lutte contre le gaspillage alimentaire : les grandes surfaces ne pourront plus asperger de javel leurs invendus !

Gaspillage alimentaire: la grande distribution ne pourra plus jeter de la javel dans les poubelles. À la place,ils seront dans l’obligation de faire don de leur surproduction à des associations caritatives !

Nos députés français ont adopté à l’unanimité dans la nuit de mercredi à jeudi une proposition de loi PS visant à lutter contre le gaspillage alimentaire.

Des gens qui meurent de faim, il n’y en a pas qu’en Afrique, il y en a aussi juste en bas de la rue. Et qu’à côté du reste d’épinards qui finira à la poubelle, des quantités astronomiques de nourriture sont jetées ou détruites par l’industrie alimentaire, et par les grands distributeurs.

Pire, certains distributeurs aspergent le contenu de leurs poubelles de javel, histoire de décourager les personnes qui voudraient venir « voler » les produits (comprendre, récupérer les produits dont l’enseigne veut pourtant se débarrasser). Une pratique scandaleuse, qui aurait soi-disant pour but d’éviter les intoxications alimentaires (en aspergeant les aliments d’un produit hautement toxique ?) et qui permet surtout aux magasins de s’assurer que personne n’a accès à leurs produits sans payer, même quand ces derniers ne peuvent plus être vendus. (Profit quand tu nous tiens !)

Mais tout cela est bientôt fini ! En effet, les députés Français ont adopté jeudi à l’unanimité un projet de loi visant à lutter contre le gaspillage alimentaire — en interdisant de javelliser, de jeter les aliments et en forçant les grandes surface à faire don de leurs invendus.

Cette proposition, proposée par le député PS Guillaume Garot, et cosignée par plus de 300 députés de tous bords politiques confondus, reprend des mesures qui avaient été introduites dans le projet de loi relatif à la transition énergétique (mais qui avaient alors été censurées par le Conseil constitutionnel qui n’avait pas trouvé pertinent le lien avec le reste du texte).

gaspillage-alimentaire-1

Interdit de jeter et de javelliser

Il sera donc désormais interdit aux grandes surfaces de jeter de la nourriture consommable sous le seul prétexte qu’elle n’a pas été vendue, il leur sera également interdit de détruire volontairement la nourriture (en l’aspergeant d’eau de javel ou en la broyant, des procédés communs jusqu’alors). De plus, les entreprises auront l’obligation de signer un contrat avec une association en vue de la redistribution des invendus sous forme de dons aux plus démunis !

De même, la loi propose de se pencher sur le problème des dates limites de consommation, qui pour certains produits, sont volontairement raccourcies.

Autre point important : la lutte contre le gaspillage se fera aussi par l’éducation à l’alimentation,notamment pour les enfants à travers le parcours scolaire. En effet, bon nombre de personnes se laissent abuser par les dates de validité des aliments et la différence entre la date limite de consommation (à consommer avant fin/ jusqu’au) et la date de limite d’utilisation optimale (à consommer de préférence avant). À cause de la seconde, de nombreuses personnes jettent des aliments à la poubelle alors qu’ils sont pourtant tout à fait consommables.

Outre l’enjeu écologique, cette décision permettra de lutter contre la précarité dans laquelle se trouve un bon nombre de personnes et de familles… Et d’œuvrer pour la sécurité alimentaire des plus démunis.

Des chiffres qui donnent le tournis

« Jeter une baguette de pain, c’est laisser se vider une baignoire entière, jeter un kilo de viande de boeuf c’est 15 000 litres d’eau gaspillés », a lancé Jean-Pierre Decool, co-signataire du texte, ajoutant que le gaspillage représente chaque année en France : « 56 repas par foyer, des chiffres à nous donner le tournis ».

Les industries ne sont pas les seules à gaspiller. En fait, si cette loi est déjà un bon début et qu’elle signe la fin d’une aberration totale (30% de la production alimentaire mondiale est jetée, tandis que dans le monde entier, 1 être humain sur 9 souffre de la faim), le plus gros reste à faire. Et pour le coup, c’est à nous tous d’agir. Car le plus gros du gaspillage ne se trouve pas dans les poubelles des grands magasins… mais dans les nôtres.

Rien qu’en France, chacun jette, en moyenne, vingt à trente kilos de nourriture… dont sept kilos même pas sortis de leur emballage ! En termes d’argent, cela correspond à près de 100 € de perdus par personnes — soit 12 à 20 milliards d’euros gaspillés chaque année dans tout le pays. Et c’est sans compter sur la pollution que tout cela génère : si le gaspillage alimentaire était un pays, à l’échelle mondiale, il serait le troisième plus gros émetteur de gaz à effet de serre, après la Chine et les États-Unis.

Et puis, il y a aussi les ressources utilisées inutilement pour produire des aliments qui ne seront pas consommés : « Jeter une baguette de pain, c’est laisser se vider une baignoire entière, jeter un kilo de viande de bœuf c’est 15 000 litres d’eau gaspillés » explique à ce sujet le député Jean-Pierre Decool.

Pour en revenir à la loi sur le gaspillage, il est bien sûr établi que tous les aliments ne pourront pas être consommés, car ils représenteraient un danger sanitaire s’ils ont dépassé leur limite de validité. Ainsi, la loi instaurera une hiérarchie dans l’ordre des procédés de la chaîne alimentaire pour agir à chaque étape : Prévention du gaspillage, puis utilisation des invendus pour la consommation humaine, puis pour l’alimentation animale et enfin, ce qui ne pourra pas être consommé ni par les hommes ni par les bêtes sera rendu à la terre, pour alimenter les sols (notamment sous forme de compost).

Une pétition pour dire « stop au gâchis alimentaire », initiée par le conseiller municipal (LR) de Courbevoie (Hauts-de-Seine), Arash Derambarsh, a dépassé en France les 211 000 signatures, et 740 000 en Europe. L’élu local a salué mercredi avec le vote, « l’aboutissement d’un combat exceptionnel ».

Certains magasins déjà maintenant pratiquent un début de politique intéressante, ils proposent les produits dont la date limite de consommation à moins 50 % ou moins 30 %, je les recherche systématiquement en rayon, pour des yaourts notamment il n’y a aucun souci, à la caisse le panier coûte moins cher.

Source : Ouest France

3 Replies to “lutte contre le gaspillage alimentaire : les grandes surfaces ne pourront plus asperger de javel leurs invendus !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :