Environnement : Bolloré inaugure sa nouvelle usine de bus 100 % électriques

Une bonne nouvelle pour l’emploi en Bretagne à Quimper et aussi pour la nature…..

Tapis bleu au sol, allées rutilantes et lumières blanches : on se croirait dans le hall d’un hôpital. Mais c’est la nouvelle unité de fabrication des « Bluebus » du groupe Bolloré, à Ergué-Gaberic, à côté de Quimper dans le Finistère. Ce 15 janvier, le groupe industriel français y a inauguré sa nouvelle unité de construction de bus de 12 mètres, entièrement électriques et pouvant transporer jusqu’à 100 passagers, dont la RATP a commandé les 23 premiers exemplaires pour sa ligne 341 en Ile-de-France.

Un an presque jour pour jour après l’inauguration par le premier ministre Manuel Valls de la halle connexe, où sont assemblés les bus de 6 mètres ainsi qu’un tram électrique fonctionnant sans rail ni caténaire, c’est le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, qui est venu en Bretagne saluer les développements d’un groupe protéiforme, actif dans la logistique, les transports, les médias ou l’énergie. En 2014, le groupe Bolloré a affiché un chiffre d’affaires de 10,6 milliards d’euros pour un résultat opérationnel de 650 millions. Il emploie 11 500 personnes en France et plus de 55 000 dans le monde.

Hommage appuyé

« Vous prouvez que produire en France est une vocation d’avenir », a déclaré le ministre dans un hommage appuyé à l’industriel. Emmanuel Macon, très applaudi par une salle d’élus locaux, d’entrepreneurs bretons, de cadres et techniciens du groupe, d’anciens ouvriers des papeteries de la famille et de quelques amis d’enfance du patron, a énuméré les qualités qu’il perçoit chez Vincent Bolloré en ajoutant qu’il était de ces entrepreneurs « dont la France a besoin ». Le hasard a voulu qu’Emmanuel Macron parcoure ces lignes de montage de véhicules « zéro émission » au lendemain de la journée qui a vu Renault perdre  plus de 2 milliards d’euros de valeur boursière en raison du dépassement par ses moteurs des normes d’émission de CO2 et d’oxydes d’azote.

L’usine, d’une surface de 5 000 m2 et représentant un investissement de 40 millions d’euros sur 2015 et 2016, pourra produire 200 Bluebus par an et emploiera à terme 150 salariés en deux équipes. Elle est formée d’une dizaine de postes où sont montés, au fur et à mesure, sur une carcasse métallique, les roues, le moteur, le plancher, le pavillon (toit), le pare-brise, la cabine du conducteur et les sièges des passagers, sans oublier, bien sûr, les batteries. Il s’agit de blocs de batteries lithium-métal-polymère (LMP) pesant chacun 300 kg et d’une puissance de 30 kW.

3 milliards investis

Une Autolib, à Paris, est équipée d’un seul de ces blocs, alors que les bus en embarquent huit. Leur autonomie est ainsi de 180 à 250 km et les batteries se rechargent en 5 heures. Les batteries LMP, sur lesquelles le groupe a commencé à  travailler il y a vingt-deux ans en y investissant depuis, selon Vincent Bolloré, 3 milliards d’euros, sont produites sur le même site d’Ergué-Gaberic. Bolloré est le seul constructeur à utiliser une technologie LMP. Les autres, y compris la star californienne Tesla, ne jurent que par les batteries ion-lithium.

Le premier enjeu de la nouvelle usine est de livrer les 23 bus commandés par la RATP après un appel d’offres européen pour la ligne 341 entre Charles-de-Gaulle-Etoile et porte de Clignancourt, un peu plus de 30 km aller-retour. « Ce sera la première ligne 100 % électrique et ce sera une première européenne sur une flotte de cette taille », a assuré la présidente de la RATP, Elisabeth Borne, présente à l’inauguration. Mais dans la ligne de mire du groupe Bolloré, il y a surtout les appels d’offres que la RATP va lancer en 2017 pourconvertir d’ici 2025 l’ensemble de sa flotte d’Ile-de-France – 4 500 véhicules. D’autres constructeurs seront sur les rangs, comme le Français Heuliez Bus, l’espagnol Irizar, le Polonais Solaris ou le Chinois Yutong, associé au Français Dietrich Carebus. « Mais la comparaison avec les autres était assez convaincante », a ajouté Elisabeth Borne.

