Le chocolat est il un anti dépresseur

Alors que les rayons des supermarchés débordent de chocolats de Noël. Attendez d’ailleurs pour les acheter, il seront sous peu à moins 50%.

C’est le bon moment pour se demander si le chocolat a des vertus anti-dépressives..


"Rien de tel que le chocolat, lorsqu'on est un peu déprimé". C'est ce que se disent de nombreuses
 personnes lorsqu'elles ont le moral en berne. Mais 
les vertus anti-dépression de cet aliment sont 
seulement psychologiques, selon des chercheurs américains de l'Université du Minnesota.
Dans une étude publiée notamment sur le site de
 l'American Psychological Association, l'équipe 
menée par Traci Mann, une psychologue, a 
demandé à 100 volontaires de désigner les trois 
aliments qui les "font se sentir mieux lorsqu'ils n'ont pas le moral". Un top 3 rassemblant le chocolat cité par 26% des personnes interrogées, la glace (18%) et les cookies (26%). Les volontaires devaient 
également choisir trois aliments qu'ils apprécient 
mais qui ne sont pas spécialement réconfortants
 pour eux.

Les vertus psychologiques du chocolat

Les chercheurs ont ensuite invité leurs cobayes d’un jour à regarder des films anxiogènes et angoissants. Répartis en groupe, les volontaires ont dégusté à la fin de cette séance un goûter différent. Alors que certains d’entre eux ont reçu une importante dose de chocolat, d’autres se sont vus remettre des aliments bons mais qui n’ont aucune vertu réconfortante selon eux. Une partie des volontaires n’a rien eu.


Tous ont dû répondre dans la foulée à des questions sur leur état d’esprit. Un questionnaire qui a montré que le moral de tous les participants s’est amélioré, sans aucune disparité entre les groupes. « Les émotions négatives se dissipent naturellement avec le temps. Mais les individus attribuent cet effet, qui se serait produit même sans nourriture, aux aliments qu’ils jugent réconfortants », a affirmé Traci Mann selon le Pacific Standard Magazine. Les bienfaits anti-déprime que nous accordons au chocolat sont simplement un moyen de déculpabiliser lorsque nous craquons pour des aliments souvent mauvais pour la santé. »

Les bienfaits du chocolat
Si cette équipe avance que les vertus anti-
dépression du chocolat sont seulement
psychologiques, d'autres scientifiques ont
démontré le contraire en mettant en évidence la présence dans cet aliment de composants  ayantdes effets proches des amphétamines. Le 
chocolat contient en effet de la tyramine et la 
phényléthylamine qui 
augmentent les effets des neurotransmetteurs.
Renfermant également du magnésium et des 
puissants antioxydants, le chocolat est bon pour 
prévenir le stress et l'infarctus. Les flavanols 
contenus dans le cacao auraient de leur côté, selon une étude américaine, des effets contre les pertes 
de mémoire liées à l'âge.

 

Futé : Se sentir plus jeune aide à vivre plus vieux

Les seniors qui se sentent plus jeunes que leur âge réel ont un risque diminué de mourir dans les années qui suivent.


Et s’il n’y avait pas besoin de manipulations génétiques complexes, de nanomédicaments miraculeux ou de pratiques exotiques pour conserver sa jeunesse? Les travaux de deux chercheurs de l’University College de Londres, qui viennent d’être publiés dans la revue internationale Jama Internal Medicine, semblent en effet confirmer le proverbe qui prétend que «l’âge, c’est dans la tête».

Isla Rippon et Andrew Steptoe ont observé la longévité de 6489 personnes âgées en moyenne de près de 66 ans. Premier constat, la majorité d’entre elles (70 %) se sentait au moins trois ans plus jeune que son âge, 25 % avaient un âge perçu correspondant à leur âge réel et 5 % s’estimaient plus vieilles d’au moins un an qu’elles ne l’étaient en réalité. Des différences de perception qui ne sont pas surprenantes, car de nombreux paramètres peuvent modifier l’âge perçu. Les jeunes ont ainsi souvent l’impression d’être plus vieux que leur âge, et certaines situations, comme les problèmes de santé grave ou un deuil, allongent l’âge perçu.

