La Tour Eiffel en bleu, blanc, rouge – Fluctuat Nec Mergitur

fluctuat nec mergitur

La Tribu d'Anaximandre - des photos au fil des jours... de Danièle Nguyen Duc Long

(5 photos)

Hier soir avec Sophie, au Trocadéro.

Fin d’après-midi, la Tour Eiffel s’illumine doucement…

fin d'après midi tour Eiffel s'illumine progessivement bleu blan rouge

A l’heure bleue…

l'heure bleue à la Tour Eiffel en bleu blanc rouge

Puis de nuit…

Tour Eiffel et son reflet bassin du Trocadéro en bleu blanc rougeTour Eiffel en bleu blanc rouge contre plongée

Il y avait foule 😉 pour immortaliser la Belle habillée aux couleurs de la France.

horde de photographes à la Tour Eiffel

Translate : click on flag

Voir l’article original

Envie de Bretagne

Voilà, une jolie évasion, je partage cette photo, la regarder me fait un bien fou.

Je l’ai prise il y a un an, fin octobre, l’eau était encore tiède, nous sommes près de Léchiagat dans le Sud finistère.

Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin-là 
nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci
c’était l’automne, un automne où il faisait beau
une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique
Là -bas on l’appelle l’été indien
mais c’était tout simplement le nôtre
avec ta robe longue tu ressemblais
à  une aquarelle de Marie Laurencin
et je me souviens, je me souviens très bien
de ce que je t’ai dit ce matin-là 
il y a un an, y a un siècle, y a une éternité on ira où tu voudras, quand tu voudras
et l’on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
toute la vie sera pareille à  ce matin
aux couleurs de l’été indien

aujourd’hui je suis très loin de ce matin d’automne
mais c’est comme si j’y étais
je pense à  toi
où es tu?
que fais-tu?
est-ce que j’existe encore pour toi?
je regarde cette vague qui n’atteindra jamais la dune
tu vois, comme elle je me couche sur le sable
et je me souviens
je me souviens des marées hautes
du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer
il y a une éternité, un siècle, il y a un an

on ira où tu voudras, quand tu voudras
et on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
toute la vie sera pareille à  ce matin
aux couleurs de l’été indien

 

IMG_20140915_202203

Soyons fier(es) de nos défauts

Tout le monde a sa part d’ombre, ses défauts, la société nous impose de les nier … nous mène à en avoir honte. Mais si au lieu de les enfouir, ce qui est épuisant moralement on en tirait le meilleur de ces petits travers !
Alors arrêtons de nous juger de nous catégoriser, nous sommes ainsi, tirons le meilleur de notre personnalité.

Petit exemple, vous êtes à une réunion, la grande gueule de service parlera vite et fort, mais pas toujours juste. Vous dans votre coin vous rongez votre frein, vous avez bien réfléchi et vos idées vous oserez à peine les lancer, alors qu’elles sont pointues et exactes. La réserve naturelle devient une qualité, à prendre du recul on intervient moins mais de façon plus percutante.

Voici d’autres sentiments que l’on peut sublimer

La colère

Oh pas beau vous allez dire ! mais attendez c’est une idée formatée là ! Stop …
Cette émotion qui nous métamorphose serait bonne pour le moral. Elle serait une énergie positive qui aide à franchir les obstacles, ceux qui s’y abandonnent seraient plus optimistes car ils auraient moins peur de l’avenir.

D’après une étude publiée dans le Journal Of Social behavior and Personality, 55 % de ceux qui se sont laissés aller à la colère se sont mieux reconnectés à eux mêmes ensuite en réfléchissant aux changements possibles afin d’améliorer leur vie.

Depuis que je médite, je sens monter les colères en moi, je les assume et je laisse sortir, pas comme une bombe atomique qui détruit tout bien sûr !! Mais je dis ce que j’ai à dire, avant je gardais ça mijoter en moi, me miner, gonfler…. bref un vrai comportement de cocotte minute dont on bouche la sortie de la vapeur ; attention à l’implosion.

Les pensées négatives.

En les écrivant sur du papier on met des mots sur des maux.
En affrontant sa tristesse on a la possibilité de rebondir.
Marc Shoen a même créé une gymnastique cérébrale pour mieux vivre les expériences négatives.

On se pose tranquillement, on respire, on se remémore un super souvenir, on continue à respirer lentement pour se relaxer, l’esprit positif empli des ondes venant de ce souvenir. Ensuite on se remémore le moment désagréable.
Cette gym inspirée de la méditation permet de découvrir que l’on peut rester zen tout en apprenant à gérer des pensées négatives.

La Jalousie.

Eh oui elle peut s’avérer bénéfique.

En se comparant à une personne qui réussit, la jalousie qui en découle se révèle un moteur plus efficace que l’admiration.
Elle permet de dépasser ses propres limites en se comparant à l’autre.

 

Les larmes

Hop les chutes du Niagara, le trop plein d’émotions qui coule sur nos joues, mais comme ça fait du bien !

On est si souvent à étouffer nos émotions à bloquer nos frustrations, on serre les mâchoires, la gorge, les épaules sont rentrées. Les larmes à partir du moment où on s’y autorisent nous remettent le corps en ordre. On se sent apaisée.

Bon pour autant, je ne me vois pas pleurer en public, j’attends un moment où je peux à l’écart laisser le trop plein d’émotions se déverser, mais après je me sens si bien. On lâche les émotions, on laisse aller le corps et l’esprit vers une auto compassion, et ça fait un bien fou.

Les pleurs et le rire sont similaires, savez vous que les personnes qui rient fort sont aussi celles qui pleurent fort !

Dans un article récemment publié sur le site Aeon, le neurologue américain Michael Graziano avance l’idée selon laquelle le rire, le sourire et les pleurs ont une même origine, à savoir la partie du cerveau qui régit notre lien social et notre  » zone de défense  » vis-à-vis de l’extérieur.

Pour en savoir plus voici l’article que je trouve passionnant :

Rire et larmes, ils sont si proches

autre article intéressant

Pourquoi pleure t’on ?

Vous êtes hypersensibles faites en un atout !

Selon Elaine N Aron, psychothérapeute américaine, une personne sur 5 est hypersensible. Mais ce n’est pas un défaut, selon la psy ce serait même un avantage.

  • Ce sont de meilleurs leaders :

Elles détestent les conflits, tiraillées entre l’envie de donner leur opinion et la peur de blesser leur interlocuteur !

Alors elles optent vers des compromis et ont une attitude bienveillante qui fait qu’elles offrent plus d’initiatives à leurs N-1. Ceux ci seront plus autonomes et plus inventifs. Les personnes hypersensibles dirigent avec leur affectif.

  • Leur sensibilité leur permet de ressentir mieux les choses

Leur intuition est hyper développée, notamment dans la finance. Ce sens du détail permet de noter le moindre changement ce qui peut être extrêmement précieux dans ce qu’elles font. Rien ne leur échappe. Ainsi elles décodent les non dits. Face à une personne qui ne leur est hostile elles ressentent 5/5 les sentiments négatifs.

  • Elles ont une fibre artistique

Elles utiliseraient plus leur hémisphère droit du cerveau, ce qui doperait leur goût pour l’art.

Elles savent s’entourer de jolies choses, leur bon goût fait des envieux.

  • Elles sont plus autonomes

Elles se sentent étriquées, agressées par l’extérieur : foule, open space… Alors elles ont besoin de se mettre au calme pour recharger leurs batteries. Ce qui les rend plus libre ! Mieux vaut être seule que mal accompagnée.

  • Enfin elle communiquent mieux

Haro des relations tièdes et ennuyeuses, vive les liens profonds qui créent bien plus d’interactions. Même leur crises de larmes poussent les autres à développer une communication émotionnelle et authentique.

 

Et voilà, j’adore cet article, j’assume ce que l’on voyait auparavant  en moi comme des défauts : je signe en parfaite hypersensible, fière de l’être ! Mais je me rends compte que ce qui fut un défaut est en fait un atout énorme : je fais désormais confiance en mon intuition, je laisse mes larmes couler, j’accepte de laisser mes colères venir, j’apprends à les gérer.

Bref, j’arrête de culpabiliser pour ce que je suis, nous ne nous changerons pas tirons le meilleur de ce que nous sommes pour notre épanouissement personnel d’abord et notre relation avec les autre ensuite.

Je vous promets ça transforme la vie.

 

Lien vers mon autre article sur l’hypersensibilité

Empathie et hypersensibilité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi j’ai arrêté le café?

Un sevrage au café, lucidité face à une addiction et courage, je blogge car cet article pourrait faire réfléchir bien des personnes par rapport à des attitudes toxiques… qu’elles ne voient même plus tant elles sont accro et que ça fait partie de leur personnalité. Bravo à l’auteure de cet article.