avoir vu un dessin sur Charles Dickens à la Une du moteur de recherche. Durant l’été 2012, elle fait partie une première fois de l’équipe et travaille sur plusieurs illustrations pour les jeux Olympiques de 2012 et “un tas de doodles pour des journées nationales”.

google doodle charles perrault

L’équipe des doodlers et Sophie Diao

 

Après quelques expériences chez Dreamworks, Disney et Cartoon Network, la jeune femme retourne à Mountain View pour le poste de doodler qu’elle occupe depuis plus de deux ans et demi aujourd’hui.

C’est à elle que l’on doit le doodle jeu d’Halloween 2015 qui proposait aux internautes d’incarner une sorcière et de participer à une Coupe du monde des friandises. Sophie Diao est aussi à l’origine du doodle qui célébrait l’inventeur des nouilles instantanéesou de celui sur Diana Wynne Jones, l’écrivaine de romans fantastiques pour enfants à qui l’on doit Le château ambulant adapté par Hayao Miyazaki. Difficile de faire plus insolite et varié que les sujets des doodles jour après jour.

Pourquoi Google n’attend jamais les grandes dates anniversaire

Le dernier grand projet de Sophie Diao est le doodle du jour sur Charles Perrault. Pour qu’il se retrouve entre les mains de cette jeune dessinatrice, il a d’abord fallu que l’anniversaire du conteur figure dans la liste d’idées et de sujets établie par ses chefs d’équipe.

Pour constituer cette liste, Google épluche les journées nationales et internationales. Les responsables font la chasse aux dates de naissance et d’anniversaire, sans se soucier de tomber sur un nombre rond. Ce mardi, Google célèbre par exemple le 388e anniversaire de Perrault, sans avoir pris la peine d’attendre les 400 ans ou une date plus significative.

“On ne veut pas attendre car tout peut se passer en l’espace de deux ans, nous a confié la dessinatrice. Le plus souvent, nous avons une idée et nous voulons la mettre en application immédiatement. Parfois on se rend aussi compte que si on attend quelques années pour tomber sur un nombre rond, le doodle sera en ligne un dimanche et peu de gens auront l’occasion de voir le doodle. Voilà pourquoi nous nous moquons de savoir si le nombre est rond.”

Comment Google s’adapte à la culture de chaque pays

Quand le nom de Charles Perrault s’est retrouvé dans la liste des sujets à se répartir, Sophie Diao explique s’être jetée dessus. “J’ai toujours été une grande fan des contes de fées et je voulais à tout prix travailler sur ce projet, s’est-elle souvenue. J’ai commencé par faire des recherches sur sa vie et son œuvre, à relire ses contes. Puis j’ai travaillé avec la responsable locale des doodles en France pour obtenir plus de documentation et d’informations. Elle m’a aussi aidée à traduire des contenus.”

En France comme dans d’autres pays, Google a ce que l’équipe appelle un “local doodle manager”, un référent local qui aide et oriente les dessinateurs dans leur travail.

“Il nous permet de respecter et de mieux comprendre les sensibilités culturelles de son pays, explique Sophie Diao. Grâce à lui nous apprenons que telle ou telle chose va être plus drôle pour un pays donné par exemple », détaille la dessinatrice qui adapte parfois son travail aux spécificités culturelles d’une zone géographique.

“Pour nos doodles sur la fête des mères ou des pères par exemple, décrit-elle. Le sujet est universel mais on peut changer légèrement le dessin pour qu’il corresponde mieux encore aux utilisateurs dans une partie du monde.” Pratique pour ne pas commettre d’impair.

Pour Charles Perrault, aucun problème de ce côté-là. Les trois illustrations de Sophie Diao sont universelles.

