Tous Unis Contre la Haine: la nouvelle campagne anti-raciste du gouvernement

Avec six spots-choc mettant en scène des agressions racistes ou antisémites aussi provocants que réalistes, le gouvernement lance ce lundi une nouvelle campagne pour dénoncer les préjugés et provoquer une prise de conscience.

Inspirés de faits réels, six petits films tous bâtis sur le même principe: une agression filmée avec une caméra instable, pour évoquer les films amateur. En fond sonore, une conversation, qu’on devine autour d’une table, reprenant des clichés racistes couramment véhiculés sur la communauté concernée. C’est la forme de la nouvelle campagne contre le racisme lancée ce lundi par le gouvernement.

Tête de porc sur la grille d’une mosquée, jeune noir roué de coup, tag « mort aux Juifs » sur une porte de synagogue… au moment où le spectateur prend pleinement conscience de la gravité de l’agression filmée, une voix interrompt les propos haineux pour inviter à s’interroger sur la réalité des clichés. « Le racisme/l’antisémitisme/les actes anti-musulmans, ça commence par des mots. Ça finit par des crachats, des coups, du sang », conclut le spot.

Recrudescence des actes racistes en 2015

La campagne de spots télévisés, qui renvoie sur un site internet et le mot-dièse #TousUnisContrelaHaine, est lancée à la demande du Premier ministre, alors que la France a connu une recrudescence de la haine raciste et antisémite l’an dernier.

Ces actes ont bondi de 22% en 2015, avec, notamment pour les actes anti-musulmans qui ont plus que triplé en un an, un pic après les attentats de janvier et novembre. Au total, 2 032 actions et menaces racistes, antisémites et anti-musulmanes ont été enregistrées, selon les chiffres de la Dilcra (Délégation interministérielle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) communiqués en janvier.

3 millions d’euros

Cette campagne, diffusée sur la plupart des chaînes de télévision jusqu’au 10 avril, coïncide avec la Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, du 21 au 28 mars, lancée lundi matin par la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem lundi matin au musée national de l’histoire de l’immigration. Elle a coûté 3 millions d’euros, et s’inscrit dans le cadre du « plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » doté de 100 millions d’euros sur trois ans.

En mai 2015, le gouvernement avait annoncé 13 pistes différentes pour lutter contre les discriminations à l’embauche et en cours de carrière, dont une étude sur le coût économique des discriminations, et une campagne de testing pour « objectiver les discriminations », lancée fin mars. La méthode consiste, par exemple, à envoyer deux CV identiques, si ce n’est sur des critères potentiellement discriminants (âge, sexe, nom de famille, adresse, etc), et à examiner les retours des entreprises sur ces candidatures.

Premières réactions sur les réseaux

Sur Twitter, les premières réactions à la campagne sont globalement très négatives. Beaucoup des internautes qui réagissent déplorent l’absence de référence au « racisme anti-blanc », et mettent en avant des vidéos, photos, articles de presse évoquant l’agression de personnes blanches par des agresseurs non-blancs.

Article de FRAnce infos avec les clips

Tous unis contre la haine article France Info avec les clips.

Naissance hors norme : La milliardaire Margarita Louis-Dreyfus, 53 ans, accouche de jumelles

La milliardaire et femme d’affaires suisse Margarita Louis-Dreyfus, propriétaire du club de football Olympique de Marseille, a accouché à l’âge de 53 ans de jumelles.

« Margarita Louis-Dreyfus a accouché de jumelles et la mère et les bébés se portent bien », a indiqué la porte-parole dans un courriel à l’AFP, confirmant des informations parues dans la presse ce week-end.

La naissance des jumelles était attendue début avril. Le père des enfants est le banquier suisse Philipp Hildebrand, 52 ans.

Margarita Louis-Dreyfus, une Suissesse d’origine russe, qui aura 54 ans en juin, est déjà mère de trois garçons, dont des jumeaux, nés de son union avec Robert Louis-Dreyfus, décédé en 2009.

La femme d’affaires a hérité du groupe Louis-Dreyfus Commodities, à la mort de son mari.

22 000 personnes travaillent pour son groupeFondé il y a 160 ans, ce géant du commerce mondial des matières premières emploie 22 000 personnes dans plus de cent pays. Ses activités vont du négoce de grains, d’huiles, de café, de coton, de jus d’agrumes, de sucre et de produits laitiers aux métaux, aux transports maritimes et aux engrais.

Philipp Hildebrand a été quelques années président de la Banque nationale suisse, avant d’être contraint de démissionner, à la suite d’une affaire de délit d’initiés à laquelle son ex-femme, une ancienne trader reconvertie dans le commerce d’art moderne, était mêlée.

Depuis, Philipp Hildebrand est devenu vice-président du géant américain de la finance BlackRock, la plus grosse société de gestion d’actifs du monde avec quelque 4 500 milliards de dollars sous gestion.

Margarita Louis-Dreyfus est aussi très connue en France, dans le monde du sport, en tant que propriétaire du club de football de Marseille, l’OM.

Equinoxe de printemps : pourquoi ça tombe un 20 mars ?

« le printemps est arrivé la belle saison »

Le printemps débarque le 20 mars cette année.

Le printemps débarque le 20 mars cette année.

ALEXANDER UTKIN / AFP

Clin d’oeil sexy du jour : Valentin Néraudeau fait tomber le tablier sur Youtube

L’ancien candidat de «Top Chef» Valentin Néraudeau refait parler de lui sur Youtube où il propose des recettes faciles qu’il réalise presque nu.

Valentin Néraudeau est fier de deux choses : ses compétences culinaires et son physique de rêve. Il combine les deux dans des vidéos Youtube où il propose des recettes simples à réaliser en quelques minutes. Son originalité? Cet ancien candidat de «Top Chef» concocte chacun de ces petits plats presque nu.

Avec sa nouvelle chaîne baptisée «ValentinSexyChef», le cuisinier détient peut-être la recette du succès. Chaque semaine, il mettra la main à la pâte pour proposer des «tutos accessibles à tous (…) Des recettes exclusives réalisées en 4 min chrono, délicieusement coquines à réaliser chez soi… nu… ou pas !», peut-on lire dans sa présentation. Dans sa première vidéo, il propose de régaler vos papilles et vos yeux avec une recette de framboise melba. Elle a été visionnée plus de 22 000 fois.

Alors pour apprendre de bonne recettes dans une ambiance sexy voici le lien :

.Votre premier cours la framboise melba :

Valentin explique la recette de la framboise melba, Miam Miam !

Yes we came

Le rendez-vous avec l’histoire trottait dans la tête d’Ares et il a fini par en faire,un dessin. « Je me suis dit qu’il fallait tout de même que je trouve quelque chose, et puis il y a deux jours, c’est venu », raconte l’artiste cubain, quelques heures seulement avant l’arrivée du président américain à la Havane. Huit ans après leHope de Shepard Fairey, (voir  en fin d’article) ce portrait devenu culte de Barack Obama qui avait accompagné sa campagne victorieuse pour la Maison Blanche, l’artiste cubain s’est inspiré de son code graphique pour souhaiter un « bienvenido » particulier au premier président américain à se rendre à Cuba depuis Calvin Coolidge, en 1928.

cuba yes we came

Clin d’œil au « Yes we can » de 2008

Ares, nom d’artiste d’Aristides Estaban, a dépeint un Obama souriant vêtu de la « guayabera » cubaine, un cigare glissé dans la poche, et posant devant la tour en forme d’étoile érigée en mémoire du héros national cubain José Marti. « Yes we came », proclame le dessin, dans un clin d’œil au « Yes we can » de 2008 qui a pris dimanche 20 mars, un peu après 16 heures, une saveur particulière avec l’atterrissage de l’Air Force One de M. Obama, sous la pluie.

Le président démocrate appréciera sans doute l’attention. Il a pris soin de préparerson arrivée en participant au sketch d’un des comiques les plus populaires du pays, Luis Silva, dont le personnage « Panfilo » peut avoir la dent dure avec les autorités lorsqu’il tourne par exemple en dérision des pénuries de pommes de terre. Le sketch, diffusé par l’ambassade des États-Unis à Cuba, met en scène un coup de fil impromptu entre les deux hommes. « Je suis content que vous veniez. Ne faites pas enregistrer vos bagages, sinon vous serez bloqué à la douane », conseille le Cubain.

 

hope
« hope » de Richard Fairey
  • Gilles Paris (La Havane, envoyé spécial)
    Journaliste au Monde

Barack Obama entame une visite historique à Cuba

Barack Obama est arrivé, dimanche 20 mars, à La Havane, pour effectuer la première visite d’un président américain en exercice sur l’île depuis quatre-vingt-huit ans. Cette visite, qui durera jusqu’à mardi, vise à rendre « irréversible » le rapprochement entre les Etats-Unis et Cuba, amorcé par Barack Obama en décembre 2014, souligne la Maison Blanche.nLes relation diplomatiques ont été rétablies en Juillet entre les deux pays, qui continuent néanmoins d’entretenir de profonds désaccords.

