Joli : Coulommiers : un bébé sauvé in extremis par un policier

Elle s’appelle Shayana, elle a un mois et elle va bien. Mercredi, un policier l’a ramenée à la vie, alors qu’elle ne respirait plus. « Les policiers ont sauvé mon bébé », n’hésite pas à dire Nicolas, âgé de 33 ans, habitant d’Amillis.

Sa fille, Shayana, est née le 5 janvier dernier.

Six policiers menaient un contrôle routier sur le rond-point des Anciens Combattants à Coulommiers, ce mercredi, vers 14 h 45. La brigadière Carole Bouhier raconte avoir vu « une Bmw arriver assez vite. Les warnings étaient allumés. La conductrice a eu du mal à s’arrêter, d’ailleurs. » Au volant, c’est la mère de Shayana, âgée de 31 ans. « Elle hurlait dans sa voiture : « Au secours ! Aidez-moi ! Mon bébé ne respire plus », poursuit la policière. « Le fait de nous voir était presque un salut pour elle. »

Coulommiers, ce jeudi. Nicolas, le père du nourrisson entouré de Carole, celle qui a conduit sa femme à l’hôpital et de Laurent, qui a fait un massage cardiaque au nouveau-né. (LP/Sébastien Roselé.)Le brigadier-chef Laurent Chavanne, 50 ans, a été sapeur-pompier professionnel pendant vingt-cinq ans à Paris, avant d’intégrer la police en 2002. Il en a gardé des réflexes. « J’ai pris l’enfant dans son siège. Le bébé était tout mou et ne respirait plus. La maman nous a dit que la petite était sujette à des reflux gastriques fréquents. Je n’ai pas fait de bouche-à-bouche parce qu’il y avait un risque que le liquide aille dans les poumons. » L’ancien militaire prend donc le nouveau-né « sur (s) on avant-bras et commence un massage cardiaque. »

Tout en menant cette opération, il monte dans une voiture de police accompagné de deux collègues, dont l’un conduit. Ils se rendent à la caserne des pompiers, à quelques centaines de mètres de là. « Arrivés sur place, et alors que j’ai passé le bébé aux pompiers, l’enfant a rouvert les yeux et a retrouvé sa tonicité. »

Pendant ce temps, la brigadière Carole Brouhier prend le volant de la voiture de la mère de Shayana avec ses deux autres enfants, de 4 et 9 ans, à l’arrière. Elle conduit la famille à l’hôpital. La maman passe alors un appel à Nicolas, son mari.

« J’étais au travail quand j’ai reçu un coup de fil de ma femme en panique. Je ne comprenais pas ce qu’elle me disait. Elle pleurait et criait. La policière a pris le téléphone et m’a expliqué. » Nicolas a quitté son travail de soudeur à Meaux.

Entre-temps la petite est admise en pédiatrie et les deux plus grands enfants sont placés chez leurs grands-parents. Nicolas rejoint son épouse « effondrée » à l’hôpital. « Les médecins m’ont dit que c’était un reflux gastrique, poursuit Nicolas. Ils la gardent en observation pendant deux jours. Elle est tirée d’affaire. Il faudra juste changer de lait. »

Ce jeudi, la maman était avec la petite tandis qu’une fois encore, comme il l’a fait la veille, Nicolas remerciait les policiers. Laurent, le policier qui a sauvé la petite, reste modeste. « Non, je ne suis pas un héros. C’est vrai que ça ne se produit pas tous les jours. Mais mon métier c’est d’assister, de protéger et de servir. »

One Reply to “Joli : Coulommiers : un bébé sauvé in extremis par un policier”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s