Arrêt du tabac par hypnose : arrêter de fumer définitivement

J’ai déjà blogué sur le tabac à maintes reprises, face aux échecs d’arrêt de la cigarette, je me suis intéressée de plus près à une méthode alternative qui fait ses preuves l’hypnose.

Quand on sait que c’est l’inconscient qui souvent fait obstacle et remet le fumeur à rechercher sa clope, je me dis autant aller chercher le mal à la racine.

L’hypnose est une technique efficace dans la prise en charge médicale de l’arrêt du tabac. Le patient, longtemps immobilisé par cette dépendance, prend enfin sa décision. Il perçoit la cigarette comme inutile, étrangère ou comme un bourreau dont il est la victime. La motivation du tabagique doit être personnelle. Si le sujet est poussé à l’arrêt du tabac par son entourage familial ou professionnel, alors, l’échec est probable.

Technique d’hypnose pour arrêter de fumer

L’arrêt du tabac par hypnose repose sur le mécanisme de la suggestion et le concept de l’empreinte. Il existe en chaque fumeur une part qui désire et a toujours désiré se délivrer un jour du tabac. Le thérapeute amplifie cette part, si infime soit-elle. Il donne l’avantage à des pensées et à un discours différents qui redonnent à la personne une sensation de liberté.

Diverses suggestions sont délivrées pendant la séance d’hypnose pour arrêter de fumer. Le patient se saisit de celles qui sont, pour lui, les plus mobilisatrices. Par exemple, l’association tabac-nausées, le plaisir de respirer, le désir de se débarrasser d’un produit toxique, de vaincre une dépendance ou d’être à nouveau présent à son corps.

La qualité de la relation médecin – patient est décisive. Le patient se sent en sécurité. Il échange avec le thérapeute, expose son point de vue, ses peurs. Tous ces aspects doivent être abordés au cours de la séance afin de répondre au mieux à la demande.

La technique pour arrêter de fumer par hypnose fonctionne sur les sujets faiblement ou très fortement dépendants à la nicotine. Elle calme les symptômes de manque sévère aux composants du tabac et aux gestes et comportements addictifs.

5 niveaux d’approche différents dans l’arrêt du tabac par hypnose :

  • Suggérer directement au fumeur un changement : le patient n’est plus dans son labyrinthe.
  • Modifier la perception du comportement de dépendance.
  • Utiliser l’hypnose pour visualiser l’avenir sans tabac.
  • Utiliser l’hypnose en technique aversive : tabac = nausée.
  • Autohypnose pour autonomiser le patient dans sa démarche.

Une seule séance d’hypnose peut suffire. Mais le thérapeute se sent prêt à accueillir son patient en cas de difficultés et proposer des séances de soutien pour confirmer ou poursuivre le détachement. Si le sevrage n’apparaît toujours pas, il ne sert à rien de multiplier les séances. Il faut attendre quelques semaines avant de renouveler le traitement d’hypnose.

L’arrêt brusque et immédiat s’est révélé toujours préférable à l’arrêt progressif. Le patient choisit l’hypnose justement parce qu’il souhaite être débarrassé au plus vite du tabac.

Toutefois, de nombreux patients ont besoin d’étapes pour affermir leur décision et s’habituer au changement. Il faut donc assurer un suivi pour améliorer les résultats.

Séance d’arrêt du tabac par hypnose

Les patients sont traités le plus souvent en petit groupe.

L’entretien individuel préalable est indispensable pour évaluer :

  • les liens de dépendance : gestes, drogue, obsession.
  • Les motivations
  • L’environnement familial et professionnel (favorable ou défavorable).
  • Les éventuelles désintoxications précédentes.
  • Les risques d’effets secondaires : prise de poids, dépression, anxiété sont les principaux.

On met alors au point les suggestions et la stratégie d’hypnose conduisant à l’arrêt du tabac.

Puis les patients rejoignent un petit groupe de 3 à 6 personnes. La séance d’hypnose pour arrêter de fumer se déroule ensuite classiquement.

  • Tests de suggestibilité.
  • Induction en position assise dans un fauteuil.
  • Phase de pesanteur.
  • Phase d’engourdissement.
  • Suggestions thérapeutiques :
    • Valorisantes : avoir en soi la capacité d’exclure le tabac.
    • Aversives : la vue, l’odeur, l’évocation du tabac provoquent aussitôt de fortes nausées.
    • Modifiant le comportement : les gestes, les images du tabac sont oubliés, fumer fait partie du passé.
    • Renforçatrices : redécouvrir le plaisir de respirer, de vivre.
  • Réveil.
  • Peu de commentaires.
  • conseils hygiéno-diététiques.

Le médecin confie alors au patient une liste de conseils à suivre. Celui-ci se doit d’être vigilant et de considérer l’arrêt du tabac comme un événement trop important pour le remettre en cause. Toute tentative, même éphémère, de fumer est un danger de rechute, même des années plus tard. Le patient doit modifier son environnement, jeter cigarettes et briquet, ranger les cendriers, parfumer son habitation, faire en sorte que le monde dans lequel il évolue ressemble bien à un monde non-fumeur. Ce qu’il désire est cohérent avec ce qu’il vit.

tabac boulet

Résultats de l’hypnose pour arrêter de fumer

Taux de réussite dans l’arrêt du tabac par hypnose :

  • 72% un mois après la séance.
  • Puis 63% à deux mois.
  • Puis 45% à trois mois.
  • Puis 35 à 40% à six mois.