Mais le plus intéressant dans cette étude anglaise est la mortalité des différents groupes, avec un recul moyen de plus de huit années. Elle varie en fonction de l’âge perçu au début de l’étude.

Alors que la mortalité est de 18 % dans le groupe ayant l’impression d’avoir son âge, elle est à 14 % (différence non significative statistiquement, notent les auteurs) pour les plus «jeunes dans leur tête», mais, surtout, atteint 24 % dans le petit groupe de ceux pour qui l’âge pèse d’avantage qu’il ne le devrait.



Prédiction autoréalisatrice

«L’analyse séparée des causes de décès montre une forte corrélation entre l’âge perçu et les morts de cause cardiovasculaire, mais pas d’association avec les décès par cancer», remarquent aussi les chercheurs. Ce qui conforte la théorie de la prédiction autoréalisatrice selon laquelle ce sont précisément ceux pour qui le poids de l’âge pèse le plus qui ont les comportements de santé les moins vertueux. Alors que les autres ont tendance à davantage prendre soin de leur santé et à suivre les conseils de leur médecin. Or les facteurs de risque modifiables sont plus nombreux sur le plan cardiovasculaire qu’en ce qui concerne le cancer.

L’état de santé initial des participants à l’étude ne joue qu’un rôle mineur, car Rippon et Steptoe montrent que la mortalité est tout de même accrue de 41 % pour ceux qui se sentent plus vieux que leur âge, lorsque l’on tient compte de leur santé dans les comparaisons statistiques des groupes.

Une autre étude menée il y a une douzaine d’années par des chercheurs de Yale (États-Unis) et de l’université de Miami avait montré que l’âge perçu avait «un poids plus important sur la mortalité des vingt-trois années suivantes (l’étude n’allait pas au-delà, NDLR) que le genre, le statut social, l’isolement et la santé».


Se sentir jeune se traduirait notamment par un plus grand appétit de vivre. C’est pourquoi les chercheurs de Yale dénoncent une vision monolithique de l’âge: «Certaines personnes âgées sont incapables de lutter contre l’internalisation des stéréotypes négatifs liés à l’âge, mais nos données montrent qu’un nombre considérable y parvient parfaitement.»

Joli geste : un policier paie les courses d’une mère qui volait pour son enfant

Début décembre, bien décidée à fêter l’anniversaire de sa fille malgré ses faibles revenus, une femme se résout à voler un magasin de Portsmouth, dans le nord des Etats-Unis. C’est un policier qui a finalement payé la note.

Un beau geste de générosité. Après avoir retrouvé l’auteure d’un vol dans un magasindiscount de Portsmouth, dans le New Hampshire, au nord des Etats-Unis, un policier a décidé de payer sa marchandise, rapporte le Washington Post, début décembre.

Cette femme cherchait en effet des ingrédients afin de concevoir un gâteau d’anniversaire pour sa fille. Faute de moyens, elle se résout à les voler. Un employé du magasin discount le signale à la police.

« L’enfant ne doit pas payer » pour les erreurs de ses parents

L’officier Michael Kotsonis, en poste depuis 19 ans à Portsmouth, se rend alors sur place. Mais au lieu d’interpeller cette mère, il décide de prendre les produits volés, et de retourner au magasin pour payer la note, d’environ 7 euros.

« Je n’ai pas fait cela pour être médiatisé », explique Michael Kotsonis, au Portsmouth Herald. Sans pour autant cautionner le crime de cette femme: « l’enfant ne doit pas payer » pour les erreurs de ses parents, a insisté le policier.

Source : AFP

 

Voilà un geste superbe, je publie car je trouve que ce genre d’acte mérite un coup de projecteur. Qui sait ça pourrait inspirer d’autres actions positives !!!!