L’arrivée du Bluebus sur le marché international est déterminante pour le retour sur investissement du groupe Bolloré : 90 % du marché est constitué par des véhicules de 12 mètres, dont la très grande majorité fonctionne aujourd’hui au diesel. Or la loi sur la transition énergétique, adoptée en juillet 2015, prévoit que les transporteurs publics doivent avoir, dans leurs flottes, au moins 50 % de bus et de cars à faible émission à compter de 2020, puis en totalité à partir de 2025.

  •  Serge Michel (Ergué-Gabéric, envoyé spécial)
    Grand reporter

Australie : tuer des aborigènes n’est pas un jeu

En Australie, un jeu vidéo dans lequel il fallait tuer des aborigènes pour survivre vient d’être retiré des boutiques en ligne iTunes d’Apple et Google Play.

L’application « Survival Island 3 – Australia Story » (L’île de la survie 3 – Une histoire d’Australie) a été retiré aujourd’hui des boutiques d’applications Android et iOS suite à une pétition qui a recueilli des dizaines de milliers de signatures. Ce jeu dans lequel l’utilisateur devait tuer des aborigènes pour survivre a été jugé raciste.

Le jeu Survival Island 3 retiré des boutiques d’applications

« Survival Island 3 – Australia Story » est un jeu de survie dans lequel les joueurs étaient poussé à tuer des aborigènes d’Australie afin de survivre. Dans la description du jeu on pouvait lire : Le joueur est plongé dans « l’un des plus dangereux endroits au monde« , Il devra survivre y compris en « combattant les aborigènes: vous avez envahi leur territoire !« .

Une pétition avait été lancée sur le site « change.org » pour que le jeu soit banni des différents stores sur lesquels il était disponible. « Vendre des jeux qui font la promotion du racisme et des stéréotypes négatifs sur les Australiens autochtones n’est pas acceptable » ont écrit les auteurs de cette pétition. Celle-ci a recueilli 50 000 signatures et le jeu a finalement été retiré aujourd’hui.

Les aborigènes, une population en grosse difficulté

Le jeu était disponible au téléchargement pour 4,49 dollars et était interdit au moins de 12 ans. Il ne sera resté qu’à peine 3 jour au catalogue des applications Android et iOS. Le développeur du jeu n’a pas pu être joint et les responsables des applications chez Apple et Android n’ont pas souhaité réagir.

On compte 470 000 aborigènes en Australie pour 23 millions d’habitants. Ils représentent une population très défavorisée et en difficulté, que ce soit en matière d’éducation, de criminalité ou encore de santé.

Source : bfmtv.com

CITATION DU JOUR

Chrispoèteofficiel.............

Chaque jour Chris vous propose de découvrir une nouvelle citation ou pensée du jour à partager avec vos amis !!!!!!!!!!!! 

Aujourd’hui je vous propose une citation de Daniel Balavoine  ,Chanteur français qui nous a quitté il y a 30 ans un 14 janvier 

“Toute la misère du monde N’est rien à côté d’un adieu.” Daniel Balavoine « Vivre ou survivre »

images« The whole misery of the world Is nothing next to a farewell. »

Voir l’article original

Des dizaines de milliers de pinsons tués illégalement : Les Landes territoire de non droit ?

Le matin du 9 novembre 2015, dès l’aube, Allain Bougrain Dubourg accompagné de militants de la LPO a une nouvelle fois dû intervenir sur le terrain dans les Landes pour dénoncer le braconnage des pinsons.

Après les ortolans -également protégés par la Loi- un peu plus tôt dans la saison, c’est au tour des pinsons d’être massivement victimes de braconnage. Chaque année, ils sont entre 150 000 et 300 000 Pinsons des arbres et 30 000 à 50 000 Pinsons du Nord à être capturés et tués à des fins « culinaires » (en brochette) au mépris de la loi. La France fait partie du petit groupe des mauvais élèves de l’Europe aux côtés de la Grèce, la Croatie et l’Albanie. Des braconniers s’en sont violemment pris au Président de la LPO et son équipe.