Accompagné de son épouse, Michelle Obama, et de leurs deux filles, Sasha et Malia, le président américain s’est rendu, sous une pluie battante, dimanche soir dans la cathédrale de La Havane, trésor baroque du XVIIIe siècle. Il y a rencontré le cardinal Jaime Ortega, qui a joué un rôle majeur dans la percée diplomatique de décembre 2014.

cuba obama sous pluie

Rencontre avec Raul Castro et discours au peuple cubain

Outre la rencontre lundi avec son homologue cubain, Raul Castro, qui sera suivie d’une apparition conjointe devant la presse et d’un dîner d’Etat, le point d’orgue de la visite de Barack Obama aura lieu mardi avec le « discours au peuple cubain » que compte prononcer le président américain depuis le Gran Teatro de La Havane, et qui sera retransmis par la télévision cubaine. Barack Obama doit aussi rencontrer mardi des personnalités de son choix, dont des opposants au régime castriste.

Dimanche, plusieurs dizaines de militants du mouvement dissident des « Dames en blanc » ont été arrêtés à l’issue de leur procession dominicale à La Havane. Les membres de cette organisation, formée à l’origine d’épouses d’anciens détenus politiques, ont défilé près d’une église de La Havane en compagnie de sympathisants pour exiger davantage de respect des droits de l’homme sur l’île.

cuba dame blanc.jpg

Aucun président américain en exercice ne s’est rendu à Cuba depuis Calvin Coolidge en 1928. Avant sa venue, Barack Obama a pris de nouvelles mesures pour faciliter les visites des Américains à Cuba et pour la participation de cette dernière au commerce international. Instauré après l’arrivée au pouvoir des révolutionnaires emmenés par Fidel Castro, frère de l’actuel président, en 1959, l’embargo américain sur Cuba reste néanmoins en vigueur. Le président américain espère que ce dernier pourra être levé par le Congrès américain.

La Maison Blanche affirme que ce rapprochement, contesté par une partie de l’opposition républicaine aux Etats-Unis, profitera au peuple cubain mais aussi aux enreprises américaines. La chaîne hôtelière Starwood est ainsi devenue samedi le premier groupe américain depuis la révolution castriste de 1959 à  conclure un accord avec Cuba pour ouvrir des hôtels dans l’île.

Le Monde

Bande dessinée : le pervers narcissique démasqué

Voilà il est partout même en BD maintenant, bon sérieusement cette BD offre un décryptage de la manipulation académique mais surtout utile et passionnant.

Son titre « Manipulator » par Makyo. C’est un essai plus qu’un récit, il se pose en livre synthèse sur l’ensemble des formes de manipulations.

Makyo utilise la fiction animalière pour en aborder les différents aspects : politique, commerciale, éducative, affective, avec un accent porté sur les techniques de manipulations pathologiques que sont les pervers narcissiques.

Il liste les moyens d’y résister, génériques : information et éducation ou individuels, telle la technique du « disque rayé ».

Par ailleurs, il évoque les ravages sur la santé des victimes trop souvent isolées, qu’ils soinet psychologiques (agressivité, anxiété, tristesse…) ou physiques (épuisement, migraines, douleurs, troubles du sommeil….)

Là le débat est ouvert sur la manipulation au quotidien

L’auteur ouvre le débat sur la manipulation au quotidien dans une approche plus facile que dans un écrit. Il évoque les contraintes du pouvoir, ou même la légitimité du sociologue à dévoiler des tactiques qui pourraient être mal utilisées. Makyo pose aussi la vraie question – « La relation normale existe-t-elle ? » – tout en mettant le lecteur en garde : « On peut sombrer dans la paranoïa, devenir obsédé par ce danger… »

Un reproche ? Que le propos, qui prend sa source dans les travaux de spécialistes comme Jean-Marie Abgrall, soit noyé dans une mise en scène académique, façon « BD de papa », démonstration magistrale sans hiérarchisation éditoriale. Un choix incompréhensible à l’heure d’expériences telles que « La Revue dessinée ». Ledit propos reste malgré tout précieux, donnant des clefs aux uns, des armes aux autres, tendant à certains un miroir qu’ils auront peine à regarder.

« Manipulator » de Makyo aux éditions les Arènes, 20 Euros. (demandez éventuellement à votre bibliothécaire préféré de l’ajouter à son fond de livres …..

%d blogueurs aiment cette page :