Du croquis à un dessin vu par des milliards de personnes

La dessinatrice a commencé par réaliser trois esquisses, une pour Cendrillon, une pour le Chat Botté et une pour La Belle au bois dormant.

anniversaire de la naissance de charles perrault

Un dessin non finalisé de Sophie Diao pour son doodle

 

Chaque dessin a été vu par le manager français et, après plusieurs aller-retour, lorsque les croquis ont été approuvés, Sophie Diao a pu les coloriser et les terminer.

cendrillon charles perrault anniversaire

Un projet comme celui-ci peut prendre plusieurs mois au doodler, même si les artistes de Mountain View travaillent généralement sur différents projets à la fois. Et mieux vaut s’appliquer, puisque le travail final est exposé au regard de milliards d’internautes.

Avec une telle audience, les doodlers ont un certain pouvoir. Et tout le monde dans l’équipe se souvient par exemple de leur dessin engagé pour les jeux olympiques d’hiver en Russie, en février 2014.

doodle google sotchi

Ce doodle aux couleurs de l’arc-en-ciel était une réponse claire aux lois russes contre la “propagande gay”. Il renvoyait les internautes vers la Charte olympique et l’article 4 qui stipule que “La pratique du sport est un droit de l’homme”. “Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d’aucune sorte et dans l’esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play », pouvait-on lire à travers la planète, y compris en Russie.

“Le doodle a été énormément commenté à travers le monde, il a aussi été très apprécié à l’intérieur de l’entreprise. Les homosexuels employés chez Google se sont sentis aimés par la société pour laquelle ils travaillent”, se souvient Sophie Diao. Une dessinatrice dont le travail peut faire la différence, même si personne ne connaît son nom.

Asthme. Le yoga améliorerait la qualité de vie et les symptômes

Sans se substituer aux médicaments, le yoga aiderait les asthmatiques à mieux supporter leur maladie, en leur permettant une meilleure maîtrise de leur respiration

En permettant une meilleure maîtrise de la respiration, la pratique régulière du yoga permettrait aux personnes souffrant d’asthme de mieux vivre au quotidien. Ce constat résulte d’un travail mené par des scientifiques qui, pour le compte de Bibliothèque Cochrane, ont analysé des études européennes, américaines et indiennes sur le sujet.

Une amélioration de la qualité de vie et des symptômesRegroupées, ces recherches portent sur 1 048 personnes atteintes d’asthme léger ou modéré et pratiquant le yoga. Les résultats des chercheurs, publiés mardi, montrent que dans un tiers des études prises en compte, la discipline venue d’Inde améliore la qualité de vie et les symptômes des sujets.

Cependant, comme le précise le docteur Zuyao Yang de l’université chinoise de Hong Kong, principale auteur de l’étude, citée par Pourquoi Docteur : « Nous ne savons pas encore si le yoga (…) peut induire des effets néfastes chez les asthmatiques. » La prudence reste donc de mise et les spécialistes conseillent fortement aux asthmatiques pratiquant le yoga de continuer à prendre leur traitement, même s’ils ressentent une amélioration de leur situation.

Ouest France

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Asthme : tout se joue in utero

Nature : “L’air n’est pas respirable” : la carte de France des victimes des pesticides

Cancer. La baisse de la mortalité se confirme en France

  • La mortalité liée au cancer est en baisse en France
    La mortalité liée au cancer est en baisse en France | Fotolia

Le risque de développer un cancer au cours de sa vie diminue en France, tout comme le taux de mortalité. Mais 384 442 nouveaux cas ont encore été diagnostiqués en 2015.

Le bilan 2015 de l’Institut national du cancer (INCa) se veut optimiste et prometteur. En effet, les diagnostics précoces, les dépistages inclus et l’amélioration de l’efficacité des traitements permettent aujourd’hui de voir le risque de développer un cancer au cours de sa vie et le taux de mortalité par cancer baisser en France

Le cancer de la prostate et du sein font des ravagesL’INCa estime le nombre de décès lié au cancer à 149 456 (84 041 hommes et 65 415 chez les femmes) en 2015 et les nouveaux cas de cancers diagnostiqués à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Le taux de mortalité est en baisse, cette dernière étant de 1,5% par an chez les hommes (entre 1980 et 2012) et de 1% par an chez les femmes (lire en encadré).