Le recul est suffisant pour affirmer la réalité de l’arrêt du tabac par hypnose. Les patients fortement dépendants à la nicotine sont désintoxiqués dans les mêmes proportions que les sujets moyennement dépendants.

Le sevrage peut provoquer des effets secondaires qui relèvent d’un traitement médical. Une prise de poids négligée, une anxiété mal évaluée, des éléments dépressifs insuffisamment corrigés, font craindre une rechute précoce. Traiter rapidement les effets secondaires éventuels d’un arrêt du tabac par hypnose permet de garantir la durabilité du sevrage.

Les patients :

  • 13% ont déclaré avoir ressenti de l’anxiété les premiers jours.
  • 30% ont grossi de deux à huit kilos.
  • 5% ont déprimé les premiers jours.

Voici le lien vers l’Association Française de l’Etude de l’Hypnose Médicale pour en savoir plus.

 

Hypnose médicale

Insolite : Libérez votre énergie sexuelle avec la méditation orgasmique !

Pauline, jeune maman de 32 ans, s’allonge, intriguée et un peu impressionnée, sans pantalon ni petite culotte, sur des couvertures et des coussins. Assis à côté d’elle, Florian, son mari, attend les instructions. Elle accepte qu’il lui touche fermement les cuisses, puis elle l’entend lui décrire son sexe : sa couleur, sa forme, sa texture. Elle ne s’est jamais sentie aussi vulnérable. Et en même temps autant en confiance et détendue. Elle fait son premier stage de méditation orgasmique.

Comment vivre mieux, améliorer son bien-être et trouver son propre chemin vers plus de bonheur ? Une pratique surprenante, mais réellement puissante, peut vous y aider : la méditation orgasmique.

La méditation orgasmique, une pratique méditative

Le principe

La méditation orgasmique – OM pour les intimes, à ne pas confondre avec un certain club de football du sud de la France – se pratique entre deux partenaires, en couple dans la vie, ou pas. Pendant 15 minutes, ils vont se concentrer sur le clitoris de la femme : l’homme (ou la femme), avec son index gauche, caresse le clitoris de sa partenaire. Tous deux sont « connectés » par ce point de contact, ce petit organe ultra-sensible aux huit mille terminaisons nerveuses. La connexion à l’autre se fait en parallèle d’une connexion à soi-même. Chacun est à l’écoute de ses sensations et de ses émotions. C’est un moment qui peut être très intense, certains en sortent complètement bouleversés.

Le désir est la source d’énergie suffisamment puissante pour apporter le changement dans votre vie.
om2

 

L’OM est d’abord une forme de méditation

L’OM, pour orgasmic meditation en anglais, change profondément la vie se ses pratiquants dans sa globalité. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’il n’y a pas de but à atteindre. Au bout de 15 minutes, les partenaires arrêtent la méditation et partagent les sensations et émotions ressenties pendant la séance.

Ensuite, parce que la femme est à l’écoute de son corps, de son ressenti. Connectée à son partenaire, détendue, elle ne cherche pas à atteindre l’orgasme. Elle relâche la pression. Elle découvre son corps et écoute ce qu’il lui exprime.

L’OM enfin améliore la qualité de la vie sexuelle. L’homme comprend que la femme ne doit pas absolument jouir, que son orgasMe n’est pas réduit à son orgasTe. La femme intellectualise moins et écoute davantage ses sensations dans l’instant présent. La recherche de l’explosion finale peut en effet l’empêcher de profiter du présent, car elle est déjà dans l’après. Peu de femmes savent demander ce dont elles ont envie. Ici, elles ont l’occasion d’apprendre à le faire.

 

D’autre part, l’OM réconcilie la femme avec le désir sexuel. Avec le temps, la femme accumule du désir en pratiquant la méditation orgasmique, et apporte ainsi un vrai désir sexuel à son partenaire. Plus de complexe si elle n’a pas d’orgasme, elle sait trouver son plaisir autrement. Oubliées les inhibitions. Quel soulagement, cette sérénité retrouvée !

Enfin, la femme se sent bien vivante ! Le monde change de couleur, la vie a une autre saveur. En phase avec ses sensations et ses émotions, ancrée dans le présent, elle se retrouve elle-même alors qu’elle n’avait même pas conscience qu’elle s’était perdue, bien souvent. Et elle apprécie qui elle est. C’est en cela que l’OM est bien une forme de méditation.

A savoir

Il est impératif de suivre une formation avant de pouvoir pratiquer(1). Celle-ci se déroule sur une journée ou plus, et la pratique à la fin de la formation est optionnelle. Si le groupe vous fait peur, vous pouvez aussi faire venir un coach chez vous. Le groupe, pour ceux qui seront à l’aise avec cette approche, apportera partage, échanges, et énergie collective. Le coût varie, mais est environ d’une centaine d’euros par personne (entre 100 et 195 €). Il est également possible d’apprendre la pratique avec le livre et la vidéo sur youtube (par contre, il faut participer à une formation avec coach certifié pour rejoindre la communauté de pratiquants, forum, cercles de paroles, pratiques, etc.)

Le cadre est strict et codifié, la pratique se fait en conscience. Chaque étape de la préparation a son importance. Déjà, l’homme et la femme se sentent libres de répondre « oui » ou « non » lors de la demande : « Veux-tu OMer (pratiquer l’OM) avec moi ? ». Par des petits jeux, le coach prépare les participants à bien vivre toutes les étapes.

Puis les partenaires commencent à faire leur « nid » à l’aide de couvertures et de coussins. Ensuite, ils s’installent, la femme allongée et l’homme assis sur des coussins, pour être tous deux détendus et dans une position confortable. Avant chaque action, l’homme et la femme demandent l’accord de l’autre : « puis-je poser la main sur ta cuisse ? ». « Oui ». « Merci ». Le respect et l’accord de l’autre sont fondamentaux.

Sans plus détailler, nous soulignons le caractère encadré de la pratique et le respect des participants.

 

Marie, 46 ans, divorcée, se sentait nerveuse ainsi dénudée, allongée à côté de cet homme qu’elle ne connaissait presque pas. La présence du groupe et de la coach la rassurait. Son appréhension a peu à peu disparu à mesure que ses sensations montaient. Elle ne savait pas que son clitoris pouvait lui apporter autant de sensations, dans son sexe et dans tout son corps. Cet état d’excitation a perduré bien après la séance d’OM, et lui a apporté une énergie qui a donné une saveur à sa vie jusqu’alors inconnue.

Depuis, elle pratique régulièrement et a le sentiment d’être devenue une personne différente, bien plus épanouie et à l’écoute de ses désirs dans tous les domaines de son existence.

Mais pourquoi donc utiliser le terme « orgasmique » s’il n’y a pas d’orgasme ? L’OM est en fait un chemin vers l’orgasme. Lorsqu’elle pratique cette forme de méditation, la femme retire une telle vitalité et une telle énergie sexuelle que ses orgasmes sont plus accessibles et plus longs, plus intenses. A l’écoute de ses sensations, elle savoure mieux son plaisir pendant l’acte sexuel. Sa libido est exacerbée.

La méditation orgasmique propose une définition de l’orgasme qui correspond à ce que fait naturellement le corps d’une femme. Ce n’est pas un événement mais un état, dont la méditation orgasmique facilite l’accès. Dans cette définition, l’orgasme intègre toutes les sensations physiques non contrôlées, et le fait de les accueillir dans la détente ou de tenter de les refouler fait toute la différence.

om3.png

 

Pourquoi essayer la méditation orgasmique ?

Vous êtes intrigué(e), curieux(se) ? Vous sentez que l’OM pourrait vous apporter un « je-ne-sais-quoi » (car vous ne savez pas encore) dans votre vie ? Peut-être voulez-vous ne pas « mourir idiot » (je rigole) ?

Dès que j’ai entendu parler de cette pratique, j’ai tout de suite su que je devais essayer. Cela me parlait totalement. Je n’ai pas été déçue, loin de là. Dès la première séance avec Emmanuelle, la coach, j’ai ressenti des sensations inédites. Cette chaleur qui est partie de mon clitoris, montant jusqu’à mon ventre, ma poitrine, mes épaules et ma tête… Mes bras et mes jambes étaient entièrement relâchés. Maintenant avec mon mari, nous pratiquons régulièrement la méditation orgasmique et nous nous sentons plus proches que jamais.
relate Mélanie, 44 ans, participante au stage

Et l’homme dans tout ça ?

Vous vous demandez peut-être quel est l’intérêt de la pratique pour l’homme ? L’homme se nourrit de la connexion à sa partenaire. C’est un moment de partage intense, dans le respect et la confiance. Il n’a pas de pression, il n’y a aucun but.

Il apprend à gérer ses pulsions sexuelles. Observer le sexe d’une femme, caresser son clitoris et la voir se rhabiller ensuite sans rien de plus, voilà de quoi s’entraîner au self-control !

Il est entièrement concentré dans l’observation de ses sensations, dans le ressenti de ses émotions et à l’écoute des demandes de sa partenaire, qui ne lui dira pas « c’est nul ! » mais « un peu plus à droite s’il-te-plaît… Merci ».

Ce que la méditation orgasmique n’est pas

Vous l’avez certainement bien compris, voici ce que l’OM n’est pas : ce n’est ni une nouvelle forme de préliminaire avant l’acte sexuel, ni une séance de masturbation collective, ni un moyen d’avoir des orgasmes.

C’est par contre une immense source d’énergie et d’épanouissement, sexuels bien sûr, mais cela va bien au-delà. Alors, oserez-vous OMer ?

En savoir plus, mon article source sur Consoglobe :

La méditation orgasmique

%d blogueurs aiment cette page :