En septembre dernier, la LPO et ses collègues européens de CABS avaient réussi à identifier 45 sites de braconnage du bruant ortolan, fait saisir près de 700 matoles (piège cage) et libéré 117 oiseaux. Deux mois plus tard, faute d’intervention par l’État, la LPO est contrainte de retourner sur le terrain pour dénoncer le braconnage des pinsons dans les mêmes conditions et avec les mêmes méthodes. Cette fois, plus de 20 sites ont été préalablement repérés, et des pièges trouvés avec différents passereaux. Des pinsons ont pu être relâchés. Ce ne fut malheureusement pas le cas pour ces Chardonnerets élégants, écrasés sauvagement faute d’être comestibles.

oiseau piège

Chaque saison, des milliers de pinsons sont braconnés lors de leur passage migratoire sur la façade atlantique française, au moment où leurs effectifs sont les plus importants. Les deux espèces –Pinson des arbres et Pinson du Nord- sont pourtant protégées par l’article 3 de l’arrêté du 29 octobre 2009 du Code de l’Environnement. Leur capture constitue un délit passible d’une peine de prison d’un an et de 15 000 € d’amende. Il est donc strictement interdit de les capturer, les détenir, les transporter, ou les commercialiser.

Les méthodes de captures utilisées sont identiques à celles des ortolans : matoles, cages-pièges… des procédés non sélectifs qui impactent d’autres espèces protégées : rouge-gorge, chardonnerets, verdiers…

Arrivés sur l’un des sites de piégeage, les militants de la LPO et les journalistes se sont violemment fait prendre à partie par deux individus. Les pneus des véhicules ont été crevés mais ce ne fut pas le pire : 4 militants de la LPO dont le Président, le Vice-Président et le Secrétaire Général ont été violemment agressés.

Après constatation des contusions à l’hôpital de Dax, une plainte a été déposée à la Gendarmerie.

Sous prétexte d’on ne sait quelle « tolérance » dès qu’il s’agit de petite délinquance de l’environnement, l’État, de droite comme de gauche, est défaillant depuis trop longtemps, et son autorité bafouée dans les Landes, grâce à l’aide de quelques parlementaires complaisants.

Cette situation est d’autant plus inacceptable que se discute actuellement à l’Assemblée nationale et au Sénat la loi sur la biodiversité.

Alors que le Président de la République affirmait en 2012 vouloir faire de la France un pays exemplaire en matière de biodiversité Allain Bougrain Dubourg estime qu’il est temps que ces engagements se concrétisent enfin et lance une pétition de grande ampleur intitulée « Mettons fin au massacre illégal des oiseaux familiers »

Tous concernés !

Chaque citoyen peut appeler par cette pétition nos gouvernants à mettre fin à ces pratiques barbares et faire appliquer le « simple » respect de la loi. Signez et faite signer la pétition :https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mettons_fin_au_massacre_illegal_des_oiseaux_familiers/?nJYhBdb

Voici le lien vers l’article de la Ligue de Protection des Oiseaux, je soutiens le travail de ce association ainsi que le lien vers la vidéo de l’agression d’Alain Bougrain Dubourg

Alain Bourgrain dubourg agressé à coups de pelle

article source de la LPO

Un autre coup de mes coups de gueule le massacre des chiens en chine

Mon article : ne portez plus de fourrures

 

David Bowie: Blackstar aidera la lutte contre le cancer

Il aura été élégant et généreux jusqu’à son dernier souffle. Quelques jours après le décès de David Bowie, le label de l’artiste britannique, Rough Trade, a annoncé qu’il reverserait tous les bénéfices de la vente de l’album Blackstar au mois de janvier.

Le dernier album de la légende de la pop, aidera donc à la recherche contre le cancer. David Bowie a lutté avec autant de discrétion que de courage contre cette terrible maladie durant 18 mois.

Cette dernière volonté va certainement beaucoup aider la recherche parce que les ventes de Blackstar ont explosé depuis la mort de l’Homme aux mille visages, le 10 janvier. Pour la première fois de sa carrière, David Bowie, qui a été incinéré en secret quelques heures après sa disparition, est en tête des albums les plus vendus ces derniers jours sur Amazon, la Fnac et iTunes. La deuxième place revient d’ailleurs elle aussi au chanteur avec son Best of Bowie paru en 2002.

Alors que dire sinon que j’adorais l’artiste, il a su tant apporter par son oeuvre aux facettes multiples, mais j’admire ce geste de l’homme. Par ce don il va apporter beaucoup à la recherche contre le cancer, bref à nous tous. Merci pour tout David Bowie.

Autre article de public pour en lire plus

Article du Figaro