 Le cancer de la prostate reste de loin le cancer le plus fréquent (53 912 cas estimé en 2011) chez les hommes devant le cancer du poumon (3.401 cas en 2015) et le cancer colorectal (23 535 cas).

En 2015, le cancer du sein arrive en tête de ce triste classement chez la femme (54 062 nouveaux cas estimés), devant le cancer colorectal (19 531 cas) et le cancer du poumon (14 821 cas).

1 750 nouveaux cas de cancers chez les enfants par anChez l’homme, le cancer du poumon reste de loin le cancer le plus meurtrier (20 990 décès), devant le cancer colorectal (9 337 décès) et le cancer de la prostate (8 713 décès). Chez la femme, le cancer du sein reste en tête de la mortalité par cancer, avec 11 913 décès, devant le cancer du poumon (9 565 décès) et le cancer colorectal (8 496 décès).

Par ailleurs, on dénombre chaque année en moyenne 1 750 nouveaux cas de cancers chez les enfants. Reste que, depuis 2000, la survie a augmenté significativement de 5 ans après le diagnostic pour l’ensemble des cancers, avec des taux de supérieur à 80%. Ce taux de survie atteint 99% pour une tumeur de l’oeil, le rétinoblastome.

Ces chiffres sont issus d’un document d’actualisation de 240 pages sur l’impact de la maladie intitulé « Les cancers en France en 2015 », en ligne sur son site.

Stress lié au travail : des conséquences lourdes sur notre santé

En marge de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, l’Organisation internationale du travail (OIT) publie un rapport sur les conséquences sanitaires et financières du stress lié au travail

En 2007, une étude révélait que dans l’Union Européenne, 40 millions de personnes étaient affectées par le stress lié au travail. L’OIT s’est appuyée sur plusieurs études récentes pour dresser un bilan chiffré des conséquences du stress en entreprise sur notre santé. Et les résultats sont plutôt inquiétants.

LE STRESS LIÉ AU TRAVAIL CONDUIT PARFOIS AU SUICIDE

Plusieurs études citées dans le rapport de l’OIT ont montré que des conditions de travail stressantes pouvaient avoir un impact négatif sur le bien-être des salariés et sur leur santé. L’exposition à un stress élevé augmente le risque de développer des troubles psychologiques comme l’épuisement, l’anxiété, la dépression ou encore le burnout, mais aussi physiques comme les maladies cardiovasculaires ou des troubles musculo-squelettiques. Un certain nombre de suicides seraient également imputables au stress au travail, selon l’OIT.
D’un point de vue économique, en Europe, la dépression liée au travail représente un coût de 617 milliards d’euros par an. Cette somme colossale englobe les coûts de l’absentéisme, la perte de productivité, les coûts des soins de santé et les dépenses sociales. En 2009, une étude avait démontré que 50 à 60 % des journées de travail perdues en Europe étaient liées au stress au travail.

LA CRISE ÉCONOMIQUE ET LES COMMUNICATIONS INSTANTANÉES POINTÉES DU DOIGT

Comment en sommes-nous arrivés là ? Selon l’OIT, plusieurs facteurs ont contribué à l’augmentation du stress lié au travail. L’Organisation les appelle les “risques psychosociaux“. Ainsi, la concurrence accrue, la précarisation de l’emploi, les cadences de travail rapides et intensives, les horaires de travail irréguliers et chargés, des exigences professionnelles plus élevées…sont souvent à l’origine d’un état de stress au travail. Ces facteurs seraient eux-mêmes la conséquence de la récente crise économique mondiale qui a poussé les entreprises à rester compétitives dans un contexte de récession.

La crise n’est pas la seule responsable. L’OIT pointe également du doigt l’intrusion de la vie professionnelle dans la vie privée liée notamment à l’explosion des communications instantanées. “Les lignes de séparation entre le travail et la vie privée sont de plus en plus difficiles à identifier“, dénonce le rapport. Ainsi, en janvier 2016, une étude révélait que les personnes qui avaient accès à leurs mails pros sur leur smartphone étaient plus stressées que les autres.

Parmi les secteurs les plus touchés par le stress lié au travail, on retrouve l’éducation, la santé et l’agriculture.

DES MESURES POUR SOULAGER LE STRESS AU TRAVAIL

Heureusement il existe plusieurs moyens d’enrayer le phénomène du stress lié au travail, rappelle l’OIT dans son rapport :

– Développer des campagnes de sensibilisation sur le stress lié au travail.

– S’attaquer aux facteurs de risque en mettant en place des mesures collectives et individuelles

– Intégrer davantage les salariés dans les processus de décision de l’entreprise et leur donner plus d’autonomie. Cela contribue à leur donner une meilleure estime d’eux-mêmes et entraîne une diminution de la pression psychologique.

– Mettre en place un système de gestion de la sécurité et de la santé au travail qui prendrait en compte les risques psychosociaux.

– Améliorer l’environnement social au travail. Les Ressources Humaines doivent s’assurer que les relations de travail sont fondées sur la confiance, l’authenticité et le partenariat.

Annabelle Iglesias

Source : Stress au travail : un défi collectif, Organisation internationale du travail (OIT), 27 avril 2016 (rapport disponible en ligne).

Autre article sur une facette de notre société :

Egalité homme femme où en sommes nous ?

En Indonésie, le Français Serge Atlaoui attend toujours dans le couloir de la mort

Il y a tout juste un an, le Français condamné pour trafic de drogue échappait à la dernière minute au peloton d’exécution. Aujourd’hui, son sort est toujours entre les mains de la justice indonésienne.

Il y a un an jour pour jour, deux Australiens, un Brésilien, quatre Nigérians et un Indonésien étaient fusillés à Nuskambangan, «l’Alcatraz indonésien», après avoir été condamnés pour trafic de drogue. Le nom du Français Serge Atlaoui, qui figurait lui aussi sur la liste des exécutions, était retiré in extremis en raison d’un énième recours devant la justice.

Aujourd’hui, le Français de 52 ans attend toujours dans le couloir de la mort de sa prison indonésienne sans savoir ce que sera son sort. Et ce soudeur de formation, originaire de Metz, continue de clamer son innocence. Venu en Indonésie en 2005 pour travailler sur un chantier, il a été arrêté cette même année lors d’un vaste coup de filet anti-drogue. Il affirme qu’il ne faisait qu’installer des machines industrielles dans ce qu’il croyait être une usine d’acrylique, et qui abritait en réalité un laboratoire clandestin d’ecstasy.

En juin dernier, la justice indonésienne a rejeté son ultime recours en grâce: la défense de Serge Atlaoui estimait que le président Joko Widodo n’avait pas examiné le dossier du condamné avant de rejeter sa demande de grâce. Malgré ce nouveau revers, ses avocats ont alors assuré qu’ils travaillaient à d’autres recours afin de lui éviter la peine capitale. Interrogé ce vendredi par Le Figaro, Me Richard Sédillot préfère rester discret sur les procédures en cours et l’évolution du cas de son client, mais il «entend rester confiant et combatif».

