Face au cancer du sein une photo choc..

Je suis émue et admirative devant le courage et l’attitude positive de ces femmes face à leur cancer du sein, je publie la photo je les trouve si belles et attachante, ça donne la pêche.

Chapeaux bas mesdames, vous avez mon respect le plus sincère et mon admiration.

femme cancer sein

Voici le lien vers le blog de l’artiste photographe qui a pris le cliché, je trouve son travail admirable

Blog de Karen Schuldz

La luminothérapie mon remède anti-déprime

Il y a un an je me suis trouvée, pied au mur, je déprimais fortement, la disparition de maman m’avais changée en fontaine. Mon médecin m’avait déjà mis en main l’ordonnance pour des anti dépresseurs, or ces médicaments je les tolère vraiment très mal.

Je lui ai alors demandé si je pouvais au moins tenter une cure de luminothérapie, j’ai eu son aval, mais à la stricte condition de prendre le médicament si la luminothérapie ne suffisait pas.

J’ai alors rapidement acheté ma lampe, j’ai bien lu les tests et forums, j’ai aussi écouté mon expérience, j’ai déjà par le passé eu une lampe de ce type.

Je n’ai pas pris une lampe premier prix, ni les plus chères hors de portée de mes finances. J’ai choisi une lampe efficace à 10.000 lux, sans scintillement c’est plus confortable, à led pour l’économie d’énergie et compacte pour pouvoir l’utiliser facilement. J’ai adopté le modèle énergy up de Philips, un an après j’en suis très contente, de plus j’ai pu la payer en 4 fois, ce qui rend l’achat plus facile.

Là l’été s’éloigne, les jours courts sont là, j’ai beau sortir me promener le plus possible je sens mon humeur plus triste. De plus cette période anniversaire de la disparition de maman s’annonce acrobatique coté moral.

Alors chaque matin, pendant mon déjeuner je déguste celui ci à coté de ma lampe. Ca me fait un bien fou, je module la longueur des séances selon l’état de mon humeur, cet été ma lampe c’était très rarement par exemple.

Petite explication médicale de la luminothérapie

Quand l’hiver avance on peut sentir une dépression saisonnière s’installer, l’humeur est plus triste, on se sent bien moins dynamique, on a envie de dormir plus et de manger plus sucré.

Il y a de fortes chances que le manque de lumière soit le responsable de cet état léthargique.En effet, la baisse de la luminosité perturbe dans notre cerveau la sécrétion de la mélatonine qui règle notre horloge biologique et règle notre humeur.

Si vous présentez ces symptômes vous pouvez opter à la luminothérapie, après en avoir parlé à votre médecin cependant.

Alors comme moi, le matin vous déjeunerez près de votre lampe, en lisant pourquoi pas votre journal. Les lampes de luminothérapie émettent une lumière dite à « large spectre »proche de celle du soleil mais totalement dépourvue d’UV.

La lumière est captée par la rétine, l’information reçue par l’oeil est transmise au cerveau, la production de mélatonine repart à la hausse. Le moral du coup remonte !!!!!

Les résultats sont rapides, mais il faut avoir une régularité dans l’exposition, je me suis aperçue que des oublis en périodes « délicates » je sentais un blues qui réapparaissait.

Pour l’anecdote j’ai pris une lampe à intensité réglable, je la mets au max pour mes soins, puis si je veux coudre par exemple j’utilise la lampe à une intensité moindre. J’évite d’utiliser cette lampe passé midi sauf à petite intensité, sinon le soir on peur avoir un décalage à l’endormissement.

Je tenais à partager cette expérience, c’est une alternative intéressante aux médicaments. (sous réserve d’accord de votre toubib, of course 🙂 )

Un lien pour en savoir plus sur la luminothérapie

Dossier doctissimo sur la luminothérapie