«Une pression» constante, selon son épouse

Dans les colonnes duRépublicain lorrain, l’épouse de Serge Atlaoui n’entre pas non plus dans les détails des procédures judiciaires en cours. «L’urgence, ce sera (le jour où il apparaîtra de nouveau sur) une liste d’exécution officielle, déclare aujourd’hui Sabine Atlaoui. Là, nous sommes dans le même contexte que depuis neuf ans – au moment où mon mari a été condamné a mort -, où il peut lui arriver n’importe quoi à n’importe quel moment. On est toujours craintif. On reste vigilant. Il y a toujours cette pression». Car les condamnés à mort ne sont prévenus que 72 heures avant leur exécution. Interrogée par le quotidien régional sur l’état d’esprit de son époux, un an après son «sursis» de dernière minute, elle estime «qu’il ne supporterait de revivre un tel compte à rebours, même s’il est fort et courageux. Psychologiquement, il a été détruit». Elle qui vit en France assure échanger avec lui «sur la vie courante, pour garder cet équilibre et ne pas plonger dans cette peur de tous les jours qui risquerait de [les] engloutir».

Élu en 2014, le président indonésien Joko Widodo a fait de la drogue une «urgence nationale». L’an dernier, le chef de l’État français François Hollande avait lancé un appel aux autorités du payspour qu’elles renoncent à appliquer la peine de mort à l’encontre d’Atlaoui. La vague de critiques qui avait suivi l’exécution cette même année de 14 trafiquants avait en outre conduit Djakarta à observer une forme de moratoire sur la mise en application des peines capitales.

Le procureur général indonésien l’a toutefois assuré début avril, selon Reuters: les exécutions vont bientôt reprendre. «Nous n’arrêterons pas, nous allons renforcer la guerre contre la drogue», a ainsi déclaré H.M. Prasetyo. S’il n’a pas donné de précisions sur l’identité des condamnés figurant sur la liste des prochaines exécutions, il a laissé entendre, selon l’agence de presse, que des étrangers pourraient en faire partie.

Clap de fin pour Hadopi en 2022?

Un amendement écologiste visant à supprimer Hadopi d’ici 2022 a été adopté jeudi soir dans une Assemblée nationale quasiment vide par quatre votes contre trois.

Hadopi, dont l’intérêt et l’efficacité est questionnée depuis sa création, sera-t-elle achevée en 2022? Une première mise à mort a en tout cas été votée par une Assemblée nationale quasi-vide, jeudi 28 avril dans la soirée. En cause, un amendement déposé par des élus écologistesdans le cadre de la proposition de loi sur le statut des autorités administratives indépendantes et des autorités publiques indépendantes (AAI et API) et voté par… quatre députés contre trois.

Pied-de-nez au gouvernement

« Il est nécessaire de remettre en question Hadopi, comme le promettait le président de la République durant la campagne présidentielle », expliquent les élus Verts dans leur exposé des motifs. « L’échec de la Hadopi dans ses missions, comme le soulignait la commission d’enquête du Sénat, malgré son budget très supérieur à de nombreuses AAI/API, doit interroger le législateur », ajoutent-ils. Mais pourquoi 2002? C’est « une disposition sunshine », a expliqué un attaché parlementaire au site spécialisé Nextinpact, parce que la date correspond à l’expiration du mandat en cours des actuels membres.

Un vote en forme de pied-de-nez pour le gouvernement, puisqueJean-Vincent Placé, qui le représentait a tenté de dissuader ses collègues écologistes. « Je ne pense pas que décider de la disparition de la Hadopi dans ces conditions soit compatible avec l’image que nous voulons donner du Parlement français. Même si je comprends cette discussion, il me semble que prendre une telle décision nuitamment, alors qu’il y aura une deuxième lecture au Sénat, ne rendrait pas service à votre belle assemblée », a tenté d’argumenter, sans succès, le secrétaire d’État en charge de de la Réforme de l’État.

La riposte graduée, elle, n’est pas morte

La député Isabelle Attard, qui présentait l’amendement, a qualifié cette position de « schizophrène ». « À partir d’un certain moment, il faut choisir. On ne peut pas prononcer, pendant des années, des déclarations tonitruantes selon lesquelles la Hadopi ne sert à rien et, des années plus tard, maintenir sous perfusion -je maintiens ces termes- une haute autorité dont on peut s’interroger sur l’utilité, les missions et les coûts en termes de personnel. Il faut qu’une décision soit prise! », a-t-elle martelé.

Reste qu’il y aura effectivement une deuxième lecture au Sénat, qui pourrait décider de supprimer cet amendement. Un deuxième vote aurait alors lieu à l’Assemblée, ou le gouvernement pourrait décider d’intervenir. Quoi qu’il en soit, la mort de la Hadopi n’impliquera pas forcément la mort de la riposte graduée. Comme le rapporte Numerama, le rapporteur de la proposition de loi sur le statut AAI et API, le député LR Jean-Luc Warsmann, explique que « les compétences -d’Hadopi- pourraient être transférées soit au CSA, soit à l’ARCEP, soit à une nouvelle AAI ayant une compétence élargie en ces matières ».

France : manif non déclarée à Nantes, les anarcho-communistes brûlent une Porsche devant la préfecture — civilwarineurope

La situation est tendue à Nantes où des manifestants anarcho-communistes contre la “loi Travail” ont mis le feu à une Porsche stationnée à proximité de la préfecture, ont rapporté ce jeudi 28 avril sur Twitter plusieurs journalistes sur place. Sur le réseau social, de nombreuses photos du véhicule calciné circulent et se partagent à toute […]

via France : manif non déclarée à Nantes, les anarcho-communistes brûlent une Porsche devant la préfecture — civilwarineurope

Réseaux sociaux : une vidéo résume notre addiction

Les réseaux sociaux deviennent addictifs. Une vidéo résume comment leur utilisation dégénère. Certains sites sont consultés jusqu’à 14 fois par jour par les usagers.

je publie car le savoir déjà c’est un début de prise de conscience et peut-être un déclic pour aller vers autre chose.

Un Français passe en moyenne 1 h 45 sur les réseaux sociaux. Vérifier ses notifications, ses likes et ses partages : voilà qui pourrait sembler anodine. Sauf si cela devient une addiction. Surfant sur l’air du temps, la chaîne YouTube Maître Chat revient en profondeur sur le phénomène avec une vidéo. Alors « Réseaux sociaux, tous accros ? » La réponse semble bien être positive.

14 fois par jour

Cet petit clip reprend les codes habituels des formats présentés sur la plateforme vidéo : des couleurs vives, une voix dynamique et des images en stop motion. Le tout agrémenté d’une dose d’humeur. Une apparence légère mais qui s’attaque à un problème de fond dans la société du XXIe siècle : l’addiction aux réseaux sociaux. Car au vu des sources que nous présente la société de production, Facebook, Twitter et autres Instagram semblent avoir le même effet sur le cerveau qu’un paquet de cigarettes.

Comme les fumeurs qui s’en grillent une au lever, consulter les réseaux sociaux est le premier geste de nombreux usagers : un sur deux admet y céder, révèle la vidéo. Le geste compulsif se poursuit tout au long de la journée, puisqu’en moyenne, les différentes pages sont ouvertes 14 fois. Et le temps passé sur les plateformes continue de progresser.

La vidéo à regarder sans faute :

VIDEO : réseaux sociaux tous accrocs…………..

Des symptômes d’addiction

Pour les plus sceptiques, l’ensemble des sources est détaillé dans le descriptif de la vidéo. Toutes sont en libre accès. Elles détaillent notamment le mécanisme de cette « addiction » du XXIe siècle. Tout commence par la présence d’un outil de comparaison sociale disponible en ligne. Le retour des réseaux sociaux provoque une réaction dans le centre de la motivation. S’y ajoute le fait que la vérification multipliée des plateformes rend leur usage encore plus fréquent, voire envahissant.

Une étude sur 20 usagers de Facebook a été encore plus loin. A l’IRM, l’équilibre entre les zones cérébrales qui régissent l’impulsivité et l’inhibition a été observé. Ces utilisateurs présentent des signes évocateurs d’une addiction, que l’on retrouve chez des consommateurs de drogue ou des joueurs impulsifs. Sans compter les effets délétères sur le sommeil et l’humeur : des études ont démontré que l’abus de réseaux sociaux avait tendance à dégrader la qualité du sommeil et à favoriser la dépression. Le sevrage, heureusement, améliore cela.

Charente-Maritime : ce que l’on sait du séisme de magnitude 5,2

La Charente-Maritime a été touchée par un séisme de magnitude 5,2 ce jeudi matin à 8 h 46 à environ 10 km au nord de Rochefort, à 21 km de profondeur, a indiqué le Réseau national de surveillance sismique (Renass), confirmant les témoignages de nombreux habitants ayant ressenti la secousse.

Aucun dégât majeur n’était à ce stade signalé dans la zone touchée par le séisme, dont l’épicentre est situé entre Rochefort et La Rochelle. De nombreux témoins du département ont toutefois ressenti une forte secousse, qui a parfois fait tomber des objets situés sur des étagères ou des morceaux de plâtre des plafonds. Si pompiers et gendarmes ont reçu un flot d’appels dans les minutes qui ont suivi, le calme est rapidement revenu et « aucun sinistre n’a été signalé et aucune victime n’est à déplorer », a souligné la préfecture de Charente-Maritime.

« Un recensement plus précis des conséquences a été lancé par les services de la préfecture, en lien avec les sapeurs-pompiers, la gendarmerie et les autres services de l’État », souligne-t-elle. « J’ai ressenti que ça vibrait, et ensuite comme une déflagration ou une explosion », a expliqué un correspondant de l’Agence France-Presse résidant à 12 km de l’épicentre.

Activité sismique importante

Selon divers témoignages recueillis sur Twitter, l’onde de choc du séisme a été ressentie dans une moindre mesure jusqu’en Vendée, à Poitiers, à Niort ou àBordeaux, à près de 200 km de La Rochelle à vol d’oiseau. La Charente-Maritime est connue pour son activité sismique, généralement plutôt du côté de l’île d’Oléron, a expliqué Sophie Lambotte, sismologue au Renass, situé à Strasbourg. « Magnitude 5, c’est déjà un séisme important, on n’en a pas si fréquemment que ça, ça sort un peu de l’ordinaire », a-t-elle souligné.

À Thairé, petite commune toute proche de l’épicentre, une femme dont la maison a tremblé était encore en pleurs plus d’une heure après le séisme. Les seuls dégâts significatifs recensés dans le village concernent l’église fortifiée Notre-Dame-de-l’Assomption, qui a dû être fermée au public, la clef de voûte d’une des entrées ayant bougé sous l’effet du tremblement de terre, a expliqué la maire, Marie-Gabrielle Chupeau. Les vibrations ont également décroché du plâtre du plafond de l’église, fait tomber tous les cierges et déplacé de quelques centimètres une statue sur son socle. La préfecture de Charente-Maritime a invité la population à « faire des vérifications de précaution d’usage dans les maisons et les entreprises sur les installations électriques et de gaz ». En cas de réplique, elle rappelle qu’il faut se protéger des chutes d’objet et que les automobilistes doivent s’arrêter à l’écart des constructions et fils électriques.

Selon la sismologue, un tremblement de terre d’une magnitude supérieure à 5 avait été enregistré du côté de l’île d’Oléron en 1972, et un autre autour de 4,5 en 2005. Une activité sismique importante est également connue plus au nord, du côté de Fontenay-le-Comte, en Vendée voisine. « On est à la limite des failles héritées du Massif armoricain, des failles cisaillantes qui coulissent d’un bord sur l’autre. Il y a d’autres failles du côté d’Oléron qui sont de même orientation », conclut Sophie Lambotte.